AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
De gros personnages libres, dont: Hidan, Kakashi,A Yotsuki, ou encore Jûgo ! Les villages sont attaqués par de dangereux déserteurs, Iwa est le premier village à avoir pu écarter la menace ! Kiri et Iwa sont de nouveau ouverts ! Konoha accepte deux ninjas inventés ! Les Nukenins inventés sont de nouveau autorisés !


LA CÉRÉMONIE DES OSCARS COMMENCERA A 22H CE SOIR !


Partagez | .
 

 Les paroles adoucissent les mœurs ... il paraît. / Flash Back / PV : Hitori Law

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité





MessageSujet: Les paroles adoucissent les mœurs ... il paraît. / Flash Back / PV : Hitori Law   Mar 18 Juin - 19:47

× Les paroles adoucissent les moeurs ... il paraît. ×
Head
× Flash Back × 
× PV. Hitori Law ×  



~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Kumogakure no Sato. Village caché des Nuages, situé en plein coeur du Pays de la Foudre. Lui-même ancré le plus au nord du continent. Un pays montagneux, bien souvent nuageux, mais également particulièrement chaud, contrairement aux apparences. Enfin chaud ... Ce n'était pas le cas cette fois-là. Neji s'y trouvait. L'hiver était déjà bien entamé, et cela se ressentait beaucoup plus aux alentours de Kumo qu'aux alentours de Konoha. Si ce dernier restait plongé sous les rayons de son habituel soleil, certes plus frais qu'aux autres périodes de l'année, le Pays de la Foudre était partiellement recouvert d'une fine couche de neige au blanc aussi pur que les ailes d'une magnifique chouette effraie. La tenue du Hyûga ne faisait pas fière allure à coté de ce blanc, ressortant alors beige clair à ses côtés. Notre héros ne s'attendait pas à une telle fraîcheur, c'est pourquoi, avant de quitter son domicile, il n'avait pris aucun vêtement supplémentaire afin de se protéger du froid. Mais cela restait supportable, la neige restante était en train de fondre. Le printemps approchait, et cela se voyait. A vrai dire, il s'agissait de la première fois que le Konohajin se rendait à Kumo. Promu Jounin une semaine auparavant sous les acclamations de tous ses amis, qui n'avaient pas été retenus pour tenter leur chance de suite comme lui, Tsunade lui avait accordé pour la première fois une mission lui permettant de s'aventurer en solitaire à travers le continent. En effet, il était interdit aux Genins, quelque soit son village et son talent, de quitter son pays pour un pays voisin sans avoir au minimum un Jounin pour l'accompagner. Quant aux Chuunins, ils étaient autorisés à quitter leur pays si un de leurs homologues Chuunins était présent. Les cas où il était permis à ceux-ci de voyager seuls étaient très rares, et dans des occasions particulières, telles que la préparation de l'examen Chuunin dans un pays allié par exemple. Pour sa première mission en tant que Jounin, l'ombre des feuilles avait décidé d'envoyer Neji à Kumo afin de transmettre un paquet à l'ombre des nuages. Cette mission aurait pu plaire au jeune homme si cela avait été un autre village que celui de Kumo. La Sannin quinquagénaire à l'apparence d'une jeune femme de vingt ans avait fortement insisté pour que ce soit le plus jeune de cette promotion qui aille transmettre en main propre ses remerciements au Yondaime Raikage, vis à vis de l'entente cordiale qui avait eu lieu entre leurs deux villages respectifs lors de cet événement, ainsi que pour féliciter de nouveau et par écrit les promus de Kumo. Cette mission, de rang C car sans réel danger en dehors du fait d'être attaqué par de vulgaires bandits de grands chemins, aurait pu être confiée à deux Chuunins du village, mais la Kage voulait également permettre à Neji de prendre l'air et de s'aventurer au loin, seul, d'autant que cela consistait en une bonne mission pour un tout nouveau Jounin. C'est pourquoi celui-ci fut contraint d'accepter la mission à contrecœur. Car en effet, le village de Kumo lui faisait toujours le même effet. Depuis toutes ces années, treize plus exactement, Neji gardait la même rancœur envers ce village qui lui avait arraché à la fois son père et son modèle. Ce Raikage, Yotsuki Aa, auquel il devait remettre en mains propres le paquet et courrier de la Godaime Hokage était le même homme qui avait ordonné à son ambassadeur de passage à Konoha d'enlever Hinata afin d'obtenir le Byakugan des Hyûga. C'était le même homme qui, apprenant l'échec et la mort de son envoyé, avait réclamé "justice" en demandant le corps de Hiashi, père de Hinata. Et c'était enfin le même homme à qui le corps sans vie de Hizashi, père de Neji, avait été remis. Quitte à effectuer deux jours de voyage de plus aussi bien pour l'aller que pour le retour, le jeune homme aurait préféré se rendre à Iwa pour remettre ce même paquet au vieux Sandaime Tsuchikage. Car il redoutait de se retrouver face à celui qui lui avait pris l'être duquel il était le plus proche, le tout avec un sourire.

