AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
De gros personnages libres, dont: Hidan, Kakashi,A Yotsuki, ou encore Jûgo ! Les villages sont attaqués par de dangereux déserteurs, Iwa est le premier village à avoir pu écarter la menace ! Kiri et Iwa sont de nouveau ouverts ! Konoha accepte deux ninjas inventés ! Les Nukenins inventés sont de nouveau autorisés !


LA CÉRÉMONIE DES OSCARS COMMENCERA A 22H CE SOIR !


Partagez | .
 

 Deux suspects pour un coupable. [Flashback - Pv Keaton]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Administratrice ✿ Godaime Mizukage. (Rang S)


Messages : 934
Date d'inscription : 20/04/2013
Age : 24
Localisation : Au coeur de Kirigakure.

Carte Shinobi
Ryos: 760
Age: 30
Expérience:
3496/2000  (3496/2000)


MessageSujet: Deux suspects pour un coupable. [Flashback - Pv Keaton]   Dim 6 Oct - 18:22

Deux suspects pour un coupable.
ft Keaton
Qui n’aurait jamais apprécié de passer de petites vacances au pays des sources chaudes ? Que l’on soit une femme ou un homme, le constat était généralement le même : on était jamais contre un petit instant de paix et de détente. Quand Meï avait apprit que sa prochaine mission se déroulait là-bas, elle n’avait pu s’empêcher de s’exalter un peu. Changer d’air ne pouvait que lui faire le plus grand bien. Kiri était un beau pays mais les traces sanglantes laissées par le régime actuel ne permettaient pas de s’y extasier en permanence. En général, on jouissait plutôt de la montée en puissance de l’économie et du militarisme, par le biais de réussites de missions.  Face à Yagura, la jeune femme ne tremblait pas et se tenait droite, comme tout bon Shinobi. Âgée d’une vingtaine d’années, la Terumi avait beaucoup d’aspirations à assouvir et son jeune âge lui permettrait de prendre le temps de trouver sa véritable voie et de multiplier les expériences. C’était bien ce qu’il lui manquait pour pouvoir grimper aisément les échelons les plus hauts. Il lui semblait que le chemin vers le point culminant de la hiérarchie était encore loin mais elle n’était pas prête d’abandonner. Beaucoup de choses lui avaient été enseignées durant son apprentissage au sein de son clan et à l’Académie. Même si les professeurs les élevaient tous à la façon « brume sanglante », certains enseignements se révélaient autant sages qu’utiles. Il ne fallait jamais s’éloigner de ses principes et il fallait toujours continuer à se battre jusqu’à atteindre notre objectif.

Dans le cas contraire, il serait sujet d’une lâcheté sans égal et d’une honte irréversible. L’auburn avait énormément souffert des diverses invectives de ses professeurs, à l’époque. De plus, la persécution des clans ne l’avait pas du tout aidée et heureusement que les Terumi étaient parvenus à se défiler du courroux du Mizukage. Aujourd’hui, ce dernier lui attribuait assez de confiance pour pouvoir la laisser voyager vers d’autres contrées, avec la certitude qu’elle accomplirait ses missions avec brio. Lui tendant l’ordre de mission, elle acquiesça poliment avant de disposer en oubliant pas ses manières. Ce fut donc dans la grâce et l’élégance qu’elle s’éclipsa du bureau, dans une stature bien féminine. Fière d’arborer sa force de femme au milieu de ces troupeaux d’hommes, elle ne pouvait qu’observer loin devant elle et donner un aperçu de la splendeur de sa détermination. Repliant le parchemin avant de le sceller avec son chakra, elle le dissimula à l’intérieure de sa tenue de Juunin, prenant garde à ce que personne n’ait les yeux rivés dessus. L’art d’être un Shinobi passait après tout par la discrétion. Il était vrai que ce n’était pas sa beauté éclatante qui lui facilitait la tâche mais elle avait depuis longtemps pu s’adapter à ce genre de choses. Et puis, elle n’avait aucunement honte de ses attributs féminins. On aurait pu penser qu’il s’agissait d’une faiblesse mais une fois encore, Meï accumulerait une nouvelle réussite et elle en était certaine.

[...]

Prendre le bateau était devenu une routine pour tous les Ninja qui vivaient sur l’île principale du pays de l’eau ou bien de ses archipels. Il s’agissait du moyen de transport principal pour atteindre les autres territoires, situés naturellement sur des continents plus vastes et moins entourés d’eau.  Mais ce n’était pas une contrainte que de vivre sur une île, même si l’on devait affronter les hautes marées qui pouvaient se déchaîner aux bords des plages. En fait, on avait développé des Shinobi de talents et des marins qui connaissaient les mers comme leurs poches. Cela permettait d’augmenter son emprise sur le monde en exploitant les endroits stratégies comme les détroits ou les caps. Aucun pêcheur ou marin  n’exerçait leur métier sans appartenir à Kirigakure. Et ceux qui provenaient des autres nations avaient un savoir faire moindre puisque l’enseignement n’était pas de la même qualité.  On  les voyait tous, ces personnes qualifiées qui faisaient monter les passagers dans les bateaux, toujours en accomplissant les formalités habituelles. Quand vint le tour de Meï, l’un d’eux laissa son regard diverger sur sa poitrine avant de tomber sur son faux sourire et son regard perçant. Décidément, les hommes se ressemblaient tous. Soit, elle entra calmement dans son compartiment en solitaire, en attendant que le trajet ne l’amène jusqu’à sa destination. Il n’y avait aucune escale qui ralentirait leur voyage et si tout se passait bien, elle franchirait les terres du pays des sources chaudes d’ici trois jours. En attendant, elle pourrait se détendre un peu devant les activités proposées par la compagnie maritime. Pourquoi ne pas en profiter ? Il était clair qu’éloignée de son village, elle avait de quoi souffler un petit peu. Un bal se déroulerait le soir mais ce n’était pas ce qui l’intéressait ; une petite excursion dans les jacuzzis intérieurs lui permettrait de penser un peu. Les trois jours ne lui paraîtraient peut-être pas si longs que cela.

[...]

