AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
De gros personnages libres, dont: Hidan, Kakashi,A Yotsuki, ou encore Jûgo ! Les villages sont attaqués par de dangereux déserteurs, Iwa est le premier village à avoir pu écarter la menace ! Kiri et Iwa sont de nouveau ouverts ! Konoha accepte deux ninjas inventés ! Les Nukenins inventés sont de nouveau autorisés !


LA CÉRÉMONIE DES OSCARS COMMENCERA A 22H CE SOIR !


Partagez | .
 

 [FB] La fin de l'esclavagisme. [Mission rang A/PV Keaton]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité





MessageSujet: [FB] La fin de l'esclavagisme. [Mission rang A/PV Keaton]   Dim 1 Sep - 16:54

Citation :
Depuis quelques temps, quatre puissants ninjas ont pris le contrôle d'un tout petit village au pays des sources chaudes. Le chef a été tué et depuis, les villageois sont exploités à des fins mauvaises. Personne ne parvient à se défendre et seul les rares quelques fuyants ont pu prévenir le pays de l'eau de cette prise de pouvoir illégitime. Vous devrez donc remédier à cela et rétablir la paix dans ce village. Mission à effectuer en groupe ou bien mentionner dans votre Rp des Juunin/Oinin PNJ vous apportant leur aide.

voyage voyage ~





Minuit cinquante-deux. Une femme très importante et un homme tout aussi important à plus petite échelle conversaient. Enfin l’auburn venait de réprimander l’Adjoint du Capitaine des Forces Spéciales du village. Il fallait qu’il soit beaucoup plus formel avec sa supérieure, et elle avait complètement raison. Il ne devait pas se permettre de telles familiarités avec une personne aussi haut placée. Mais il ne pouvait s’en empêcher, c’était presque naturel pour lui. Mais bon, un jour pas comme un autre il finirait par fondre ou se faire désintégrer par sa Kage s’il ne changeait pas rapidement… Et encore une fois, il prit ce sermon à la dérision et… Il se mit à rire très légèrement, se moquant complètement de ses salutations, qu’elles soient formelles ou non. Bref, la magnifique créature répondit aux quelques questions du géant, à savoir quel genre de mission allait-on lui confier, pourquoi y aller en collaboration avec le pays des nuages et… Quel était l’ordre de mission, surtout. Le genre de mission… Elle ne lui répondit pas, mais il allait bien le comprendre quand il saurait l’ordre de mission. Ensuite, pourquoi avec Kumo ? Importante question que voilà. Notre homme allait faire équipe avec une de ces brutes car il y avait un intérêt commun aux deux villages pour cette mission, mais aussi afin de renforcer les liens entre l’Eau et la Foudre… Ce qui laissait le Misatachi plutôt perplexe. Il pensait pourtant que Kirigakure n’avait d’alliance avec aucun autre village, et voilà qu’on lui dit qu’il faut renforcer les liens avec un autre… Non mais elle est où la logique ?! Concernant l’ordre de mission… Un groupe de renégats s’amusaient à monopoliser des civils et des Shinobi affaiblis pour en faire leurs esclaves, les obligeant à agir à l’aide de manipulation et coups de force, les emmenant chercher des ressources et d’autres biens utiles dans les alentours du pays des sources. C’était loin, surtout pour le Misatachi qui avait horreur de faire de si longs voyages. Il n’avait pas le choix, même si cela l’embêtait énormément. Bref, il sortit alors et se mit en quête d’un logement rapide pour la nuit.

Une fois dehors, il se mit en quête d’une auberge qui voudrait bien l’accepter, rien que pour cette nuit. Mais cela allait être dur, plus personne ne voulait de lui, ni de son or. Oui, ce très cher SDF a de l’or constamment sur lui. Comment fait-il ? Tout simplement car il s’agit de son don héréditaire, de son Kekkei Genkai. Il peut manipuler l’or, donnant naissance à l’affinité combinée nommée Gôrudoton. Bon, personne ne voulait l’accepter tant qu’il n’aurait pas de quoi réellement payer. Voilà qui était bien embêtant. Il n’allait pas non plus faire une nuit blanche… Il ne lui restait plus qu’une seule solution : son ami pêcheur. Ses grandes jambes lui permirent d’arriver rapidement devant un édifice immense et majestueux, sans trop se fatiguer. Ce qui n’était pas plus mal. Bouteille en gauche et joint en bouche, il sortit un shuriken de sa poche et l’envoya à travers une petite fenêtre ouverte, celle de la chambre de son ami. Comme d’habitude, l’étoile porteuse de mort se planta juste à côté de sa tête, le réveillant sur le coup. Le pêcheur du dimanche vint alors à la fenêtre. « Que faites-vous ici, messire Kuro ? » Comme à son habitude, il le vouvoyait, les yeux à moitié fermé, mais prenant tout de même un air d’aristocrate. Kuragari se mit à éclater de rire. Jamais il n’aurait pensé qu’un tel homme dormirait vêtu de la sorte. En effet, il portait une espèce de pyjama rose avec des petites fraises sur les manches, des petits cœurs sur le torse et des chatons au niveau des jambes, ce qui n’était pas très masculin... Et assez efféminé, m’enfin.  « Bah… D’main j’pars en mission mais j’nulle part où aller quoi… On peut faire comme d’hab’ steuplait ? » Il ouvrit une fenêtre plus à droite… Mais bien plus grande. Le géant concentra alors son chakra dans ses pieds et grimpa, le temps que l’autre installait son lit de fortune. Une fois arrivé en haut, Kuragari jeta son cul d joint bien plus loin et pénétra dans ladite chambre et s’endormit directement.

Six heures du matin. Le soleil se levait doucement, ses rayons pénétrant légèrement dans la demeure, accentuant leur impact grâce au double vitrage des fenêtres de l’homme au pyjama féminin. Mais ce n’est pas cela qui parvint à réveiller le SDF de la Brume. Ah ça non. Il était déjà réveillé depuis un moment à vrai dire, et il regardait au loin, respirant l’air frais du matin. La bise était légère mais faisait tout de même son effet en cette fin d’hiver, rassurant Kuragari. Eh oui, il ne fallait pas oublier qu’il dormait sous les ponts. Brave gaillard. Il écoutait également le cours d’eau non loin, coulant sempiternellement, sans se soucier du temps qui passe. Comme la Vie elle-même. Ses cheveux virevoltaient au gré du souffle divin, n’étant pas encore retenus ou recouverts d’un chapeau de paille. Ils étaient libres, libre comme ce qui les faisait bouger. Il serait bien resté là, à regarder au loin, souriant bêtement et sans aucune pensée bougeant dans son esprit… Mais il fallait qu’il parte, et au plus vite. Le pays des Sources Chaudes n’était pas la porte à côté, mais il ne pouvait pas s’en aller comme un voleur. Du coup, il attendait que Nagare se réveille, ce qui ne devrait tarder. Et il pensait juste. Deux ou trois minutes après, le Juunin Spécial se redressa dans son lit, le regard embrumé et finit par se mettre hors des couvertures, s’approchant de Kuro. « Vous n’êtes pas encore parti ? Qu’attendez-vous ? » Même s’il ne voulait pas l’avouer en public, il considérait notre alcoolique comme un grand ami, et ce n’est pas pour rien qu’il était l’un des rares à l’appeler par son surnom, preuve qu’il l’aimait bien. Kuragari, lui, sourit à nouveau, le regardant. « Yare, yare… T’veux déjà que j’me casse ? » Il passa une jambe par-dessus le rebord de la fenêtre et se pencha, chapeau entre les bras. « T’façon, faut qu’j’y aille… C’pas la porte à côté-là où j’dois m’rendre, et puis j’sais même pas où est mon lieu de rendez-vous… P’tain, s’tu savais comment j’ai pas envie d’y aller là… » Et il se mit à rigoler aux éclats, tandis que son comparse ne comprenait pas vraiment ce qu’il se passait, lui faisant simplement un signe de la main et des courbettes très respectueuses pour lui dire au revoir et lui souhaiter bonne chance. Voilà bien tout ce qu’il y avait de plus normal, en somme.

Et le voilà de nouveau dehors, partant en direction des majestueuses portes du village, saluant les gardes au passage. « Yo. Vous pouvez m’ouvrir s’vous plait ? C’urgent là. » Il fallait qu’ils se dépêchent, autrement il arriverait en retard au pays des Sourcs. Tiens, d’ailleurs… Il ne savait pas encore où est-ce qu’il devait se rendre pour rencontrer le Kumojin… Il espérait que ça serait au port du pays où se rendait, auquel cas… Ça l’embêterait énormément. Oui, ce Shinobi était un gros feignant. Rien ne pouvait empêcher une certaine hypothèse se vérifier… Au vu de la flemme dont il était pourvu, il aurait très bien pu dépasser un Nara de Konoha, mais bon, rien n’était sûr. Comme dit précédemment, cela n’était rien d’autre qu’une hypothèse. Bref, quelques heures plus tard, il fut enfin arrivé au port situé sur la côte Nord-Ouest de Mizu no Kuni et embarqua à bord, prenant le bateau qui l’emmena en direction du pays où il devrait arrêter des malfrats avec un certain Kumojin.