Quand bien même, il avançait, inlassablement, en direction du village caché qu'il n'avait jamais vu. A vrai dire, le seul autre grand village caché qu'il avait déjà eu l'occasion de visiter était celui du Sable, Suna. Neji allait donc avoir l'occasion de comparer son village natal à celui d'une autre grande puissance, voire même la plus grande puissance militaire du continent, depuis l'attaque de Suna et d'Oto sur Konoha deux ans auparavant. Marchant calmement, et peu pressé, en direction du nord, il lui avait fallu plus de cinq jours pour franchir finalement la frontière du Pays de la Foudre. Refusant de camper la nuit sous le temps glacial, il avait opté pour des auberges de voyageurs les quatre premières nuits. Quant à la dernière, un jeune couple attendant un bébé pour très bientôt lui avait proposé leur hospitalité et l'avait nourri et logé. Le tout gratuitement, car les deux jeunes gens avait refusé l'argent du Jounin le lendemain matin, lorsque celui-ci les quitta. Ces paysans de la foudre avaient été d'excellents hôtes, et avaient paru extrêmement sympathiques aux yeux du shinobi, qui avait alors pu vraiment se détendre, se relaxer, et même rire, avant d'atteindre finalement le village qu'il ne voulait pas voir. La vision qu'il avait des villageois de Kumo était totalement différente de celle qui s'était imposée à lui concernant le reste des habitants du pays. Neji avait déjà croisé des ninjas de Kumo, aussi bien lors de ses deux examens Chuunins que lors de son très récent examen Jounin. Mais jamais il n'avait eu à s'adresser à eux, et jamais il n'avait eu à pénétrer en leur territoire, qu'il ne connaissait par ailleurs pas. Le contact le plus proche qu'il avait eu avec des Kumojins jusque là était deux combats plutôt rapides avec deux d'entre eux lors d'une des épreuves de l'examen de la semaine précédente. Rien qui n'en vaille véritablement la peine d'en parler. Mais plus il s'approchait du village, plus son cœur battait fort et vite. Les sourcils froncés, le regard sévère, sur ses gardes, Neji continuait sa route.


Et c'est alors qu'après cinq jours et demi de marche éreintante, il finit par apercevoir Kumo au loin, en plein milieu de l'après-midi. Le soleil était totalement dissimulé par la couche de nuages épaisse surplombant l'horizon. A chaque expiration de sa part, une fine fumée s'échappait de ses narines ou de ses lèvres légèrement entrouvertes. S'arrêtant un instant au beau milieu de la large route qui menait droit au village ninja, Neji observa ce qu'il pouvait voir de celui-ci. Le village des nuages était principalement composé de hautes montagnes et de collines, auxquelles étaient attachées des constructions à l'architecture plus moderne que celle de Konoha. Ces bâtiments, impressionnants de par leur taille et leur hauteur, n'étaient que les seuls visibles par le Konohajin d'où il se trouvait. Mais il ne doutait pas du fait que de nombreuses autres maisons et magasins jonchaient également le sol, ce qui était par ailleurs plus que logique. Fronçant de plus belle les sourcils, sachant que le moment fatidique approchait, il reprit lentement sa marche, fixant d'un regard froid les grandes portes de ce village qu'il n'appréciait que si peu. C'est de cette façon qu'il put voir une silhouette s'approcher rapidement de lui, quittant le village dans sa direction. Qui était-ce, et pourquoi cette personne était si pressé ? Neji n'allait pas tarder à le savoir, ralentissant légèrement l'allure, prêt à réagir au moindre danger. Pour lui, Kumo était un village dont il fallait se méfier ...


Hors RP:
 

©Wayke
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité





MessageSujet: Re: Les paroles adoucissent les mœurs ... il paraît. / Flash Back / PV : Hitori Law   Jeu 20 Juin - 17:57





















  Hitori Law
Quand la douceur rencontre la rancoeur.




Kumogakure No Sato, la première puissance militaire, le village le plus puissant. Cela en impose quand même pas mal. Cela est sympathique à entendre quand on en fait parti. Cependant cela n’est pas arrivé du jour au lendemain. Avec Aa Yotsuiki aux commandes, il fallait un bon entraînement. Il ne fallait pas se montrer faible si l’on voulait faire partie de ses Shinobis. Law, une petite douceur au miel avait réussi cet exploit si l’on peut dire. Elle qui a tout perdu, elle qui a vue sa famille mourir les uns après les autres. Qui c’est vu devenir de plus en plus seul, de plus en plus isolé, c’était quand même lancé à fond dans son entraînement et son rêve d’être une grande Kunoichi. Elle y arrivait malgré tout. Elle n’était pas encore reconnue, mais elle faisait maintenant partie des Anbu de Kumo. C’était vraiment quelques choses de relativement incroyable pour elle. Surtout qu’elle était avant tout une Kunoichi médicale. Comme quoi, on peut être médecin et être vraiment puissant. Une femme lui prouvait cela tous les jours, son idole même si l’on peut dire. La Sanin légendaire, Tsunade. Faut dire qu’elle l’avait prise pour exemple. En même temps avec tout ce qu’avait fait cette femme, c’était vraiment incroyable. Bien que la belle demoiselle au teint basanée ne savait pas tout d’elle. Certaines histoires de Konoha reste à Konoha. Elle aimait quand même s’imaginer rencontrer la Godaime Hokage. Qu’elle lui donnerait de petit conseil, qu’elle pourrait lui apprendre des choses et surtout lui racontait des choses qu’elle ne sait pas.