Le mouvement du bateau sur l’eau ne se faisait plus. Il avait touché la terre ferme et arrêté par les mécanismes marins, il se contentait de flotter tout en étant accroché stationné au port du pays des sources chaudes. Les passagers étaient descendus avec le soulagement d’être enfin parvenus jusqu’à destination sans soucis. Les eaux s’étaient montrées clémentes et aucune tempête n’avait pu effrayer les enfants qui étaient venus accompagner leur famille respective. En journée, tous avaient pris le temps de prendre des couleurs sous le soleil et le soir, les lumières animaient les bals et soirées de casino.  Désormais, chacun pouvait regagner ces terres saines et accueillantes. Son village caché renfermait beaucoup de sources chaudes et ils étaient connus pour être très bien gérés. Chaque bain avait une odeur spéciale due aux ajouts de sels minéraux qui agissaient sur le parfum et la couleur de l’eau. Certaines volutes de vapeur pouvaient prendre des formes bien appréciables, aussi. Toutefois, notre héroïne n’était pas venue ici pour se dévêtir et profiter de la réduction du prix de la fréquentation ces sources thermales. Dans un jour, ses pas la mèneront jusqu’à la demeure d’une famille assez influente du village. Sa mission n’était pas si banale ; au lieu de simplement assassiner sa cible, elle devrait recueillir des informations grâce à une enquête menée au préalable. En effet, un meurtre avait eu lieu au sein de cette famille et le cadet avait appelé Kirigakure à la rescousse pour l’aider à prouver que son aîné était derrière tout cela, pour le simple mobile de l’argent. Il n’avait pas pu compter sur l’aide des villageois de ce pays parce qu’ils étaient tous à la botte de son père.

Ce dernier ne pensait d’ailleurs pas que l’un de ses fils pouvait être le coupable. Il avait lancé des investigations en dehors de son entourage, pensant fermement qu’une personne inconnue en voulait à sa fortune et à sa renommée. Pour le moment, on ne pouvait pas établir de conclusions hâtives mais les capacités de réflexion de la belle seraient suffisantes pour résoudre cette affaire. De plus, elle avait vécu bien pire que cela. Classée rang B, cette tâche ne lui paraissait pas difficile du tout. Peut-être même qu’elle aurait été de niveau Chuunin, si Yagura avait mieux considéré la chose. La femme aux yeux smaragdins  entreprit alors une longue marche avec quelques pauses pour pouvoir  déjeuner, dîner et se loger avec les services des auberges qui accueillaient les  voyageurs venus de loin.  Cela ne procurait certainement pas le confort optimal mais lorsque l’on était un Shinobi, on savait passer outre les conditions de travail ardues.  Quoi qu’il en soit, ce territoire n’était pas si agressive que cela. Les bandits pullulaient beaucoup moins qu’ailleurs et il n’y avait pas une once de présence de Nukenin. A quelques heures de son arrivée au village caché cependant, Meï avait dû faire face à une camisade.

En chemin, elle avait rencontré quelques marchands ambulants qui avaient tenté de lui vendre des amulettes soi-disant protectrices. Mais ces charlatans manquaient cruellement d’expérience et  avant qu’ils n’aient pu essayer de l’agresser suite à son refus, elle les avait tous mis hors combat.  Mis à part cet imprévu, elle était parvenue à traverser les forêts et les prairies sans anicroches, demandant son chemin à quelques vagabonds qui voulurent bien la renseigner. Trouver un village caché n’était de toute manière pas une chose  facile car l’appellation même de « village caché » signifiait que l’on ne pouvait s’y  rendre sans chercher soi-même des informations.  Et lorsque les cinq jours furent écoulés, elle dut se repérer un peu dans le dédale de sources où une pléthore de personnes avançait. Qu’ils soient nus ou vêtus d’une serviette, ils paraissaient tous heureux de ce train de vie. C’était  le moins qu’on puisse dire ; habiter ici et passer son temps dans une eau chaude en compagnie de ses amis constituait un véritable paradis. Cet endroit situé à l’Est de Konoha était mystérieusement un village où la chaleur était au rendez-vous. Pas autant qu’à Sunagakure, certes,  mais c’était une des destinations de vacances de prédilection des Ninja et des civils de toutes les nations du monde. Habillée de sa tenue de Juunin, Meï avait très chaud. Elle avait exceptionnellement dû attacher ses cheveux pour aérer sa nuque et son dos, si elle ne désirait pas avoir le dos noyé dans la sueur. Ici, il était clair qu’elle prendrait quelques couleurs à cause des rayons puissants de l’astre solaire, apparemment au meilleur de sa forme.  

En attendant, elle finit par trouver le domicile mentionné sur l’ordre de sa mission. Il  n’était pas bien compliqué de le  trouver puisqu’il faisait partie des maisons les plus en hauteur du village. Cela soulignait bien l’importance de ceux qui y vivaient. Apparemment, la plupart siégeait à l’administration de cette nation. Mais ce n’était pas ce qui la préoccupa tant que cela. En effet, elle avait dû prendre gare aux différents systèmes de sécurité dont la technologie était assez avancée. Il fallait croire que les sources chaudes avaient pas mal de fonds dans les caisses de leur Etat. Son camouflage de Futton lui avait permis d’être invisible aux yeux de tous et c’est ainsi qu’elle avait pu appeler discrètement  son client. Bien rapidement, elle se  retrouva dans la chambre de son client qui était  le lieu le plus adéquat à une discussion furtive. Les portes insonorisées ne permettaient pas de pouvoir entendre leurs propos. Ils échangèrent durant vingt minutes, durant lesquelles on raconta à l’auburn, l’histoire de cette famille ainsi que les minces indices récoltés contre l’aîné. Ce n’était pas suffisant pour formuler une accusation irréfutable mais on pouvait s’en servir comme une base. Une fois les données recueillies,  son client lui permit de rester ici, en lui donnant des vêtements bien féminins afin de la faire passer pour une invitée. Régulièrement, il lui arrivait d’inviter des amis de longue date, venus de très loin.