La petite croisière afin de rejoindre la terre ferme dura cinq jours et cinq nuits environ. Durant cette petite semaine, le Misatachi manqua de passer par-dessus bord une bonne dizaine de fois. Il n’était pas aidé avec ses différentes bouteilles d’alcool et autres matières illicites consommables, comme le Konohabis. Et encore, ce n’était qu’un exemple. Il fit également connaissance avec les marins, n’ayant pas grand-chose d’autre à faire de ses journées. Ou alors, il passait son temps dans sa couchette, pensant à… Bah à rien, ou alors à sa dryade, Meï Terumi, qui est également sa Kage. Ou alors sa nymphe, sa muse, son fantasme. Son Nindô, aussi. Néanmoins, il adorait ce genre de voyage. Certes, l’issue de ce dernier n’était pas favorable pour le Golem d’Eau, mais il trouvait que voguer sur les mers au gré des vagues était assez apaisant. Quand il n’y avait pas de tempêtes, en tout cas. Et heureusement pour les voyageurs et l’équipage, il n’y en eut pas une seule durant ces cinq jours de traversée. Du coup, il n’y eut pas de panique et l’homme d’or put profiter de tout ce calme à son apogée. N’était-ce pas merveilleux… Cependant, le dernier jour, alors qu’ils arrivaient à destination… Un énorme nuage noir apparut au-dessus d’eux, grondant, terrifiant. Et le vent se leva soudainement, obligeant les matelots à désappareiller les voiles dans le but de limiter un maximum les dégâts. Mais bon, l’orage faisait rage, et des éclairs commencèrent à s’échapper du cumulonimbus noir, ce qui n’aidait pas les pauvres civils qui voulaient juste aller se promener dans un pays voisin… Mais bon, c’était comme ça. Pour les protéger, Kuro fit apparaître une sphère d’or tout autour d’eux, ainsi, personne ne fut touché par la foudre et l’embarcation ne fut pas trop endommagée.

Ils finirent alors par arriver à bon port en milieu d’après-midi. Le Misatachi descendit le premier, bouteille à la main et joint en bouche. Il vit qu’il n’était pas le seul Shinobi, car, au loin, se trouvait un homme, plutôt petit, bien plus petit que notre géant. Il était blond, également et avait une queue d singe qui bougeait, en guise de prolongement de colonne vertébrale. Bizarre, vraiment très bizarre. La curiosité piquée à vif, l’adjoint du capitaine ANBU de Kirigakure se dirigea en sa direction et attrapa le membre plein de poils de ce dernier, l’observant avec une certaine minutie… Soulevant le potentiel Shinobi. « Yare, yare… » Il n’en croyait toujours pas qu’un humain puisse avoir quelque chose comme ça. C’était improbable, et même dans ses délires les plus fous, jamais il ne se serait imaginer ceci. Il le secoua dans tous les sens, et tendit le bras qui tenait l’énergumène inconnu, l’éloignant encore plus du sol. « Pourquoi t’as une queue d’singe toi ? » Un tintement se fit entendre. Son regard se porta sur l’objet métallique. A l’aide de son autre bras – et de son autre main par extension – il s’empara de son grand katana et fit bouger la plaque de métal. Un symbole se fit alors voir, et il le reconnut parfaitement. C’était un bandeau frontal de Kumo, il en était sûr. Se doutant que des gens pouvaient les écouter à n’importe quel moment, il rapprocha son visage d’une de ses oreilles et afficha une mine renfrognée, plissant son nez sa bouche… Son visage, quoi. « Oh, t’es d’Kumo toi… Dis, t’serais pas celui qui doit accompagner un Kirijin dans une mission contre un groupe d’esclavagistes, des fois ? » Il le laissa tomber par terre, et se roula rapidement un petit joint le temps qu’il reprenne ses esprits. Il n’était pas tous les jours délicat, le Kuro… Mais bon, c’était pour ça qu’on l’aimait. Reprenant son sourire habituel, il fit les cent pas, attendant une ou plusieurs réponses de l’autre. Il n’aimait pas attendre, et déjà qu’il avait fait tout ce chemin pour une simple mission de rang A… Autant vous dire qu’elle avait intérêt à se terminer rapidement, car sinon il risquait de s’énerver. Certes, le maître de l’Or ne s’énervait pas facilement, mais dans ce genre de cas, il ne valait mieux pas tenter le coup car cela risquait facilement d’exploser… Un peu comme une canette que l’on tenterait d’ouvrir après l’avoir secouée, en fait.

En ayant marre d’attendre, il finit par s’adosser à une pile de caisses en bois, savourant allègrement sa cigarette magique. Son coéquipier pour cette unique mission se trouvait à une dizaine de mètres, tout au plus, continuant de parler. Soudain, le géant se retrouva à terre, le fessier légèrement endolori. Il n’avait pas prévu que l’on enlève les cargaisons situées derrière lui… Et il ne s’en était pas rendu compte non plus. Du coup, c’était son postérieur qui trinquait. A présent que l’autre s’était présenté, il pouvait le faire aussi. « Sinon, moi c’Misatachi kuragari, mais t’peux m’appeler par mon prénom ou encore Kuro, ça f’ra l’affaire va. » Ça, c’était fait. « J’suis d’Kiri ouais. » Il s‘était mis à chuchoter, ayant bel et bien compris qu’il ne valait mieux pas créer de tensions ici en montrant son appartenance à un quelconque village. Heureusement pour lui, il ne portait jamais son bandeau frontal. Ce qui lui évitait bien des soucis. « Y a une ville à une trentaine de kilomètres d’ici… » Il sortit alors une carte qu’il tendit au jeune des nuages. « On pourrait p’tête s’y rendre pour nous reposer cette nuit, nan ? » Il pointait de son gros index la ville en question. « On y va quand t’veux ! Bon, par contre, j’pas un rond, j’suis désolé mais faudra qu’tu payes. » Il lui mit une grande tape dans le dos et but quelques gorgées de saké avant de lui tendre la bouteille et une coupelle propre prévue à cet effet. « T’en veux ? » A présent, ils pouvaient partir en toute quiétude, sans avoir à se soucier du reste, puisque tout était prêt.


(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre ✿ Juunin de Kumo. (Rang S)


Messages : 82
Date d'inscription : 11/08/2013
Age : 104

Carte Shinobi
Ryos: 200
Age: 29
Expérience:
462/2000  (462/2000)


MessageSujet: Re: [FB] La fin de l'esclavagisme. [Mission rang A/PV Keaton]   Dim 8 Sep - 21:42


Il n'était pas rare de voir le jeune homme en dehors de son village d'origine, souvent occupé par ses propres convictions qui le traînaient çà et là. Cependant, cette fois-ci il se voyait confier la charge de libérer un petit village du pays des sources chaudes, tombé sous le joug d'un groupe de pseudo-terroristes incapables d'agir sans faire preuve de violence et de...persuasion. Il était donc dans l'intérêt du jeune homme, lui qui répugnait pourtant l'usage de la force quand les choses pouvaient être plus subtiles, de rapidement mettre un terme aux agissements de ces énergumènes. En effet, pour l'occasion il s'était vu affublé d'un ninja de Kiri en tant que coéquipier. Loin de là l'idée de le considérer comme une gêne -il entretenait d'excellentes relations avec la mizukage et n'avait sans doute jamais trop craché sur le travail de ses ninjas-, la simple pensée de partager les honneurs avec quelqu'un qui ne travaillerait sans doute pas comme lui lui donnait une certaine appréhension de la situation. Néanmoins, les ordres étant ce qu'ils étaient, il n'avait guère le choix que de se plier au bon vouloir des autorités. Bien évidemment, il se réservait le droit de défier cette injonction si l'équipier qu'on lui collait ne répondait pas à ses attentes en matière de coopération...

Le voyage jusqu'au pays mandataire du binôme fut relativement simple, le blondin n'ayant qu'à descendre le long des côtes pour arriver à la ville portuaire qu'ils s'étaient donnée en tant que point de rendez-vous. Cependant, comme il avait pu l'imaginer, il se retrouvait en avance au lieu donné et était apparemment arrivé bien trop en avance pour qu'il ne puisse chercher à s'occuper en attendant son compagnon d'infortune. Ainsi, il passa la journée à mesure sa patience, inlassablement confronté à l'épineux problème de quel genre d'activité il consacrerait cette heure-ci... Et, plusieurs sculptures grossières en bois, plusieurs sonnets et plusieurs bâtons taillés en pointe en laissant de fins copeaux à ses pieds plus tard, il pouvait enfin apercevoir la silhouette détachée de l'horizon d'un navire qui avançait timidement sur les flots. Le blondin commença alors à descendre le long de la rue principale du port, ravi de voir ses attentes achevées. Cependant, cette joyeuseté se changea rapidement en un dégoût soudain pour l'énergumène qui s'approchait dangereusement de lui. Un ivrogne camé envoyé par Kiri pour faire équipe avec lui et qui démontrait une nette curiosité pour son appendice animal... Allait-il vraiment...? Keaton se mit à faire de grands gestes pour décourager le géant de l'attraper par là, mais rien n'y fit.

« Non... non non non non ! Ne fais pas ça ! Je...AAAAAAAAAAH »



Cependant, si Kuro avait pu faire preuve de vélocité dans les premiers mouvements, il avait sans doute aucun vu son énergie disparaître à vitesse grand V tant dans sa précipitation il avait affolé le jeune blondin. Un talent qui allait sans doute pouvoir lui sauver la vie et éviter d'être secoué plus longtemps par le géant, lui qui allait sans doute relâcher sa prise après s'être vu ôté d'une grande partie de sa réserve de chakra. Keaton profiterait alors de cette soudaine baisse de régime pour effectuer une habile rotation pour lancer son pied dans le bras du kirijin, forçant se dernier à céder devant la volonté du blondin. Ce n'était peut être pas tout les jours l'occasion de rencontrer quelqu'un de son calibre, mais en aucun cas il acceptait de jouer les peluches pour le premier rustre venu. Enfin, après une légère acrobatie, il put retomber sur ses deux jambes avant de s'épousseter légèrement. Son air déjà agacé avait désormais laissé place à une mine courroucée par le comportement de l'autre. Et entre cette soudaine envie de laisser tomber la mission et celle de ne laisser tomber que son coéquipier, le choix était vite fait pour lui. Ainsi, profitant de sa soudaine situation, il tourna les talons, laissant ainsi Kuro ainsi inconscient.

