AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
De gros personnages libres, dont: Hidan, Kakashi,A Yotsuki, ou encore Jûgo ! Les villages sont attaqués par de dangereux déserteurs, Iwa est le premier village à avoir pu écarter la menace ! Kiri et Iwa sont de nouveau ouverts ! Konoha accepte deux ninjas inventés ! Les Nukenins inventés sont de nouveau autorisés !


LA CÉRÉMONIE DES OSCARS COMMENCERA A 22H CE SOIR !


Partagez | .
 

 Collecte d'information [Deidara]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité





MessageSujet: Collecte d'information [Deidara]   Sam 7 Déc - 18:45



Arc Gobi, introduction : Artiste et Mécénat... une relation explosive !


Quelle plaie ? N'était-ce pas suffisant ? Kakuzu avait déjà rempli une partie de son contrat avec Nibi...et pourtant, Pain exigeait maintenant Gobi. Chaque binôme devait fournir son Bijuu et le trésorier était une fois de plus interrompu dans ses affaires pour s'occuper des affaires d'Akatsuki. La robe rouge avait un poids de plus en plus conséquent, mais les contrats étaient les contrats. L'appartenance à l'Aube avait ses avantages, il fallait s'affranchir des obligations et ne pas rechigner à la tâche. Le problème était cependant autre cette fois, Kakashi avait maintenant identifié Kakuzu, il se pouvait que Konoha ouvre une enquête et là, ça deviendrait problématique, tout simplement car le prédateur serait traqué. Un prédateur, aussi talentueux soit-il, doit rester dans l'ombre s'il veut faire de vieux os. La chasse aux Bijuus était pourtant un concept qui poussait Akatsuki sur la scène publique. Les nuke-nin de rang S de la Lune ôtaient au village ce pour quoi ils se battaient becs et ongles. Si Gobi venait à être capturé encore une fois par Kakuzu, les choses se sauraient et il faudrait faire profil bas un moment. Tout le concept de chasse aux Bijuus reposait cependant sur un concept simple, celui de la rapidité d'action, Akatsuki sortait de l'ombre et comptait sur son incroyable force de frappe et sa logistique pour agir rapidement, sans laisser les villages répliquer. C'était probablement pour cela que Pain avait lancé des offensives sur les Jinchuuriki, il espérait terminer la chasse le plus rapidement possible et ainsi éviter des pertes inutiles dues au fait que les villages commençaient à s'intéresser aux membres de l'Organisation. Kakuzu voulait éviter d'avoir des désagrément dus à une attaque de forces spéciales ou d'Oi-Nin. Les choses étaient ce qu'elles étaient, Pain était l'employeur de Kakuzu, il connaissait son métier et était le chef d'Akatsuki, il fallait donc faire selon ses directives, après tout, c'était lui qui permettait au vieux déserteur de Taki de continuer à faire vivre son entreprise inpunément.
Le vieil homme avait rejoint un autre plateau isolé, le jour avait bien baissé et il était clair qu'il n'avait pas été suivi. Portant encore sa cagoule et sa cape, on ne pouvait pas prédire qu'il avait essuyé un combat aussi terrible. Le plateau de Konama était à plusieurs kilomètres de la zone de combat avec Kakashi, c'était le lieu où Kakuzu devait rejoindre son partenaire. Hidan avait du revenir voir Pain et ce dernier l'avait probablement rappelé à ses obligations. Rien que l'idée du chef de l'Organisation  passant un savon à ce merdeux arracha un sourire à Kakuzu...Hidan était une nuisance de moins en moins supportable. Son arrogance et sa religion de pacotille étaient également des nuisances encore plus grandes. L'avantage d'Hidan était qu'en dépit de son instabilité, il nourrissait une certaine crainte de son partenaire, ce qui le rendait aisément malléable si Kakuzu décidait de vraiment lui mettre une pression. Le vieux chasseur de prime n'était pas un chef dans l'âme, mais il avait ce petit truc qui le rendait charismatique et le poussait à prendre les rennes de la situation. Il n'avait jamais cependant supporté l'incompétence, c'était d'ailleurs pour cela que beaucoup de ses coéquipiers avaient été tués par ses soins suite à ses coups de sang. D'un côté, Pain ne lui avait pas donné les meilleurs dans ses premières années à Akatsuki, il s'agissait pourtant de déserteurs de rang S...des nuke-nin de rang international qui avaient tous des pouvoirs terrifiants, mais rien n'est plus terrifiant qu'un monstre et le monstre aux plusieurs cœurs avait vaincu et tué tous ses partenaires.
Kakuzu arriva sur le plateau, son partenaire Hidan ne devrait pas tarder à arriver. Alors qu'il avançait sur le plateau, c'est alors qu'il vit l'immense forme blanche, un oiseau d'argile posé. Son maître n'était pas très loin, Deidara, un gamin d'une vingtaine d'années qui avait rejoint Akatsuki pour travailler avec Sasori. Maintenant que Sasori était décédé, il était clair que Deidara devait se trouver un autre partenaire, Pain l'avait placé avec le dernier abruti arrivé en date, le dénommé Tobi. Le jeune homme à l'imposante chevelure blonde attendait Kakuzu. Les yeux du vieil homme roulèrent comme des billes desséchées par le temps et fixèrent, non sans une certaine véhémence, le jeune malade des explosifs.

« Deidara...c'est donc toi qu'ils m'ont envoyé. Nous allons visiblement devoir collaborer. »

Deidara était un jeune impertinent doublé d'un arrogant...fort heureusement pour lui, son grand talent avait rattrapé à chaque fois ses écarts de conduites. Sasori avait failli de nombreuses fois le tuer, pourtant le maître-artisan était un homme particulièrement stoïque. Kakuzu savait qu'il y avait un risque non négligeable que la situation dégénère. La voix rocailleuse retentit à nouveau.