« - Vous vous appellerez désormais  Mizake Rina, et vous venez du pays du thé. Je vous ai invitée ici pour une durée d'une semaine et demi. On s’est connu il y a cinq ans, lors de l’un de mes voyages qui m’ont permis d’écrire un ouvrage à propos de l’évolution de la concoction du thé à travers les différents âges. Vous m’avez aidé à me repérer dans ce pays et à peaufiner mes recherches avec une grande précision. Cela vous va, mademoiselle ? »

Meï ne put qu’approuver, trouvant néanmoins que ce garçon était un peu nerveux. Il avait fait attention à pas mal de détails et bien souvent, il lui répétait qu’elle ne devait pas paraître suspecte puisqu’il en valait de sa place au sein du conseil administratif. De plus, il tenait à son image vis à vis de son père.

« - C’est compris. Vous pouvez me faire confiance. »

By Lokiddles

_________________

Oscars:
 

Spoiler:
 


Dernière édition par Meï Terumi le Mer 18 Déc - 12:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ✿ Juunin de Kumo. (Rang S)


Messages : 82
Date d'inscription : 11/08/2013
Age : 104

Carte Shinobi
Ryos: 200
Age: 29
Expérience:
462/2000  (462/2000)


MessageSujet: Re: Deux suspects pour un coupable. [Flashback - Pv Keaton]   Jeu 10 Oct - 11:44

Que l’on soit homme ou femme, le constat restait le même : le pays des sources chaudes était un endroit rêvé pour se prélasser quelques temps, perdu entre des voluptés volatiles et autres fragrances distillées dans l’air grâce à d’ingénieux systèmes liés aux bains. Entre sels minéraux et décoctions à l’odeur douceâtre, les propriétaires ne lésinaient pas sur les moyens mis à contribution pour satisfaire une clientèle toujours plus exigeante au niveau de la qualité du service. C’était sans doute cela qui faisait de cette nation de l’Est du pays du feu l’instigateur de nombre de technologies et innovations, les fruits de nombreuses années de recherche pour finalement tourner les résultats vers un domaine que beaucoup négligeaient dans les grandes contrées. Plus que tout, les loisirs avaient une importance capitale dans l’économie locale, aussi il était peu probable pour des petites frappes de se lancer dans l’aventure sans une solide préparation, le cas échéant finissaient-ils engloutis par des compagnies nettement plus grandes. Même dans des landes ne disposant pas de village caché à proprement parler –bien que certains ninjas puissent apparaître dans leurs rangs- on observait un climat de rude concurrence ou tous les coups étaient permis, à la condition sine qua non que le tout se fasse dans la plus grande circonspection.

C’était sans doute là la raison de la présence du blondin dans ces terres reculées, loin de son propre pays. Bien que sa condition d’ANBU puisse lui permettre de passer outre les lois qui régissaient Kumo, il était rare pour lui d’avoir à se diriger aussi loin dans le monde pour une simple mission. Cependant, la prime offerte pour l’accomplissement de cette requête c’était avérée particulièrement alléchante, ce qui avait incité les autorités à l’envoyer lui plutôt qu’un autre. Cela devait donc prendre des allures de routine au final, rien d’insurmontable pour le jeune homme, autant grâce à ses capacités hors du commun que ses talents innés dans la prise d’information. Il avait réussi à forger son panel de shinobi dans ce simple et unique but, pallier le manque d’esprit de la quasi-totalité des kumojins par le sien, sans compter jusqu’à quel point il pouvait voler dans les souvenirs d’autrui. Se servir à la source restait selon lui une nécessité lorsque les choses viraient à l’aigre de par leur caractère équivoque. Dès lors, il pouvait lui arriver de disposer des « pleins pouvoirs » pour effectuer sa mission comme nécessaire. Il fallait en effet savoir mettre tous les atouts de son côté et faire fi des morales entravantes qui faisaient le bonheur des partis opposés aux idéaux les plus pragmatiques.

Pour ce faire, Link dut se rendre jusque dans le pays des sources chaudes, dans une résidence que possédait son client, là où il recevrait de plus amples informations concernant la tâche à effectuer. Son déplacement se fit sans encombres, masqué et profitant de quelques passe-droit pour arriver plus rapidement que n’importe quel ninja. Les paysages eurent le temps de défiler, quittant rapidement ces terres escarpées par des années d’activité tectonique pour atterrir sur des plains vierges de toute activité humaine, clairsemées de quelques champs. Et enfin, se profilant au loin comme la fin salvatrice d’un voyage qui n’en finissait pas, l’imposant volcan qui fournissait le village en sources chaudes grâce à un ingénieux système visant à récupérer la chaleur émanant de la lave pour chauffer les bains. Peut-être qu’en finissant sa mission il se permettrait de se prélasser dans quelques-unes de ces sources chaudes ? Keaton était en effet curieux de savoir quelles sensations les différents sels minéraux utilisés pouvaient procurer. Par la même occasion, il pourra ainsi vérifier si la maîtrise de cet art incombait à des années de savoir plus qu’à une position avantageuse pour la pleine expansion de la chose.

Armé d’une carte qu’il apprenait à consulter à même son esprit, il put retrouver plutôt aisément la ravissante demeure que l’on lui avait indiquée lors de son rapide briefing. Comme convenu, il était également attendu par une paire de servants qui avaient ainsi profité du manque intentionnel de discrétion de la part du blondin, c’étant pour leur faciliter la tâche. Sans plus tarder et après des présentations concises, ils l’emmenèrent au travers des corridors décorés des tableaux les plus onéreux jusque dans l’imposante salle qui contenait le bureau de son client. Keaton eu par la même occasion la chance de noter la profusion de biens dont il semblait grassement se vanter. A croire que tout le monde n’avait pas la même notion de tempérance vis-à-vis de l’opulence aristocratique. Le client, un homme grisonnant aux traits burinés, se tourna alors en direction de l’ANBU, somma à ses serviteurs de le laisser seul avec lui, puis invita le jeune homme à prendre ses aises.

