AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
De gros personnages libres, dont: Hidan, Kakashi,A Yotsuki, ou encore Jûgo ! Les villages sont attaqués par de dangereux déserteurs, Iwa est le premier village à avoir pu écarter la menace ! Kiri et Iwa sont de nouveau ouverts ! Konoha accepte deux ninjas inventés ! Les Nukenins inventés sont de nouveau autorisés !


LA CÉRÉMONIE DES OSCARS COMMENCERA A 22H CE SOIR !


Partagez | .
 

 Lightning Nightmare [ Misatachi & Ryoshi ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité





MessageSujet: Lightning Nightmare [ Misatachi & Ryoshi ]   Jeu 29 Aoû - 12:23



Lightning Nightmare
« Les cauchemars ne sont en fait que des rêves, en plus réalistes. »








« Plaie ouverte sur l'infini, blessures assassines... Comment pourrait-on faire de la folie une poésie ? Comment raconter l'horreur avec lyrisme et finesse ? L'extase du crime ne se raconte pas, elle se vit. »

Voler une vie, supprimer les âmes comme si on éteignait une chandelle, c’est ce que lui contraignait ce sinistre métier, celui de la « panthère noire » de Kumogakure. Faire couler le sang impur des infidèles, « Assassin », ce mot résonnait comme un chant emplit de murmures dans son esprit. Une mélodie de détresse, un appel au secours, un cri perdu dans les profondeurs vertigineuses du Mal. Ce damné nageait déjà dans les profondeurs abyssales des légendaires « fleuves infernaux », le conduisant droit aux enfers. Une souffrance, une déchirure, une douleur insondable le rongeait. Rien ne l'annonçait, rien ne l'empêchait, rien, ne l'arrêtait. Le meurtrier avait toujours raison dans sa démence, sa vie n'était qu'un puits sans fond, insaisissable était sa quête. Les anges l'avaient délaissé et à lui seul était destinée la potence. Le désordre, l'anarchie, la soif intarissable d’en découdre. Sans cesse recommencer, s’enfuir toujours plus loin, perdre pied et haleine dans une croisade obscure et sans fin, dans un monde qui, ne lui était visiblement pas inconnu, bien que terrifiant et vulnérable.

Les tueurs étaient peut-être victimes eux aussi, victime… de leur folie sans limites, enivrés d'un air malsain. En ce qui concerne le cas de Black Panther, celui-ci était totalement différent de ses semblables, contrôlant ses pulsions, toujours armé d’un silence polaire, pour lui le meurtre n’avait rien de personnel mais était plutôt professionnel. En effet, une seule et unique personne ne pouvait donner le droit à ce sinistre personnage d'éliminer ses cibles, en d'autres termes, il s'agissait de son employeur. Ôtant la vie de ses victimes seulement lorsque son supérieur hiérarchique ou son client lui avait formellement donner l'ordre. L'individu de nature taciturne ne respectait que les termes d'un contrat, ne faisant ni plus ni moins que le travail qu'on lui avait demandé et ce, sans jamais faillir à sa mission, éliminant généralement tous ceux qui se dressaient sur son patibulaire passage. Ce personnage menaçant n'hésitait pas à rayé ce qui pourrait lui servir d'alliés durant une altercation pouvant le contraindre à renoncer voir abandonner sa mission. La réussite de celle-ci était le plus important selon lui et, ce chasseur de tête ne reculait en aucun devant l'adversité, encore moins devant la mort, elle qui le caressait à chaque instant depuis son engagement dans ce destin particulièrement morbide. Voué à un voyage périlleux sans la moindre émotion, à être un solitaire éternel, suivi sans relâche par l'ombre de son être aux allures de macchabée démoniaque.

Chants de la nature et gloussements candides, deux nymphes se baignaient dans la lumière vive lorsqu'il arrivait sur les lieux. Et à ce moment où ses pensées étaient vide d'intentions malsaines, volupté se prélassait et joie se ravivaient entre les deux divines créatures féminines, tandis que le félin du village caché des nuages quant à lui, restait immobile. La froideur par excellence dont il faisait preuve concordait à merveille avec le décor, il venait s'ajouter à cette file en incarnant le côté impur, une scène contradictoire, tel un chat noir aux côtés d'autres mistigris doté d'un pelage blanc. Dans la symphonie blonde jouer par ces deux femmes au corps mouillés, une note sombre s'invitait, celle du shinobi maudit par les dieux, les cumulus noirs l'avaient suivi, les nymphes étaient dorénavant harpies dans cette soudaine ombre qui recouvrait ce paysage naturellement angélique. La vie autour de lui se transfigurait et devenait moribonde, l'aura pernicieuse du tueur né avait visiblement prit le dessus sur le décor paisible d'il y a un instant. Un hurlement noir se percevait dans son âme, celui d'un véritable fauve à la fourrure ténébreuse. Comme engendré des cieux, une gigantesque panthère faisait son apparition, son terrifiant rugissement faisait trembler les arbres et crier les femmes ailées devenues succubes. Volupté se dispersait, et Joie disparaissait, tout ceci en émettant des ricanements malveillants. Cette bête n'était tout autre que l'âme carnassière du Juunin qui chassait les démons désirant envahir son esprit, le schéma de son mal être dans un simple mirage, simple vision, moment d'inattention qui semblait arriver fréquemment ces derniers temps.

En reprenant ses esprits, il remarqua qu'il ne se trouvait que face à un simple point d'eau, prenant un peu de ce liquide pour se le mettre sur le visage. Par la suite, Black Panther sentit une présence familière et arrêta de se rincer subitement. Un individu résidant du village pour lequel il travaillait fit son apparition et ce, de manière soudaine, lui donnant des documents concernant celui de la brume et plus particulièrement ses sept bretteurs aux lames plus ou moins spéciales. Le mystérieux vieil homme répondait au nom de Niro, aucun mots ne s'échangeaient entre les deux représentants du pays de la foudre, dont l'un repartait directement pour celui-ci. La scène s'était passé rapidement, une sorte de « ni vu ni connu » en somme. Une autre mission pour notre éclair noir sans aucun doute, sauf que cette fois-ci, il n'avait pas besoin d'explications, de détails. Ça signifiait, que son collègue s'était peut-être fait pisté par les ennemies et que l'assassin était libre d'agir comme bon lui semblait, de son propre gré étant donné que c'était lui qui avait envoyé ce guerrier de niveau inférieur à la recherche de ces dossiers secrets.


 Black Panther
« Incapable.» Murmurait-il d’un air impassible en rabaissant délibérément son allié.  


Le second Kumo-jin était déjà parti depuis un moment, quittant l'archipel pendant que le sosie de l’abeille tueuse se dirigeait en direction de la plage en abandonnant ces bois visiblement enchantés. Sable sous les pieds, il contemplait cette vaste étendue d’eau les bras croisés, debout comme une statue de pierre après avoir effectué quelques pas sur ce sol plus ou moins caillouteux. Aujourd'hui la mer n'était pas calme, non, elle se déchaînait, peut-être était-ce le ciel nuageux qui la gênait. Se demandant s’il y avait des jours où elle était sûrement plus agréable à regarder que lorsqu'elle s'agitait ou bien qu'elle fût rebelle. Le vent soufflait de plus en plus fort, l’écharpe du sinistre manieur d’armes virevoltait au gré de la brise glaciale tel son état d’esprit permanent. Bruits de pas dans son dos, les ennemies avaient décidément fait leur apparition face à la mauvaise personne, décroisant ses membres musclés, se retournant face à eux après avoir rangé délicatement la paperasse importante dans une des poches de sa combinaison aux allures futuriste, papiers arrachés des livres récemment donner par son collègue dont il avait feuilleté les pages et jeter dans la nature environnante. Offrant, divulguant son visage cicatrisé et à l'expression vidée de toutes émotions. À ce moment présent, l'orage se déployait, effroyable et grandiose à la fois. Les vagues devenaient de plus en plus violentes, l'atmosphère plus grisant et menaçant. On avait l'impression que les dieux eux-même observaient la scène du haut de leurs trônes divin, tandis que l'ombre de la mort, quant à elle, caressait la peau marquée par les affrontements du bourreau de la foudre en jubilant.

 Black Panther
« …  » Un courant d'air passait entre le silencieux shinobi foudroyant et ses assaillants.  



Fier sur ses deux jambes, bras croisés, le spadassin trentenaire se trouvait face à ses deux futurs et probables victimes, une dizaine de mètres le séparait des combattants originaires du village caché de la brume. Le ciel était d'un noir d'encre, sur la plage tout était silence, de lumineux éclairs striaient les nuages, le tueur modèle en terme de professionnalisme adoptait toujours une position aussi immobile, dévisageant ses opposants sans relâche, leur communiquant son regard d'une froideur menaçante, voir intimidante. Aucun mot ne sortait de la bouche de ce dernier, la discussion ne servait à rien dans une telle situation. En cet après-midi orageuse, deux âmes allaient rejoindre le royaume des morts et son souverain, « Enma ».