« Les ordres sont clairs, le Jinchuuriki de Gobi est dans le coin, nous devons le localiser et le capturer. J'ai quelques contacts dans le coin qui pourraient nous renseigner. Allons à la rencontre de ces contacts et localisons le Jinchuuriki...je ne veux pas que cette traque dure trop longtemps, c'est du temps perdu pour mes affaires. Tâche de ne pas faire trop de bruit, ça a la fâcheuse tendance de m'énerver et lorsque le sang me monte à la tête, je ne réponds plus de rien. »

Voilà, le ton était donné, le vieillard haineux en cape noire tourna les talons, se dirigeant vers l'immense campagne du Pays de la Foudre qui leur faisait face. Kakuzu avait les contacts, il savait qui aller voir, c'était la prochaine étape. Même si Deidara était un petit arrogant, le vieil homme sourit sous sa cape, il était bien plus réfléchi qu'Hidan et, en dépit de sa personnalité exubérante, c'était un shinobi redoutablement efficace. Gobi ne le savait pas encore, mais il était déjà mort...bientôt, son chakra nourrirait la bête affamée qui peuplait le fond de la grotte dans laquelle se réunissait l'Organisation de l'Aube.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité





MessageSujet: Re: Collecte d'information [Deidara]   Sam 7 Déc - 22:53


© Yamashita sur épicode

Collecte d'information
« Une rencontre qui mérite d'être explosive. »


feat. Kakuzu



Le petit nombre d’âmes vivantes, pour qui le Sang d'un Dieu est valable encore, se trouve en présence d’une multitude inconcevable, inimaginée jusqu’ici. C’est « la troupe infinie des gens qui se tiennent devant le Trône, en présence de l’Agneau, vêtus de tunique immaculés de sang et des palmes dans les mains ». Ces gens sont les hommes qui sont la principauté des guerres. Interminablement ils défilent sur la prairie qui est juste au-devant du ciel. Puis, soudain on s’aperçoit que les oiseaux tombent des nues, que les fleurs périssent, que tout meurt sur leur passage, enfin qu’ils laissent derrière eux une coulée de putréfaction, et, si on les touche, il semble qu’on soit inoculé à jamais du sang qui est immaculé sur leurs mains. Je déclare, au nom d’un très grand groupe d’individus aimant leur chef et décidés à mourir pour lui, quand il le faudra, que le spectacle des ninja entraînés modernes est une tentation au dessus de nos forces. Lâcheté, Avarice, Imbécillité, Cruauté. Ne pas aimer, ne pas donner, ne pas voir, ne pas comprendre, et, tant qu’ils peuvent, faire souffrir !

Il y a peu, j'ai dû occuper mon temps à l'extraction d'un des Bijuu durant trois jours. Trois jours qui étaient interminables. Les courbatures causées par la position que je retenais pendant ce long moment me faisait vraiment mal, j'avais bien hâte de me dégourdir un peu les pattes. Les langues de mes mains bougeaient de partout, leurs baves stagnantes dans mes paumes coulaient abondement tandis qu'elles sentaient l'odeur de l'argile dans ma sacoche - oui, les bouches sur mes paumes sentent cette odeur. Elles étaient impatientes de s'amuser à tout exploser, à laisser cendre et carnage sur leur passage. Ces bouches étaient mon pouvoir, ma puissance, mon essentiel. Grâce à elles, j'étais un jeune garçon plein de force et d'assurance. Je ne peux perdre ou bien mourir avec le talent que j'avais. Je pouvais ressentir le plaisir intense que je leur procurais quand je leur offrais de l'argile, l'extase immense quand celles-ci pouvaient faire de leurs langues et de leurs bouches, une création digne d'un des plus grands artistes sur ce monde. Je faisais éclore des créations au-delà de toute espérance, dépassant les limites des rêves, car les rêves deviennent réalité grâce à moi. Rêvez d'avoir un artiste de talent? Vous l'avez. Rêvez de pouvoir avoir toutes formes de créations aussi belles qu'explosives? Vous l'aurez. Savoir si ce monde peut périr sous les explosions et ne devenir que cendre et poussière? Vous saurez. Vouer votre existence au plus puissant artiste connu. Vous pouvez.

Avant l'extraction, Pain s'était entretenu avec moi et Tobi pour se mettre d'accord sur une prochaine expédition en terre inconnue. Mais à la fin de l'extraction, cette tête de mule décida de changer les plans pour m'envoyer avec un autre. Il se nommait Kakuzu. Je ne le connaissais seulement que de nom et de physique holographique, je ne l'avais encore jamais rencontré en vrai et je connaissais encore moins son caractère. Il avait l'air plutôt sérieux, il était le trésorier de l'Akatsuki, vouant sans doute sa vie à des proies prisées par les chasseurs de primes. La mission était plutôt simpliste, il fallait simplement obtenir des informations sur un certain Bijuu nommée Gobi. D'après nos quelques informations, Gobi serait le démon à cinq queues, mais sa localisation n'était pas dans nos papiers. Nous devions donc nous débrouiller pour le dénicher. Mais après ça, il fallait sans aucun doute commencer à le capturer. Et je ne me voyais pas le combattre avec un personnage que je ne connaissais pas, surtout face à une bête aussi immense qu'un Bijuu. Mais de toute façon, je n'avais pas besoin de lui pour exploser le crâne de ce démon, j'en avais le potentiel. Je pouvais faire le travail seul mais il fallait toujours que je fasse équipe avec un abruti. En premier lieu, il y avait Sasori puis en second, Tobi. J'ai hâte de voir comment est ce "Kakuzu", ça va être amusant.