« Pensez également à retirer votre masque, j’aime savoir à qui j’ai affaire. De plus, je vous ai prévu une couverture, auquel cas vous aurez besoin d’agir sans prétendre appartenir à un village. »

C’était là beaucoup demander au jeune homme qui risquait son identité pour une simple question de politesse, mais les ordres étant ce qu’ils étaient –ce à quoi s’ajoutait son acquiescement- il ne pipa mot et porta la main à son masque aux traits de renard pour enfin pouvoir l’ôter de son visage. Il nota par la même occasion la réaction du trentenaire, se gardant cependant de faire une quelconque tirade sur ses capacités et l’âge apparent qu’il donnait. S’enchaînèrent alors de rapides présentations, suivies d’une dizaine de minute visant à introduire la situation actuelle.

« Pour cette occasion, vous vous appellerez Hyreiki Ryuichi, du pays du miel. Vous êtes mon invité pour la semaine à venir, et nous nous connaissons de longue date car vous m’avez aidé à répertorier nombre de plantes et sels minéraux. Vous trouverez de quoi vous changer dans cette armoire, cela vous convient-il ? »

Il pointa nonchalamment une armoire dans laquelle le blondin eut l’occasion de trouver nombre de vêtements d’une extrême qualité. Préférant la sobriété à l’excentrisme, il délaissa alors sa tenue habituelle pour un authentique costume deux pièces smoking. Il ajusta finalement sa chevelure pour mieux réaliser sa queue de cheval, puis sourit d’une certaine moquerie visant plus à incommoder son interlocuteur qu’autre chose. Enfin, il accepta la mission et se permit même de mettre un point d’honneur à garantir le succès de cette dernière. Il s’en retourna alors en dehors de cet imposant bureau, cherchant à se mêler aux autres invités de la maison. Une chose était sûre, c’était qu’ils ne manquaient de rien dans ce pays, pas plus qu’ils ne savaient faire dans la retenue…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ✿ Godaime Mizukage. (Rang S)


Messages : 934
Date d'inscription : 20/04/2013
Age : 24
Localisation : Au coeur de Kirigakure.

Carte Shinobi
Ryos: 760
Age: 30
Expérience:
3496/2000  (3496/2000)


MessageSujet: Re: Deux suspects pour un coupable. [Flashback - Pv Keaton]   Jeu 17 Oct - 17:21

Deux suspects pour un coupable.
ft Keaton
Ce fut dans un grand calme que le client de Meï Terumi quitta la chambre en sa compagnie, dans le but de lui montrer ses propres appartements. La demeure était assez grande pour loger bon nombre d’invités et la jeune femme n’était pas sûre de bien pouvoir se repérer parmi ces murs avant un petit moment. Certains tableaux postés sur les murs se ressemblaient assez et ils lui avaient parfois donnée l’impression d’être déjà passé par là. Que ce soit une montée d’escalier ou des virages à emprunter, la Kunoïchi ne se sentait pas exactement capable de retracer le chemin qu’elle venait de parcourir. Et puis, avec un client assez nerveux et qui enchaînait les questions, il était bien difficile de pouvoir se concentrer sur autre chose. Mais elle dut avouer que cette place était vraiment des plus splendides. Cela était particulier, si on la comparait aux maisons aristocrates des haut placés du Conseil Kirijin. En effet, ce petit château  avait véritablement soigné son décor par tous ces ornements orangés qui conférait un caractère chaleureux à l’endroit. Certaines tapisseries représentaient les sources chaudes de ce village. On avait affaire à de véritables coutumes retranscrites ici-même. Il y avait alors de quoi se sentir bien étranger. Evidemment, cela ne posait pas énormément de problème puisque Meï était censée jouer le rôle d’une habitante du pays du thé, et par extension, une étrangère. Elle n’avait donc pas à se familiariser avec les traditions.  Durant leur petit périple, des domestiques étaient venues en sens inverse, draps et linges dans les bras. Elles avaient salué le jeune frère avec respect et il sembla même qu’une fine lueur d’admiration vint teinter les iris de l’une d’elles. On pouvait donc croire qu’il avait beaucoup de charisme ou qu’il possédait quelque chose qui  méritait le respect.

Sans ajouter un mot, il ouvrit une grande porte derrière laquelle se situait une jolie et spacieuse chambre. Tapissée de violet et de rose, elle était plus ou moins au goût de bon nombre de femmes. Notre Juunin appréciait assez mais ce qui lui plaisait le plus, c’était surtout la fenêtre qui menait sur une petite terrasse bien agréable. La vue qui l’accompagnait en était toute aussi  époustouflante. Au moins, les conditions de sa mission se dérouleraient dans le confort et c’était déjà un bon début. La belle fut donc laissée seule dans son nouvel environnement et elle prit quelques minutes pour inspecter la grande armoire devant lequel un miroir la reflétait, les différentes étagères qui étaient jonchées de bibelots ainsi que la petite bibliothèque sur le côté. On pouvait loger faire coucher trois personnes ici, avec ce lit de deux places et ce si bon sofa. Il y’avait par ailleurs assez d’espace pour ne pas se sentir lassé d’être collé aux autres. Pour être plus précis, Meï avait eut droit à l’une des plus belles chambres de cette demeure et elle ne dissimula guère sa satisfaction. Après avoir aéré la pièce, elle découvrit plus en détails l’étendue de sa garde-robe et durant un bon moment, elle se sentit être une princesse. Cela lui rappelait le confort de la demeure des Terumi dans lequel elle vivait plutôt bien. Bon, cela n’avait rien de si paisible qu’une petite nation comme celle-ci, mais parmi la brume sanglante, on parvenait quelques fois à  se détendre au beau milieu de tous ces sourires machiavéliques.

Enfilant une  à une, les différentes robes mises à sa disposition, la jeune femme retrouvait son air niais de jeune adolescente craquant devant les belles choses. Elle ne s’était pas vraiment attendue  à ce qu’une mission ne la fasse retourner à ses quinze ans, période à laquelle on est toujours un peu naïf.