Spoiler:
 





© Gangsta Shinobi


Dernière édition par Black Panther le Mer 11 Déc - 10:26, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité





MessageSujet: Re: Lightning Nightmare [ Misatachi & Ryoshi ]   Ven 30 Aoû - 6:54


La Panthère Noire de Kumo
Depuis des décennies, Nagare accompagnait ses entraînements de leçons d'Histoire, et en particulier de celles des grands hommes du passé, ou de ceux qui n'avaient pas encore rejoint la légende en offrant aux générations futures l'exemple d'une grande mort. Ses maîtres et ses proches souhaitaient par cette méthode le contraindre à les imiter, et à marcher dans leurs pas. Aussi de nombreux noms encore sans figure flottaient dans l'esprit du Pêcheur de Kiri : « Fuma, l'Empereur Blanc de Suna », par exemple ; et l'écho des discussions de couloir avait mené à sa connaissance le surnom de la « Panthère Noire de Kumo », que des blessés parfois amputés d'un membre entier décrivaient, les yeux dilatés et la bouche débordante d'une mousse âcre, comme un ninja si rapide qu'ils étaient incapables de savoir si le trait noir qui les avait fendu en deux était bien un homme, ou tout simplement un jutsu imparable. Ainsi même des ninjas qui ne s'étaient jamais vus connaissaient leurs faits-d'armes et les raisons de leur célébrité. Nagare n'aspirait pas vraiment à rejoindre ce cortège de noms célèbres, et dont la simple évocation suffirait à geler l'âme des passants ; mais en rencontrer quelques uns, afin de pouvoir raconter à ses descendants non pas seulement qu'ils les avaient vus – mais qu'ils leur avaient survécu, lui permettrait de s'attirer un peu de gloire dans la paix de sa vieillesse.

Nagare avait rejoint le contre-espionnage après sa promotion au rang A ; il veillait nuit et jour à mémoriser et à classer les visages nouveaux ou rares qui traversaient la porte de Kiri, afin d'éliminer de porter une attention toute particulière à ceux qui apparaissaient pour la première, voire pour la deuxième fois. Habitué qu'il était des mauvais espions, ou des espions d'un jour, Nagare connaissait leur comportement comme un acteur connaît son jeu. L'air égaré du civil en quête d'informations, et errant dans la rue pour s'attirer encore moins de soupçons, relevait de l'enfantillage pour le jeune homme. Il était trop vieux, et avait trop d'expérience pour qu'un homme, même le plus inconnu du monde, puisse lui échapper au cœur même du village. Car Nagare à ses débuts protégeait les frontières ; son rayon d'action était au moins vingt fois plus larges ; et il apprenait aussi bien l'emplacement du moindre nénuphar que l'évolution de la couleur depuis le bout de sa zone d'action à son opposé. Il était un renard en quête des loups ; et voir un loup de Kumo arriver directement dans ses griffes l'étonnait, et le décontenançait à la fois. Aussi, Nagare demanda depuis le grand corps de garde du village à s'occuper du Kumojin personnellement, et à ne pas laisser la filature à d'autres. Il suivit le dénommé Niro de toit en toit, profitant de la courbe des bâtiments de Kiri pour dissimuler sa carrure, comme un marin sait disparaître dans le creux d'une vague. Le voir disparaître derrière les portes de la bibliothèque confirmait son doute. Certes l'importance des informations qu'il pourrait soustraire au village resterait minime, car il ne se trouvait ni aux archives secrètes, ni à la réserve des rouleaux interdits ; mais capturer un homme venu récupérer des informations permettrait au village de se saisir de tout son réseau, et de connaître leurs intentions. Nagare se résolut à ne jamais le laisser partir. Dépêchant un homme à sa position afin de pouvoir la quitter, il partit en quête de son comparse, lequel partageait le même travail que lui, mais pas le même horaire... En le voyant accoudé à la table d'un bar voisin, le jeune homme lui glissa quelques mots à l'oreille, et l'information semblait si importante qu'elle parvint à arracher Kuro de ses occupations favorites : « Il y a un lièvre dans la tanière. Kuro, partez immédiatement avec moi ; l'intrus ne doit pas nous échapper. Je connais assez bien les alentours du village pour savoir quelle route nous devrons emprunter afin de le rattraper. Nous allons le laisser quitter le village pour voir s'il ne cache pas quelque chose de plus gros. »

Ce-ci dit, il sauta à nouveau sur la toiture du bar, longeant Kiri jusqu'à la bibliothèque où son second l'attendait. Niro se dirigea dangereusement vers la porte du village, pensant qu'il était si simple de s'introduire au cœur même de la Brume sanglante, et d'échapper à la mémoire photographique de Nagare, si bien que le duo le prit en filature durant tout son périple, et sans élever une seule feuille d'arbre tant ils étaient expérimentés et habitués à agir dans leur environnement. Leur mission devenait de plus en plus délicate ; l'homme en question venait de rejoindre une sorte de créature sombre et dont on ne pouvait rien distinguer, sinon la couleur ébène de sa peau, et le contraste de sa chevelure claire. Niro lui remit le document qu'il avait probablement subtilisé à la bibliothèque ; et là encore, Nagare s'interrogea sur la raison de leur présence : comment pouvait-on s'introduire dans un village caché, seulement pour dérober sa bibliothèque ? La chose demandait des clarifications ; et il ne pouvait y en avoir sans que Nagare n'en capture au moins un. Les deux espions se séparèrent quand Nagare signifia par des gestes à Kuro qu'ils uniraient leurs forces pour n'en capturer qu'un, et qu'il était préférable de s'en prendre au patron de la mission – en tout cas à celui qui semblait avoir demandé les documents – plutôt qu'à un simple exécutant, peut-être civil, peut-être mercenaire, mais qui représentait moins de danger pour le village que son supérieur. L'un allait rentrer chez lui et retourner à ses occupations ; l'autre, au contraire, continuerait ce pourquoi il s'était aventuré si loin dans un territoire hostile.

Pareil à un poète torturé par ses émotions, la cible se tint droit comme la Justice devant l'immensité de la mer. Les vents marins ne lui arrachèrent aucune larme ; et l'odeur âcre propre à l'île sur laquelle ils se trouvaient ne semblait pas le dégoûter, car il restait droit comme un mât, tant et si bien que Nagare reconnût en lui la fermeté des navires que ses ancêtres maniaient autrefois. Mais il ne semblait pas méditer. Non.

Le Kumojin sentait leur présence. Aussi, Nagare prit le pas devant Kuro et quitta sa position, au grand étonnement d'ailleurs de son comparse. Il apparût dans l'ombre de son adversaire du jour, fermement résolu à ne pas le laisser quitter l'île sans avoir reçu d'informations, et tâtait déjà ses poches pour connaître leur contenu. « Vous avez sûrement beaucoup d'expérience en espionnage pour échapper aux ANBU de Kiri. Mais votre compagnon en avait malheureusement moins... »

Après quoi, il glissa une main dans son dos, déroulant l'épaisse chaîne en fer et ornée d'un hameçon dont il se servait pour combattre, et provoqua un bruit sourd en la laissant tomber sur le sol. Puis, le Pêcheur de Kiri se mit en position,  creusant dans le sol tant il était décidé à combattre et, prêt à le saisir au moindre mouvement, glissa son autre main le long de Mord-les-Vagues. « J'ignore qui vous êtes ; et je m'en moque, mais vous semblez trop intéressé par mon village pour que je puisse vous laisser partir. »


AC validée par Oite.[/b]


Dernière édition par Ryoshi Nagare le Mer 11 Sep - 21:32, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité





MessageSujet: Re: Lightning Nightmare [ Misatachi & Ryoshi ]   Lun 2 Sep - 14:18


Un duo en or




La dépendance… Mais qu’est-ce que c’est exactement ? Est-ce que l’on peut qualifier un comportement obsessionnel comme étant une dépendance ? Ou alors est-ce simplement une passion un peu trop développée ? Peut-être que l’on pourrait dire que c’est un peu les deux mais… Non. Cela dépend des cas, malheureusement. Le plus triste dans tout ça, c’est que la dépendance est une passe difficile qui est dure à quitter… La preuve avec un géant du pays de l’eau, âgé d’un peu plus de la trentaine. Trente-deux ans pour être exact. Cela faisait environ seize ans qu’il était devenu accro à cette fichue plante et à ces mauvaises bouteilles et maintenant… Plus moyen de s’en sortir. Tout du moins, seul. Et ce n’est pas ce jour-là qu’il allait trouver quelqu’un pour l’aider, surtout dans l’endroit où il se rendait. Mais bon. Sinon, il y avait un petit paradoxe dans son comportement… Le grand homme était accro à l’alcool et au konohabis… Mais, quand quelqu’un est bourré, généralement, il ouvre tout le temps sa grande bouche, non ? Et bah ce n’était pas le cas de notre cher SDF… Lui, sous les effets des drogues et de l’alcool, qu’il connaisse la personne en face de lui ou non… C’était la même chose… Ce qui était assez… Bizarre, en effet.