Le jour commençait à disparaître et le soir tombait sur le plateau proche des montagnes du pays de la foudre. Un oiseau d'argile blanc frappait l'air de ses ailes pour planer au-dessus de cette terre aride. Celui-ci rejoignait le point de rendez-vous à grande vitesse, sa vitesse de pointe frôlait l'exploit. J'étais sur son dos, mes deux pieds plaquaient sur cette structure, ma tunique noire ornée de nuages rouges volait au vent. Les claquements des plis de mes vêtements faisaient des petits sons dans l'air. Mes cheveux partaient en arrière tandis que ma mèche bougeait dans tous les sens. Mon appareil oculaire était bien voyant et je scrutais l'horizon en réajustant le mécanisme. Peu de temps après, le point de rendez-vous était juste en dessous de moi tandis que mon oiseau piquait vers le bas. Quand ses pattes se déposaient sur le sol, je pliais mes jambes pour déposer mes fesses sur le dos de ma création. Il était rare que je sois en avance, mais je pense que c'était plutôt lui qui était en retard. Je levais mes yeux au ciel pour regarder l'heure qu'il était. Quand je rabaissais mon visage, je pouvais voir un homme approcher de moi. Il portait la tunique de l'Akatsuki ainsi qu'un masque ne dévoilant que ses yeux. Il s'avançait vers moi pour m'adresser la parole. « Deidara...c'est donc toi qu'ils m'ont envoyé. Nous allons visiblement devoir collaborer. » soupirais-je lorsqu'il disait ses quelques mots. Il me pondait ensuite de longues paroles qui commençait à m'ennuyer sérieusement. Il avait l'air d'être un type strict et suivant les règles, mais je n'étais pas comme ça. Je lui coupais la parole après le mot "Jinchuuriki" pour ouvrir ma bouche. « Tu parles trop. Je sais le travail qu'on a à faire, je te suis mais ne nous retarde pas. » disais-je en sautant de mon aigle d'argile qui explosait en fumer, pour commencer une marche vers l'horizon.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité





MessageSujet: Re: Collecte d'information [Deidara]   Dim 8 Déc - 11:54


Arc Gobi, introduction : les Bourgeons du Mal à l'oeuvre



[b]Deidara coupa le vieil homme avec un air arrogant et totalement désinvolte, cela ne démonta pas le trésorier qui avait l'habitude de ce genre de comportement avec Hidan. Si Deidara ne connaissait visiblement pas Kakuzu, l'inverse n'était pas vrai, les Books étaient très éloquents à son sujet et surtout, les grandes réunions d'Akatsuki lui avaient permis de l'observer. Un sale petit gamin arrogant, voilà ce qu'il était, mieux valait ne pas relever toutes ses imbécillités, sinon, le déserteur de Taki l'aurait tué immédiatement. En fait, peu de binômes de l'Akatsuki s'entendaient bien, ils finissaient toujours pour entrer en conflit, mais là, c'était différent, face à un monstre comme Gobi, il valait mieux être plusieurs. Pas que Kakuzu ne se sentait pas de combattre un Bijuu seul, mais en réalité, il ne voulait pas risquer sa vie gratuitement, il était trop prudent pour cela. Deidara était une tête brûlée, en tout cas il avait cette réputation, il n'en était pas de même pour le vieil homme qui préférait agir dans l'ombre. Une ombre bien protectrice qui lui avait donné une espérance de vie aussi longue. Sans autre forme de procès, Kakuzu se mit en marche, sautant d'arbre en arbre.

Plusieurs heures plus tard, quelque part dans le Pays de la Foudre, 5 kilomètres de la frontière,

Une vieille bâtisse abandonnée comme il y en avait tant dans cette zone limitrophe où la guerre avait frappé. Eniwa et Maiko habitaient un taudis similaire, les déserteurs n'avaient en général pas d'autre choix que de venir s'abriter dans ces trous à rat sordides. Kakuzu n'avait que faire de l'emballage, si les lieux étaient miteux, il s'adaptait, la réalité était souvent d'un pragmatisme décevant. Le vieux ninja faisait avec ce qu'il avait, il se contentait d'utiliser les informations et les capacités qu'il avait à sa disposition. Kakuzu n'avait jamais été quelqu'un d'envieux ou se plaignant de sa condition, les jutsus n'étaient pour lui qu'un moyen parmi tant d'autres pour arriver à ses fins. Cette technique interdite qu'il utilisait n'avait qu'un seul et unique but...servir sa cause et lui permettre de rester opérationnel face aux ninjas qu'il pourrait rencontrer au cours des missions qui lui étaient allouées. Les jeunes générations se succédaient, certains étaient très talentueux, d'autres moins, mais Kakuzu restait dans le circuit, il veillait au grain qui avait permis de financer l'Organisation de l'Aube. Kakuzu s'arrêta devant la porte de bois vermoulu et se retourna vers son binôme de circonstance.

« A partir de maintenant, tu te tais et tu me laisses parler. »


Les nuke-nins qu'allaient voir Kakuzu et Deidara n'étaient pas des enfants de choeur, c'était clair, mais ils n'étaient rien en comparaison avec les Akatsuki. La supériorité de l'Organisation était claire et bien définie, même si les Yakuza et les ninjas déserteurs en tout genre faisaient trembler les villages (du moins certains de leurs membres), ils ne pouvaient pas inquiéter Akatsuki, l'organisation secrète étant constituée de monstres. Le vieux trésorier tapa à la porte. Un petit judas s'ouvrit, un homme portant un masque semblable à ceux des ANBU observa par la lucarne et lui ouvrit, invitant les deux hommes à entrer. La lumière était plutôt faible et ressemblait en tout point au repaire que Kakuzu avait visité au début de sa mission. Les deux furent conduis à une salle où se trouvaient plusieurs ninjas et un trentenaire portant la veste de combat de l'ANBU de Kumo, le jeune homme se trouvait assis sur une chaise, devant un bureau, les pieds croisés sur le bureau. La voix gutturale de Kakuzu retentit, froide, laconique, cinglante.

