AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
De gros personnages libres, dont: Hidan, Kakashi,A Yotsuki, ou encore Jûgo ! Les villages sont attaqués par de dangereux déserteurs, Iwa est le premier village à avoir pu écarter la menace ! Kiri et Iwa sont de nouveau ouverts ! Konoha accepte deux ninjas inventés ! Les Nukenins inventés sont de nouveau autorisés !


LA CÉRÉMONIE DES OSCARS COMMENCERA A 22H CE SOIR !


Partagez | .
 

 Ma Justice est plus Criminelle que le Crime ~ Last Chapter [PV : Konan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité





MessageSujet: Ma Justice est plus Criminelle que le Crime ~ Last Chapter [PV : Konan]   Lun 6 Mai - 20:48

"The Last Chapter of Toshi's


Story"


[Flash Back]





L
e pays des sources chaudes. C’est loin, bordel de merde ! Toshi ne s’en était point rendu compte avant d’effectuer le voyage à pied, mais il a pu le constater par lui-même, en marchant d’un pas banal, nonchalant, en prenant repos ou refuge dès qu’il le souhaitait, il mit 6 mois à arriver dans ce foutu pays. Cependant, dès le premier regard, il sut que cet endroit était fait pour lui. Il ne portait pas son nom pour rien, et à perte de vue, il y avait des bains chauds, n’attendant plus que des grosses feignasses sans but dans la vie ne viennent y prendre refuge. Et c’est exactement ce qu’il avait l’intention de faire (ou de ne pas faire, tout dépend du point de vue Rolling Eyes)

Des années d’errance sans but aucun, si ce n’est de vivre à son bon vouloir, de décider du jour au lendemain de la direction à prendre, d’élire domicile dans tous les endroits que l’on veut en assassinant les propriétaires des lieux désirés, et tous ces genres de crasses à but unique d’emmerder la population locale. S’il y a bien une chose qu’il aimait plus que de faire du bordel, c’était celui de propager une certaine forme de chaos et une odeur de sang frais sur le sol de tout endroit qu’il visitait, et ce sans jamais se cacher, sans jamais craindre qu’un ennemi plus puissant que lui n’essaye de l’arrêter. Après tout, le pays des sources chaudes est connu pour tout, sauf ses shinobis, et le plus doué d’entre eux, à la connaissance de Toshishiro, n’aurait même pas été capable de lui causer une égratignure au mollet.

Il erra ainsi douze années durant. Il ne saurait encore maintenant vous dire combien de maisons il a pillées, combien de personnes il a assassinées, gratuitement ou non, combien de femmes il avait violées, ou tout ce genre de choses superflues. Il ne se passa rien de réellement marquant pour lui, si ce n’est le fait d’avoir été à la tête d’un réseau de criminels, dealers et proxénètes. Un groupe sans nom, qui avait pour seul but pour Toshi de se divertir, tout en provoquant le désordre qu’il aimait tant propager. Rien de bien marquant cependant, car ses hommes s’étaient révélés encore plus mauvais qu’ils n’en avaient l’air, et avaient réussi à se faire tuer par des shinobis en cape rouge et noire. L’homme ne sut jamais si c’était par peur de la concurrence ou par simple divertissement, mais il se renseigna sur les coupables, ils appartenaient à un groupe qui portait le nom d’ « Akatsuki ». Ce fut la première fois qu’il entendit ce nom. Celui, qui, à jamais, aller changer sa vie.

Au cours de diverses années à essayer de satisfaire son sentiment de curiosité, il apprit tout ce qu’il avait besoin de savoir sur l’organisation en question, à savoir la pagaille et le désordre qu’ils causaient à travers les 5 grandes nations toutes entières. Au fur et à mesure que ses connaissances en la question s’accroissaient, se montrait de plus en plus… Admiratif ? Non, ce n’est pas le mot adapté, il était bien hautain pour admirer autre chose que sa propre personne. Disons simplement qu’il était plutôt séduit par le fait d’être payé à faire ce qu’il aimait le mieux. De l’argent malhonnête gagné de manière honnête, quoi de mieux ?