Cela était beau quand même, enfin surtout de ce l’imaginer. Le rêve est quelques choses d’incroyable, on peut tout se perdre, tout croire, mais la réalité nous rattrape toujours rapidement. Celle-ci n’est jamais aussi belle qu’on le pense. Pour être franc, elle est toujours le contraire de ce que l’on aimerait et fait toujours plus mal. Puis, si les rêves se réalisaient, cela serait un monde utopique et plus de monde seraient heureux. Enfin, elle ne croyait pas se rêve possible de rencontrer la Kage de Konoha, pour le moment, elle n’avait pas de mission là-bas. Elle se disait qu’un jour, elle devra peut-être allait à Konoha et cela lui permettrait de dériver un peu. Enfin secouant la tête, elle ne devait pas pensée à cela. Elle se faisait beaucoup plus de mal qu’elle pouvait l’imaginer, poussant un petit soupire qui laissa un nuage de fumé sortir de sa bouche. Cela la faisait sourire là. C’est vrai que l’hiver s’installait petit à petit et le montrait parfaitement. Kumo et ses alentours avaient revêtue leurs beaux manteaux de neige. Law aussi avait légèrement adapté sa tenue. En même temps, elle pouvait pas se balader avec son petit top et son short comme elle le faisait la plus part du temps. Là, elle avait remit et fermé sa veste et par-dessus cela, une longue cape blanche.

La belle demoiselle avait quand même ses belles et longues jambes à l’air frais. Cependant, sur sa peau chocolatée, on pouvait qu’il n’y ait strictement aucun frisson. Ce qui était assez incroyable vu le temps qu’il faisait. Pour lui trouver une excuse, elle était en train de courir aussi. Donc le mouvement pouvait faire qu’elle ne ressentait pas le froid. Enfin là, elle avait été faire un petit tour à la montagne derrière le village pour faire des relevé pour ses potions, pour ses pilules aussi. Elle avait loin d’être fini et elle devait aller dans la foret devant le village pour continuer. Il lui fallait des feuilles particulières, mais elle se demandait si elle allait avoir la chance de les trouver avec le temps qu’il faisait.  Elle en avait à tout prix de besoin et là, elle se trouvait bien bête de ne pas avoir fait de petite réserve. En hivers, certains ingrédients deviennent trop durs à trouver. Elle se mordait la lèvre inférieur, de suite, en se disant cela, elle se trouvait bien idiote. Enfin, elle avait encore une petite chance de trouver cela. Courant à vive allure vers les portes du village de Kumogakure, elle fronça les sourcils. Il y avait un jeune homme bien étrange devant les portes du village. Les cheveux noirs et des vêtements assez étranges. Il avait une longue cape blanche et elle essayait de voir son bandeau. Cela n’était pas réellement visible jusqu’à ce qu’elle soit à une certaine distance.

Law écarquilla rapidement les yeux, un Konohajin. Qu’est-ce qui pouvait bien faire ici et surtout tout seul. C’était assez étrange et elle se demandait ce qu’il se passait. Surtout qu’il y avait personne pour l’accueillir, personne pour venir lui parler, comme s’il n’était pas prévue. Généralement les échanges avec Konoha était assez restreint du à la guerre qu’il y avait eu alors là, elle était un peu prise au dépourvue. S’approchant rapidement de l’inconnu et s’arrêta petit à petit en face de lui. Le regardant dans les yeux, voyant ses pupilles blanches, elle eut un petit sourire quand même. C’est d’une douce et mélodieuse voix qu’elle s’adressa a lui.


« Excusez moi, mais … que fais un Konohajin ici ? Cela est quand même assez rare, en plus il n’y a personne pour vous accueillir. »

Elle faisait une petite moue mignonne, se mordant doucement le bout de sa lèvre alors qu’elle avait un petit soupire. Elle se grattait l’arrière de la tête. Law n’osait pas vraiment lui poser une question, mais fini par se lancer.

« Dit … tu ne ferais pas parti des Hyuga ? Je dois avouer que tu es le premier que je vois. »

Elle avait un petit sourire, il n’y avait aucune mauvaise intention dans son comportement, cela, il pouvait le voir à des kilomètres à la ronde. Penchant même la tête sur le côté, il n’y avait strictement aucun signe qu’elle était une Anbu. Jouant sur son côté innocent, même si elle ne sentait pas de danger émané de ce jeune homme. Elle préférait se méfier et restait quand même sur ses gardes.