« Je viens voir Tatsumo. Annoncez lui Kakuzu. »

L'homme avec son uniforme de Juunin regarda de haut en bas les deux nouveaux arrivants et sourit après quelques secondes, comme si ce qu'on lui demandait était absurde. Il avait face à lui deux déserteurs, vêtus de costumes ridicules de surcroît, qui en plus lui donnaient des ordres. La voix du ninja retentit alors, désinvolte et désopilante.

« Tatsumo ? Ça fait bien deux semaines qu'il a été démis de ses fonctions, maintenant le boss ici, c'est moi...Sanada. Premièrement, quand tu t'adresses à moi, j'espère un peu plus de politesse, deuxièmement, toi et ta copine, je vous conseille d'aller traîner ailleurs...car je risque d'être vraiment pas très patient avec deux traîtres qui ont déserté leur village. »

Malaise, ce qui se passa par la suite relevait clairement du malaise...un homme qui se trouvait à côté de Sanada lui murmura quelque chose à l'oreille, comme pour le mettre en garde. Visiblement, cet homme travaillait déjà ici du temps de Tatsumo...il était au courant des magouilles des Kumojins frontaliers de ce poste avec le dénommé Kakuzu et aussi de la dangerosité des hommes qui portaient le vêtement associé au chasseur de prime. La voix du Juunin retentit à nouveau.

« Mais je m'en tape de leur Lune Rose ! C'est pas deux trav' en robe avec avec les ongles vernis qui vont venir m'emmerder aujourd'hui. Va chercher l'équipe de nuit, on va virer ces deux pédales et ils vont retourner illico dans leur boîte homo...qu'ils s'estiment heureux que je ne les fasse pas arrêter ! »

Alors qu'il parlait, deux hommes s'étaient approchés de Kakuzu pour se saisir de lui et de Deidara. Pourquoi fallait-il à chaque fois que ça tourne au vinaigre ? Le chasseur de prime avait eu une très mauvaise journée et ce n'était visiblement pas prêt de s'arrêter. Le Sanada avait dépassé les bornes, le manque de respect dont il avait fait preuve était réellement frappant. Petit à petit, Kakuzu sentait de la pression monter dans ses tempes, une sorte de chaleur qui bouillait à l'intérieur de lui...le sang lui montait à la tête, il voyait rouge. Le premier homme s'approcha de lui, lui intimant de ne pas faire d'histoire...le vieil homme se saisit de sa tête et la tordit dans un angle improbable, un craquement s'en suivit et le molosse tomba au sol. Le deuxième homme afficha un air complètement hébété et n'eut pas le temps de réaliser que Kakuzu lui avait déjà tranché la gorge d'un kunaï. Sanada écarquilla les yeux et la voix haineuse du déserteur de Taki retentit à nouveau.

« Je crois que nous ne nous sommes pas très bien compris...nous sommes ici pour avoir des informations importantes, je vous paye suffisamment pour que vous répondiez sans faire d'histoire. Sanada, voilà l'état de la situation, moi, je suis un homme d'affaire, je suis raisonnable, mais si toi et tes hommes continuez sur cette lancée, je ne pourrai pas répondre de ce que vous fera binôme... »

Kakuzu faisait jouer la fibre commerciale, il savait qu'il avait en face de lui des ninjas corrompus, un petit groupe laissé à la frontière par un pouvoir lointain. Le vent souffla, s'engouffrant dans les tuiles de la petite maison et ponctuant la phrase de Kakuzu. Sanada semblait réfléchir...puis il hurla à nouveau.

« Ta poupée blonde ne me fait pas peur ! Réglons leur leur compte les gars ! »


Sanada se leva, pour rejoindre ses hommes qui se trouvait à côté. Combien de temps cela dura-t'il ? Quelques dizaines de secondes tout au plus, Kakuzu projeta un de ses bras et attrapa Sanada au cou, le tractant littéralement à lui et le ligotant avec ses fils, adressant un regard à Deidara. L'artiste comprendrait vite qu'il allait être à lui d'agir. Les ninjas qui se trouvaient dans la pièce fonçaient vers eux, seul Sanada était important, il était le chef et avait les informations, plus qu'à attendre que Deidara donne une petite leçon d'Art Plastique à ces tocards...le mercenaire s'occuperait d'interroger Sanada.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité





MessageSujet: Re: Collecte d'information [Deidara]   Dim 8 Déc - 14:59


© Yamashita sur épicode

Collecte d'information
« La déferlante puissance d'un artiste. »


feat. Kakuzu



Quel était-ce sentiment ravageur qui habitait mon cœur… ? Etait-ce une blessure que j’ai reçue lors d’un affrontement qui fait subitement surface comme un assassin ? Non… C’était une douleur bien plus intemporelle, une souffrance qui crée une vacuité en mon sein comme si un manque s’y plantait. Quel pouvait-être cette carence que mon Art ne pouvait combler ? Le besoin d’affection ? Non, le domaine Artistique occupe tellement de place dans ma vie d’Artiste que ce pouvait être l’unique raison de mon mal-être. Depuis que j’avais gagné ma place au sein de l’organisation de la Lune Rouge, aucune absence ne se fait ressentir en mon être… A part peut-être les explosions titanesques que je pouvais mettre en scène lors de mes assauts dans les pays voisins à celui d’Iwa, mais même ce piètre détail l’Akatsuki le comblait par ses missions alléchantes. Alors qu’est ? Cette pensée me violentait juste du fait qu’elle venait habiter mon esprit perturbé. Iwa me manquerait-il ? Serait-ce donc là, la limite de mon sang ? Demanderait-il réparation après tous ces instants d’errance et de perdition ? Le temps avait longuement passé après cette réflexion trop poussée à mon goût. Le manque s’amplifiait et je ne pouvais pas le laisser prendre pus de place en mon corps que mon Art ne possédait. Et bien que cette phrase montre une part de faiblesse en moi, ma nation d’origine me manquait… Ce n’était certes que des rochers… et encore des rochers à perte de vue et une merde de chien ici et là mais c’était là où mon Art s’est forgé. Quoique… Même les chiens ne s’aventuraient pas dans cette contrée isolée et épouvantable alors bon y retournait me ferait du bien mais je n’abuserai pas des bonnes choses. Malgré que ma conversation avec moi-même relève de la démence et de la schizophrénie, oui oui, je me rends compte de ma folie passagère mais que voulez-vous à force de rabâcher sans cesse un sujet rébarbatif, je ne peux que me réfugier dans la folie !