« Je n'aime pas faire ça, vraiment. Mais tu me gêneras plus qu'autre chose, alors sois sage et dors bien. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité





MessageSujet: Re: [FB] La fin de l'esclavagisme. [Mission rang A/PV Keaton]   Mer 18 Sep - 11:17


Rencontre

exceptionnelle


(Épictète) la folie et la liberté ne se trouvent jamais ensemble.
La  liberté est une chose non seulement très belle,
mais très raisonnable et il n'y a rien de plus
absurde ni de plus déraisonnable que de
former des désirs téméraires et de vouloir
que les choses arrivent comme nous les
avons pensées.


Si le bonheur pose problème à la philosophie c'est parce que l'idiot ou l'ignorant eux aussi peuvent paraître heureux, c'est également parce que  l'opinion  de la foule pose  le  bonheur comme la fin ultime de toute existence humaine. La question est donc de savoir si l'idiot ou l'ignorant peuvent vraiment être heureux et si ce que la foule appelle bonheur est digne de ce nom.

Le bonheur pour le simple d'esprit confère  au petit bonheur tranquille  et « béat » de  celui qui se satisfait d'une existence médiocre, hélas cette béatitude n'a rien à voir avec les transports que  procure la contemplation du vrai et se rapproche plutôt de l'hébétude. La bêtise consiste en effet à s'étonner sans questionner  et à se satisfaire d'un monde que l'on ne  comprend pas  et qui satisfait d'autant plus qu'il paraît incompréhensible. Et c'est bien là  ce qui gêne le philosophe de voir que l'étonnement qui est la source même de la philosophie peut aussi être la source de la plus grande stupeur qui comme son nom l'indique rend stupide. C'est la raison pour laquelle Descartes préfère parler d'admiration pour désigner notre surprise face à l'ordre d'un monde que nous voulons comprendre et réserver le terme d'étonnement à cet excès qui frappe l'esprit de paralysie (il ne faut pas oublier que le terme français – étonnement - vient du latin attonare qui signifie frapper du tonnerre). Un tel étonnement est à l'origine de ces formules toutes faites, dont le caractère assommant n'est pas à démontrer, telle : « la nature est bien faite » ou « pour être heureux il suffit de ne pas se poser de questions et de prendre la vie comme elle vient ». Certains poussent même d'ailleurs la bêtise à son point culminant en qualifiant de telles maximes de «  philosophie de la vie ». Une telle « philosophie » si elle peut en effet conduire au bonheur, ce ne peut être qu'à un bonheur comparable à celui de la bête sans conscience, qui ne peut que vivre en accord avec la nature pour la simple et bonne raison qu'elle est plongée en elle et ne dispose pas d'une liberté lui permettant de s'en écarter.

Mais ce qui nous intéresse ici c'est le bonheur humain, le bonheur de celui qui en tant qu'homme ne se satisfait pas d'une nature animale qui lui est donnée, mais se doit de réaliser sa nature d'homme qui est à conquérir. Pour le plus grand nombre cette conquête se réduit à la quête du plaisir immédiat et à la satisfaction de tous nos désirs, le bonheur consisterait donc alors en ce que Kant nomme justement un « idéal de l'imagination » irréalisable parce qu'en total désaccord le plus souvent avec la réalité. Et bien entendu ceux-là même qui réclament un tel bonheur se désolent et se rendent malheureux car jamais la réalité ne les satisfait, eux qui demandent l'impossible.

Quinze heures quarante-huit. Un géant à la tenue vestimentaire plutôt… Atypique descendit d’un bateau. De là, il put apercevoir un homme plutôt étrange… Un homme-singe peut-être, même si cette explication n’était pas du tout crédible. Du coup, le géant s’approcha du Shinobi à l’appendice touffu, approchant une de ses mains en sa direction. A ce moment-là, le blondin tenta de le décourager d’agir ainsi, bougeant ses bras dans tous les sens, mais rien n’y fit. Le Kirijin était sacrément borné. Et c’est dans un hurlement de la part du Kumojin que Kuro le souleva de la terre ferme et l’agita dans tous les sens, le regardant avec un faciès hagard. Cependant, le Misatachi n’avait pas prévu que l’autre réagirait mal à cet élan de curiosité, et se vit rapidement tomber à genoux, lâchant la queue de singe que l’androgyne portait. En effet, il sentait que ses réserves de chakra avaient grandement diminuées, et ce, d’un coup. La vue floue, un œil fermé, il regardait l’absorbeur de chakra lui tourner les talons en lui lançant une petite pique verbale, indiquant qu’il n’aimait vraiment pas faire ça, et qu’il allait plus le gêner qu’autre chose… Il ne connaissait vraiment pas Kuragari, ça c’était sûr. Puis il lui ordonna d’être sage et de bien dormir… Non mais pour qui se prenait-il ? Quelle prétention…

Quelques minutes plus tard, Kuro – n’étant pas tombé dans les pommes – se releva péniblement et cligna des yeux. Il fallait qu’il retrouve sa vue, c’était important. Une fois ceci fait, il se concentra. Il regardait droit devant lui, à la recherche du petit homme aux cheveux blonds. Il avait de la chance, il s’était retrouvé bloqué par une importante file de matelots qui empilaient d’énormes caisses dans les embarcations. Le Kumojin dont il ne connaissait pas le nom devait donc attendre. Mais pourquoi ne pas user de ses atouts ninja ? Là était la question… Bref, il marcha tranquillement et rejoignit ledit blond, restant derrière lui, sans qu’il ne l’ait encore remarqué. « Si t’aimes pas faire ça, pourquoi l’avoir fait ? Kisama1… » Il soupira et croisa les bras. Le manieur d’or s’attendait à ce que l’autre soit surpris de le voir aussi rapidement. « Ouais, j’ai encore du chakra… t’m’as pas tout pris, konoyaro2, t’sais… J’trouve ça lâche, quand même. T’aurais pu faire un effort et être plus… Kuso3, comment on dit… Plus imaginatif, hein. M’bon. » Il décroisa les bras et le souleva par le col. « Recommence pas ton absorption, j’vais juste nous faciliter la tâche. » Oui, les matelots n’arrêtaient pas leur travail. Ils n’avaient donc pas le choix, les deux missionnaires devaient se dépêcher afin de rattraper le temps perdu. Kuro utilisa alors d’un Shunshin no Jutsu pour les « téléporter » une vingtaine de mètres plus loin.

Kuragari se mit alors à marcher de nouveau, l’air déterminé. Il marchait à l’aveuglette, le semi homme le suivant de près. Soudain, il se retourna, et se mit accroupi afin d’être à hauteur de l’autre. Il ne savait pas où aller. Mais comment lui dire… Telle était la question. Il n’avait pas du tout le sens de l’orientation. Qu’est-ce que c’était pratique… Il réfléchissait, réfléchissait, réfléchissait. Voilà qui était fort pratique. En temps normal, il avait toujours quelque chose à dire, mais là… Non, plus rien. Il ne savait pas comment aborder le thème. Le petit homme devait sûrement se demander pourquoi il s’était ainsi positionné. Le Misatachi se roula alors une cigarette magique, et sortit deux coupelles de sa grande poche. Puis une bouteille de saké. Ah ça ! il ne fallait pas l’oublier, cet alcool sacré. Il remplit les deux coupelles, et en tendit une à son « ami » de quelques temps. « Dis-moi… » Il amorça la conversation puis tira quelques taffes sur sa cigarette illégale. « Par où on doit aller maintenant ? » Il montra le « carrefour » présent non loin de là. Il avait tout de même l’air idiot, cet ignorant… Mais bon, il faisait avec, il n’avait pas le choix. Et le Kumojin n’aurait pas d’autre choix que de s’adapter à ce drôle d’énergumène.


____________________
1 : Enfoiré.
2 : Connard.
3 : Merde.


(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre ✿ Juunin de Kumo. (Rang S)


Messages : 82
Date d'inscription : 11/08/2013
Age : 104

Carte Shinobi
Ryos: 200
Age: 29
Expérience:
462/2000  (462/2000)


MessageSujet: Re: [FB] La fin de l'esclavagisme. [Mission rang A/PV Keaton]   Dim 22 Sep - 1:15

Il ne fallait pas qu'il perde de temps désormais, son équipier du moment s'étant avéré plus qu'inutile. Comment les autorités de Kiri avaient-elles put lui confier pareil énergumène ? Un alcoolique à l'intelligence aussi limitée ne pouvait tout simplement pas prétendre servir les populations, surtout quand il était trop préoccupé par sa consommation d'alcool et de drogue. Alors venir en aide à quelqu'un d'extérieur à son pays, c'était un peu comme décrocher la Lune pour l'offrir à sa dulcinée : chimérique mais tellement beau à espérer... Seulement, il y avait un gouffre de différences entre ces deux idées, un gouffre très représentatif de l'intérêt que Keaton portait désormais à son acolyte. Toutefois, force était de constater que le prénommé Kuragari savait faire preuve d'une ténacité ennuyante. Aussi, pour se permettre de se débarrasser du Kirijin une bonne fois pour toute, le blondin profita de son égarement lié à la précédente technique pour ensemencer une suggestion à l'intérieur de son esprit.