Ses tergiversations le menèrent droit au pays de la pluie, au village d’Amegakure no Sato, soit à la presque frontière de son pays natal, non à son déplaisir. Il se ferait une joie de remémorer le bon vieux temps à son katana, qui ne demandait que du sang de Sunajin. Mais là n’était pas la question. A travers une balade pluvieuse, il trouva, non sans facilité, une immense tour, « La Tour du Dieu », telle qu’elle était nommée par les locaux, ce qui arracha un sourire à l’homme d’âge mûr. Il pensait évidemment qu’une tour avec un tel nom n’attendait que lui, et c’est pourquoi il s’y était dirigé. Et puis, il vit cette femme. Un regard froid, un visage quasi glacial ne perdant cependant pas une once de son charme naturel. Cette femme avait des cheveux bleu roi, et arborait un piercing en dessous de la lèvre inférieure. Elle portait ces fameux vêtements noirs et rouges, symboles de l’organisation sur laquelle il cherchait à se renseigner en personne depuis tant d’années, c’est pourquoi il prit la parole.


- Mademoiselle, dit-il en s’inclinant légèrement, comme il le faisait à chaque fois qu’il arborait un ton charmeur pour parler à une personne de la gente féminine, j’ai entendu parler de votre petit groupe qui a assassiné des hommes à moi par le passé. Des bon boulets, ne vous en faites pas, ce ne sont pas des représailles. Mais étant donné que j’ai appris qu’en venant ici, on peut être payé à foutre le bordel, et ce avec une certaine liberté d’action, je pense que je suis votre homme. Je ne connais pas votre but cependant, et je m’en tape complètement, surtout si il peut être amusant pour un homme comme moi. Si cela ne vous dérange guère, j’aimerais prendre part à vos petites fêtes, et m’amuser avec vous, et je suis certain que je vous serai indispensable. Je ne sais pas si vous me connaissez, à vrai dire je sais même pas si vous prenez la peine d’avoir des registres, mais je me présente tout de même, Toshishiro Ishikawa, prêt à filer un bon coup de main à vous, qui avez bien besoin de moi, à condition que je sois bien payé.

Via ce discours, Toshi espérait également que la personne en face d’elle ait déjà entendu son nom, afin de ne pas perdre son précieux temps à glander pour des futilités telles que présentations ou toute autre connerie inutile. Il savait qu’il pouvait s’amuser avec eux autant qu’il pouvait leur apportait, car lui seul au monde possédait ses facultés, qui ont fait de lui l’être pourri qui est tant connu à travers différents pays.



Crédit: Cali' in Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité





MessageSujet: Re: Ma Justice est plus Criminelle que le Crime ~ Last Chapter [PV : Konan]   Ven 10 Mai - 12:10


Ma justice est plus criminelle que crime.
KONAN



Les papiers décolla de cette femme mystérieuse, froide et presque inaccessible à la conversation, tournoya dans les airs comme si elle était emportée par une rafale de vent, puis fila droit vers cet homme plein d'ambition. Elle heurta un point précis, tout près de son oeil et le papier en question s'arrêta d'un ordre de la main de la ninja. Dès que les orbites furent sortirent des yeux de Toshishiro, il comprit que c'était une femme de caractère, ne se laissant pas marcher sur les pieds mais son réflexe resta sincère.

- Mademoiselle, dit-il en s’inclinant légèrement, comme il le faisait à chaque fois qu’il arborait un ton charmeur pour parler à une personne de la gente féminine, j’ai entendu parler de votre petit groupe qui a assassiné des hommes à moi par le passé. Des bon boulets, ne vous en faites pas, ce ne sont pas des représailles. Mais étant donné que j’ai appris qu’en venant ici, on peut être payé à foutre le bordel, et ce avec une certaine liberté d’action, je pense que je suis votre homme. Je ne connais pas votre but cependant, et je m’en tape complètement, surtout si il peut être amusant pour un homme comme moi. Si cela ne vous dérange guère, j’aimerais prendre part à vos petites fêtes, et m’amuser avec vous, et je suis certain que je vous serai indispensable. Je ne sais pas si vous me connaissez, à vrai dire je sais même pas si vous prenez la peine d’avoir des registres, mais je me présente tout de même, Toshishiro Ishikawa, prêt à filer un bon coup de main à vous, qui avez bien besoin de moi, à condition que je sois bien payé.

Des voix lui parvinrent, en provenance du lieu où se tenait actuellement l'Ange de Dieu, étouffées par une vieille caisse placée à l'extrémité de la grande tour. Celles-ci étaient trop flous, trop ignorantes qu'il ne put les déchiffrer. Konan, à moitié décomposé, s'approcha de lui en lévitant très légèrement comme une douce plume en plein vole. Elle le voyait à présent, dans la lumière, il voyait ses yeux oranges, son visage froid, dont la pâleur luisait légèrement dans la pénombre. Dans le silence qui suivit, il crut sûrement entendre cette jeune femme lui crier "Au secours" mais ce n'était qu'une illusion. Toujours agenouillé face à cette dernière, le ton de Konan était calme, songeur, mais en réalité il sentait s'élever en elle une fureur contrôlée. Comment un homme oserait-il rabaisser l'Akatsuki ? Comment un homme oserait-il se venter de lui-même en disant que cette organisation a sans doute entendu le nom du ninja ? C'était osé, c'était presque honteux.