Quatorze heures vingt-six. Un homme était affalé sur le bar, discutant avec deux magnifiques jeunes femmes, toutes deux dévergondées. Un verre en main, le bras plié, la tête dessus, le dépravé admirait deux bons oreillers naturels et savourait une de ses cigarettes magiques, parsemée de graines de Konohabis, comme à son habitude. Cet après-midi-là, il avait les bourses pleines à craquer… Deux bourses de cuir emplies de Ryôs, non pas celles secrétant son liquide séminal, hein. Celles-ci ne pouvaient être pleines à craquer ; il avait passé une bonne partie de la matinée avec ces deux jeunes manieuses de tuyaux à pipes qui le soulagèrent de son « fardeau » naturel. L’homme au kimono atypique n’était pas prêt de changer d’endroit, c’était sûr. Il était avec une trop bonne compagnie, et pour une fois qu’il avait de l’argent… il n’allait pas s’en priver. Ah ça ! Il repensait bien souvent à son passé, à sa famille… mais surtout sa mère. Le fait d’y penser le faisait sourire et son père… Les souvenirs restants de ce personnage le faisaient surtout rire, mais surtout ses dernières paroles. Alors comme ça ils ne voulaient pas de lui ? Ce n’était pas un problème, et puis la Misatachi semblait souvent affirmer le contraire. Et encore, auquel cas cela soit vrai, il aurait tout de même rigolé. Ils ne voulaient pas de lui ? Eh bien ils n’avaient qu’à faire comme s’il n’avait jamais existé, et c’est ainsi qu’il en est venu à quitter le foyer familial et à établir une vie nomade, usant de son don héréditaire pour dormir, boire, inhaler et jouir à l’œil. Puis vint le fameux jour où un vieil homme l’interpella à la sortie d’une maison close qu’il tenta de le remettre dans le droit chemin, développant par la même occasion ses arts Shinobi. Ce n’était pas négligeable, après tout. Après… Que s’était-il donc passé dans sa vie… Il se rendit à Kirigakure et rencontre Nagare, premier partenaire avec qui il fut bien longtemps en froid, jusqu’à son entraînement avec Kuro, le Yondaime Kazekage. Durant quatre ans, il s’entraîna au contrôle du chakra bien plus avancée, et finit par apprendre le maniement de la poussière d’or… Ce qui fut rude, très rude. Néanmoins, ce Shisho ne lui enseigna pas seulement ces fondements Ninja… il fit bien plus que ça par la même occasion ; il lui apprit le respect… Ou tout du moins essaya de lui inculquer. Ce n’était pas évident de rattraper vingt-cinq ans de retard sur ce sujet comme ça… Ce cher dirigeant du Sable parvint à réduire un petit peu la consommation du géant… Et ça, vraiment, ce n’était pas rien. Et puis, une fois cette session d’apprentissage terminée, Kuragari s’en retourna au pays de l’Eau, vit la nouvelle Mizukage, confectionna son Nindô et puis… Il fit équipe avec Nagare avant de devenir ANBU. D’ailleurs, ce duo était le plus puissant de Kiri (ou presque), mais aussi le plus connu de tous. Ils n’avaient encore perdu aucun de leurs combats et personne n’avait encore pu trouver ne serait-ce une faille dans leurs combos.

En parlant du loup… Le voilà qui arriva en trombe dans le lieu vicieux où se trouvait le Kirijin comateux. Ses deux compagnes se retirèrent rapidement, une masquant sa poitrine à l’aide du chapeau de paille, l’autre à l’aide de la lame de notre héros, étendu sur le bar. Puis elles se reculèrent, se cachant derrière le bar. Un Shinobi autre que Kuro en ces lieux… C’était bizarre, suspect, louche. Il devait sûrement être là afin de confisquer certains produits, ou pire ; fermer les lieux. Mais non. Il se pencha en direction de l’homme en or et lui souffla quelques mots au creux de l’oreille. Comment ça un lièvre dans la tanière ? Kuragari ne comprenait pas, il avait du mal avec les expressions. Mais en analysant la voix du pêcheur à ce moment précis, on pouvait comprendre que quelque chose l’inquiétait, que quelque chose clochait… Ses dires confirmèrent alors les hypothèses du géant. Quelqu’un s’était introduit et il allait falloir le poursuivre… Evidemment, ça tombait quand il pouvait profiter pleinement de son argent… Le ciel lui en voulait, ce n’était plus possible ! A chaque fois qu’il prévoyait quelque chose… Plouf, tout tombait à l’eau. Et ça, ça commençait à doucement l’irriter. Cet homme était pourtant d’une gentillesse inhumaine, jamais il n’agresserait ou blesserait quelqu’un volontairement… Et même s’il le voulait, il n’y parviendrait pas. Il n’était pas du tout comme ça. Mais il se pouvait que certaines choses lui fassent sauter les nerfs… Surtout quand l’alcool était bien présente dans son sang, tout comme le THC… Ce qui lui donnait un air assez schizophrène… Il changeait sa personnalité mais du tout au tout. Il regarda alors Nagare. « T’es sûr… ? » On pouvait apercevoir une certaine lassitude dans sa voix, il ne voulait pas bouger, et le Ryoshi le comprit très bien. Néanmoins, il n’avait pas le choix et l’aida à se relever. L’homme imposant soupire longuement, sa flemme au paroxysme. Il ne voulait vraiment, mais vraiment pas y aller. Et puis… A coup sûr, ils allaient devoir combattre, et ça, il ne voulait pas. Ou alors cela serait à une seule condition, comme à chaque fois. Il faudrait que cela soit son ami et meilleur équipier de tous les temps qui lance ledit affrontement. Et cela arrivait un peu trop souvent à son goût, mais bon. Il réfléchissait déjà à une telle optique, et savait ce qu’il allait faire de prévoyant pour le combat à venir… Il avait une idée et il allait la mettre en place dès sa sortie du bar.

L’agilité réincarnée sauta sur le toit du pub d’où ils sortaient, tandis que le géant, lui, courit le plus rapidement possible, tout en titubant et en ayant la vue floue. L’alcool et ses effets… De vrais ravages, autant sur la santé mentale que sur la santé physique du consommateur. Et les petits joints n’étaient pas innocents non plus. Et dire qu’il allait devoir combattre ainsi… Il préférait ne pas y penser, cette vision était trop laide pour son esprit et… Ça le décourageait énormément. Le flegme l’emportant, il hésita à s’arrêter au plein milieu de sa course effrénée pour s’adosser à un mur non loin, mais plus il voyait le Juunin Spécial et sa détermination à toute épreuve, plus son envie de l’abandonner vaquer à la tâche incombée disparaissait. La gentillesse incarnée avait encore frappé sur ce SDF, et ce n’était pas plus mal. Ils arrivèrent rapidement sur une île plutôt proche du village caché, et passèrent par la forêt. Ils s’arrêtèrent quelques instants… ou tout du moins Kuro, qui en avait marre de marcher. Mais il prenait du retard sur Nagare. Il s’en fichait. Après tout, ce n’était pas lui qui voulait poursuivre un vieillard comme ça, hein… Soudain, deux ANBUs le repérèrent à travers l’épaisse forêt et ils vinrent lui parler. « Misatachi-san, que faites-vous ici ? » Ils semblaient inquiets. En même temps, un Kuro essoufflé en dehors du village… C’était très improbable. « Keuf… Keuf… » Il toussait, et prenait sa respiration avec du mal. « On poursuit un… Kisama1… Mais j’sais pas qui c’est… Feriez mieux d’rester aux alentours au cas où ça tourne mal… Y a d’très grandes chances que l’Nagare engage le combat donc bon… » Il fit un mudra et se concentra, faisant apparaître un nuage de poussière d’or devant lui, sous les yeux ébahis des deux membres de son élite. Ils se positionnèrent derrière les arbres, regardant de loin le pêcheur, un homme sombre et le géant qui arrivait sur son nuage, toujours concentré afin d’avancer à vitesse convenable. C’était laborieux, même pour un homme de sa trempe. Il était peut-être doué pour ce qui était du Ninjutsu, sa concentration n’était pas élevée au même niveau… Malheureusement d’ailleurs. Bref.

Quelques instants plus tard, toujours sur son nuage à cinq mètres du sol, Kuro apparut derrière son duo qui avait sorti Mord-les-Vagues, la célèbre arme du clan Ryoshi. Il s’amusait et rigolait aux éclats, l’innocence d’un enfant s’emparant de lui. Il n’utilisait cette technique que trop peu souvent, alors autant en profiter. De ce fait… Il volait rapidement autour des deux hommes son confrontant mutuellement, se défiant mutuellement du regard. Gardant sa concentration à son apogée, il écouta également les deux hommes. Le noir, sûrement un Kumojin, ne fit sortir aucun son de ses lèvres. Puis le plus jeune des deux Kirijin prit la parole, tandis que Kuro s’élevait au maximum dans les airs, sentant l’air lourd orageux qui arrivait peu à peu et se plaça derrière Nagare, gardant sa hauteur. Tiens, d’ailleurs… C’était marrant. Il y a à peine cinq minutes, il titubait encore et là, il semblait si sérieux, n’était plus parsemé de différents soubresauts et parvenait à rester stable… Décuitait-il si vite à présent ? Seul l’avenir nous le dira.

Le Shinobi au Gôrudoton soupira longuement, attendant que Nagare finisse de parler. Quelle grande bouche quand il s’y mettait, ce noble. Ce genre de comportement complètement contradictoire dépassait rapidement le Misatachi… Si vite qu’il en oubliait bien souvent les raisons, ceci-dit. Il ne se souvenait juste avoir été dépassé, mais rien d’autre. Il valait mieux, car après il pouvait passer des soirées et des nuits à y réfléchir entre deux verres et deux joints. « Bon, bon, bon… D’abord, t’fais quoi ici toi ? Puis l’autre ‘l’est parti où ? » Il clignait des yeux. Il avait oublié que l’autre avait filé. Mais cela n’empêchait pas qu’il avait d’autres questions… Mais surtout d’autres réclamations à formuler. « Yare, yare… » Il observa l’arme de l’homme bandé un peu partout, puis son regard dévia sur le Kumojin. « On pourrait pas discutailler tranquillement plutôt que d’combattre ? C’si chiant de combattre… » Il soupira à nouveau et s’allongea un peu sur son lit sablonneux tout aussi précieux, reculant encore un peu par la même occasion.