« Bonjour et bienvenue. Je suis Keaton, représentation illusoire de Keaton. Mon moi actuel n'est actuellement pas joignable pour le moment. Il laisse par ailleurs un message à Kuragari Misatachi, je cite : « Salut vieille branche, pas trop sonné ? J'ai un peu profité de ton état pour te laisser ici, avec mon moi. Ça ne devrait pas te dépayser ! Je suis en route pour le pays des sources chaudes, je t'ai laissé des indications via l'illusion. Comme ça, tu pourras toujours te rendre utile et me rejoindre plus tard. ». »

L'illusion marqua alors une pause en refermant sa bouche, artificiellement gardée ouverte le temps du message, puis regarda l'horizon avec une certaine nostalgie. Alors seulement, comme pour prouver les dire du blondin, la personne en face du Kirijin recula d'un pas pour éviter de se faire saisir par le col. Il pointa alors un dangereux index en direction du géant, puis le détourna bien assez vite pour se le poser sur sa tempe, laissant alors une bruyante explosion lui traverser la tête, le faisant s'écrouler dans un véritable torrent de cervelle et de sang qui vint repeindre une caisse de marchandises. Ce n'est qu'au bout de quelques secondes que l'illusion rouvrit les yeux, apparemment en pleine forme et insouciante du traitement qu'elle venait de s'infliger. Le jeune homme débordait d'imagination malgré les accusations de son acolyte, il allait sans doute aucun le lui prouver à maintes reprises. Du moins, c'était ce qu'on pouvait espérer de mieux pour lui, le cas échéant il se verrait sans doute rajouté à la longue liste de personnes le détestant pour son excentricité.

« Les indications maintenant : mon moi est parti de ce côté. Si mes calculs sont exacts -ce qui est toujours le cas-, garde cette direction pendant une heure pour enfin tourner vers l'Ouest, la gauche si tu préfères. Réitère cette opération deux fois. A la troisième, il faudra tourner à l'Est, la droite. Bon courage ! On se retrouve au point de rendez-vous. »



Si il était plus simple de lui demander de se débrouiller ? Keaton n'était pas du genre à donner des leçons gratuites sur  l'orientation qu'un ninja devait avoir, à plus forte raison lorsqu'il s'agissait d'une mission de pareille ampleur. Il fallait les travailler un minimum, sans quoi on finissait par être une gêne pour les autres, cela se rapprochant plus du bon sens que de la prétention. Mais ça, Kuro ne semblait pas l'avoir saisi, ce que le blondin lui pardonne bien rapidement, tout le monde n'était pas doté d'une certaine vivacité d'esprit nécessaire à la compréhension des indications les plus basiques... Dans un bref salut, l'illusion disparaissait désormais aux yeux du géant, le laissant se débrouiller avec les indications qu'il lui avait laissé. Le vrai n'attendrait pas plus d'une heure l'arrivée de son coéquipier : cela lui laissait largement le temps de faire une reconnaissance des lieux en bonne et due forme. Cependant, allait-il se lancer à l'assaut de ces brigands seul, ou Kuro s'avérerait-il suffisamment vivace d'esprit pour prouver que le premier jugement n'était pas forcément le plus juste qui soit ? Arrivé au village commanditaire de leur prestation, il prépara son infiltration en dissimulant son chakra davantage, puis se mit à observer. De quel bois étaient-ils faits, ces fameux bandits?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité





MessageSujet: Re: [FB] La fin de l'esclavagisme. [Mission rang A/PV Keaton]   Mer 25 Sep - 16:18


course folle




Le visage béat, le regard hagard, la bouchée bée. Le vent soufflait légèrement en cet après-midi hivernal. Il ne faisait pas trop froid encore ; c’était parfait. Le corps lourd mais les pensées légères, évasives, il semblait planer… Non pas à cause de Konohabis, mais par le biais d’un délire provoqué par une grande – et subite – perte de chakra, affaiblissant grandement notre protagoniste. Les pupilles faussement vides, le grand Shinobi était concentré sur un arbre face à lui. La tension entre le tronc abîmé et les globes oculaires du barbu était palpable : l’ignorant était en grande confrontation psychologique lorsque quelqu’un le sortit de sa torpeur. Un monstrueux souffle fit vibrer malencontreusement ses tympans, son cœur et ses membres parsemés de soubresauts. Une frayeur inégalable asséna son tranchant sur le frêle corps de son esprit ingénu, flou depuis cet instant. Il venait de sursauter. De doux et cristallins rires voguèrent lentement, embarquant sur la croisière onduleuse pour, au final, amarrer au pays de l’imagination. Quelle magnifique et aléatoire contrée que voilà ! En effet, suivant l’antre renfermant multiples secrets où nous entrons, celle-ci nous apparaîtra toujours différente d’une autre. Par exemple, dans le cas de notre sans abri, cet endroit pouvait très bien s’apparenter à une grande capitale embrumée. Grande, grâce à son brillant esprit créatif développé grâce à son Kekkei Genkai. Embrumée, car son cerveau est quasiment toujours empli de fumées crées par ses innombrables inhalations de sa drogue favorite, le plongeant dans un état d’esprit secondaire… Qui avait fini par prendre possession de lui.

A présent sorti de sa léthargie, reprenant peu à peu ses esprit, il tentait de se souvenir comment s’était passé cet avant-goût de coopération avec le Kumojin. Il se rappelait de quelques détails par-ci par-là, mais rien de bien important… Si ce n’est qu’il avait tenté de l’attraper par la queue pour ensuite le secouer et appréhender un peu mieux ledit appendice animal mais… On ne lui avait pas laissé le temps d’agir selon ses désirs. A croire que la petite tête blonde avait honte d’un tel attribut génétique… Kuragari était pourtant grand, trop grand… Pas pour autant qu’il en avait honte ! Et si ce n’était que ça, pourquoi ne cachait-il par son membre prolongeant son dos ? Tant de questions idiotes qui trottaient dans l’esprit de notre Golem, qui clignait plusieurs fois des yeux afin de récupérer une véritable vue. Car oui, c’est toujours mieux de se déplacer – surtout en cas de long voyage – avec une vue parfaite nous permettant de voir tout avec minutie plutôt qu’un paysage on ne peut plus fou. Une fois fait, il se remit sur ses deux échasses et sortit son petit matériel de sa poche ; le grand Shinobi roula un petit stick empli d’herbe peu légale qu’il s’empressa d’allumer tout en marchant. Quelques minutes plus tard, il retrouva son compatriote étranger et le porta par le col. Il fallait qu’ils se dépêchent, tous les deux. Et vu le bouchon auquel les deux Ninja étaient confrontés… Une seule solution, la plus évidente et moins pénible à laquelle l’homme en or pensa : le déplacement instantané. En un quart de seconde, ils furent cinq cent mètres plus loin, et l’homme des nuages se mit à parler. Au début, Kuragari n’en croyait pas ses yeux, son interlocuteur se prenait pour un répondeur… Même dans ses délires de fumette, jamais il n’aurait pu imaginer de telles choses. C’était trop puissant pour lui. Et soudain, il se fit exploser la cervelle. D’accord… Alors le Misatachi s’était tellement buter le crâne à coup de joint qu’il en était tombé dans les pommes, délirant totalement… Pourquoi pas. Mais il se rendit compte que non lorsque le blondin lui annonça par où il devait aller avant de disparaître de son plein grès. Eh bien, ce n’était pas tous les jours que l’on pouvait voir ça… « Hum… D’accord. » Il tira quelques lattes sur sa cigarette étrange. « Bon après autant d’secousses émotionnelles, rien d’mieux qu’un p’tit réconfort ! » Il parlait seul, attirant le regard des quelques passants qui trainaient aux alentours. Puis il sortit sa bouteille, et en marchant, buvait.

Le maître du Gôrudoton sentit soudainement une flemme de marcher… Ses mains commencèrent à se croiser, ses doigts s’entremêlaient et le chakra parcourait ses membres. Une aura se mit à briller autour de lui, ses cheveux tendant vers le haut. Sa technique se mettait donc en place. Plusieurs petits grains dorés stagnèrent devant les yeux du noiraud, qui les avait fermés. Il était grandement concentré, il ne fallait pas que sa technique échoue. Bref. La terre se mit à trembler très légèrement autour de lui, lorsque des craquements se firent entendre. Puis des fissures suivirent et enfin, il diminua un peu de taille… Tout du moins, c’était l’impression qu’il aurait pu donner à un public. En fait, le sol s’était affaissé sous un tel flot de puissance. Les deux paupières se replièrent sur elles-mêmes, dévoilant deux iris noires, déterminées. Puis un sourire décontracta le visage rude de ce pauvre homme.. Littéralement. Il n’avait pas un sou et était obligé de squatter les maisons closes. Il n’avait pas de chance tout de même… Il avait tellement de vices que même sa paye d’ANBU ne lui suffisait pas pour acheter ne serait-ce qu’un petit studio où dormir au chaud… Néanmoins, c’étaient ses choix, hein… Bref. Marchant toujours plus au nord en essayant de se retrouver dans l’endroit paumé où l’avait mené l’illusion - car oui, elle s’était amusée à le faire tourner en rond -, il finit par tomber sur un groupe de dealeurs. Comme s’il n’était déjà pas assez en retard… il se doutait bien que son ami d’un temps ne l’attendrait pas indéfiniment, il faudrait alors qu’il se dépêche un peu. « Yo ! » Il s‘approcha dudit groupe, lorsqu’ils sortirent leurs kunais à la vue de ses deux katanas. « Yare, yare… J’veux pas combattre, j’viens juste vous prendre un peu d’konohabis, les mecs… » Ils se calmèrent alors, rangeant leurs armes. « Qu’est-ce que tu veux, mon grand ? » Un vieillard s’était approché de Kuragari, qui s‘abaissa à sa taille, à présent monté sur son nuage d’or. « Il m’en faudrait pour… Quoi, aller… Ouais, quatre gros grammes quoi ! » Il sortit sa bourse, connaissant déjà les tarifs. D’une autre main, le manieur d’or prit l’herbe et la rangea soigneusement avant de reprendre sa cour… son vol à dos de cumulonimbus.