* Celle-ci est particulièrement belle avec ce joli bleu gelé. Elle serait bien jolie avec ces barrettes. *

Ornant sa chevelure de fameuses barrettes bleues, elle se trouva tout à fait présentable pour le festin  qui commencerait d’ici peu de temps. Prenant un peu le temps de se pomponner en parfum et en maquillage, elle devait donner l’air d’être une fille qui prenait soin d’elle, loin de l’image de la Kunoïchi en mission. De cette manière, elle pourrait agir en étant déguisée. Elle y avait également pensé mais si sa cible était plutôt sensible aux femmes, elle pourrait toujours essayer de l’avoir sous ses griffes pour obtenir plus facilement ses indices tant convoités. Oui, dans l’ensemble, il n’y avait aucune raison pour laquelle tout se passerait mal.  La Terumi était après tout une Juunin bien prometteuse et il ne lui manquerait plus que quelques exploits pour monter encore en grade, elle le sentait. Son nindo mêlant féminisation, puissance et paix ne lui paraîtrait peut-être plus si lointain.

Quelques minutes plus tard, après une énième contemplation de sa magnifique robe aux ornements recherchés et originaux, on frappa à sa porte. Une domestique avait été chargée de l’accompagner jusqu’à la salle du festin.  Evidemment, ne connaissant pas les lieux, il était normal qu’on l’accompagne et comme disait la bonne femme : « Une jeune demoiselle ne devrait pas rester toute seule ».  Elle paraissait bien sympathique et attentive puisqu’elle  raconta à Meï, des anecdotes bien amusantes sur ce château.  Durant les quelques mètres qui les séparaient de leur destination, l’auburn ne s’empêcha pas de lâcher quelques rires discrets.  Enfin, quand elles franchirent la grande porte, l’entrée de notre héroïne fut assez remarquée ; elle était l’une des plus belles conviées, après tout. Attirant sur elle, les multiples regards de tous ces hommes, elle se sentit à la fois flattée et un peu gênée ; ce n’était pas tous les jours qu’on lui demandait de se faire remarquer. Ordinairement, on lui donnait l’ordre d’être la plus discrète.

« - Bonsoir. Je m’appelle Mizake Rina et je suis heureuse de vous rencontrer. » dit-elle en s’inclinant par politesse.

Le cadet de la famille se leva afin de la rejoindre, lui baisant la main avant d’avancer en sa compagnie en se prenant mutuellement le bras. Plutôt grande de base, la jeune femme faisait à présent la même taille que lui à l’aide de talons de cinq centimètres. Passer d’un mètre soixante quatorze à un mètre soixante dix neuf faisait d’elle une très grande femme. Cela était assez impressionnant pour Meï de s’imposer autant dans une famille qui lui était étrangère.

Rapidement, elle prit place autour du banquet. Les cuisiniers apportaient à tour de role les différents repas, tout aussi bien parfumés les uns que les autres. Ils étaient treize en tout ; trois invités (dont notre Juunin) et dix membres de la famille.  Au bout de la table, le chef de famille prenait plaisir à révéler ses secrets de jardinage qui lui promettait un splendide jardin.  Bien sur, Meï savait pertinemment que ce n’était pas lui qui devait se charger de la totalité de l’entretien puisqu’un homme tel que lui s’occupait plutôt des affaires professionnelles. Et puis, il lui avait semblé avoir vu un jardinier  couper une haie, auparavant. Quoi qu’il en soit, elle resta assez silencieuse bien que pour mieux jouer son rôle, elle devait parfois se prendre à la conversation avec le cadet. Fort heureusement, elle s’y connaissait assez bien en thé pour tenir une discussion à ce propos. Ainsi, elle fit mine de raconter un souvenir passé dans lequel elle avait dut cueillir des ingrédients précis pour la concoctation d’un thé au goût spécial. Le cadet mima un rire qui fut bien naturel. Leur échange finit par attirer l’attention des autres et aussitôt, les questions fusèrent au sujet de leur rencontre. Meï put compter sur ses talents de mensonges et de manipulation pour mieux les berner. Ayant confiance en elle, il n’était pas question d’hésiter ou de dire une incohérence par pur stress.

«  - Et ce thé là, mademoiselle ? Goûtez et dites-moi quel en est le composant principal. » demanda un des autres hommes dont elle ignorait le nom.

Il lui versa la substance dans sa propre tasse vide. Rien que l’odeur suffisait à la mettre sur la piste. La belle soupira inaudiblement ; elle avait l’impression qu’il la prenait pour une imbécile ou bien que lui-même ne soit pas un expert en la matière. Elle goûta à l’infusion dont la saveur confirma son hypothèse. C’était un thé assez basique, connu de tant de gens. S’il avait vraiment voulu la tester, il aurait dû lui faire goûter quelque chose qui mélangeait différentes plantes à la fois.

« - Il s’agit d’un thé au Romarin, monsieur. Cela est très connu pour ses vertus digestives et donc très efficace contre les ballonnements, ou les crampes digestives, voire la constipation. »

Le dernier mot fit sourire les deux seuls enfants qui se trouvaient dans la salle. Il y avait des personnes de toutes tranches d’âge, ici. Il y avait même une personne qui paraissait avoir la vingtaine, tout comme elle. Son attention  fut donc poussée à son paroxysme lorsque ses yeux tombèrent sur lui ; il était plutôt charmant et elle était curieuse de savoir quel type d’invité il était. Pour le moment, il n’avait pas dit un seul mot mais cela ne saurait tarder. Et comme elle l’avait prévu,  il fut à son tour mis sous les projecteurs. L’inconnu était un des proches de l’aîné de la famille et venait  d’un pays étranger. Il avait aidé son prochain à faire des recherches quant aux plantes et aux sels minéraux. Il fallait croire que cette famille adorait s’instruire et s’ouvrir à d’autres cultures. D’un côté, c’était une assez bonne idée puisqu’elle vous ouvrait à d’autres horizons mais cela pouvait tout aussi se révéler dangereux. Se rendre ailleurs que son pays natal avait toujours été considéré comme étant un acte téméraire et surtout si l’on était pas Ninja. En tout cas, jamais Meï ne se risquerait de se rendre dans une autre nation tant que la brume sanglante régnerait ; ce n’était pas sûr.

« - Et bien mon garçon... votre métier vous plait tant que cela ? »demanda l’homme qui avait voulu tester Meï quelques minutes plus tôt.