Mes semelles cognaient contre les branches d'arbres tandis que mes jambes supportaient mon poids lors de cette course rapide. Je suivais l'homme devant moi tandis que je le regardais en le scrutant de haut en bas. Il avait l'air tellement mystérieux, il avait l'air de cacher tant de choses sous son masque. Et ses yeux, d'un vert pur, ceux-ci créaient en moi un sentiment de peur. Mais en y repensant, je n'ai eu que des camarades qui se cachaient sous des masques ou autres bouts de tissu ridicule. Sasori, sous son foulard noir en lambeau ou encore Tobi, sous son masque de citrouille orangée. Pourquoi je me confrontais à des types de leurs genres, je ne pouvais pas avoir des coéquipiers normaux, aussi beau que moi et dévoilant leur visage au monde?! Il avait l'air d'avoir une force plutôt puissante, les branches se fissurant à chacun de ses pas. Ou alors, il était plus gros qu'il n'en avait l'air. La légère brise frottait ma peau, glissant sur cet épiderme sans défauts apparents. Je n'avais apparemment pas confiance en lui. Des bouts d'écorces tombaient sur le sol tandis qu'un serpent blanc sous forme d'argile se glissait entre les mottes de feuillages et les arbres, se camouflant de toute vue extérieure et surtout de la vue de Kakuzu. Je préférais garder un œil sur lui et avoir un atout sous ma manche au cas où l'affaire tournerait mal.

Je faisais un dernier bond d'une branche pour ensuite retomber sur la terre ferme, la poussière s'élevait légèrement. Je tournais la tête vers ma gauche pour fixer Kakuzu, déviant ensuite mon regard devant nous. Je ne savais pas où on était, l'orientation n'étant pas mon premier atout. En fixant le bâtiment qui était en face de nous deux, je pouvais voir que la déco était vraiment vieillotte. Un genre de cabane tenue sur des piliers crasseux et en mauvais état, la déco n'était pas leurs forts. Malgré ce point qui me titillait l'oeil, je n'étais pas venu pour ça, j'étais, plutôt on était, venu ici pour dénicher des informations. Mais à qui? Je ne savais pas vers qui je devais me tourner, je suivais simplement les dires de Kakuzu ainsi que ses pas, j'attendais de voir ce que cette expédition allait en découler. Nous étions maintenant devant une porte en bois, celle-ci était reliée à la vieille bâtisse qui dégouttait le paysage que nous offraient ces terres. Avant toute chose, Kakuzu prenait les devants et m'obligeait à me calmer. Moi? Me calmer? C'est comme dire à un bébé qui a faim de ne pas pleurer, c'est idiot. Quand il frappait à la porte, je faisais une grimace derrière son dos pour ensuite suivre son regard. Un homme nous examina par une lucarne placée proche de la porte, nous ouvrant ensuite. L'intérieur avait une allure plutôt sombre et glauque, j'aurais bien aimé faire claquer une de mes créations pour rendre la pièce plus éclairée et plus aérée.

Nous continuions d'avancer vers une pièce possédant un bureau. La porte se refermait derrière nous tandis que deux hommes se mettaient face au passage qui nous permettait de sortir. Il y avait six autres hommes vers les murs, ils étaient assez éloignés de nous ainsi que de l'homme assit sur le fauteuil. Mon coéquipier était direct et clair, il n'aimait sans doute pas discuter avec des hommes sans grande importance. Je me foutais de l'instant présent, je continuais de contempler la saleté et la médiocrité de la déco de cette pièce. Mais mes oreilles vibraient lorsqu'elles entendaient des mots qui mettaient en rogne ma petite personne. "deux trav' en robe", "deux pédales", "leur boîte homo"... Il osait nous nommer comme ça?! Je comptais lui faire voir de quel bois je me chauffe quand deux hommes se collaient à nous, sans doute pour nous maîtriser. Mais là, Kakuzu s'offrait une partie de plaisir en tuant ses deux gaillards grâce à ses aptitudes. Il était plutôt rapide et puissant, mais était-ce ses vraies capacités? Je ne crois pas. En effet, je pouvais ensuite voir une scène des plus irréalistes. Son avant-bras était littéralement expulsé de son corps mais toujours retenu par des sortes de fils noirs. Le corps de l'homme revenait tandis que les six autres voulaient jouer les forts. Ils vont voir ce que sait faire la "poupée blonde". J'avais au préalable glissé mes deux mains dans mes sacoches remplies d'argile. Lorsque je ressortais mes deux membres, les paumes ouvertes vers le haut, six araignées explosives sortaient des bouches, des gouttes de salive retombant sur le sol. Une araignée pour chaque personnage. Celles-ci se collaient sur le torse de chaque homme, ceux-ci s'arrêtant net en étant surpris d'un faible assaut en apparence. En relevant mon index et majeur droit devant ma bouche, les araignées explosaient en un « Katsu ! ». Six explosions retentissaient, expulsant les personnes avec force, déchiquetant littéralement leur torse et tous les organes qui venaient avec. La fumée ne tardait pas à disparaître de la pièce, six énormes trous sur les murs. Ma jouissance ne tardait pas à se lire sur mon visage.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité





MessageSujet: Re: Collecte d'information [Deidara]   Mar 10 Déc - 19:44

Arc Gobi, introduction, la Traque : Art éphémère et Monstruosité centenaire...