Quelques heures plus tard, il arriva enfin à destination. Mais comment savait-il que c’était là ? Il ne savait pas. Comment était-il arrivé ici ? Un peu hasardeusement en fait, il n’avait pas spécialement fait attention aux routes empruntées, se concentrant sur la direction du nord. Néanmoins, il n’avait toujours pas croisé le petit Kumojin… bon, après, il s’en fichait complètement, mais il ne fallait pas qu’il soit je m’en-foutiste au point d’oublier la mission… Le Kirijin descendit de son nuage et le fit disparaître, une explosion laissant paraître à un feu d‘artifice doré apparaissant devant les yeux émerveillés de bambins qui passaient par là, et qui venaient demander au Misatachi de recommencer. Malheureusement, il n’avait pas le temps. Bref, Kuro fit le tour du village puis se rendit dans une auberge. Non, il y alla pour se renseigner. « Yo l’vieux. » Toujours plein de politesse, cet homme… « Z’avez pas vu un p’tit blond qui r’ssemble à une gonzesse des fois ? » Le doyen du village avait l’air de fouiller dans sa mémoire. « Hum… Si. » Il chercha dans ses poches et en sortit un vieux morceau de papier. De là, il traça un gros trait noir, montrant une direction. « Suivez cette route, il est passé par là alors que je me promenais… Il avait l’air sacrément pressé, votre ami… » Le Golem d’Eau prit la carte et la rangea dans sa grande poche droite, là où se trouvaient ses armes. « Merci, Jiji ! » Il faisait un grand signe de la main en sortant de l’établissement et en prenant le pas de la porte. Une bonne trentaine de minutes plus tard, il arriva devant un grand hêtre, encore muni de feuilles. Il avait oublié, sur le coup, que ce genre d’arbre ne perdait pas ses feuilles une fois l’hiver venu. Ce qui était fort pratique, tout de même. Bon, maintenant, il fallait qu’il retrouve le petit blond des nuages, il n’avait pas que ça à faire et commençait à avoir mal aux jambes. Ce que c’était pénible ! Soudain, il entendit un étrange sifflotement, puis des bruissements de pages. Et un mouvement se fit percevoir au niveau des feuilles du grand arbre… Il concentra le chakra au niveau de ses pieds et grimpa à l’arbre avec une aisance sans pareille, lorsqu’il aperçut le blondin qui sirotait un thé pêche, muni d’un bouquin. « Ah bah te v’là toi ! » Il s’engouffra dans l’arbre touffu. « T’aurais pu m’attendre hein… » Il se mit assis à ses côtés. « Bon, c’quoi le programme maintenant ? » Il ne savait pas trop commencer réellement la mission, puis sortit une bouteille et deux coupelles, lui faisant comprendre qu’ils allaient boire l’apéro ce soir.

(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre ✿ Juunin de Kumo. (Rang S)


Messages : 82
Date d'inscription : 11/08/2013
Age : 104

Carte Shinobi
Ryos: 200
Age: 29
Expérience:
462/2000  (462/2000)


MessageSujet: Re: [FB] La fin de l'esclavagisme. [Mission rang A/PV Keaton]   Ven 27 Sep - 11:08

Il fallait dire que le jeune homme savait y faire en ce qui concernait l’identification des énergumènes qui l’avaient fait se déplacer jusqu’ici. Des quatre individus ayant investi les lieux et menaçant les populations avec toute la ferveur dont ils pouvaient faire preuve, Keaton en avait en effet réussi à mettre des noms, capacités et autres affirmations intéressantes sur trois d’entre eux. Le quatrième, un individu patibulaire à la démarche éclopée –laissant par la même occasion une certaine faiblesse physique, sans doute compensée par quelques moyens- laissait planer autour de lui un voile d’obscurité, rien qui ne puisse rassurer le blondin à la queue de singe. Par la même occasion, profitant de son imposant hêtre alors improvisé en perchoir, il détermina rapidement un itinéraire de fuite au cas où les choses venaient à mal tourner, avant de finalement s’installer confortablement contre le tronc, attendant paisiblement que son coéquipier le rejoigne.

En effet, il ne se faisait pas d’illusions quant à l’entêtement dont Kuro pouvait faire preuve, là étant sans doute la seule chose qu’il pouvait lui trouver de bien. Bien évidemment, il aurait été insolant de sa part de penser qu’il se serait si facilement débarrasser de pareil alcoolique, à plus forte raison avec la constitution dont la nature l’avait doté. Keaton se doutait cependant que l’arrivée du géant kirijin allait sonner le début de l’attaque, la carrure et le caractère badaud le caractérisant si bien étant un obstacle à toute forme de discrétion. A moins peut être qu’il ne se lance effectivement seul à l’assaut de ce groupe de forbans… Non pas qu’il avait si peu confiance en ses capacités, le jeune homme ne se complaisait tout simplement pas dans cette effusion de sang et cet étalage de violence gratuite, principale motivation de sa formation de médecin. Comble de l’ironie, ce statut qu’il s’était vu accordé n’avait fait qu’accentuer cette rancœur qui le rongeait jours après jours, inlassablement confronté à des souvenirs maussades de champs de bataille ravagés par une force supérieure.

Sombrant dans les doux bras de sa mélancolie, il se revoyait arborer fièrement le symbole de son village, quand dans des temps obscurs il n’avait en tête que la consécration la plus pieuse pour ses idéaux. Il arpentait les rues à la recherche de personnes à rencontrer et faisait preuve d’un altruisme que beaucoup lui auraient jalousé à l’époque. Mais les choses changeaient avec le temps et peu importe où il chercha à s’enfuir, il se fit toujours rattraper par les démons de la guerre et de l’humanité. Les pires chacals dévoreurs de rêves sillonnaient désormais son esprit, sous des formes abjectes et libidineuses cherchant à se repaitre d’autrui. Il luttait inéluctablement contre sa propre folie, incapable de se décider à tout laisser tomber, guidé par le fin sentiment que son travail ici n’était pas encore accompli. Et alors, le jeune homme se prélassait dans des rêves de quiétude infinie, loin de tout, avec le néant comme seul ami…

Quelques bruits commencèrent à le sortir de sa torpeur, chassant par la même occasion ces mêmes démons dont il s’encombrait le temps d’une vie. Il fallait faire bonne mine devant Kuro, et cela n’était pas aussi difficile que cela pouvait en avoir l’air. D’un claquement de doigts, le kumojin se permit quelques fantaisies en faisant apparaître un exemplaire dédicacé d’un ouvrage aux couvertures « dénudées », ainsi qu’un verre contenant un liquide brunâtre qui s’apparentait semble-t-il à du thé. Il bailla alors, feignant de s’être assoupi en attendant l’énergumène.

« T’en as mis du temps dis-moi, un peu plus je partais sans toi. »

Il se releva alors légèrement, effectuant quelques exercices afin de s’échauffer sous le regard incrédule de son compagnon. Enfin, par simple politesse il se permit de refuser l’alcool que l’autre lui tendait, allant même jusqu’à lui dire qu’il n’avait qu’à la boire à sa santé. Lui préférait largement les alcools de meilleure qualité, pas comme ces cuves de bas étages que l’on pouvait trouver au premier coin de rue. De toute évidence, l’agitation commençant à se faire sentir dans le village depuis l’arrivée de Kuro, il n’était plus question de perdre du temps gratuitement. Keaton se hissa sur ses jambes avant de dégainer sa dague. Après quelques mouvements trahissant une dextérité hors du commun, il toisa le kirijin d’un regard plus sérieux que d’habitude.

« Allons-y. »

Enfin, il s’élança sur un toit, cherchant à se rapprocher d’un premier individu identifié comme membre du quartet, la ferme intention d’en finir rapidement accompagnant ses mouvements.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité





MessageSujet: Re: [FB] La fin de l'esclavagisme. [Mission rang A/PV Keaton]   Dim 13 Oct - 12:33


commencement ?



Le regard agité, la mine renfrognée, la bouche mi ouverte et la tête bougeant dans tous les sens… Cela trahissait la perplexité, le scepticisme d’un certain homme, en compagnie d’un autre, bien plus sage et doté d’esprit que lui-même. Après tout, un homme aux allures assez… féminines qui lisait un magasine à la couverture assez tendancieuse, c’était assez paradoxal. Surtout pour l’alcoolique. Les deux Ninja étaient actuellement en mission, afin de partager mais surtout protéger les intérêts de leur village respectif. En effet, un groupe de Nukenin s’était amusé à propager le chaos dans les terres de la Foudre et de l’Eau, forçant les deux dirigeants à créer une mission pour les protéger. Mais cette mission allait également servir à renforcer les liens entre la Brume et les Nuages. Ainsi, peut-être qu’une alliance verrait le jour entre ces deux-là. Même si après… Le Yondaime Raikage, Yotsuki Aa, n’était pas forcément ce genre de personnage. De nature plutôt impulsive, cette imposante personne aurait plutôt tendance à régler ses problèmes lui-même, oubliant ainsi les cordes de son village, et cela serait lui qui irait massacrer ces renégats. De sa main. De son Lariat. De ses coups de Taijutsu, en fait. Heureusement pour KumoGakure, un ex-ANBU mais aussi l’un des plus puissants Juunin du village avait décidé de se mettre sur le chemin du catcheur et lui donna son avis ; il allait partir en mission en collaboration avec Kiri et c’est comme ça qu’ils réduiraient à néant ces déchets.