By Lokiddles

_________________

Oscars:
 

Spoiler:
 


Dernière édition par Meï Terumi le Mer 18 Déc - 12:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ✿ Juunin de Kumo. (Rang S)


Messages : 82
Date d'inscription : 11/08/2013
Age : 104

Carte Shinobi
Ryos: 200
Age: 29
Expérience:
462/2000  (462/2000)


MessageSujet: Re: Deux suspects pour un coupable. [Flashback - Pv Keaton]   Jeu 21 Nov - 12:19

On le conduisit au travers des couloirs dans le but de rejoindre les autres dans une énième salle de banquet, sans doute toute aussi impressionnante que tout ce que le blondin avait pu voir jusqu’ici. Sa chambre, située à l’étage, disposait en effet de suffisamment de place pour accueillir jusqu’à deux autres personnes de son gabarit sans que gêne il y ait. Ce qui était sûr, c’était qu’ils ne se cachaient pas de cette profusion de biens, un bon point pour eux sans doute. C’était là d’ailleurs la motivation de cette mission qui au final s’avérait bien plus intéressante et confortable que ce qu’il n’y paraissait au premier abord. Qui aurait cru de toute évidence que les choses tourneraient ainsi en la faveur du jeune homme, s’étant débarrassé pour l’occasion de son masque en le scellant dans un parchemin qu’il tachait de garder sur lui ? Belle maison, bel accoutrement, bel homme, peut être là l’occasion de se faire quelques connaissances dans la gente féminine et pousser un peu plus loin le plaisir procuré par cette profusion de biens ?

Ils passèrent devant bon nombre de tableaux, peintures et autres tapisseries, alors que le blondin faisait travailler son exceptionnelle mémoire pour dessiner un plan relativement original de la bâtisse, chose qui lui serait sans doute aucun utile dans la suite des événements. Il tâcha par la même occasion de retenir quelques-unes des œuvres devant lesquelles ils passèrent, ne serait-ce que pour sa culture générale et faire bonne impression devant le reste de la famille. En effet, si d’habitude son travail était de rester le plus discret possible afin de ne pas attirer l’œil sur lui, il se retrouvait catapulté sur le devant de la scène, laissant réveiller un comédien hors pair qui sommeillait en lui depuis bien trop longtemps déjà. Il eut même l’occasion de surprendre son commanditaire par quelques paroles visant à mieux s’intégrer dans son personnage. Après tout, il pouvait bien se targuer d’être l’une des pierres fondatrices de cet empire de la relaxation, même si ce n’était que par le simple apport de ses connaissances. Ce fait étant, après une rapide discussion pour mettre au point quelques détails, ils eurent tôt fait de retrouver les autres convives et de présenter Keaton à la foule en bonne et due forme.

Le repas qui suivait s’annonçait particulièrement distrayant. Entre les différents plats mis à leur entière disposition, il y avait de quoi faire. A cela s’ajoutait un Château Haut-Brion, magnifique bouquet, que le jeune homme tâcha de déguster comme il se devait, n’offrant alors que peu de distractions à ses hôtes, bien qu’il ne se laissait pour autant dépasser par la situation. L’un des nombreux défauts à avoir un esprit suffisamment élaboré, on ne pouvait pleinement se concentrer sur quelque chose que dans le silence le plus religieux qui soit. Mais ce n’était pas non plus un problème, disposer des meilleurs mets était tout simplement divin, aussi aurait-il été grossier de sa part de faire part de ses envies de calme, quand tous étaient ravis de cette animation. Ce fut à ce moment que Keaton eut l’occasion de lui-même se voir placé sous le feu des projecteurs, la plupart des regards se tournant dans sa direction. Ce n’est qu’alors qu’il remarqua la présence de cette charmante jeune femme qui lui tapa dans l’œil presque aussitôt. Cette dernière –Mizake Rina de son appellation- était parait-il une spécialiste des thés, ce qui ajoutait à son charme naturel une certaine touche qui avait de quoi plaire à plus que le simple blondin. Il se permit d’ailleurs de lui adresser un sourire charmeur avant de se retourner vers son interlocuteur.

« J’aime beaucoup ce que je fais en effet. Je ne pense pas cependant que beaucoup puissent partager mon enthousiasme en la matière... »

Il ne voulait pas leur infliger le résultat de ces journées passées à lire bon nombre d’ouvrages sur la matière, ne serait-ce que pour sa formation de médecin. Par la même occasion, il évitait de trop en dire sur ses occupations, s’économisant ainsi un peu de temps de parole et d’imagination. Pour ne pas paraître grossier, il tâcha tout de même de donner une réponse plus convenable que cette simple esquive.

« Il serait rébarbatif que je vous fasse une démonstration j’en ai bien peur… S’intéresser aux pierres et minéraux est nettement moins passionnant, je le conçois. Pour ce qui est des plantes, la coriandre de ce curry facilite la digestion. Elle possède aussi des propriétés antioxydantes et antibactériennes, qui en font une plante médicinale de choix à bas coût »

Il se mit alors à sourire à son interlocuteur, espérant que sa réponse pouvait le satisfaire. Il avait par la même occasion montré qu’il disposait de quelques notions en matière de cuisine, chose qu’il tâcha de dissimuler au possible pour ne pas les confronter à ses expériences plus que mortelles pour les nombreux cobayes ayant l’occasion d’y goûter. Ne préférant pas y penser, il continua de manger en répondant comme il l’entendait aux questions posées par ses hôtes, en plus de quoi il essayait de participer à la discussion pour se rapprocher de la jeune femme face à lui, ce qui lui offrit quelques boutades de la part des autres, auxquelles il répondit par un rire léger. Il était vrai que Mizake n’était pas sans charme, mais de là à prétendre qu’elle était tout à fait son genre, c’était griller les étapes… Le jeu de séduction devait faire son œuvre et ne pas se laisser spolier par des personnes cherchant à pousser de trop les choses. Le repas terminé, il tâcha de s’occuper en attendant que la nuit arrive, jusqu’au moment où il se mettrait à l’action. Dans ce sens, il invita la jeune femme à se promener à ses côtés afin de découvrir la ville –l’occasion d’établir un plan des lieux au cas où les choses se passeraient mal. D’une polie révérence, il demanda alors à celle qui allait finir mizukage de lui accorder cette sortie.