L'attaque avait été rapide...une attaque fulgurante même. Deidara avait de suite compris là où Kakuzu voulait en venir, il avait beau être un enfant terrible aux dires de Sasori, il était redoutablement efficace. Il aurait probablement fallu bien dix minutes à Hidan pour comprendre ce qui se passait et que Kakuzu lui intimait d'éliminer les six hommes. Les petites araignées étaient montées se percher sur les torses des ninjas, en un éclair, Deidara déclencha l'explosion, ne laissant qu'une odeur de fumée et une trou béant dans la chair des ninjas. Du sang coulait à terre et les viscères poisseuses des ninjas s'étaient déversées sur le sol poussiéreux. Cet endroit était immonde, comment pouvait-on vivre dans un tel taudis ? Il y avait là un assortiment de vieilles charognes qui servaient maintenant à décorer un décors sale et complètement désuet. L'artiste ne s'était pas fait attendre pour réagir et ses mouvements étaient précis et clairs. La journée avait été difficile et sous sa cape, Kakuzu grognait, il sentait que le sang lui montait à la tête, l'incompétence et le manque de discernement de ceux qui lui faisaient face l'avaient particulièrement froissé. Il tenait toujours fermement Sanada par le col, une poigne puissante tenue par une main calleuse et ouvrière. Les yeux de Kakuzu débordaient de fureur et Sanada semblait pris de peur.

« Qu'est-ce que... ? Qui vous êtes ? Je...vous serez poursuivis par les troupes de Kumo. »


La litanie de menaces n'arracha aucune émotion à Kakuzu, le vieil homme se concentrait sur celui qui se trouvait face à lui...une larve, une larve totalement inutile qui devait être traitée comme tel. Il était clair que le vieil homme achèverait ce Sanada, il n'avait juste pas encore décidé comment.

« Le Jinchûriki de Gobi, je sais que vous savez quelque chose, vous êtes de la division d'intelligence ! Toi et tes hommes êtes partis en reconnaissance à Iwa la semaine dernière ! »


Sanada était livide, il se rendait maintenant compte de ce que cherchaient les deux hommes. Des chasseurs de Bijuu ? Ils allaient probablement être très surpris de ce qui leur tomberait dessus s'ils parvenaient à rejoindre la bête à queues. La seule chose que voyait le Shinobi maintenant, c'était les yeux d'émeraudes entourés de taies qui le fixaient...des yeux roulant comme des billes sèches...des yeux dans lesquels on ne voyait que la haine et un pragmatisme froid.

« (rire)...et tu crois vraiment que si je te disais quelque chose, vous arriveriez à aller chercher un Jinchuuriki de cette manière ? On vous retrouvera et on vous tuera ! »

La colère se lisait dans le regard de Kakuzu, il saisit de sa main libre le bras de Sanada et sa main devint noire alors qu'il la durcissait...la poigne du vieil homme broya le bras comme une branche trop sèche. Un cris de douleur ignoble retentit, Sanada avait senti ses os partir en poussière, Kakuzu n'avait plus le temps pour les fioritures, il fallait agir maintenant.

« J'ai rencontré Tatsumo il y a quatre jours ! Dis moi ce que tu sais, où je t'assure que je te laisse cinq minutes avec Deidara et je te jure que ce que tu viens de vivre là sera un massage aux bains en comparaison de ce qu'il te fera subir ! »

Visiblement, l'argument fit mouche, les hommes de Sanada avaient en même temps succombé instantanément aux techniques du jeune artiste. Probablement aussi que le chef shinobi avait vu qu'ils ne plaisantaient pas. Les traques d'Akatsuki étaient menées par des experts et le plus souvent, la difficulté était de recueillir des informations exhaustives sur les Jinchûriki et leur mode de vie. L'homme décida enfin de se mettre à table de sa voix pleurnicharde.

« Han...c'est son nom, il se rend deux fois par semaines à une plaine, près de la forêt de Juho. Le mardi il est seul et le jeudi il va s'entraîner avec des ninjas de son village, des ninjas puissants...vous al... »


La suite ne fut qu'un borborygme infâme, l'homme crachait du sang car les fils noirs suintant des sutures de Kakuzu lui avaient déjà transpercé le corps. Le vieil homme jeta le corps comme un sac au sol. Le trésorier se tourna alors vers son binôme, toujours aussi froid, à la limite du menaçant.

« Ça tombe bien, on est mercredi...demain nous serons au Pays de la Terre et nous en finirons avec ce fichu Jinchûriki. Avec un peu de chance...son ami sera coté au Bingo Book...et j'empocherai sa prime. »


Le profil de Kakuzu se dessinait petit à petit, si Deidara avec une obsession artistique, il était clair que le vieil homme avait un rapport problématique à l'argent. Les ryôs dansaient déjà dans la tête du vieux mercenaire...des liasses vertes qui pourraient lui permettre de devenir encore un peu plus riche. Au final, l'enfer n'était plus très loin et ces ninjas d'Iwa ne savaient pas ce qui les attendaient, Deidara et Kakuzu étaient un duo atypiques, mais le duo serait efficace. L'homme cagoulé tourna les talons, sortant lentement de la pièce. Plusieurs ninjas de Kumo avaient trouvé la mort aujourd'hui et ni Deidara, ni Kakuzu ne semblaient avoir réagit, en vieux routards du crime, ils se retiraient naturellement. Les choses étaient ce qu'elles étaient, l'étrange binôme venait de prouver son efficacité et, lentement, l'ombre de la mort se dessinait au-dessus de la tête du Jinchûriki de Gobi. Encapés d'un linge noir comme la mort, semblant brûler sur des nuages rouges comme l'enfer, les deux hommes oeuvraient maintenant pour l'effondrement du monde connu par les ninjas. Ouvrant la porte de bois, la brise fraîche du début du crépuscule les enveloppa...malgré son grand âge, Kakuzu ne pouvait s'empêcher d'être émerveillé par la nature. La Nature était belle, pragmatique, juste...elle n'aspirait à rien à part sa survie, elle était libre. Kakuzu aussi était devenu un homme libre au fil des années, la seule chose qui le préoccupait maintenant était l'argent, l'argent qui lui permettrait de s'offrir tout ce dont il désirait. Les étoiles commençaient à pointer leur lumière blafarde...comme d'innombrables spectateurs à l'allure spectrale venus pour contempler le spectacle macabre des mouvements d'Akatsuki. La Lune Rouge répandait le sang et le meurtre.