A présent cachés dans un arbre très feuillu, l’homme gigantesque sortit une bonne boutanche de saké, ainsi que deux coupelles. Il était rare pour lui de partager, mais il l’aimait bien, le Kumojin. En effet, son alcool étant toujours le meilleur et donc le plus cher, il faisait toujours en sorte de pouvoir le garder pour lui-même. Après tout, la vie était rude, surtout pour un cas comme lui ; il n’avait donc pas le choix que de faire en sorte de garder ses provisions le plus souvent possible. Auquel cas… Il n’aurait d’autre choix que de se contenter du plus bas de gamme possible. Cependant, le blondin refusa clairement la coupole proposée par le géant, à croire que ce dernier soupçonnait cette bouteille d’être mauvaise. Eh bien, soit ! Il se fourrait le doigt dans l’œil, et en plus de ça, il manquait un délice exquis. Néanmoins, il proposa à notre homme de boire sa part. Alors ça, il n’en manquerait pas. Au moins, il avait une bonne raison de boire deux fois plus, n’est-ce pas ? Bref. Kuro se mit à jeter un rapide coup d’œil au magasine que tenait le Kumojin précédemment. Il connaissait la saga générale ainsi que les précédentes parutions mais celui-ci… Non, il ne l’avait jamais vu. Ce qui était plutôt bizarre, vu le phénomène. En temps normal, il lui arrivait bien souvent de traîner devant les kiosques accompagné de sa cigarette au Konohabis ainsi que de ses bouteilles, mais là, il n’en avait aucun souvenir. Peut-être était-il sorti depuis peu et que seuls les friqués et habitués de ce genre de lecture très imagée et peu catholique pouvaient s’offrir dès le jour de leur sortie… Bref, il y réfléchirait une fois sa mission terminée. Car actuellement, s’il se trouvait dans une cabane située dans un arbre quasiment trop petite pour lui… Ce n’était pas par pur plaisir ou parce qu’il s’ennuyait. Il y’avait une raison bien particulière à cela…

Le blondin se leva soudainement, arrachant un beuglement suivi d’une quinte de toux ; l’imbécile avala son alcool de travers lorsque de le leadeur de l’opération – apparemment – prit les devants une fois de plus. En effet, il annonça qu’ils devaient déjà repartir. « T’es sûr qu’on a pas l’temps pour se r’poser un peu là ? » Le Misatachi se plaignait encore, encore et encore. Pauvre Boucle d’or, il devait déjà en avoir plus que marre de l’ANBU de la Brume, et ce, même s’il ne le montrait pas. Quelques secondes plus tard, voilà qu’il faisait des acrobaties en sautant sur un toit proche de là. De toute évidence, Kuragari n’avait pas le choix ; il fallait vraiment décamper. Pauvre de lui, homme voulant se reposer mais qui ne pouvait assouvir ses désirs… Mais ils étaient en mission, ils ne pouvaient se permettre de se prélasser d’avantage. Néanmoins, le Kumojin semblait savoir où aller. En avait-il déjà repéré un ? La question ne se posait même pas. Maiiiis… Kuro n’était pas un Shinobi que l’on pouvait qualifier de spirituel, si vous voyez ce que je veux dire. Mais c’est qu’il était rapide et agile, le bougre… Et sa détermination… Elle était presque palpable, ce qui fit frémir le maître du Gôrudoton. Il n’avait jamais vu une telle envie de réussir durant toute sa vie. Même le Kazekage qui lui apprit la poussière d’or ne semblait pas doté d’une telle conviction de réussite. C’était puissant tout de même. Cependant, quelque chose força le géant à s’arrêter en pleine course. Des cris ; il se faisait huer. Mais par qui ? Il n’en savait rien. A croire qu’il avait réveillé l’activité du village… il regarda derrière lui, mais il n’y avait rien. Bizarre, vraiment bizarre. Regardant loin devant lui, il aperçut un appendice qui s’agitait dans tous les sens. Le Shinobi des Nuages se trouvait donc là. D’un déplacement instantané, Kuragari apparut à ses côtés, le tirant de sa réflexion. « Au fait… Hum… » Il cherchait le nom de son interlocuteur, mais l’avait-il déjà entendu ? Non. « Déjà, t’t’appelles comment toi ? » Après tout, les présentations devaient être faites complètement, non pas que d’un seul côté. Et le mieux, lorsque l’on parlait avec quelqu’un, c’était de savoir son identité. Ni plus ni moins. Attendant une réponse, il pianotait le manche de son plus gros katana. Il était nerveux, il ne savait pas quoi faire. De ce fait, il se roula un énième joint et sortit sa bouteille. Il fallait qu’il se calme un peu, le manque se faisait de plus en plus présent. « T’as repéré notre première victime ? » Il espérait qu’il n’aurait pas à se battre mais… Etant donné qu’ils devaient arrêter un quartet de déserteurs, il serait forcément mêler à la bataille. Néanmoins, il ferait son possible pour ne pas trop combattre. Il trouvait ça barbant, pénible, ennuyant. Pour un membre élite, c’était le top…

Kuragari se mit accroupi et plongea ses iris dans l’horizon, lorsqu’une ombre peu rassurante se mut au loin, contre un mur. Peu de temps après, l’homme sortit de sa cachette, son ombre le suivant de près. Malgré le temps hivernal, un doux soleil filtrait et éblouissait le peu de neige présente sur les toits et dans les rues. Mais… Quelque chose ne convenait pas à la grosse carcasse de Kiri. En effet, l’ombre qu’il avait aperçue précédemment semblait gigantesque, monstrueuse mais l’homme en question… Il était tout petit ! Il ne devait pas dépasser le mètre soixante, et encore, c’était une approximation venant d’un alcoolique défoncé. Son regard se déplaça alors en direction de Keaton. Ses yeux étaient emplis de petites étoiles montrant le nombre de questions qu’il avait à lui poser. Mais il allait y aller doucement. « Dis-moi… » Il pointa le petit homme avec sa cigarette magique. « Lui là… » Il but quelques gorgées de sa divine substance. « Il fait partie d’ceux qu’on doit arrêter, nan ? » Se doutant d’avance de la réponse de son coéquipier, il commença à faire quelques mudras tout en se concentrant. Du chakra émana de lui, lui donnant l’allure d’un ange tout droit descendu des cieux. Un ange… Ou plutôt un déchu, mais tout de même magnifique. Le contour doré de notre homme s’accentua un peu plus lorsque quelques grains de poussière d’or se montrèrent au niveau de son torse, mais un peu plus loin. Le tout commença à prendre l’allure d’un cumulonimbus juste assez grand pour deux personnes. Ouvrant de nouveau les yeux promptement, le chakra accumulé jusque-là autour de lui s’éparpilla un peu autour de lui – sans pour autant faire affecter le pseudo singe ou l’environnement – et les grains se compactèrent tous d’un coup, leur offrant un moyen de transport fort utile. Le Golem sauta dessus avec une agilité déconcertante comparé aux prouesses qu’il peut montrer en temps normal et se dirigea aux côtés de son allié. « Grimpe. » Une fois celui-ci-dessus, il s’éleva à cinq mètres de hauteurs, attendant les instructions qu’il suivrait à la lettre.

(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre ✿ Juunin de Kumo. (Rang S)


Messages : 82
Date d'inscription : 11/08/2013
Age : 104

Carte Shinobi
Ryos: 200
Age: 29
Expérience:
462/2000  (462/2000)


MessageSujet: Re: [FB] La fin de l'esclavagisme. [Mission rang A/PV Keaton]   Jeu 7 Nov - 17:56

Il y avait quelque chose chez cet énergumène qui était on ne peut plus dérangeant. Keaton hésitait grandement, était-ce cette horrible manie à proposer de la boisson à tout va, cette exécrable odeur de tabac froid et d'opium broyé qui émanait de lui, sans compter l'effluve putride qui laissait oser penser qu'il avait traîné avec les charognes en putréfaction les plus grosses qui soient, ce cruel manque de discrétion dans ce qui se révélait être une mission importante et nécessitant d'agir en catimini, ou cette façon de se déplacer et de donner l'alerte par la même occasion, pour au final rejoindre son coéquipier histoire de lui montrer qu'il l'avait remarqué dans la masse ? Le choix était difficile, mais une chose transcendait toutes les autres : tout simplement cet esprit simpliste qui allait leur coûter gros. Cet homme, aussi puissant eusse-t-il été, était l'exemple même de ce pourquoi le blondin n'aimait pas agir en équipe, il était bien trop idiot pour agir avec une logique de shinobi. La chose aurait été sans importance si le niveau de leurs adversaires avait été similaire, ce qui n'était de toute évidence pas le cas.

« On se sépare. Réfléchis avant de demander pourquoi. »

Sa réplique s'était faite cinglante, trahissant nettement l'agacement que ce kirijin lui inspirait. Sa naïveté -et surtout son odeur- exhortait des nausées dont il voulait largement se débarrasser. Par la même occasion, le blondin bifurqua le long des tuiles avant de commencer à descendre en piqué sur un premier homme qui allait être témoin de sa colère. Il avait laissé le géant à ses divagations, jugeant qu'à son niveau il saurait quoi faire -ce dont il n'était clairement pas convaincu- sans avoir à sans cesse lui demander quelle était la suite des événements. Le blondin se surprit alors à espérer que la trop grosse dose d'alcool et de drogue qu'il absorbait sans que rien n'y fasse ait raison de sa constitution pour le plonger dans un coma de quelques heures, suffisamment pour qu'il en finisse avec cela et décampe dans le même temps. Si il avait su le retrouver dans cet amas d'arbres morts et de neige, Kuro serait largement capable de retrouver le littoral moyennant quelques jours de jeune et d'errance. Suffisamment pour que le jeune homme à la queue de singe mette le plus de distance entre eux, c'était tout ce qu'il espérait dans un fort conscient.