Vous êtes à deux doigts de repartir d'ici, le ciel pleure, pleurait avec lui si vous continuez dans ce chemin obscène. L'Akatsuki ne sont pas tout les critères que vous aviez prononcez, nous voulons répandre une paix dans ce monde désastreux où guerre rime avec jouet. Vous prenez cette conversation comme une discussion entre amis ? Navré, votre profil est encore inconnu à nos yeux.

L'espace d'un instant, il vit le profil de l'Ange lui tourner le dos. Elle s'était maintenant tourné une nouvelle fois devant lui et, son visage ressemblait à un masque mortuaire. Elle était blanche comme du marbre et ses traits avaient une telle immobilité que lorsqu'elle parla à nouveau, ce fut comme un choc de voir que quelqu'un vivait encore derrière ces yeux vides. Et puis, il demande à être payé. Cela été trop pour un recrutement et puis, il était réellement inconnu, pourquoi rentrer dans une organisation de criminelle en quelque sorte si on a pas fait une action osée ? D'un mouvement du bras, elle donna un grand coup de vide dans le vent. Ce geste n'eut aucun effet sur lui, qui, pendant une fraction de seconde, sembla penser qu'il avait été épargné d'une technique. Mais l'intention de l'Envoyer de Dieu devint très vite manifeste. Il y eut un horrible hurlement.

Peut-être si vous parvenez à me faire croire que vous êtes quelqu'un remplit d'ambition et qui veut rétablir cette paix saturé... ? Je vous propose donc une légère mission, cette dernière consistera à délivrer une bataille contre Temari, soeur de Gaara. Si vous réussissez à la capturer, je vous laisserais rentrer dans l'Akatsuki et vous m'auriez prouvé à un point fort que vous serez à la hauteur pour servir notre organisation. Si vous échouez... La porte sera toujours ouverte mais votre réputation sera très légère.

Elle ne savait pas pourquoi elle agissait ainsi, pourquoi elle s'approchait d'une demande au suicide. Cette espèce de mission qu'elle lui avait donné été quasi impossible à surmonter, avec toute la population qu'il y avait à Suna, le pays du sable. Peut-être que si il joue carte stratégique, il réussira à capturer la Dame du Vent. Mais, lui, ne savait pas très bien ce qu'il ressentait réellement en voyant le visage livide de Konan et ses doigts qui essayaient d'étancher sa propre cape. En réalité, elle voulait peut-être lui dire va t-en, ne rentre pas dans cette secte affreuse contrôlé par des personnes meurtrières. Les yeux de Toshishiro croisèrent les yeux oranges de Konan mais un instant plus tard, quelque chose sembla s'éteindre au fond du regard sombre qui devint fixe, terne, vide, le regardant. Il resta à genoux au côté de cette femme au coeur pur, et la regarda simplement, jusqu'à ce qu'une voix froide et aiguë parle soudain si près de lui qu'il se releva d'un bond. Il se rendit compte qu'elle s'adressait en fait à Pain. Son souffle sur la nuque du rouquin, suffisamment près pour lui parler du jeune recrut. En espérant à tout prix que cet homme ne fasse pas fausse route, se disait-elle dans sa tête, espérant surtout qu'il échoue durant sa capture face à Temari. Elle ne voulait pas que cette Akatsuki s'agrandisse, surtout avec les membres qu'il y avaient, des infâmes ! Elle souhaitait être rejetée de l'organisation, en tout cas, si Pain parvenait à mourir, cela été sûr que Konan quitta l'organisation et luttera contre cette dernière. Elle joignit ensuite le regard du jeune homme en attendant sa réponse.








Revenir en haut Aller en bas
 

Ma Justice est plus Criminelle que le Crime ~ Last Chapter [PV : Konan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Justice et sécurité publique : la ligne transversale
» Jamaica struggles to fight crime
» La justice de Raphael [Terminé]
» HAITI-Justice : Un Système Judiciaire Qui Pirouette.
» Les oubliés de la Justice haitienne...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
rpg
 :: Pays de la Pluie :: Ame no Kuni :: Tour du Dieu
-