« La forêt de Juho...tu es un ancien d'Iwa, je suppose que tu connais. Dans tous les cas si tu as une idée pour que nous nous déplacions plus vite...c'est le moment. L'argent n'attend pas ! »


Dans la voix de Kakuzu, il n'y avait plus que froideur et obsession envers ces petits billets verts qui dansaient déjà dans son esprit. Petits papillons rectangulaires de bonheur imprimés à l'effigie des pères fondateurs du système monnaitaire, seule perspective d'épanouissement pour une créature quasi-centenaire dont toute considération humaine s'en était allée. Un duo étrange et monstrueux se déplaçait dans la nuit, dignes des contes qui étaient racontés aux enfants, peuplés de monstres aussi terrifiants que baroques. Deux créatures, l'une ne vivant plus que pour l'argent et volant le cœur des ninjas suffisamment inconscients pour l'affronter, l'autre, artiste-bohème et génial ne vivant que pour la destruction et ce sentiment éphémère et grisant d'avoir immortalisé une œuvre et marqué les esprit de ceux qui étaient balayées par son expression artistique...vieil Harpagon meurtrier et sombre poète maudit...
[/justify]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité





MessageSujet: Re: Collecte d'information [Deidara]   Ven 13 Déc - 20:51


© Yamashita sur épicode

Collecte d'information
« Han.. Ton Démon va bientôt périr sous la puissance des nuages de sang. »


feat. Bidule & Chouette



Le calme ambiant, l’atmosphère utopique qui planait autour de moi m’envahissait… Les hommes et la nature semblaient se confondent dans une harmonie pittoresque et rocambolesque. Ce chef-d’œuvre paraissait comme l’aboutissement de la paix mais comment pouvait-il être parfait si mon Art n’y était inclus ? L’expression sublime est une explosion et si je ne puis y participer, à mon humble avis elle ne puis demeurer si parfaite. Ces hommes remplis de haine ne peuvent comprendre la beauté tant que mes créations ne les mènent pas à l’extase ! Comment ces personnes-là ne pouvaient-ils voir que leur propre personne et ce croire à la hauteur de la mienne alors que la plus belle des Créations en ce bas monde était devant eux, un artiste prêt à tout détruire, à fasciner, à enjoliver chaque chose qui passe sur son chemin, chaque individu l'apercevant lors de son apothéose ? Ils ne savaient guère ce qu'ils rataient... Pff ne croire qu'a un homme qui n'a guère de talent alors que mon Art lui vie et enlève à la fois la vie de ce qu'il touche et de ceux qui le perçoive... C'est pour ça que je leur ai fait connaître l'unique rédemption ! En dépit de l’absence du sublime en ces lieux, cet endroit délabré a connu enfin Les Beautés d’une déflagration fulgurante !

Un sourire sadique sur mon visage, voilà ce que mémorisait la mort. La mort était stagnante dans cette pièce, prélevant l'âme des six personnes étendues bien plus loin. Leurs corps étaient allongés au sol, tandis que leur torse ne semblait plus être là. La chair avait littéralement explosé, tous les organes internes ont implosé dû à l'onde provoquée par les explosions. L'air traversé les trous sur les murs, des débris continuaient de tomber au sol tandis que les piliers extérieurs étaient en miettes. La bâtisse n'était plus debout, les petites créations avaient conçu une déflagration des plus bestiales. Mes yeux brillaient d'amour, j'étais littéralement amoureux de mon talent, de mon art. Mon coeur palpitait, mes poils s'hérissaient et ma tête voyageait. Les quelques morceaux de bois tenant toujours debout étaient repeints en rouge, rouge du sang ayant au préalablement giclé de la plaie des hommes dus à la puissance des explosions. Mon art était puissant, mon art était unique. J'avais hâte de démontrer mes talents face à la personne qui était notre cible, mais surtout, exploser le crâne du démon à cinq queues, Gobi. Je ne connaissais pas son apparence et encore moins sa taille, mais pour être un des neuf démons, il devait en avoir dans le ventre. J'attendais un combat de titan, un combat où nos pleines puissances pourraient s'entrechoquer pour dévaster le terrain. Mais à la fin, il n'en restera qu'un et je compte bien ne pas tomber le premier.

Mes mains tremblaient, les deux bouches sur mes paumes avaient déjà hâte de goûter à la texture de l'argile. Elles en salivaient d'avance, mais il n'y avait malheureusement plus personne à tuer. Je tournais des talons pour ensuite diriger mon regard vers l'homme agrippé par des sortes de fils noir. J'avançais légèrement dans ma quête d'informations sur mon nouveau coéquipier. Qui était-il vraiment, il pouvait durcir sa peau et ainsi posséder une force puissante. J'avais une vague idée de cette technique, provenant du village d'Iwa, j'avais déjà vu ce genre de prouesse qui provenait du Doton, mais étais-ce vraiment ça? Cette aptitude était-elle liée à ses fils? A-il d'autres choses à cacher sur ses compétences? Trop de questions pour peu de réponses. Et ces fils, j'y réfléchissais et je pensais sans doute que c'était une aptitude de son clan, mais je n'avais jamais vu ça avant. Comme quoi, l'Akatsuki réserve bien des surprises. Je dirigeais donc mon regard vers l'homme, celui-ci semblait n'avoir que légèrement peur de nous, malgré la démonstration de nos deux arts, il n'avait pas l'air très convaincu. Que lui en fallait-il de plus? Il fallait que celui-ci soit au bord de mourir, d'être à deux doigts d'accrocher la main de la mort? S'il voulait avoir cette sensation de bientôt quitter cette planète pour rejoindre les flammes des enfers et que celui-ci révèle tout ce qu'il a en lui, je comptais bien lui donner cette chance. Mais je voulais en voir plus de mon coéquipier, après tout, je voulais connaître qui il était vraiment.