L'individu sur lequel il fondit n'allait pas pouvoir se targuer d'avoir cette chance. Si par le plus grand des miracles il n'avait pas remarqué le blondin dans sa manœuvre, qu'il avait mis en application avec une extrême méticulosité et une discrétion hallucinante, il offrait une cible de premier choix en exposant sa tête. Sans crier gare, Keaton planta son arme en travers de sa gorge, portant sa main à sa bouche pour étouffer l'éventuel gémissement qu'il aurait pu émettre pendant que sa carotide cédait face au métal. Sa chute avait été grandement amortie par le corps de l'énergumène, ne laissant qu'un vague bruit sourd émaner de la ruelle dans laquelle ils se trouvaient. Heureusement pour lui, personne du quartet ne semblait avoir été prévenu de cette attaque éclaire, tous étant apparemment intrigués par l'ange qui s'élevait désormais dans le ciel. Au moins, si le Kumojin était forcé à complimenter son coéquipier d'un temps, il aurait clairement dit que ce sens ridicule du spectacle lui avait permis de se dissimuler du regard de tous pendant qu'il exerçait le côté le plus sombre de son métier. Un avantage qu'il tâcha de mettre en œuvre bien avant que son absence ne laisse badaud Kuro, faisant disparaître le cadavre dans un parchemin spécialement prévu à cet effet et recouvrant les traces de sang d'un peu de terre. Il se dirigea dès lors vers la première porte qui donnait sur la ruelle, crocheta avec efficacité la serrure de cette dernière pour enfin tomber nez à nez avec une partie des otages. La petite famille, loin de cacher leur surprise à voir apparaître un shinobi chez eux -ce même ayant un appendice animal qui plus est-, laissa s'échapper un petit couinement, rapidement arrêté par le très clair geste du blondin qui intima au silence. Évitant les fenêtres en se baissant suffisamment pour éviter d'attirer l'attention, il s'approcha au final de l'un d'entre eux pour le questionner.

« J'ai besoin de savoir tout ce qui est possible. Si vous savez où ils sont actuellement, combien d'otages ils ont sous la main, si il y a des explosifs... »

Le père de famille s'enquit alors de lui répondre, tâchant de n'omettre aucun détail, sachant pertinemment que cela relevait dans une certaine proportion de la réussite de la mission du blondin. Ainsi, il put mettre au nombre de quatorze les otages retenus dans l'hôtel de ville, sous la surveillance de deux personnes. Le reste du village, environ sept personnes, avaient pour ordre de rester dans une maison situées deux rues plus loin, sous les ordres d'un homme qu'il tâcha de décrire de mémoire, permettant au blondin de mettre un nom dessus. Ne manquait plus qu'à atteindre ladite personne et de mettre un terme à ses agissements. Kuro, lui, allait de toute façon attirer les deux autres avec son accoutrement. Le kumojin n'aurait plus qu'à contourner le groupe pour permettre une attaque conjointe...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité





MessageSujet: Re: [FB] La fin de l'esclavagisme. [Mission rang A/PV Keaton]   Dim 24 Nov - 14:03


discovery


(Shunsui) ▽ Les jeux deviennent alors réalité ~




Kuragari était toujours sur son nuage, attendant que le Kumojin daigne accepter son invitation, mais il n’était vraiment pas décider à le faire. Pourquoi donc ? Accroupi, il regardait au loin, réfléchissant, cherchant un plan sûrement. Et d’un coup, une remarque des plus pertinente et cinglante arriva aux oreilles du Géant de Kiri. Ils allaient se séparer. Pourquoi ? Il ne pouvait pas poser la question le semi-singe lui avait dit de réfléchir, pour une fois. Et du coup, le Misatachi l’écouta. Mais pourquoi obéissait-il si facilement ?! Ils ne se connaissaient pas après tout, mais bon, ils étaient en équipe. Il fallait bien qu’au moins un des deux prenne sur lui, n’est-ce pas ? Soudain, il s’éleva haut dans les airs, tandis que son compagnon fonça tel l’aigle royal sur le vil serpent, kunai en main. Seul un bruit sourd se fit entendre en provenance de ladite ruelle, ainsi qu’un léger nuage blanc. Après, plus rien. Kuragari l’avait perdu de vu. Bof, pas grave après tout. Tout du moins, c’est ce que le géant pensait car vu la position dans laquelle il était… Elevé dans les airs, comme ça, c’était une cible facile, un peu trop facile. Et qui sait ce qui pouvait lui arriver ainsi… Heureusement qu’ils avaient à faire à un quartet et qu’il n’en restait que trois grâce au blondinet, sinon la tâche aurait été on ne peut plus ardue.

L’ange à présent sur son piédestal doré, il attirait la convoitise des plus sots et ignorants… Et des plus criminels, accessoirement. Soudain, un cri barbare surgit derrière le Golem d’Eau qui se retourna hâtivement… mais trop tard. Un pied se fit voir de plus en plus près et finit par arriver sur son nez. Le coup était d’une rare violence et fit voler Kuro de son nuage… Tandis que trois autres bandits l’attendaient au qui-vive, tous faisant un mudra. Le pauvre… Soudain, trois piliers apparurent autour de lui, trois énormes poteaux de fer… Conducteur. Oh il allait prendre cher, le toxico. Soudain, celui qui avait fait ce puissant coup de pied se pointa juste devant le colosse, qui peinait à se relever. Et là, le Nukenin fit un signa incantatoire à son tour, ce qui fit apparaître une barrière de Raiton entre chaque poteaux conducteurs. Voilà l’homme en Or à présent piégé… Comment allait-il faire ? Il n’en savait rien, mais genre rien du tout. Il se mit alors assis, alors que les autres rigolaient de lui. Quelle bande d’enfoirés… Ne connaissant pas la faiblesse de cette technique, il fallait qu’il essaye quelque chose, n’est-ce pas ? Kuragari se releva alors et commença à inspecter le triangle ayant une surface de cinq mètres carrés. Soudain il s’approcha d’un des cylindres métalliques et il put voir une faille… Il y’avait un jour de quelques centimètres entre le tube et la foudre qui en émanait… Il vérifia son hypothèse sur les autres piliers, et celle-ci s’avéra juste. Sortant alors six parchemins explosifs, il en posa deux sur chaque poteau, juste là où se trouvaient les jours.

« Oh là, tu fais quoi fils de pute ?! »

Le meneur de ce petit groupe semblait paniquer à la vue de ce petit arsenal. Et il avait raison, car le Géant n’allait pas se laisser faire comme ça, je peux vous le garantir… Soudain, les parchemins se mirent à produire quelques petites étincelles : le système  était enclenché. Au bout de quelques secondes, une énorme explosion retentit, happant Kuragari par la même occasion. Mais c’était un sacrifice nécessaire. Le visage en sang et la jambe droite légèrement brûlée – rien de bien handicapant, il pouvait toujours courir – le Golem surgit de l’épaisse fumée noire, katanas en main. Trois déserteurs étaient encore debout, tandis qu’un autre avait la tête décrochée de son corps, le buste près d’un des fameux poteaux. Eh bien, il avait pris cher… Enfin, Kuro croise ses deux lames et s’approcha des trois restants qui ne bougeaient pas, montrant leur détermination. Le leader se mit rapidement en retrait à une bonne vingtaine de mètres, tandis que les deux autistes fonçaient tête baissée. Juste ce qu’il fallait pour Kuro. Il insuffla du chakra dans son katana le plus gros et lança le plus petit qu’il rattrapa avec la bouche. En même temps, le plus gros katana se transforma en un double, les deux armes reliées par un cordon rouge avec des petites fleurs. Puis de la foudre surplomba les deux lames, leur offrant un magnifique manteau électrisant. Le colosse se mit alors à tourner sur lui-même tout en leur fonçant dessus. La toupie allait de plus en plus vite, jusqu’à atteindre une vitesse quasiment impossible à déceler à l’œil nu (hors Dôjutsu bien entendu). Les deux lames lacéraient les deux scélérats de plus en plus profondément, jusqu’à les trancher en deux, laissant plein de morceaux de peaux, de chair et quelques os un peu partout sur le sol. C’était bien dégueulasse. Le Misatachi finit ensuite par se diriger vers l’autre, titubant un peu. Il avait le regard hagard, se demandant ce qu’il pouvait se passer : il avait le tournis à cause de l’attaque tourbillon.

« Toi là… T’vas pouvoir m’dire où sont les autres p’tits connards qui s’éclatent piller Kumo et Kiri, ok ?  Et pis comment j’peux les trouver surtout ! »

Il paniquait de plus en plus, surtout quand le Kirijin mit ses deux lames juste au niveau de ses jugulaires. C’est qu’il pouvait être sérieux quand il le voulait, le bougre… Il faudrait qu’il fasse ça plus souvent, mais bon, ce n’était pas gagné d’avance… Le déserteur déglutit sèchement. La sueur perlait sur son front. Les yeux larmoyants de peur, il reculait peu à peu, Kuro qui le suivait, le tenant en joue. Un vrai psychopathe. Voyant qu’il n’allait pas parler sans torture, il plante les deux lames dans le mur, juste des deux côtés de son petit crâne de freluquet dégarni. Puis il fit apparaître plusieurs shurikens d’or, juste à ses côtés. Il en prit un dans la main et le planta dans la main de son interlocuteur hautement plus timide qu’avant, lui arrachant un énorme cri de douleur. Keaton l’entendrait sûrement, mais il s’en moquait royalement.