« Cependant, je peux peut-être t’aider ? Vue que tu es tout seul … je ne pense pas que tu es de mauvaise intention … »




© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité





MessageSujet: Re: Les paroles adoucissent les mœurs ... il paraît. / Flash Back / PV : Hitori Law   Sam 22 Juin - 9:02

× Les paroles adoucissent les mœurs ... il paraît ×
Head
× Flash Back ×
× PV. Hitori Law ×  



~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
L'accueil. Voilà ce dont il s'agissait. S'approchant au début rapidement de lui, la sihouette avait finalement assez vite ralenti, pour attendre le Konohajin aux portes du village montagneux. Contraint d'y passer, il s'approcha contre son gré de l'entrée du village, tout en se demandant si cette personne dont il ne pouvait encore distinguer aucun trait facial était présente pour li, ou si elle attendait quelqu'un d'autre, que ce soit de l'extérieur comme de l'intérieur du village. Après tout, l'arrivée du Hyûga n'était pas annoncée ni prévue. Mais si le Raikage connaissait suffisamment la Princesse des Limaces, il devait se douter qu'elle enverrait ses remerciements et félicitations à la nouvelle promotion de Jounins des nuages. Malgré son allure très lente, due aux faits qu'il restait sur ses gardes et qu'il n'était absolument pas pressé de pénétrer dans l'enceinte du village de Kumo, Neji arriva tout de même vite à destination. Alors plus près de cette fine silhouette qu'il avait vu se dessiner au loin, il constata qu'elle appartenait à une jeune femme au teint basané. Il ne put s'empêcher de remarquer intérieurement que cette femme, âgée de cinq ans de plus que lui au maximum, était d'une rare beauté, sa peau hâlée accentuant cette constatation. Elle s'était vêtue d'une veste fermée entièrement, et recouverte d'une longue cape de la même couleur que les habits du Hyûga. Mais malgré ces couches la protégeant de la fraîcheur ambiante, Neji devinait sans problème des courbes voluptueuses, bien que celles de la Hokage n'avaient rien à envier à celles-ci. Tandis que Neji espérait pouvoir passer à côté d'elle et entrer simplement dans le village, afin d'éviter un quelconque entretien avec cette femme qui, malgré sa jeunesse, sa beauté et son air doux, restait tout de même une Kumojin, cette dernière se décala afin de se placer devant lui. Après tout, un shinobi d'un autre village voulant rentrer seul dans un autre, non allié au sien, ce n'était pas possible. Cette beauté arborait un bandeau de Kumo, alors en tant que kunoichi, elle faisait son devoir. Cependant, c'est avec une voix extrêmement douce, bien que teintée d'une légère incompréhension, que la ninja s'adressa à Neji.


Elle lui demanda dans un premier temps ce que faisait un ninja de Konoha ici, seul. En effet, les échanges entre Konoha et Kumo étaient extrêmement rare, et ce depuis deux événements majeurs, dont un qui concernait directement Neji : la Troisième Grande Guerre Ninja, où, selon les dires, le défunt Yondaime Hokage, alors Jounin, avait affronté l'actuel Yondaime Raikage, du même rang que l'Eclair Jaune à l'époque; et bien sûr, la tentative de kidnapping de Hinata et la mort d'un membre important du clan Hyûga, Hizashi, malgré son appartenance à la Bunke. La feuille et le nuage, depuis, s'abstenaient d'échanger entre eux, que ce soit sous le règne du Sandaime ou de la Godaime. Seules les périodes d'examens coupait court à cette froideur entre les deux villages. Puis, avant même que Neji ait pu répondre à la première question, la kunoichi en posa une seconde, dont la réponse était plus qu'évidente : était-il un Hyûga ? En réalité, cette question n'était que purement rhétorique, car elle déclara derrière que Neji était le premier membre de ce clan qu'elle rencontrait. Dans un premier temps, la question en elle-même titilla notre héros. Il était de notoriété publique, à Konoha, que le jeune Hyûga détestait avoir à se présenter à une personne qui n'avait même pas daigné donner ses nom et prénom en premier. La seule fois où le Hyûga avait eu ce comportement qu'il n'appréciait guère fut lors de sa rencontre avec Uchiha Sasuke, deux ans auparavant. Fortement intéressé par sa personne, il en avait oublié les bonnes manières et s'était alors fait rembarrer devant tous les autres Genins, qui étaient ensuite devenus ses amis. Dans un second temps, le fait que la kunoichi de Kumo lui avoue qu'il était le premier membre au Byakugan qu'elle rencontrait le fit se crisper. Cela était évident, Neji estimait l'âge de son interlocutrice à neuf ans maximum le jour où son père avait été tué par Kumo. Elle ne devait rien savoir de cette histoire. Cependant, elle était suffisamment âgée aujourd'hui pour être au courant de cet événement. Mais qu'elle parle à un Hyûga étranger de cette manière, avec un sourire aimable, signifiait que soit l'ancienne génération n'avait pas jugé digne de raconter à la nouvelle les erreurs commises par le passé, soit cette femme était insouciante. Les deux propositions firent bouillonner Neji intérieurement, qui serra la mâchoire et fronça davantage les sourcils, au moment où l'inconnue lui demandait si elle pouvait l'aider. D'autant plus qu'elle s'était mise à le tutoyer. Essayant de garder au maximum son calme, sachant que s'énerver en ce lieu serait puéril ainsi que mauvais pour les relations entre Kumo et Konoha, il plongea brièvement ses yeux dans ceux de la femme qui l'avait accosté. Si Neji était d'un naturel calme, patient et réfléchi, un simple contact avec ce village, ou ne serait-ce qu'une seule de leur ninja, suffisait à lui faire perdre les pédales. C'est pourquoi, en s'adressant à elle, il ne prit pas la peine de prendre le même ton aimable qu'elle. Quelqu'un qui l'avait connu quelques années auparavant aurait pu avoir la sensation de retrouver le Neji d'antan, avant son combat contre Naruto.