« Mizake Rina, seriez-vous intéressée pour prendre l’air en ma compagnie ? Je suis certain que par ce temps, la ville doit être magnifique. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ✿ Godaime Mizukage. (Rang S)


Messages : 934
Date d'inscription : 20/04/2013
Age : 24
Localisation : Au coeur de Kirigakure.

Carte Shinobi
Ryos: 760
Age: 30
Expérience:
3496/2000  (3496/2000)


MessageSujet: Re: Deux suspects pour un coupable. [Flashback - Pv Keaton]   Dim 22 Déc - 4:37

Début de l'enquête.
ft Keaton
Ce charmant garçon lancé sur le podium du spectacle répondit à la question du curieux. Meï ne se souvenait plus de son nom et peut-être même qu’elle n’avait pas été présente lorsqu’il avait dû le révéler. En tout cas, elle devait bien avouer qu’il était tout à fait plaisant. Il avait ce visage d’ange qui ne trahissait aucun mépris, aucun malheur ou autre sentiment négatif. Il semblait mener une routine bien paisible. En même temps, étudier des plantes et des sels minéraux ne devait pas lui permettre de se confronter au danger des guerres.  C’était une conclusion hâtive mais la belle doutait fort que ce jeune homme – qui devait avoir son âge -  ne souffrait des mêmes maux qu’elle. Elle tâchait de garder le sourire pour rester dans le rôle niaiseux de Mizake Rina. Le petit privilège qu’elle avait, c’était que son jeune âge lui permettait naturellement d’observer ce garçon comme elle l’entendait. Ce n’était pas une trahison qu’elle faisait à Ryoku, loin de là. Après tout, ses yeux avaient parfaitement le droit de se poser où ils en avaient l’envie, sans aller dans l’indécence bien évidemment.

En revanche, le contraire se vérifiait moins ; elle était une femme possessive qui refusait que son bien aimé ne pose le regard sur une autre demoiselle. Déposant son menton sur ses dix doigts croisés, elle écoutait attentivement l’interrogatoire qui avait pour sujet ce spécialiste du pays du miel. La belle ne connaissait cette nation que de nom mais les ouvrages qu’elle avait pu lire ne l’avait pas renseignée tant que cela sur ces territoires isolés. D’après ses souvenirs, ce n’était pas si loin de An no Kuni, le pays des Haricots rouges. Silencieuse, elle piqua dans son assiette afin de se délecter des mets préparés. Elle était bien curieuse de connaître les spécialités gastronomiques de ce pays.  Chaque contrée se démarquait par sa propre histoire et sa coutume et quand on était un Ninja, il fallait en connaître un maximum afin de se familiariser avec le milieu. Plus on était à l’aise quelque part et plus on pouvait facilement agir. L’enseignement de Kiri apprenait ce précepte aux plus jeunes enfants qui désiraient monter au plus haut des échelons. Quand on espionnait, il fallait se fondre dans la masse et pour le faire, il fallait s’adapter sans difficulté. Paradoxalement, sa magnifique robe attirait plus les regards qu’autre chose, bien que sa couverture soit tout de même dissimulée.

Croquant le bout de viande qui était retenu prisonnier par sa fourchette, elle put se satisfaire de son goût moelleux, qui ressemblait assez  à de l’escalope. Les épices rajoutaient un goût assez exotique mais peut-être que cet ajout fut un peu trop abondant pour cette sirène de Kiri. Dans son village, on mangeait plus des légumes ainsi que des crustacés donc les épices étaient peu présentes. Toutefois, cela restait bien recherché comme cuisine et Meï ne s’en plaignit pas : sa langue finirait par s’habituer au clou de girofle et au curry. Dans l’ensemble, le repas fut un peu ennuyant ; une musique ambiante et variée plaisait à tous les âges mais quand on était simplement un invité, on ne pouvait se permettre de participer aux conversations de famille. La dite Mizake Rina observait les jeunes enfants en train de rire d’une tâche de nourriture collée au costard de l’un d’eux. Au moins, elle se sentait un peu moins jeune et ceux-ci étaient plus distrayant que les vieux troncs à l’autre bout de la table, qui se contait leurs vieilles réminiscences.

Enfin, l’heure du dessert sonna et l’estomac de notre héroïne avait gardé assez de place pour engloutir un délicieux gâteau à la mangue. Cette famille aimait bien se remplir, apparemment. Plusieurs fois, on assura à la belle qu’elle n’avait pas à hésiter avant de se servir, et l’un d’eux ironisa en déclarant qu’elle ne sortirait pas de cette table tant qu’elle n’aurait pas fini trois parts du gâteau. L’auburn s’efforça de sourire mais en vérité, une seule part lui suffisait amplement. Le contenu sucré de sa petite assiette était bien délicieux certes, mais la mousse et la crème qui le décorait étaient particulièrement lourds. Elle se demandait donc comment les autres conviés parvenaient à en engloutir trois. Il faut croire que sa formation de Kunoïchi lui avait permis de se nourrir peu et c’était bien utile dans beaucoup de cas. Et quand on voit que la situation économique se dégrade peu à peu à Kiri, on sait qu’il faut limiter petit à petit ses dépenses alimentaires. Une heure plus tard, Meï s’était retrouvée à jouer avec sa fourchette et  une miette de pain qui était restée sur son assiette. Discrètement, elle s’amusait à faire faire le tour de la forme ronde à la miette, comme si elle était un enfant à guider.

De l’autre côté de la table, l’aîné de la famille venait de prendre la parole, déclarant une petite dégustation de vin ouverte. Sans trop appuyer son regard sur lui, la Juunin le jaugea discrètement du regard. Il n’avait pas l’air d’être triste ou renfermé car bien au contraire, il souriait de toutes ses dents. Comment pouvait-on être de si bonne humeur alors qu’on venait de perdre sa sœur, il y a quelques jours seulement ? A croire qu’il était insensible, ou qu’il cachait sa tristesse… ou bien que tout ceci ne soit le fruit que de sa satisfaction personnelle. Il était difficile de le deviner sans obtenir davantage d’informations. A première vue, c’était un homme bien chic, qui aimait bien l’alcool contrairement à son petit frère qui s’était contenté d’un simple petit verre de Sake durant le repas. Il avait également cette lueur de fierté dans son regard mais quand on était l’aîné d’une famille, il était un peu normal que l’on possède une confiance sans égale.