Je ne semblais pas trop faire obstacles aux paroles de Kakuzu, laissant ce personnage discutait avec l'homme qu'il tenait. Sa voix était plutôt grave, voir cassée, avait-il mal à la gorge? Était-il malade? Ou bien, était-ce sa voie normale? Je penchais plus sur la troisième proposition mais les deux premières n'étaient pas mal non plus. L'air était frais et la chevelure blonde sur mon crâne volait légèrement au gré de cette brise. Parfois, l'homme fixait mes yeux bleus avec un regard semblant tenter de me surpasser. Je dirigeais ma paume vers le ciel, celui-ci caché par des morceaux de bois encore stagnante, ma langue faisant sortir une création sous forme d'araignée. L'araignée était plutôt grosse, glissant sur mon majeur pour ensuite sauter sur le bras de l'homme, grimpant vers son cou pour enfin se diriger sous ses vêtements. Les tremblements de l'homme ne tardaient pas à se faire sentir. Mais je me concentrais ensuite sur quelques paroles de l'homme, notamment "On vous retrouvera et on vous tuera !". Ces quelques mots créaient en moi un état d'euphorie, rigolant à plein poumons, je ne pouvais plus me retenir. Mais je m'arrêtais net en entendant un bruit d'os se brisant. Mes yeux bougeaient vers la source de ce bruit, pouvant voir son bras pressé par la poigne de l'homme à ma gauche. Un cri ne tardait pas à sortir de la bouche de la victime. Peu de temps passait, le geste de Kakuzu ainsi que ses paroles avaient l'air d'avoir fait effet car l'homme dévoilait autant le nom du Jinchuriki que la destination où il était. Iwa... Un village que je connais bien.

Iwa... Autant mon village d'origine que le village que je craignais le plus. D'après mes connaissances et les dires de certains, il était toujours dirigé par le vieux chnoque, Ryotenbin no Ônoki. Il était vieux mais tenait toujours le coup, il devait avoir une puissance dévastatrice pour tenir encore à cette place de leader. Je le connaissais depuis tout jeune, étant son élève le plus doué en explosions, il était fier de moi. Mais je ne pouvais rester dans ce village toute mon existence, je devais bouger, traverser le monde et démontrer mon art aux chanceux qui passaient sur mon chemin. Ce village, entouré de montagnes aussi hautes que la tour principale qui coordonne les déplacements et changements du peuple. Ce village, qui a vu naître l'un des artistes les plus craints de ce monde, autant par sa puissance que par son talent. Ce village, qui va perdre prochainement un Jinchuriki.

J'attendais d'entendre la suite de ces paroles mais celles-ci semblaient se stopper, du sang en une sorte de coulis bloquait sa voix en s'engouffrant dans sa bouche. Des filets de sang coulaient entre ses lèvres tandis que des fils étaient incorporés dans son corps, au niveau de l'emplacement du coeur. En y ressortant les fils, suite à la mort de l'homme, son corps retombait au sol telle une poupée. Je fixais ensuite les membres de Kakuzu se reformant rapidement, toujours en réfléchissant aux vraies compétences de mon coéquipier. Mais qui était-il vraiment? Soin art des fils avait-il une limite? Toujours plus de questions, espérant pouvoir y apporter des réponses très prochainement. Je suivais ensuite celui-ci vers la sortie. En déposant mon pied sur le sol terreux et poussiéreux, un signe de doigt se formait devant ma bouche, pour ensuite disparaître, ma main tombant vers le bas. Mes bras longeaient mon corps, nos deux personnes étaient assez loin de la bâtisse en ruine. L'araignée que j'avais au préalablement situé sur le corps de l'homme se divisait en plusieurs araignées qui se plaçaient à différents endroits des décombres. En un rien de temps, leurs corps grossirent pour exploser chacune à leurs tours. Je regardais ce spectacle du coin de l'oeil, émerveillé par cet art qui était miens. Plus aucune trace, que poussière et cendre suivaient cette action. Avant de partir, j'écoutais attentivement les dires de Kakuzu, glissant ma main droite dans ma sacoche où était située mon argile. « Je m'en occupe. ». En ressortant ma main droite, la tirant violemment en avant, deux aigles d'argile s'élançaient en sortant de mes paumes. En une explosion de fumée, ces deux petites créations grandirent pour former deux énormes aigles blancs. Si beau, si puissant. Je sautais sur l'un d'eux, mon coéquipier ne tardait pas à faire de même. J'étais à l'avant, dirigeant notre avancée vers mon ancien village. En tournant légèrement la tête, je fixais Kakuzu peu derrière moi, légèrement à ma gauche. « Il faudra tout de même que tu me dises qui tu es... ». Je n'attendais pas vraiment de réponse, fixant ensuite le paysage qui se dessinait devant nous.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Collecte d'information [Deidara]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Collecte d'information [Deidara]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Collecte d'information
» Serons-nous des exclus de la Société de l'Information ?
» NOTE D’INFORMATION Chef de Mission et Porte-parole pour l’OIF au GABON L
» Information journalistique ou propagande éléctorale?
» information sur haiti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
rpg
 :: Pays de la Foudre :: Villages voisins
-