« Un Hyûga, oui ... Malheureusement, ce n'est pas le cas pour tous les habitants de ce village. »


Il avait d'ores et déjà lancé sa petite pique sur le village, de par cette réflexion. Puis il se décala à son tour et passa à côté de la Kumojin, qu'il laissa en plan, faisant irruption dans le village des nuages, pour la première fois de sa vie.


« J'ai une lettre de la Hokage à transmettre au Raikage, et n'ai pas besoin d'escorte. Encore moins de la part de quelqu'un ne se présentant même pas à un voyageur d'un autre village. »


Neji continua alors son avancée. Trouver le bâtiment où demeurait l'ombre des nuages ne serait pas bien compliqué, surtout pour un Hyûga. Ce devait être le plus imposant. Cependant, le jeune homme savait qu'il n'en avait pas fini avec l'inconnue ... Surtout après lui avoir parlé ainsi.




Hors RP:
 


©Wayke
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité





MessageSujet: Re: Les paroles adoucissent les mœurs ... il paraît. / Flash Back / PV : Hitori Law   Dim 23 Juin - 22:57





















  Hitori Law
Quand la douceur rencontre la rancoeur.




Froideur, rancune, cela était deux émotions qu’elle pouvait parfaitement lire sur le visage du Konohajin quand elle était près de lui. Comment parler à une personne qui a une telle rancune pour le village d’où elle vient. Alors que pour elle, ce village, c’est ça fierté. Enfin, utilisant de la douceur dans sa voix et peut-être un peu d’innocence pour ne pas qu’il se sente agresser ou plus encore. Le regardant même dans les yeux par respect. Elle se doutait du long voyage qu’il avait fait et devait sûrement être un peu fatigué. Mais d’abord, comme tout bon Shinobi, elle devait lui demander ses intentions et voir s’il mentait ou pas. Malheureusement sa curiosité fit rapidement place, posant peut-être un peu trop de question à voir le visage du jeune homme. Elle pouvait en déduire aussi qu’il était plus jeune que lui, quand à savoir exactement, elle n’en avait aucune idée. Seize ans peut-être, voir un petit peu plus, enfin là n’était pas le principal. Law avait aussi remarqué le regard qu’il avait eu. Il l’avait rapidement détailler, cela c’était vue, même si c’était un cours instant. Elle trouvait aussi cela que la plus part de la gente masculine la détaillait. Des fois un peu trop ce qui avait tendance à la refroidir et même l’énerver quelque peu. Enfin là, c’était différent, mais elle pouvait sentir une énorme haine venant du jeune homme et encore plus quand il lui répondit.

A l’écoute de ses mots, il peut voir que ses yeux étaient devenus livides avant qu’ils reprennent leur magnifique couleur. Ce n’était pas le cas de tout le monde. Elle avait peut-être l’air insouciante, mais elle connaissait parfaitement l’histoire. L’attaque contre les Hyuga, le fait de vouloir leurs yeux, le secret qu’ils referment et surtout leur puissance. Le Byakugan, un Dojutsu puissant dont il faut se méfier. Cela lui faisait quand même mal pour lui, le fait d’avoir demandé le père de la demoiselle nommé Hinata en réparation. C’était quand même gros et osé, mais c’était aussi le Raikage qui était ainsi. Toujours à rechercher des Gekkai puissant et leur secret pour ce les approprier. Malheureusement, on ne pense pas assez à la famille qu’il y a derrière. Aux personnes qui subissent cela. Ce jeune homme en faisait partit, même si là. Il passait à côté d’elle comme si de rien n’était, la laissant en plan alors qu’elle l’avait suivit du regard. Une nouvelle phrase remplit de froideur, remplir de haine fit son apparition dans la bouche de ce jeune homme à la peau blanche. Il faisait très fier de lui, très sur aussi et lui reprochait de ne pas s’être présenté.  Cela la faisait quand même un peu sourire. Il n’aimait vraiment pas le village de Kumo en même temps, c’était compréhensible. Ce village lui avait prit son père sous un faux prétexte, mais les choses changent. Les personnes ne sont pas toutes les mêmes et c’est cela qu’il faut garder en tête. Si une personne nous fait du mal, nous fait souffrir, il faut se dire qu’elles ne sont pas toutes comme ça. Que personne ne se ressemble.

Law eut un petit soupire en le regardant alors qu’il avançait doucement dans le village. Cela la faisait quand même sourire. Il ne connaissait pas le village et voulait trouver la tour du Raikage. Avec toute la haine et la rancœur qu’il avait. Cela n’allait pas être facile et il allait plus exploser de colère à un moment qu’autre chose. Faisant une petite moue, elle fit quelques pas en avant, restant quand même derrière lui alors qu’elle glissait doucement ses mains froides dans ses poches. Elle reprit le même ton, peut-être que cela allait l’adoucir un peu à force. Le fait de voir qu’elle ne lui voulait pas de mal ? Enfin cela était une bonne question.