_____________________
1 : Enfoiré.


(c) AMIANTE



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité





MessageSujet: Re: Lightning Nightmare [ Misatachi & Ryoshi ]   Mer 11 Sep - 19:22


Lightning Nightmare
« Les cauchemars ne sont en fait que des rêves, en plus réalistes. »








« La nature humaine se baigne de sentiments de haine. Bercée dans la peine, elle est entourée de chaînes. »

Un bain de sang aux couleurs des ténèbres s'étalait sur le ciel, dans les cieux noirs de crimes, l'astre solaire se noyait, sa lumière s'était dissoute dans l'abîme d'un cumulus dont l'apparence rappelait étrangement celui d'un léopard. Son rêve éveillé, cette vision angoissante et sinistre, mirage spirituel d'une panthère noire terrifiante, ce cauchemar en plein jour l'avait visiblement alerté...
De fine gouttelettes d'eaux s'étaient mis à tomber des cieux, comme le prélude d'une terrible tempête. La puissante brise glaciale du vent faisait trembler les arbres, virevolter l'écharpe du « Black Panther » ainsi que la chevelure de ses opposants. Debout face à eux tel un ange déchu annonçant sa nouvelle loi, parmi les nuages obscur comme son âme de damné. Son regard meurtrier ne lâchait pas la silhouette des deux hommes face à lui, examinant minutieusement leurs faits et gestes. Le premier, doté d'une tenue quelque peu dénudé avec plusieurs bandages, qui avait débuté la conversation était apparemment prêt à en découdre. En effet, après son ennuyeux discours de pacotille, celui-ci avait sorti une arme plutôt étrange, similaire à un harpon, ainsi qu'une chaîne métallique, son outil de prédilection sans doute. Le shinobi originaire du pays de la foudre avait déjà entendu parler d'un clan réputé pour avoir parmi leurs rangs, des chasseurs de monstres marins, cette arme l'intriguait quelque peu, sans plus bien-sûr. Le second en retrait et plutôt de taille impressionnante, semblait bien davantage plus prudent sous ses airs « d'alcooliques anonymes », allongé sur une espèce de nuage doré, lévitant à quelques mètres du sol. De la poussière d'or, était-il natif de la nation du vent ? Le guerrier de Kumogakure ne prêta guère attention aux paroles de ses interlocuteurs, se contentant de les observer, les examiner attentivement l'un après l'autre après avoir décroisé ses bras d'une musculature saillante. Le mystérieux assassin effectua rapidement après les propos du « pêcheur », une petite série de signes incantatoire avant de pointer son adversaire le plus proche avec ses deux doigts.

 Black Panther
« Tu parles trop.» Disait-il froidement en dirigeant ses doigts vers le haut.  

Soudainement, après un terrible grondement de tonnerre, une centaine de tiges de métal influées de chakra sortirent du sol à une vitesse folle, pour venir perforer de toute part le kiri-jin habillé d'une légère veste en cuir sans manches. Cet individu courageux devait être atrocement surpris, tout comme son coéquipier d'ailleurs. Les aiguilles sous ses pieds l'avaient à première vue, littéralement transpercées. Sans attendre, en effectuant un bond digne de la « Panthera pardus » sans toucher le sol, le bretteur du village aux reliefs montagneux fonça à une vitesse fulgurante en direction du blessé, pour lui assigner, sans aucun scrupule, le coup fatal. En tirant profit du fait que sa victime ne pouvait bouger ses membres à cause de la récente attaque et de l'effet surprise qui régnait à cet instant précis. En ajoutant également le temps de réaction de son acolyte, qui devait être plus ou moins perturbé par le saké consommé avant d'intervenir dans cette affaire.

 Black Panther
« Lariattooooo !!  » S’écriait-il fougueusement en donnant un coup colossal du bras.


Le solide biceps dur comme l'acier du tueur à gage vint heurter d'une puissance « Yôtsukiesque » le thorax du chasseur de bêtes océaniques. Le bourreau à l'image de la foudre elle-même, avait agi de manière spontanée. Un coup de bras féroce typique des légendaires représentants de son clan, eux qui habituellement, l'utilisaient pour déchiqueter la poitrine de leurs ennemies. Dans le cas présent, « Pantherman » avait seulement fait en sorte de propulser sa cible quelques mètres en arrière, bien-sûr, le choc devait être terriblement douloureux en plus de dégâts reçu précédemment.

 Black Panther
« Ce n’est pas dans mes habitudes mais j’ai été clément avec ton équipier. En ce qui te concerne, ça sera différent…» Ajouta calmement le sombre shinobi à la chevelure platine, tout adoptant une fier position statique et en dévisageant le kiri-jin en pleine lévitation.

De la pitié envers ses proies ? Non, aucunement. Ça se rapprochait plus de la prétention, une mise en garde tout simplement, à la manière d'un félin qui montre ses gigantesques et dangereux crocs tranchant comme des lames de rasoirs. Le prédateur venait d'épargner contre toute vraisemblance le manieur de harpons en n'exploitant qu'à moitié le potentiel dévastateur de son « Lariat ». En anticipant le fait que l'ANBU de la brume ne se remettrait sans doute pas de multiples aiguilles qui étaient plantées dans son corps, provoquant une perte de sang qui devait suffire à le mettre hors d'état de nuire. La pluie s'intensifiait, les gouttes d'eau tombaient lourdement, martelant frénétiquement le sol devenu plus consistant et boueux, notamment la peau des trois êtres humains peuplant cette petite île isolée. Les éclairs quant à eux, apparaissaient lancés par la divinité « Zeus » en personne, ces derniers zébraient le ciel plus bouillant et plus nombreux que jamais, une ambiance des plus funeste parmi nos combattants qui, en plus de devoir s'affronter, allaient tout d'abord devoir supporter le climat préjudiciable auquel ils étaient malheureusement confrontés.








© Gangsta Shinobi


Dernière édition par Black Panther le Lun 30 Sep - 1:38, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité





MessageSujet: Re: Lightning Nightmare [ Misatachi & Ryoshi ]   Mer 11 Sep - 21:48


La Panthère Noire de Kumo
Ce n'était pas la froideur de l'atmosphère qui gelait autant les muscles et les nerfs de Nagare, mais bien l'angoisse à la fois désagréable et pourtant si délicieuse du ninja prêt à se battre. Et même si la course après le voleur de Kumo lui avait quelque peu échauffé les mollets, la totalité de son corps retrouvait peu à peu la consistance de la glace ; même si le sentiment exquis de goûter à l'excitation morbide du combat atténuait l'état physique dans lequel il se trouvait. Méthodiquement, le Pêcheur de Kiri ne cessait d'observer son adversaire dans les yeux ; mais l'immonde, hideuse, détestable paire de lunettes sombres qu'il portait rendait impossible de distinguer au mieux ses pensées – s'il en avait. La neutralité de son expression – qu'on aurait pu attribué à une statue tant il manquait de personnalité – le rendait aussi inexistant que l'étendu de sable dont il était entouré. Bien vite, lorsque deux adversaires se regardaient l'un devant l'autre, la tentation d'agir précipitamment rendait la victoire beaucoup plus délicate à atteindre ; aussi Nagare restait sur ses positions, soit à plusieurs mètres de son adversaire, d'où il l'avait invectivé une première fois, et dont il ne bougeait tant et si bien que l'épaisseur militaire de ses semelles disparût bien vite dans l'herbe de la lisière, que le sel et le sable avaient quelque peu jauni. Soudain la volonté de se saisir de lui jeta dans Nagare une sorte d'élan. Une ardeur nouvelle imbiba ses muscles et ses nerfs, et parcourût le long de son échine jusqu'à transmettre la volonté de tuer à son cerveau. Bien sûr, la nécessité de s'emparer du Kumojin rendait nulle l'ordre naturel que son inconscient venait de formuler ; mais même lorsqu'il s'agissait de ne pas donner la mort, Nagare conservait en lui la volonté secrète et bestiale d'enlever la vie de son adversaire afin de fournir à ses actions un carburant inégalable.

Le Kumojin mit un terme à sa tirade aussi vulgairement qu'il ne l'était ; ses moindres mouvement semblaient dirigés par une intelligence inexistante ; il avait l'air d'une machine plus que d'un homme ; et d'ailleurs on aurait pu croire qu'il portait des lunettes d'avantage pour qu'on ne remarque pas le vide de son regard que pour se donner une aura de dessins animés. Chez Nagare, le mépris du personnage se mêla à l'hostilité du Kumojin ; il avait là tous les arguments nécessaires pour l'abattre ; et rien, pas même son camarade Kuro situé – comme à son habitude – derrière, ne pourrait freiner sa volonté de neutraliser les ennmis de Kiri. En effet, rien ne mettait vraiment en colère le Pêcheur, sinon quiconque s'attaquant au village. Et le pauvre Kumojin, en plus d'avoir dépassé la ligne rouge politique, la dépassait aussi humainement, oralement et, vestimentairement.