« Je… je ne sais pas ! Je ne suis qu’un sbire, après tout ! »

Le trentenaire disait la vérité, mais ça ne plaisait pas du tout à l’homme complètement dévoué à sa Kage. Du coup, il prit un autre projectile lévitant autour de lui et vint le planter dans l’autre main, alors qu’il ne touchait plus le sol. A croire qu’une crucifixion était en train de se réaliser. Quel sadisme… Néanmoins, l’autre se délia rapidement la langue. Il expliqua où étaient les otages, c’est-à-dire là où s’était rendu l’autre fou à la queue de singe. De plus, il expliqua qu’il y’avait encore trois membres du quartet encore en vie, un s’occupant de garder le reste, les eux autres étant sûrement en train de rappliquer au vu de tout le merdier provoqué par le badaud de Kuragari. Il le remercia alors et lui planta le reste des shurikens dans le front, la gorge et le cœur, créant ainsi une sorte de croix renversée. Il était plutôt beau, le résultat. Une fois fait, le géant remonta sur son toit, se couchant cette fois, afin de guetter plus efficacement si un trio se ramenait en direction du cadavre. De là, il pourrait aisément les avoir à distance…



(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre ✿ Juunin de Kumo. (Rang S)


Messages : 82
Date d'inscription : 11/08/2013
Age : 104

Carte Shinobi
Ryos: 200
Age: 29
Expérience:
462/2000  (462/2000)


MessageSujet: Re: [FB] La fin de l'esclavagisme. [Mission rang A/PV Keaton]   Mer 1 Jan - 19:04

A l'entente du grabuge alentours, le blondin allait pouvoir profiter de ce temps-ci pour se diriger vers la prochaine maison. Intimant aux autres de rester chez eux le temps que la situation soit plus claire qu'elle ne l'était actuellement, il tâcha de faire une rapide sortie dans la ruelle auparavant nettoyée de son surveillant. D'un rapide coup d'oeil, il put voir que le géant de Kiri s'était accaparé toute l'attention de ses ennemis, qui ne daignèrent lancer ne serait-ce qu'un regard sur le kumojin qui profita ainsi de cela pour s'éloigner du combat. Suivant à la lettre les indications données par les otages qu'il avait eu l'occasion de croiser, il atterrit bien vite face à une bâtisse relativement similaires aux autres, mais qui se démarquait clairement par une serrure explosée par les soins des brigands, leur ouvrant par la même occasion l'entrée de cette barraque.

Vérifiant qu'il n'était pas surveillé d'une quelconque façon que ce soit, il dégaina alors sa dague avant de commencer à se rapprocher de ladite entrée. Vu la taille de l'enfoncement de la serrure, il y avait fort à parier que cela avait été fait via l'utilisation d'un ninjutsu plutôt puissant. Rien de bien inquiétant en soi cela dit, le jeune homme savait passer outre un nombre de difficultés particulièrement ahurissant pour son âge, à ceci s'ajoutant ses capacités plus qu'adaptées à ce genre de situations...

Heureusement pour lui, il n'eut pas à faire étalage de ses atouts dans un houleux combat, la zone qu'il entra étant apparemment abandonnée par ses occupants. Chose qui lui fut rapidement démentie par les bruits passablement étouffés émis par quelques personnes au sous-sol. Ce n'est qu'en s'y rendant que Keaton put tomber nez à nez avec l'un des renégat, visiblement occupé à mettre les voiles avec un imposant sac en toile duquel cliqueta une paire de pièces. Derrière lui, on pouvait noter un imposant système de presse et une forte odeur de cendre et de charbon menait rapidement sur une piste qui ne semblait pas lui plaire. En effet, à moins que les renégats ne se soient fournis eux-même en métal pour ensuite le refondre, il y avait fort à parier que ce n'était là qu'une partie de l'iceberg qui ferait dès lors l'objet d'une autre mission. De ce fait, si le blondin avait pu se montrer véhément face au premier ennemi qui eut croisé sa route, il allait devoir se montrer clément avec celui-ci.

Ainsi, sans lui laisser le temps ni les moyens de faire quoi que ce soit, l'homme à la queue de singe se hâta de lui offrir un avant-goût de ce qui l'attendait en attrapant sa jambe à l'aide de son appendice. Si le mouvement en lui pouvait paraître on ne peut plus banal quoiqu'étrange d'un point de vue extérieur, il infligea une sévère blessure aux tissus internes au membre, son possesseur cédant alors au poids important de son butin. Non sans un cri de douleur qui arracha au kumojin une mine blasée car premier bénéficiaire de ce hurlement, il s'effondra alors avant de finir plaqué au sol par le jeune homme et enfin immobilisé dans les règles de l'art. S'ensuivit une rapide séance d'interrogation et de perception de son esprit, chose qui ne dura pas longtemps en vue de l'opposition qu'il offrait. Ce fait étant, le jeune homme fut relativement soulagé de se rendre compte que rien de toute cela n'était à prévoir, lui offrant par la même occasion un horizon plus détendu...

Sur ces quelques minutes, la mission s'achevait désormais. Ayant eu l'occasion de se rendre compte de l'efficacité du kirijin en terme de combat, ne restait plus qu'à contacter les victimes des rapines pour tenter de leur rendre d'une manière équitable leur or, ne serait-ce qu'en partie... Des souvenirs avaient été perdus dans cette mission, renaissant sous la forme de pièces clinquantes et perdant par la même occasion nettement plus de valeur qu'elles n'en avaient gagné dans le processus. La vie pouvait parfois s'avérer injuste au fur et à mesure que l'on avançait... Mais lui, le blondin, se considérait comme le vin : il savait se bonifier avec le temps, et ne pas tourner au vinaigre trop vite. C'est sur ces pensées et une fois son travail fini qu'il s'en retourna à Kumo, là où attendait sa maison et ses propres biens. Là où ses souvenirs ne pourraient être volés par les premiers venus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité





MessageSujet: Re: [FB] La fin de l'esclavagisme. [Mission rang A/PV Keaton]   Mar 14 Jan - 20:46


back to home


(verlaine) ▽ Il pleure dans mon cœur Comme il pleut sur la ville, Quelle est cette langueur Qui pénètre mon cœur ?


Kirigakure et Kumogakure en alliance… Voilà quelque chose de bien inconcevable, surtout de la part des derniers. Le Yotsuki étant du genre à agir seul, il ne demanderait une alliance qu’en dernier recours. L’ultime. Celui à n’utiliser qu’en cas plus que nécessaire. Le Deathcon Cinq. Cependant, des alliances provisoires et volatiles parvenaient à voir le jour ne serait-ce que la que la durée éphémère de cet humble papillon. En ce jour faussement ensoleillé, cet ancien cocon possédait deux hommes sous son aile honorable. L’un représentant la Foudre, l’autre la Pluie. Les Nuages et la Brume avaient joint leurs forces, recouvrant les cieux malsains du quartet des sources chaudes de leurs cumulonimbus, répandant justice et châtiments, munis de leur courroux vengeur. La Foudre de Zeus et le Trident de Poséidon, mêlant l’extrême puissance de leurs deux chrysalides respectives. Travail de Libra effectué, il était temps de retourner se cloître dans son alcôve humide, suivant de sinueux et sempiternels chemins…

Que dire sur cette fameuse mission… Eh bien, elle s’était plutôt bien passée, dirons-nous. Même si le petit singe de Kumo avait décidé de rire de notre bon vieux Géant en le perturbant, en tentant de le vider de son chakra ou encore en se barrant de manière à le perdre… Et il l’avait également fait au moment de partir, ce qui énerva bien le Misatachi. M’enfin, il avait quand même attrapé l’habitude à force… Quand ça arrive pas loin de trois quatre fois dans la même journée, forcément, on s‘y habitue. Après… Il avait réussi à se perdre pour retourner au quai, afin de retourner à Kiri, mais bon. Cet alcoolique n’avait aucun sens de l’observation, c’en était affligeant. Après, les seules routes qu’il connaissait vraiment sur le bout des doigts, c’était pour aller dans des bons bordels ou pour retrouver ses dealeurs favoris. Mais cela s’arrêtait là. Quelques fois il parvenait à se retrouver dans un coin perdu de son village… Une vraie calamité ce mec. M’enfin, il était à présent temps pour lui – maintenant qu’il était de retour au pays de la Brume – de s’en aller faire son rapport à sa nymphe des eaux mais avant ça… Un peu de réconfort ! Il s’en alla en direction d’une maison close dont il était plus qu’un habitué et profita du sexe, des drogues et encore de l’alcool jusqu’à s’en rendre minable avant de faire son rapport…

(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas
Membre ✿ Non-Validé.


Messages : 36
Date d'inscription : 13/10/2013

Carte Shinobi
Ryos: 200
Age: Indiquer l'âge de votre personnages
Expérience:
0/0  (0/0)


MessageSujet: Re: [FB] La fin de l'esclavagisme. [Mission rang A/PV Keaton]   Lun 20 Jan - 20:06

Correction RP


> Misatachi Kuragari <
    Positif

    - Bonne mise en page
    - Les musiques accompagnent bien le texte
    - Un personnage très intéressant et drôle, qui me plait beaucoup de par son attitude différente, de son caractère.
    - Peu de fautes
    - Descriptions aérées et les couleurs des dialogues n'agressent pas du tout les yeux

    Bonus échelon 1

    Négatif


    Rien à signaler

    Récompense


      Nombre de mots :8499
      Gain de mission :30 XP
      Calcul :8499 (2437 + 1241 + 1602 + 1495 + 1300 + 424)/20 = 424,95 * 1,1 = 467,445 + 30 = 497,445 = 497 XP

      Expérience gagnée :497 XP
      Ryos gagnés :250 Ryos




> Keaton <
    Positif

    - Personnage intéressant dans sa manière d'agir face à Kuro, qui m'a d'ailleurs fais rire
    - Couleurs non agressives, sauf pour le orange, fais donc attention
    - Peu de fautes
    - Descriptions bien aérées, lecture agréable

    Négatif


    Rien à signaler

    Récompense


      Nombre de mots :3997
      Gain de mission :30 XP
      Calcul :3997 (718 + 748 + 804 + 934 + 793)/20 = 199,85 *1,1 = 219,835 + 30 = 249,935 = 250 XP

      Expérience gagnée :250 XP
      Ryos gagnés :250 Ryos



Correction RP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [FB] La fin de l'esclavagisme. [Mission rang A/PV Keaton]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[FB] La fin de l'esclavagisme. [Mission rang A/PV Keaton]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mission Rang B: Forgeron dans la merde ! [Yoru; Karas; Manzo]
» [Mission Rang C]A la recherche du lapin sacré [Pv : Solo]
» [Mission rang C] Livraison express ! Enfin... Pas tout à fait...
» [ Mission de rang C ] La disparition des enfants (Pv Samui Natsumi)
» Un vol au colisée [Mission rang C]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
rpg
 :: Autres Lieux :: Pays des Sources Chaudes
-