« Me présenter … je pensais que c’était à la personne qui venait fouler le village d’une autre personne qui devait se présenter en premier. J’ai beau savoir que tu es un Hyuga, je ne connais pas votre prénom. Bien que je sais vos intentions maintenant. »


Cela allait peut-être l’arrêter, elle ne savait pas vraiment, mais elle continuait de marcher doucement et eut de nouveau un soupire. Law arrivait doucement à hauteur du Konohajin, le regardant dans les yeux une nouvelle fois.

« Hitori Law, pour vous servir. »

Elle s’inclinait même devant lui en mettant une main au niveau de son propre ventre. Elle gardait la tête baisser quelques instants avant de se redresser.  Le regardant de nouveau dans les yeux. Allait-il comprendre qu’il n’avait pas à être si retissant envers elle ? C’était une question qu’elle se posait. Elle était une Kunoichi médecin, mais certaines blessures ne peuvent pas être soigné. Celle de la perte d’un être aimé ou d’un parent laisse une cicatrice au cœur qui est vraiment immense. De telles blessures sont si dures à guérir et parfois, elles ne se referment jamais. Law le savait tellement bien, la perte de son père, puis celle de sa mère lui laissait une cicatrice. Elle baissa les yeux quelques secondes avant de le regarder de nouveau dans les yeux, il pouvait y voir un peu de tristesse.

« Je comprends ta rancœur et ta colère envers nous … envers Kumo, mais on est pas tous ainsi. On n’est pas tous coupable et au lieu d’en vouloir à un village entier, ne pourrais-tu pas en vouloir à la personne qui est le coupable ? Juste parce que l’on est née à Kumo … on n’est pas coupable des crimes d’autres personnes.  Cependant tu vas me dire en quoi ça me regarde, je ne te juge pas, je te comprends juste. Beaucoup parmi nous on perdu des proches à cause de membre de tel ou tel village, mais ce n’est pas pour cela que l’on en veut à tout le village. »

Le regardant dans les yeux quelques instants avant de tourner la tête et soupirer. Elle venait de parler un peu avec son cœur. Cela n’était peut-être pas très bien.

« Désolé, je vous ai tutoyé et je n’aurais pas du. Enfin, je connais l’histoire entre les Hyuga et Kumo et je trouve cela dommage. Enfin, laissez moi être votre guide dans le village pour votre mission. »




© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité





MessageSujet: Re: Les paroles adoucissent les mœurs ... il paraît. / Flash Back / PV : Hitori Law   Lun 24 Juin - 20:00

× Les paroles adoucissent les mœurs ... il paraît ×
Head
× Flash Back ×
× PV. Hitori Law ×  




Froid. Tel est l'adjectif q'utilisait Neji afin de se décrire, à cet instant. Sans aucun regret, il venait de rembarrer cette jeune femme qui venait l'accueillir. Après tout, il n'avait rien demandé, n'est-ce-pas ? Mais il savait que cela n'allait pas s'arrêter là. Cette Kumojin à la voix douce semblait également particulièrement tenace. Neji l'avait constaté dès le premier coup d’œil. Elle se rapprochait plus de sa coéquipière Tenten qu'à sa cousine Hinata. Pour ce qui est du caractère, évidemment. Et en effet, il n'eut pas le temps de faire beaucoup de mètres au sein du village des nuages. La kunoichi avait décidé de le suivre, telle une sangsue. Et de parler. Évident, tout de même. Le Konohajin s'était adresser à elle d'une manière peu courtoise, elle ne pouvait que lui répondre. Ce fut toutefois avec la même voix teintée d'une profonde douceur que la femme à la peau ambrée lui fit remarquer que c'était à celui mettant les pieds dans un autre village de se présenter en premier. Cela était vrai, certes, mais il ne l'avait pas fait, à la fois parce qu'il ne savait pas si elle était là pour lui, mais aussi car il ne voulait pas parler. Cependant, étant donné qu'elle lui  avait ensuite demandé de décliner son identité, elle aurait dû le faire alors avant. Les deux étaient donc en tort, et le jeune homme décida de ne pas revenir dessus. Elle confirma également, tout en le rattrapant, qu'elle savait très bien qu'il était un Hyûga, mais qu'elle ignorait simplement son prénom. A vrai dire, n'importe qui peut reconnaître un membre du clan le plus noble du village caché des feuilles. En revanche, le prénom du nouveau Jounin n'est pas affiché sur son front, contrairement au symbole d'appartenance à son village. Enfin, la jeune femme fit quelque chose de surprenant auquel le Hyûga ne s'était certainement pas attendu. Coupant sa route et replongeant ses yeux noisettes dans ceux de Neji, aussi blancs que ses habits, elle déclina sa propre identité, avant de s'incliner avec respect devant l'adolescent. Ce fut bref, mais cette Kumojin qu'il voyait pour la première fois, prénommée apparemment Law, faisait exactement ce qu'avait fait l'oncle de Neji, Hiashi, deux ans auparavant. S'étant arrêté dans sa marche, le Hyûga regarda la kunoichi de la même façon qu'il avait regardé le père de sa cousine, quelques minutes après sa défaite face à Naruto. Tout comme le chef du clan s'était prosterné devant Neji, alors Genin à l'époque, afin de s'excuser en son nom ainsi qu'au nom de toute la branche principale, Hitori Law semblait le faire pour s'excuser au nom de son village, qu'elle savait parfaitement fautif dans cet incident d'il y avait douze ans. Ceci eut immédiatement un effet positif sur le jeune homme, qui se détendit alors peu à peu, sans même s'en rendre compte. Ses sourcils, froncés comme jamais, se décrispèrent, à l'instar des ses épaules qui se relâchèrent. Mais Neji n'y faisait pas attention, gardant son attention concentrée sur la prénommée Law, qui se redressait et plongeait pour la troisième fois ses yeux couleur ambre dans ceux couleur neige de Neji.