Aussitôt que la Panthère acheva sa remarque, un mouvement rapide et pourtant assez lointain secoua le sous-sol à plusieurs mètres de la position de Nagare – lequel était toujours resté devant son ancienne cachette – et dévoila bien vite son origine : une multitude d'aiguilles siffla à travers l'air vers lui, et s'apprêtait à le surprendre de toute part, lorsque, ayant déjà déroulé son arme, il la fit danser plusieurs fois dans les airs afin de ramener le plus de traits au sol. La chose la plus étonnante était qu'un orage subvint presque miraculeusement ; son adversaire maîtrisait-il également la météo ? Il semblait que que oui : une grande quantité de lumière secoua les nuages épais et charbonneux du ciel, dessinant le temps d'une seconde des éclairs blancs, et assourdissant les ninjas présents en plus du battement de la pluie. Heureusement, le tonnerre permit à Nagare d’apercevoir la lueur d’innombrables traits jaillissant du sol. Par un réflexe digne du spécialiste en Bukijutsu qu'il était, il sauta en arrière, et ne pouvant voir d'où venaient les aiguilles, exécuta de nombreux et rapides tours avec sa chaîne, et se sauva des plus meurtrières, tandis que les plus traîtresses parvinrent à l'atteindre dans ses angles morts.

Quelques aiguilles seulement lui avaient déchiré la peau : trois de chaque côté, une dans l'épaule gauche et, plus grave encore, deux dans chaque jambe. L'excitation du combat rendait la douleur insensible. Tout cela se passa très rapidement ; si bien qu'avant même que la dernière épine métallique ne s'enfonce à terre, une ombre large masqua le regard de Nagare, comme si la dernière luminosité s'était éteinte d'un coup. Mais il s'agissait de la Panthère ; elle avait profité de la surprise qu'avait provoqué ses aiguilles pour surgir sur sa proie. Néanmoins, Nagare ne s'était pas rapproché autant d'un ninja dont il ignorait toutes les compétences sans avoir préalablement sécurisé son périmètre.

Et le sol, devant lui, s'illumina à l'arrivée du Kumojin, lequel, ayant chargé Nagare sans prendre garde au reste, activa le sceau d'immobilisation que le Kirijin avait disposé très légèrement et sans émettre un son avant de se relever et de surgir dans son dos. Pouvait-il exister au monde un pêcheur plus heureux, sinon celui qui n'a qu'à disposer son filet pour attraper du poisson dans la seconde ? Nagare, même dans l'excitation du combat, était surpris d'avoir aussi vite et aussi facilement pris une telle avance sur son adversaire. Depuis l'Académie, il ponctuait chacune de ses journées à éviter des armes lancées depuis des lieux obscures ; parfois même les yeux bandés, et d'autres fois sans l'ouïe. Il avait une maîtrise virtuose des armes de jet ; d'ailleurs, il avait renvoyé les attaques métalliques du Kumojin au sol avec l'aisance d'un enfant ramassant des bonbons. Les quelques aiguilles qui l'atteignirent relevaient du miracle météorologique ; ils les auraient également repoussé si la Panthère n'était pas capable de lire dans l'avenir. La satisfaction de l'avoir capturé disparût derrière la crainte d'être tombé dans un autre piège. Aussi, Nagare comptait bien le neutraliser au plus vite ; il recula, comme pour prendre plus de distance et ne pas manquer son prochain tir.

« Pauvre ami ; pour m'épargner, il faudrait déjà que tu tiennes ma vie entre tes mains, et je crains qu'elle ne relève d'avantage de tes rêveries que de tes possibilités. » Peut-être que Nagare parlait trop en effet ; mais il aimait garder un contact acide et quelque peu indélicat avec ses adversaires, qui restaient malgré tout des hommes, et même, des comparses. Les civils que Nagare protégeait étaient, ironiquement, beaucoup plus étrangers à lui que ne l'étaient ses adversaires de Kumo ou d'Iwa. « Les sceaux sous tes pieds ont été classés par les autorités du pays au rang A, car seule une annulation de même niveau peut la supprimer. Ni le Ninjutsu, ni le Taïjutsu – à moins que tu ne te coupes les pieds – ne te permettront de fuir. Sois heureux d'être mon prisonnier ; je suis certain que tu es une belle prise, et qu'un poisson comme toi a beaucoup de choses à raconter ! »

Tandis qu'il parlait, il agitait son harpon en diverses cercles ; lequel bientôt disparût dans l'air qu'il secouait, et siffla de plus en plus violemment. Après avoir acquis une puissance suffisante, Nagare propulsa Mord-les-Vagues vers son énième cible, et s'étant assuré qu'il ne pourrait ni fuir son attaque, ni la contrer, il pensa déjà aux moyens qu'il utiliserait pour l'emporter jusqu'à Kiri.







Dernière édition par Ryoshi Nagare le Dim 15 Sep - 16:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité





MessageSujet: Re: Lightning Nightmare [ Misatachi & Ryoshi ]   Mer 11 Sep - 23:28

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité





MessageSujet: Re: Lightning Nightmare [ Misatachi & Ryoshi ]   Jeu 12 Sep - 5:26

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre ✿ Juunin d'Iwa. (Rang A)


Messages : 461
Date d'inscription : 09/04/2013

Carte Shinobi
Ryos: 200
Age: 17
Expérience:
7/1500  (7/1500)


MessageSujet: Re: Lightning Nightmare [ Misatachi & Ryoshi ]   Jeu 12 Sep - 15:55


_________________
You will taste my blood


Membre à deux oscars, ça vous embouche un coin hein?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité





MessageSujet: Re: Lightning Nightmare [ Misatachi & Ryoshi ]   Dim 22 Sep - 17:35


paye ta place en Enfer !


(boileau) ▽ « Qui vit content de rien possède toute chose. »



La pluie se mit à tomber soudainement, caressant le rude minois d’un homme des plus imposants, appartenant à l’élite de Kiri. Ces douces gouttelettes lui rappelaient bien souvent son passé, un peu trop même… mais également son présent, voire même son futur s’il ne changeait pas ses conditions de vie. Cela faisait depuis ses seize ans qu’il vivait dans la rue, sans rien pour se loger et encore moins pour se nourrir… Triste, morne et malheureuse vie que voilà. Néanmoins, d’un certain côté, il a toujours eu les rennes du traineau entre ses mains ; cet homme en or aurait très bien pu décider d’utiliser sa grosse paye dans des biens plus utiles que les drogues, l’alcool et les femmes. Néanmoins, cette pluie le rappelait par la même occasion la solitude, sentiment connu de tous les Hommes vivant comme lui, seul, sans abri ni rien. Et ayant pour seuls amis les intempéries et vices. Cependant, dans le cas présent, le colosse possédait un ami, bien qu’il fût le seul qu’il n’ait jamais connu, qui était le pêcheur du village. Certes, son tout premier Sensei était comme un ami pour lui, mais voilà : il le considérait comme un Sensei avec qui il développa une affinité plus grande, tout simplement. Mais là, c’était son ennemi qu’il catalogua de solitaire, empli de solitude. Il semblait toujours vivre seul à première vue, et son comportement confirmait en quelque sorte les dires du Kirijin. Et il le plaignait, sincèrement. Il savait combien c’était pénible d’être seul durant plusieurs mois, voire même plusieurs années, même si sa nonchalance légendaire montrait le contraire.

Puis après la pluie s’imposa un lourd monde de crépuscule, emprisonnant les trois hommes dans son atmosphère sombre, inquiétante. Cependant, cela n’inquiétait pas le Misatachi qui se reposait tranquillement sur son nuage de poussière d’or. Il faut avouer que cette technique lui était bien pratique et qu’il la chérissait énormément ; elle lui permettait de pouvoir se déplacer sans avoir à se fatiguer physiquement. Il l’utilisait donc souvent lors des longs déplacements à faire, ou lorsqu’il devait atteindre un point à une hauteur plutôt faible mais plutôt haute pour le commun des mortels. En effet, sa technique lui permettait de monter à une hauteur d’environ cinq mètres maximum, ce qui n’était pas rien non plus.

Et d’un coup, le Kumojin claqua des doigts. Au début, Kuro pensait que c’était surtout pour le rappeler à l’ordre, lui qui n’écoutait déjà plus depuis un long moment, s’étant surtout occupé de rouler une cigarette peu légale qu’il avait déjà allumée. Mais en fait non, le stratagème du basané était tout autre. Alors qu’un éclair se fit percevoir – plutôt gros et luminescent -, le maître de l’or aperçut de nombreuses aiguilles grandissant dans le sable, se dirigeant dangereusement vers Nagare. Une technique dans le même genre que celles de son ami… Il se dit alors qu’il n’aurait pas besoin de l’aider et qu’il pourrait en parer la plupart. Mais il se trompa (encore une fois)… Vu qu’il faisait très sombre, il était impossible pour le pêcheur de toutes les reculer, et ce, malgré sa grande dextérité avec son harpon « Mord-les-Vagues ». Du coup, d’immenses aiguilles vinrent se planter dans ses épaules, ses jambes et ses pieds, l’empêchant de bouger d’avantage… Lui qui ne pouvait déjà pas, il n’était pas aidé. Bon, après, Kuro n’était pas du tout surpris par une telle technique. A vrai dire, il s’en fichait royalement. L’important pour lui était de rapidement terminer cet affrontement puéril, la flemme l’emportant sur sa – faible – volonté.