« - Comment trouvez-vous ce vin, mademoiselle ? » demanda ce même homme à notre Kirijin nationale.

La belle reposa son verre en cristal sur la table, prenant deux ou trois secondes pour se lécher le palais, comme si elle recherchait à nouveau le goût du breuvage. Calmement, elle répondit d’une voix douce :

« - Je ne m’y connais pas en dégustation de vin, mais je dirais que  son goût sucré est bien doux… Oui, c’est moelleux et l’équilibre semble correct. »

Quelques petits rires se firent entendre et cela eut le don de l’agacer légèrement. Ils étaient bien gentils de vouloir lui porter autant d’intérêts mais elle n’était pas présente pour se montrer du haut de la scène pour bien longtemps. Si on pouvait la laisser tranquille avec toutes ces interrogations, cela l’arrangerait bien. Toutefois, elle ne regretta pas tant cela cette fameuse dégustation, puisqu’il s’agissait du premier pas qu’elle effectuait en compagnie de sa cible. Elle avait besoin de connaître cet homme et il fallait que ce dernier la connaisse vite-fait, afin de gagner un peu sa confiance. Peut-être le cernerait-elle mieux en s’approchant de lui ? Ce premier contact oral pouvait toujours servir par la suite. D’autres personnes goûtèrent à leur tour à différentes bouteilles, se délectant de ces breuvages variés qui paraissaient faire partie de leur quotidien. Seuls les enfants ne pouvaient guère y toucher mais on percevait dans les petits yeux innocents, une envie grandissante de quitter leur cocon pour affronter l’extérieur.

Bientôt, tout le monde fut autorisé à quitter la table. Nul n’était nécessaire de les retenir plus longtemps alors qu’ils avaient sûrement tous des activités à faire. C’était opportun puisque la belle pourrait enfin commencer sa petite investigation tranquillement. Elle ignorait comment elle allait s’y prendre pour être la plus efficace mais la meilleure des choses était tout d’abord de scruter les lieux en profondeur. Pour comprendre le déroulement d’un crime, il fallait être familier avec le décor. La belle était sur le point de quitter la salle à manger bien prestigieuse quand quelqu’un l’arrêta en douceur. Ce sourire empli – du moins il lui semblait – de séduction ne put que l’obliger à lever les yeux vers l’inconnu qu’elle avait remarqué toute à l’heure, au diner. Il était bien plus beau de près et derrière ce visage d’ange se tapissait certainement un de ces fameux gentleman qui finissaient rapidement au lit avec une fille facile. Meï ne compterait certainement pas se laisser amadouer aisément, surtout qu’elle avait juré fidélité à son amant, Ryoku. Et même dans le cadre d’une mission, elle ne pouvait pas concevoir l’idée de devoir s’approcher d’un autre homme en jouant de ses atouts, pour la simple réussite de celle-ci. Enfin, ce n’était que sa première pensée. En effet, elle restait une Kunoïchi assez conditionnée dans l’optique que le sacrifice de soi était parfois nécessaire pour un pays. Mais pour le moment, l’idée de sacrifier ses principes de fidélité amoureuse ne lui venait absolument pas à l’esprit. Aussi, elle considéra la demande du jeune homme comme une simple entente, sans plus. Bien qu’il puisse éventuellement être son genre de garçon, il était hors de question d’aller plus loin, surtout si c’était pour devenir son aventure d’une nuit.  Dans ce monde, les hommes se croyaient un peu trop tout permis et la jeune femme n’appréciait pas ce mode de pensée courant.

« - Ce sera un plaisir d’être accompagnée par un homme aussi  plaisant que vous. » dit-elle doucement, inclinant légèrement la tête vers lui par respect.

Jouer les femmes nobles et fragiles se révélerait sûrement être un jeu d’enfant pour elle. Mizake Rina avait sa propre personnalité, façonnée par Meï : assez fière d’elle, gracieuse, un peu réfléchie mais pas de trop, gentille mais surtout excellente menteuse. Et c’était sur cette dernière qualité qu’il faudrait miser un maximum.  Il fallait prendre ceci comme un défi et pas mal de ses camarades savaient qu’elle aimait bien les défis. Sa détermination et sa volonté seraient mises à l’épreuve et ce sont dans ces situations là que l’on peut vraiment se tester. Bras dessus, bras dessous – selon les codes de la courtoisie – les deux personnes s’aventuraient dans un petit couloir qui mena à une porte incrustée de jolis minerais. Celle-ci, déjà ouverte, débouchait à une grande terrasse qui débouchait, quant à elle, à un jardin d’une beauté époustouflante. Au premier souffle du vent contre son visage, la Juunin ne put s’empêcher d’écarquiller légèrement les yeux sous cette magnificence incroyable. Elle n’avait pas eu énormément d’occasions de visiter des demeures bourgeoises certes, mais le spectacle que leur offrait cette famille était bien remarquable. En fait, tout était sous forme de labyrinthe mais ce n’était pas simplement composé de haies. Des grands arbres et arbustes fruités jonchaient le sol, apportant ainsi de nombreuses couleurs à ce jardin. Des fleurs poussaient de partout, que ce soit des Bégonia, des Myosotis ou encore des  Cyclamen.

« - C’est tout simplement magnifique… Vous ne trouvez pas ? Quand je suis venue ici, je ne m’attendais pas vraiment à ce que ce pays soit si sympathique. »

C’était à la fois des paroles digne du personnage de Rina mais également une arrière-pensée de Meï. Découvrir  de nouvelles belles choses lui permettait de cumuler de bonnes expériences.

By Lokiddles

_________________

Oscars:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Deux suspects pour un coupable. [Flashback - Pv Keaton]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Deux suspects pour un coupable. [Flashback - Pv Keaton]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [FB] Deux tueurs pour une victime. Mais qui remplira sa mission?
» Deux charmeurs pour une jument. [Privée]
» Deux Propositions pour la diaspora haitienne !
» Préval contre Préval : deux faces pour un visage
» Deux mascottes pour le prix d'une !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
rpg
 :: Autres Lieux :: Pays des Sources Chaudes
-