Elle s'adressa alors de nouveau à lui, affirmant comprendre ce que Neji ressentait. Chose dont il ne doutait pas, dans ce monde parsemé de discordes meurtrières. Cependant, elle lui demanda, avec raison en partie, pourquoi il ne gardait pas toute cette rancune, qu'il venait de diriger sur elle dès leur rencontre, sur le véritable responsable de cette tragique histoire. Dans le fond, elle n'avait pas tort. C'était au commanditaire de l'enlèvement de Hinata qu'il fallait en vouloir, pas au village entier de cette personne. Cependant, cette personne-ci se trouvait être le Yondaime Raikage, actuel dirigeant du village de Kumo. Et il ne faisait aucun doute pour qui que ce soit que cet homme n'avait pas décidé seul de cette action envers le clan de Konoha. Le conseil, les anciens du village, ainsi que ceux ayant accueilli cette opportunité avec enthousiasme, sans compter ceux ayant accepté de faire partie du plan de l'enlèvement et de la mort de Hizashi ... Tous étaient responsables du drame qui bouleversa Neji dès son plus jeune âge. Et il lui était malheureusement impossible de savoir précisément qui étaient ces gens. C'est pourquoi sa rancœur s'était dirigée sur le village des nuages au complet, et non uniquement sur son Kage. Toutefois, Neji le vit dans les yeux de celle qui lui faisait face : elle avait tout d'innocent, et était parfaitement sincère avec lui. De plus, beaucoup trop jeune à cette époque, le jeune homme n'avait aucune raison valable de s'en prendre à elle comme il l'avait fait. D'autant que celle-ci continuait de s'excuser, en son nom cette fois. Elle s'excusait de l'avoir ainsi tutoyé, et lui proposait même d'être son guide dans le village. Ne bougeant pas, laissant sa longue chevelure flotter au gré du vent, il prit la parole à son tour. Cependant, son ton fut nettement différent du précédent, parlant avec un peu plus de douceur, et plus une once de colère envers cette belle jeune femme.


« Hyûga Neji. Fils unique de Hyûga Hizashi, dont vous connaissez déjà l'histoire, et cousin germain de Hyûga Hinata, l'héritière du clan. »



Il s'était finalement présenté dans les règles, bien qu'il n'eut pas précisé son nouveau grade de Jounin. Non seulement, il n'avait aucune raison de le faire lors d'une rencontre non officielle, mais en plus, il n'aimait pas se vanter. Ou plutôt, il n'aimait plus. Car en effet, Jounin à seize ans était relativement rare. Dégageant ensuite son regard pénétrant de celui de la kunoichi de Kumo, il regarda tout autour de lui. Bien que seulement à l'entrée du village caché, Neji pouvait constater une très forte activité ici, malgré le froid, tout comme dans son propre village. De nombreux villageois passaient, le visage heureux, un sourire au lèvres. Cela lui fit un léger pincement au cœur de les voir sourire ainsi, alors qu'une bonne partie d'entre eux n'étaient encore là que grâce au sacrifice de son père, qui avait évité une nouvelle guerre entre le Feu et la Foudre. Mais il savait pertinemment que ces hommes, femmes et enfants n'y étaient pour rien dans cette histoire, encore moins que les shinobis et kunoichis de ce village. De nombreux marchands de tous horizons affluaient également, prêts à vendre leurs produits dans le village qui était considéré alors comme la plus grande puissance du continent. De nombreuses personnes allaient et venaient en tous sens, tandis que des enfants jouaient en plein milieu des rues, se lançant des boules de neige avec le peu qu'il restait sur le sol. Observant cela, Neji se relaxa de plus belle. Et c'est avec la même voix posée qu'à son habitude qu'il s'adressa à Law, tout en continuant de regarder les alentours.