Ce fut autour de la panthère d’attaquer réellement. Il fit un bond des plus majestueux dans les airs, impressionnant un minimum Kuragari, qui regardait la scène depuis sa hauteur, assis, se servant même une coupelle de saké, qu’il but cul-sec. Mais il manqua de s’étrangler en voyant ce qu’il venait de se passer soudainement, il n’en croyait pas ses yeux. Son ennemi écria un hurlement sourd, rauque, effrayant… Comme un barbare fonçant dans le tas, prêt à tout pour arracher ne serait-ce qu’un membre à son adversaire. Un taux de chakra immense était concentré dans le fort bras musclé de l’antagoniste de Kumo, qui vint frapper avec une force démentielle le torse de Nagare, en lui arrachant les jugulaires par la même occasion. Néanmoins, les images perçues par le SDF étaient saccadées ; l’orage faisait toujours rage en ces temps hivernaux, mais ce n’était pas assez pour déstabiliser Kuro. Tout du moins, pour l’instant… Il n’attendit pas longtemps avant de bouger à nouveau et, d’un bond, il atterrit à une dizaine de mètres de l’homme en noir, qui se trouvait lui-même à la place du Ryoshi… Qui gisait contre un arbre, les yeux sortis de leurs orbites. Un corps vide, sans âme qui vive, sans ce sentiment de justice, sans cette politesse sans faille… Tout le monde venait de s’écrouler autour du Misatachi, qui considérait – jusqu’à présent – le Juunin spécial comme son meilleur ami, comme un frère, presque. C’était triste, mais voilà que le cycle de la vie vint de nouveau frapper son entourage. Il allait lui faire payer, à la panthère noire… Je peux vous le garantir. Mais non, il n’allait pas le tuer… il allait tout d’abord le capturer et le livrer à Meï, mais il n’en resterait pas là… il avait d’autres plans tous plus tordus les uns que les autres qui cogitaient dans sa tête. Oh que ça allait être jouissif pour le « petit » Kuro… « Kisama… » Sa voix était ténébreuse, comme sortant d’outre-tombe. Jamais il n’avait eu ce genre de tonalité. Au grand jamais. « T’aurais jamais dû faire ça, Ko Kuso… » Il bouillonnait, tous ses muscles tremblaient… Il était énervé, vraiment. Il ne l’avait jamais été en trente-deux ans… Alors pourquoi forcément à ce moment ? Lui qui était si nonchalant… il ne comprenait pas non plus. C’était assez surprenant, bien que compréhensif quand on connaissait l’énergumène. Cet ignorant ne se connaissait quasiment pas. Oui, il ne connaissait presque rien de lui-même, si ce n’était ses traits dominants, ce qui était tout à fait normal.

A présent, il ne s’était encore pas écoulé de temps depuis que Kuro avait commencé à parler, et l’homme n’avait pas encore bougé non plus, parlant également. En bref, ils s’étaient tous les deux parlé au même moment. Malheureusement pour l’adversaire du kirijin, il se trouvait à deux centimètres du sceau posé au préalable par le pêcheur de la Brume… Kuro, en attendant, avait rapproché son nuage près d’eux, sans que l’autre ne s’en rende compte. En même temps, c’était assez dur d’y voir clair alors qu’il n’y avait plus aucun éclair pour les éclairer, il ne restait que la lune, et encore elle était plutôt faible… Elle suffisait tout juste à ce que les deux combattants puissent voir où ils mettaient les pieds… Et encore. A présent, le nuage flottait entre les deux, qui se dévisageaient du regard depuis trois secondes, exactement. D’un coup, l’homme d’Or stoppa nette sa concentration, faisant éclater le nuage fait de poussière de Gorûdoton, laissant paraître à un petit feu d’artifice lorsqu’un éclair vint briser la pénombre du ciel non étoilé. Quel dommage… il aurait pu avoir une mort plus noble, tout de même.. Mais non, le destin en avait décidé ainsi. [A.C.] ~ Click It ~ « Fus Roh Dah ! » Un puissant cri sortit des lèvres de l’ANBU, ce qui fit légèrement vaciller Black Panther, qui recula… Sur le sceau de Nagare, qu’il avait apposé au tout début du combat. Mais alors que le souffle avait fait bouger la masse de Kumojin, les petits grains d’or qui flottaient encore dans les airs vint obstruer la vue et la respiration de l’ennemi juré de Kuragari, qui s’en était principalement servi en tant que leurre, afin qu’il se concentre là-dessus et non sur le sceau présent derrière lui. C’était primordial. « T’vas souffrir, toi… J’peux te l’garantir… » Son regard était lui aussi froid. Soudain, un coup de vent fit s’emporter con chapeau, qui alla recouvrir le visage de Nagare. Entièrement. Au moins, il ne « verrait pas » ce désastre, même mort. « Sache qu’on s’en prend pas à ceux qui m’sont chers sans prendre en retour, kisamaaaaaa ! » Sa colère était si grande qu’elle en aurait pu être palpable, ce qui était inquiétant lorsque l’on savait à quel point le bretteur était nonchalant, rien ne l’affectait plus que ça d’habitude, mais là… C’était le déclic, carrément. Bref, il lorgnait son ennemi de toujours – qui venait juste de le devenir, en fait -, une flamme pouvant presque se dessiner dans ses yeux. Mais bon, nous n’étions pas dans un manga après… Oh, attendez. Enfin bref. A présent, il se concentrait sur tout ce qu’il pouvait apercevoir chez le basané, prêt à tout pour venger son ami… A sa façon, tout du moins. Il allait soit devoir le mettre hors combat, soit l’endormir avec une manière peu catholique si vraiment il ne parvenait pas à s’en sortir… Ou alors c’est l’escouade d’ANBU qui l’attendait bien plus loin, hors du champ de bataille… Mais bon, il aurait le loisir d’y penser quand vraiment ça tournerait mal, ce qui n’était pas le cas pour le moment.


(c) AMIANTE



[/color][/color]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité





MessageSujet: Re: Lightning Nightmare [ Misatachi & Ryoshi ]   Sam 28 Sep - 22:02

Citation :
Je me permets de RE poster ; d'abord, parce que je meurs (donc je n'influerai pas dans le combat), ensuite, pour corriger mon précédent RP (le sceau n'a pas été validé, mais le lariat oui), enfin, parce que j'ai une présentation invalidée sur le feu. Vous excuserez la qualité du poste ; mais je n'aurais pas voulu vous agacer avec une longue description de ma mort, et d'ailleurs, j'ai peu de choses à dire à part « je meurs ».

La gorge déchirée par un coup.
Les moments les plus improbables sont toujours les meilleurs pour mourir. C'est lorsque l'esprit n'envisage pas sa fin qu'elle l'arrache à sa certitude ; et il n'y avait en vérité pas de meilleur adversaire pour trépasser que la Panthère Noire de Kumo, même si Nagare, intimement, le méprisait pour avoir orchestré rien moins que le vol d'une information à l'intérieur de Kiri. Peut-être que la haine qu'il lui inspirait et la volonté de l'écraser au plus vite l'avaient conduit à accélérer bien trop précipitamment ses mouvements, et à ne pas agir selon l'événement, comme les anciens Ryoshi le lui avaient appris lorsque, l'abandonnant à huit ans dans les mers agitées du pays, ils lui apprenaient à se laisser porter par les vagues, et à ne jamais lutter contre elles. Ici, Nagare s'était rebellé contre la Providence ; il n'avait pas de vagues devant lui, mais un homme ; et il n'avait pas non plus le courant à son encontre, mais l'aveuglement meurtrier d'un Yotsuki. Mais avant qu'un coup mortel ne lui ait été porté, Nagare agitait encore avec vivacité l'arme qu'il maniait comme sa main ; à savoir Mord-les-Vagues. Il s'apprêtait à la propulser contre la Panthère lorsqu'il remarqua trop tard que son adversaire n'était pas immobilisé ; et que, même, il le chargeait avec une rapidité telle que le Pêcheur de Kiri reçut l'image de son attaque après l'avoir reçu en pleine gorge.

Et sa gorge s’aplatit subitement comme si rien ne la retenait du reste de son corps ; elle avait l'air d'un morceau de carton déchiré par un bras d'acier, et on aurait cru un moment que la Panthère la traversait tant son coup avait de puissance. Ses yeux sortirent légèrement de leurs orbites, s'étalant puis roulant peu après dans des brins d'herbe. Un écureuil que l'orage n'avait pas effrayé descendit des branches hautes où il s'était caché, puis partit ronger plus loin le regard charbonneux du Ryoshi avec un plaisir sanglant. Expulsé à plusieurs mètres de distance, le corps de Nagare déchira de nombreuses branches et traversa d'épaisses couches de feuillage avant de s'écraser le dos sur une roche pointue ; si parfaitement pointue qu'on aurait pu penser qu'elle était là et d'une telle forme uniquement pour accueillir la carcasse ramollie par le comas du Kirijin. L'impact lui délogea la colonne vertébrale, déplaça le reste de ses os, et acheva de l'assommer, si bien qu'il glissa sur la parois sanglante du roc comme une marionnette dont on aurait coupé les liens.

Sur le chemin qu'il avait déchiffré dans sa course, des morceaux d'organes et son foie éclaté se mêlaient à la crasse boueuse du sol que la pluie avait mélangé en une bouillie immonde. Avait-il vécu tout cela, souffert autant d'épreuves, croulé sous tant d'entraînements, pour si peu ? À vrai dire, il n'était pas dans l'état d'y penser ; et n'y avait d'ailleurs jamais pensé. Déjà des insectes se rapprochaient de ses plaies baveuses et s'y logeaient pour pondre leur progéniture ; déjà ses derniers souffles retentissaient comme les cris difficiles d'un animal au poumon percé ; et déjà au loin il imaginait avec le peu de conscience qui lui restait dans quel état se trouvait Kuro, si lui-même était mort aussi rapidement. Il n'arriva pas à la fin de cette réflexion que déjà le poids amplifié de ses paupières laissèrent tomber sur ses yeux un rideau noir ; un rideau qui ne se relèverait plus.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité





MessageSujet: Re: Lightning Nightmare [ Misatachi & Ryoshi ]   Ven 4 Oct - 11:49


Lightning Nightmare
« Les cauchemars ne sont en fait que des rêves, en plus réalistes. »








« Elle s'approche sans un bruit, elle vient quand il fait nuit, elle est là pour vous. Tapis dans l'ombre pour vous précipiter dans la pénombre, vous attirant dans les ténèbres, dans une danse des plus macabres. »

Son passé douloureux était parsemé de passages occultes, son présent aussi dangereux qu'un champ de mines. Son avenir s'annonçait pour l'instant absent, du moins, s'il ne cessait pas de faire connaître la souffrance et la haine autour de lui. Toujours différent, il a été, le jaguar ne s'était jamais senti ne serait-ce, qu'une seule fois semblable aux autres individus peuplant cette triste planète. Sa nature mystérieuse et son langage sibyllin faisaient du silence son seul et unique allié. Avec pour ombre spécifique, celle de « La Grande Faucheuse », elle qui le suivait dans tous les recoins du monde, profitant de son statut de solitaire éternel. Le petit-fils du deuxième Raikage n'était qu'un spectre, un esprit fantomatique envoyé par le vénérable « Yánluó Wáng » seigneur des enfers en personne.

Le Kumo-jin empestait la mort, cette épouvantable odeur indélébile qui plus est, ne pouvait être sentie que par des êtres spirituels et sensoriels. Supportant péniblement le destin qui lui a été donné, le chasseur de têtes ne savait combien de temps cela pouvait encore durer, ses nuits étaient longues, ses journées interminables. Le sombre félin n'avait aucune idée de ce que représentait le bonheur, au mieux, il pouvait l'imaginer. Sa vie était similaire au néant, un passé ravagé par un cyclone noir sorti tout droit de l'espace, néanmoins, tout ceci ne lui déplaisait pas pour autant, acceptant avec honneur ce système vital des plus inhabituels, un fardeau qu'il arbore fièrement. Un démon ? Non, ceux-ci n'étaient que de vulgaires plaisantins sans aucune morale en comparaison avec « Black Panther ». Son adversaire du jour en avait malheureusement payé les frais, le pêcheur de la brume avait été mis hors d'état de nuire si rapidement, c'est regrettable quand on sait que le coup porter précédemment, par l'originaire du village caché des nuages n'avait pourtant pas été exploité à son maximum, écraser par la force naturelle et physique du guerrier à la peau d'ébène, quelle déception.

C'était maintenant au tour de son coéquipier de subir le châtiment divin de l'ombre de la mort elle-même, son attitude était changeante, la perte de son acolyte l'avait visiblement beaucoup affecté. L'homme serein munit d'une bouteille de saké était dorénavant un individu envahit par la haine, l'amertume se lisait aisément dans ses yeux. D'ailleurs, ce barbu n'était plus sur son nuage d'orée, l'avait-il fait disparaître ? Le Jônin pouvait cependant apercevoir grâce aux légers rayons lunaires le relief d'un petit cumulus lévitant entre les deux adversaires, cela restait tout de même dubitatif. Toutefois, ça ne gênait en aucun cas la panthère qui laissa un léger courant électrique relier à lui-même s'échapper sur le sol.

 Black Panther
« Je vois...» Marmonait-il dans sa barbe en déviant légèrement sa tête sur le côté.

Intimidation, pression. L'atmosphère qui régnait à ce moment était des plus tendus. Les deux combattants se fixant du regard, le membre des forces spéciales du pays de l'eau dévisageant le cicatrisé tel une bête affamée, tandis que son opposant, lunettes noires camouflant ses yeux, adoptait la même attitude glaciale depuis leur rencontre, gardant tout son sang-froid. Le dénouement s'approchait à grandes enjambées. Soudainement, le barbu aux prunelles bleutées décida de passer à l'acte en premier, en donnant naissance à plusieurs étincelles au milieu de la distance les séparant. Geste certes suspect, mais surtout futile quand on connait la capacité d'analyse monstrueuse de son ennemi, qui de manière perspicace, avait profité du petit feu d'artifice ainsi que de l'éclair venant de déchirer le ciel noir, entraînant l'illumination partielle du terrain pendant un court laps de temps, pour disparaître de la vue de son antagoniste.

D'un pas, il réapparut dans le dos du manipulateur d'or à une vitesse faramineuse, de manière furtive. Sans que ce dernier ne s'en rende compte, l'un des derniers rejetons du clan Yôtsuki se trouvait derrière lui, à moins d'un mètre, prêt à lui assigner le coup final. Mais il en fut autrement, au lieu de lui infliger un égorgement des plus sanglants et cruels comme à son habitude lorsque son adversaire était en position de faiblesse, l'espion du pays de la foudre décida de sortir un parchemin explosif de sa sacoche afin de le déposer délicatement sur le sol, avant de s’éloigner à une bonne dizaine de mètres dès que l'étincelle se faisait voir. Une légère explosion s’en suivi, dont l’écho fut légèrement camouflé par le hurlement de son opposant qui quant à lui, s’était évaporer.    

 Black Panther
« ... » Silencieux tel une statue de roche, dos à l’explosion faisant virevolter son écharpe.


En effet, il s’agissait bel et bien d’un clone, l’homme à la chevelure platine s’en doutait à vrai dire, personne ne serait assez saugrenu pour tournoyer autour d’un adversaire tel que le natif du pays de la foudre avec une assurance aussi démesuré, quand on sait ce que celui-ci représente de par son physique des plus menaçants et son aura meurtrière. Soit, une fois la vulgaire copie éliminée, le tatoué scruta les sinistres bois situés à proximité, en face de sa position actuelle plus précisément. Inspectant les environs comme un véritable carnassier prêt à se jeter sur sa proie, on pouvait apercevoir les grands arbres frissonner à l’approche de ce dernier qui, après avoir effectué quelques pas vers l’avant tout en restant néanmoins éloigné de la verdure, adopta son habituelle position statique et typique à sa façon d'être psychologiquement, la sérénité régnait en maître dans ses pensées.

 Black Panther
« Keuf. C'est inutile de tergiverser, nul ne peut échapper à son destin. » Disait-il à voix basse en croisant les bras et en haussant les épaules.


Des paroles signifiant que le chasseur de têtes était légèrement déçu de la lâcheté que démontrait son homologue jusqu’à présent. Cependant, il s’avérait que cette prudence était nettement compréhensible dans la situation présente. Garder ses distances avec un homme aussi sanguinaire et mystérieux, son esprit inintelligible forçait la majorité  de ses adversaires à ressentir une certaine méfiance pour le moins considérable envers cet « agent secret » habillé de cuir auquel il correspondait ; bien plus qu’un autre d’ailleurs. En l’occurrence cela s’assimilait et était comparable à de la crainte, la peur de se  voir réserver la même fin qu’un certain concitoyen gisant quelque part dans l’obscurité de la forêt. Ses bras toujours en perpétuel croisement, son attitude froide et patiente allait incessamment laisser place à la véritable panthère noirâtre de Kumogakure no Satô. Les prochains assauts du félin des montagnes ennuagées allaient sûrement mettre un terme à la tergiversation du géant membre des forces spéciales car, selon lui, les altercations de longues durées étaient signe de faiblesses et d’impérities par rapport aux déroulements d’une mission.  








© Gangsta Shinobi
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité





MessageSujet: Re: Lightning Nightmare [ Misatachi & Ryoshi ]   Dim 24 Nov - 10:38


real fight


(Shunsui) ▽ Si de toute manière tu es un fou, autant aller danser



L’orage faisait toujours rage, ah ça oui. Effrayant ? Pas tant que ça. Surprenant, non plus. C’était surtout oppressant, en fait. Aucun des deux combattants ne pouvait clairement voir leur adversaire, et du coup c’était une sorte de handicap pour la suite du combat. Bon, pas vraiment pour l’homme contrôlant l’Or mais vous m’avez suivi. Après, ils pouvaient toujours apercevoir un quelconque semblant de paysage et d’adversaire quand les éclairs venaient transpercer de plein fouet les épaisses ténèbres, et ça c’était vachement utile. Malheureusement, Ryoshi Nagare, meilleur ami de Misatachi Kuragari, avait péri à cause de ça… Triste sort, tout ça à cause de l’autre têtu de Kumojin. Mais bon, celui-ci voyait déjà le combat fini d’avance. Ce qu’il était mignon. Il allait surtout prendre cher oui, ce blackos osant s’aventurer tranquillement dans les plaines de l’Eau mais aussi en venant tuer l’un des précieux Shinobis de la Mizukage. Il ne manquait pas de culot celui-là.