« Tout shinobi connaît le deuil, c'est ainsi qu'est fait notre monde. Que ce soit un ami, un frère, un parent, nous avons tous perdu un proche. Pour notre génération, les plus chanceux ont perdu, dans le pire des cas, un grand parent, qu'ils n'ont jamais connu, lors de la Grande Guerre précédente. D'autres n'ont pas cette chance. Cependant, la haine et la rancune engendrée par ces pertes sera toujours présentes dans le cœur des gens, quoiqu'ils disent. C'est pourquoi il y a déjà eu trois guerres sanglantes opposants nos villages, et les autres. Même si aujourd'hui, ces victimes de ces pertes inutiles, comme moi, se disent prêtes à pardonner aux villages responsables, je suis sûr que si une nouvelle bataille survenait, toute cette haine éclaterait, et toutes ces paroles disparaîtraient sur le champ. Moi, je ne me voile pas la face. Car je sais que si l'on me demandait demain de combattre aux côtés de Kumo malgré la mort de mon père, je le ferais, mais à contrecœur.  Comme ce serait le cas de beaucoup d'autres ... »



Neji s'était perdu dans ses pensées. Il repensait à de nombreux événements de sa vie, ainsi qu'aux événements antérieurs à celle-ci. Notamment les trois guerres ninjas, qui avaient occasionné la disparition de plusieurs centaines de milliers de vies humaines. Avec un seul facteur d'origine : cette haine, la même qu'il éprouvait envers ce village dont il venait de fouler les terres, et pour les mêmes raisons. Était-ce donc cela, le monde des shinobis ? Neji ne valait-il pas mieux que ces nombreuses vies antérieures ? Allait-il suivre la même voie que ses prédécesseurs, avec Kumo ? Il n'en avait aucune envie, et pourtant, cette rage était toujours bien ancrée en son être, surtout lorsqu'il pensait à la rencontre avec l'ombre des nuages qui l'attendait. Reportant son attention sur la kunoichi qui lui faisait toujours face, il s'adressa tout de même à elle avec un ton plus léger, voire honteux.


« Vous n'avez pas à vous incliner devant moi comme vous l'avez fait. Je ne suis qu'un membre de la Bunke, plus jeune que vous qui plus est. C'est à moi de m'excuser. »



Puis il s'écarta de nouveau et reprit sa marche, lentement, vers le cœur de Kumo. Cependant, il ne manqua pas de tourner la tête sur sa droite afin de regarder la jeune femme, à présent derrière lui, du coin de l’œil, avant d'ajouter :


« Je dois justement rencontrer cette personne responsable de ... cette histoire. Il me faudrait bien un guide, pour la trouver, et pour m'aider dans ce qui m'attend face à elle. Si vous voulez ... »



Neji avançait à très petits pas, afin de rester suffisamment proche pour entendre une quelconque réponse de la Kumojin. Il espérait vivement qu'elle accepterait de l'accompagner sur le chemin, afin de lui faire partager son avis, ainsi que son idée sur l'approche à avoir avec le véritable meurtrier de son père. Tous les Kumojins n'étaient pas monstrueux, Hitori Law, douce et respectueuse kunoichi, en était la preuve.


©Wayke
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité





MessageSujet: Re: Les paroles adoucissent les mœurs ... il paraît. / Flash Back / PV : Hitori Law   Mer 31 Juil - 19:50

Pas de nouvelle de Law. Rp terminé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité





MessageSujet: Re: Les paroles adoucissent les mœurs ... il paraît. / Flash Back / PV : Hitori Law   Sam 3 Aoû - 1:02


Correction RP


> Hyûga Neji <

    Positif


    - Taille conséquente, bien suffisante pour ton rang.
    - Belle plume, posts fluides.
    - Belle mise en page (même si ce n'est qu'objectif), réponses aérées.


    Négatif


    - Répétition des mots "Jounin" et "Kumojin" assez importante.


    Récompense


      Nombre de mots : 3953
      Gain de mission : /
      Calcul : 5+((1277+1034+1642)/40) = 103.825 ~ 104  

      Expérience gagnée : 104 XP.
      Ryos gagnés : /



> Hitori Law <

    Positif


    - Bonne maîtrise de la langue française.
    - Belle mise en page (même si ce n'est qu'objectif), réponses aérées.
    - Posts assez longs pour ton rang.


    Négatif


    - Quelques erreurs au niveau de la conjugaison.
    - Petites fautes au niveau des pluriels/singuliers.


    Récompense


      Nombre de mots : 2075
      Gain de mission : /
      Calcul : (1028+1047)/40 = 51.875 ~ 52

      Expérience gagnée : 52 XP.
      Ryos gagnés : /



Meï se chargera de vous attribuer vos récompenses. Wink


Correction RP
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Les paroles adoucissent les mœurs ... il paraît. / Flash Back / PV : Hitori Law   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les paroles adoucissent les mœurs ... il paraît. / Flash Back / PV : Hitori Law

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les Paroles de Jean Dominique:
» Haiti Les Paroles D'un Assassin En Liberte Et Les Cris D'une Veuve En Exil !
» Saurez-vous compléter ces paroles de chansons...
» Jeune fille aux cheveux de feu, brûle le mal de tes paroles. [Yaelle]
» N'oubliez pas les paroles !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
rpg
 :: Pays de la Foudre :: Kumogakure no Sato :: Portes du village
-