Soudain, une gerbe de paillettes se fit voir dans entre les deux tas de muscles ; Kuragari avait choisi de sacrifier son nuage – qui allait bientôt disparaître de toute façon – afin d’éblouir un peu son ennemi, profitant des éclairs qui se présentaient dans le ciel. C’était magnifique comme résultat… Dommage que cela ne se soit pas fait en d’autres circonstances. Soudain, le Kumojin disparut hâtivement, d’un coup. Kuro ne l’avait pas remarqué, mais il était extrêmement rapide… heureusement pour lui, les effets du Konohabis commençaient à s’estomper, ainsi que ceux de l’alcool… En même temps, sa bouteille trônait non loin du pêcheur de Kumo ; il avait lancé sa bouteille transparente à ses côtés, n’ayant pas de fleurs à disposition. Néanmoins, l’ANBU avait tout juste eu le temps de détourner la tête, et avait vu le pied de la panthère non loin de son dos, mais apparemment il s’était résigné. Puis sa main cogna le sol vivement, avant de disparaître dix mètres plus loin, lorsqu’une étincelle se fit voir. Notre alcoolique ne put rien voir, puisqu’il venait de finir son Fus Roh Dah. Les paillettes d son nuage s’éparpillèrent un peu partout, puis l’explosion parvint à l’atteindre. Il avait mal jaugé le temps qu’il lui restait… Et là, le parchemin explosa, le happant dans l’explosion. Mais depuis le début, il piégeait Black Panther, qui se croyait déjà remportant le combat. Hélas non, mon pauvre… L’homme qui combattait l’ennemi de Kiri n’était qu’un vulgaire clone d’Or. Et qui dit clone élémentaire, dit retour audit élément. Du coup, qui dit retour à l’élément, dit retour à l’or. Mais quelle forme, exactement ? Eh bien, l’or liquide. Ce métal extrêmement chaud et donc fondu… Qui vint emprisonner le grand basané. Ou tout du moins indirectement. En effet, l’or liquide formait une grosse flaque dorée et visqueuse, juste devant la panthère noire. Heureusement pour le toxico, il faisait nuit noire grâce à l’orage, et aucun éclair ne trancha cette lourde pénombre. Ainsi, il marcha dans le chakra malaxé et se fit emprisonner au niveau des pieds, puis ensuite jusqu’aux genoux. La technique gagnait peu à peu de l’ampleur, mais ce n’était pas le plus important.  

Le véritable Misatachi, quant à lui, se trouvait toujours dans la forêt et pouvait apercevoir tout ce qui se passait depuis le début. Heureusement pour lui, un cinquième membre de l’Elite de la Brume s’était ramené entre temps, ayant ressenti très brièvement les masses de chakra qui se confrontaient. Du coup, notre véritable SDF l’avait dépêché de prendre la dépouille de son meilleur ami et de l’emmener à Kiri, là où il se ferait embaumer et pourrait être convenablement enterré, après une grosse cérémonie et tout ce qui s’en suit. Mais bon, il n’allait pas encore sortir de là… Il voulait déjà voir si l’autre allait parvenir à se libérer de là… Ce qui n’était pas du tout gagné d’avance, surtout que l’or est fait de foudre, donc l’utiliser augmenterait réduirait grandement le temps de fusion, si vous voyez ce que je veux dire. Bon, à la limite, il pouvait toujours utiliser une autre de ses techniques mais… non. C’était bien trop risqué. Il restait alors là, mais la colère le faisait bouillir au plus fin fond de son être… Et il sortit tout de même de sa planque, et sauta en l’air afin de se situer à une trentaine de mètres de la panthère immobile telle une statue dorée. En effet, le clone l’avait totalement englobé lors de sa destruction. Le résultat était pas mal beau, au final. Il faudrait qu’il voie à refaire ça plus tard, le colosse.

« Shine, Kisama ! »1

Sa voix était encore plus glauque que celle de son clone. Après tout, il était vraiment aux premières loges lorsque le cadavre de son coéquipier se fracasse contre un arbre à même pas cinq mètres de lui… C’était vraiment ignoble comme spectacle, et depuis… Il avait la haine. Mais vraiment. Contre Black Panther et son arrogance extravagante… Mais aussi contre Kumo et le Raikage, qui l’avaient poussé à agir ainsi. Heureusement qu’il avait rencontré Keaton par le passé, quand même, ça permettait de ne pas haïr tous les membres des Nuages, c’était toujours ça de pris. Bref, il s’approcha d’environ cinq mètres, encore une fois et cracha de l’or liquide au sol. De là, il se mit à genoux, chancelant, puis se stabilisa. Malgré son esprit assez peu développé, Kuragari pouvait tout de même garder une certaine concentration dans ce genre de moments, surtout quand le manque se faisait sentir. Le Gôrudoton craché précédemment commença à ramper en direction de la statue qu’était BP, ou tout du moins ses pieds, tandis que le coup précédent du clone commençait à l’englober encore un peu plus. C’était justement ça le but du clone. Une fois le liquide doré arrivé au niveau des chevilles du Kumo no Bakemono, la technique se réalisa beaucoup plus rapidement : elle se servit de l’or déjà présent et une main zinzoline s’empara de la gorge de la Panther, dans le but de l’asphyxier.

« Kōsatsu gōrudo… Tu as de la chance, c’pas encore ma technique ultime. Mais t’en fais pas, on s’en approche… Encore faudrait-il que tu t’sortes de là, ‘spèce de  merde. »
 

Soudain, un des ANBU qui accompagnait le clochard interpella ce dernier. Un ninja senseur s’était ramené près d’eux pour leur indiquer qu’un Nukenin ayant déserté récemment avait osé pénétrer à nouveau leurs terres sacrées, mais qu’il n’était pas seul ; une Kijin nommée Rye Kanade semblait discuter avec… Comme pour le retarder. C’était simple mais efficace comme plan. Du coup, Kuragari n’avait pas le choix. Il devait retourner sur ses pas et les rejoindre afin de capturer le petit malheureux qui avait fait l’erreur de revenir. Black Panther, lui, était toujours coincé dans l’or liquide, se faisant étrangler petit à petit. Mais bon, kuro avait une âme, tout de même, et ils toppa la strangulation… Mais il voulait l’embêter un peu, encore, donc il le laissa bloquer dans sa statue dorée et se rendit en direction d’une autre île, à la recherche des deux jeunes gens qu’il devait voir. Au vu de la situation, l’un des membres ds forces spéciales le rassura ; il parlerait à la Mizukage et lui dirait exactement tout ce qu’il s’est passé, ramenant la dépouille du Ryoshi par la même occasion. Le Raikage entendrait parler d’eux, c’était clair et net. Mais bon, le Kumojin n'était pas décidé à servir de décoration... Et c'est d'un nuage de fumée qu'il partit Dieu ne sait où...

____________________
1 = Crève, enfoiré !

____________________
Jutsus:
 

____________________
Récap':
 

(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
Membre ✿ Non-Validé.


Messages : 36
Date d'inscription : 13/10/2013

Carte Shinobi
Ryos: 200
Age: Indiquer l'âge de votre personnages
Expérience:
0/0  (0/0)


MessageSujet: Re: Lightning Nightmare [ Misatachi & Ryoshi ]   Sam 28 Déc - 17:40

Correction RP


> Black Panther <
    Positif

    - Bonne mise en page, les descriptions sont bien aérées, les couleurs ne font pas mal aux yeux.
    - Vocabulaire très riche
    - La première chanson ne m'a pas beaucoup plu puisque je n'arrivais pas à me concentrer sur la lecture avec les paroles, et que j'ai trouvé qu'elle n'allait pas bien avec le rp, mais les autres musiques tu as mis après étaient entraînante dans le RP.

    Bonus échelon 1
    Négatif


    Rien à signaler

    Récompense


      Nombre de mots :3472
      Gain de mission ://
      Calcul :3472 (1325 + 888 + 1199)/40 = 86,8*1,1 = 95,48 = 95

      Expérience gagnée :95 XP
      Ryos gagnés ://



> Misatachi Kuragari <
    Positif

    - Bonne mise en page, les descriptions sont aérées, les couleurs ne sont pas agressives
    - Personnage intéressant dans sa manière d'être, pour moi qui ais un peu suivis ton personnage, j'ai vraiment accrochée à son caractère haineux envers BP.
    - Peu de fautes (quelques erreurs d'inattentions tout de même, pense à te relire)
    Bonus échelon 1
    Négatif


    Rien à dire

    Récompense


      Nombre de mots :4967
      Gain de mission ://
      Calcul :4967 (1993 + 1636 + 1338)/40 = 124,175*1,1 = 136,5925 = 137

      Expérience gagnée :137 XP
      Ryos gagnés ://



Correction RP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Lightning Nightmare [ Misatachi & Ryoshi ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Lightning Nightmare [ Misatachi & Ryoshi ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» new dg lightning
» Lightning Nova | Terminé
» Sweet Nightmare} Manni
» Nightmare | Solitaire Sadique { nouveau perso' } | MANQUE LE KIT |
» Tampa Bay Lightning.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
rpg
 :: Pays de l'Eau :: Autres îles du pays de l'eau
-