AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
De gros personnages libres, dont: Hidan, Kakashi,A Yotsuki, ou encore Jûgo ! Les villages sont attaqués par de dangereux déserteurs, Iwa est le premier village à avoir pu écarter la menace ! Kiri et Iwa sont de nouveau ouverts ! Konoha accepte deux ninjas inventés ! Les Nukenins inventés sont de nouveau autorisés !


LA CÉRÉMONIE DES OSCARS COMMENCERA A 22H CE SOIR !


Partagez | .
 

 Le Retour de la Roche [Pv Iwajins]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Membre ✿ Jinchuuriki de Yonbi & Ermite d'Iwa (Rang A)


Messages : 45
Date d'inscription : 10/06/2013
Age : 22

Carte Shinobi
Ryos: 18200
Age: Vieux
Expérience:
149/1750  (149/1750)


MessageSujet: Le Retour de la Roche [Pv Iwajins]   Sam 17 Aoû - 18:26




Cette nuit d’hiver, Iwa allait s’en souvenir. En effet, le village avait subi une attaque surprise de shinobis venus prendre la tête du Tsuchikage ; et le pire, c’est qu’ils avaient réussi… Le village quand à lui avait été un peu amoché et la population également. Mais attaquer une population de nuit en faisant pleuvoir des pluies d’aiguilles n’étaient pas très malin. Le soir, les gens dormaient et les maisons d’Iwa n’étaient pas en carton… Pour qui avaient-ils pris Iwa sérieusement ? On parle quand même d’un des pays les plus peuplés !  
Roshi avait fini son combat contre l’un d’entre eux et il avait triomphé. Etait-ce un déserteur de Kumo pour avoir le chakra du Deux queues ? Il ne portait pas le bandeau, et à ce qui se sait, Kumo était le seul village qui ne comptait aucun déserteur… Mentait-il ? Tant de questions parcouraient l’esprit du vieillard exténué, fatigué de son combat. Quand bien même ce dernier avait été rapide et laisser place à son Bijuu, le vieux n’avait plus sa forme de sa jeunesse ; même s’il restait certainement un shinobi à ne point sous-estimer… Le Jinchuuriki s’était battu dans les montagnes périphériques du village afin de ne pas causer de dégâts au village. C’est donc tout naturellement que ce dernier vint se poser sur la montagne la plus haute aux alentours du village ; de celle-ci, tout le village était visible. L’aurore était là… Le soleil de levait… Le village se réveillait de sa dure nuit passée. Mais aujourd’hui, l’atmosphère y était différente. En effet, le vent ne soufflait pas comme tous les matins, les montagnes n’avaient plus l’air d’être des géants de pierres endormis épaules contre épaule. Les brindilles n’étaient pas emportés par le vent, elles ne faisaient donc plus un balai dans le ciel. Roshi aimait bien tout cela… Le village était meurtri, et Roshi aussi. Même le Roi de Singes-Sages s’inquiétait pour son Jinchuu’ et cela n’était pas dans ses habitudes, lui qui était toujours là à charrier le vieux.


- Roshi… Ca va ? demanda le macaque cendré en essayant de parler avec une voix la plus douce possible ; mais la voix roque du Yonbi fait des siennes…


Le visage du vieux roux était impassible. Il ne laissait aucun sentiment s’exprimer sur son visage. Il fixait simplement le village affaibli. Roshi ne répondit point à son Bijuu, laissant place à un silence avec un Son Gôku muet plus que jamais. Son silence était comme un retour à l’origine des choses, à leur vérité. Ce dernier ne pouvait s’empêcher de s’inquiéter pour son Jinchuu’. 47 années les liaient ; un lien incomparable entre Jinchuuriki/Bijuu.  Tant de souvenirs… Tant de souvenirs stockés à jamais dans la tête du vieux. Les bons comme les mauvais. C’était ce genre de lien où l’un et l’autre se battraient jusqu’à ce qu’ils ne puissent bouger que le dernier petit doigt de la main afin de le protéger. C’était ce genre de fil invisible où rien que le fait d’entendre la voix de l’autre, un sourire se dessinait ensuite sur votre visage ; c’est pour cela que Roshi ne dit rien quand le Yonbi hurle de partout. De toute manière entre eux, c’est à la vie à la mort. Si leur lien se brise, Roshi mourra.
D’un naturel bruyant et ne pouvant tenir en place, c’est donc une nouvelle facette que montra le Singe à cet instant. Bien que Roshi ne dit rien, cela lui fit le plus grand bien. Voir son Bijuu s’inquiéter pour lui était une grande preuve d’amitié. Mais malheureusement, il ne pouvait pas comprendre… Il ne savait pas ce qu’était de perdre un être cher. Ce sentiment de vide, de manque qui s’installe chez vous. Ce trou à la poitrine qui vous fait mal. On abrite tous une perte qui plus on y pense, plus elle nous ronge. Roshi avait cette sensation qu’on lui avait enlevé la pièce centrale de son moteur. Cette pièce qui était essentielle au fonctionnement de ce dernier. A présent, le moteur allait encore tourner mais avec plus de difficulté et le vieux allait devoir apprendre à vivre avec. Il allait devoir apprivoiser ce trou…

- C’est Ônoki… ? questionna une nouvelle fois le Bijuu. Avant même que Roshi ne puisse répondre, le Démon a quatre queues rétorqua :

- Tu sais, il y a longtemps, moi aussi j’ai perdu quelqu’un.. Peu avant de mourir, le Rikudô Sennin nous avait réunis, les 8 autre Bijuus et moi afin de discuter avec nous. Ce jour-là, il donna à chacun un nom et nous demanda de choisir la bonne voie et de chercher ce qu'est la véritable force…

Les yeux tout écarquillés, Roshi était abasourdi… Il s’était trompé, il n’avait pas voulu en parler au Yonbi craignant qu’il ne comprenne pas étant un animal et de ce fait dépourvu du conscience comme celle de l’homme. Mais encore une fois, Roshi avait eu tort.
Roshi se leva alors, toujours en regardant le village :

- La véritable force.. ? La véritable force Yonbi c’est la volonté. La volonté de ne jamais abandonner quoiqu’il advienne. La volonté de surmonter toutes les difficultés.

C’est donc dans cette optique que Roshi rentra au village, regardant les visages meurtris des gens sortant constater l’ampleur des dégâts. Des cadavres jonchaient les ruelles du village. Ils étaient tous parsemés un peu partout. Surtout des adultes ; les enfants ne sortant peu le soir ainsi que les vieux. Roshi avançait en directon de la place centrale du village du village où les gens se réuniraient certainement pour la mort de leur Kage pour le village… A travers toute cette solidarité, charité, la volonté de la Pierre subsistait. Plus le vieux regardait les gens s’entre-aider, plus il voyait cette volonté. Arrivé sur la place, Roshi vit que peu de monde était présent encore, mais il savait que ce serait aussi le point de rendez-vous de tous les ninjas encore debout pour pouvoir s’organiser pour la suite…

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité





MessageSujet: Re: Le Retour de la Roche [Pv Iwajins]   Dim 18 Aoû - 7:04

Le retour de la roche
Bien inutile étaient les termes exacts pour décrire ton état d'esprit actuel. Tu étais assise sur la galerie terreuse de la demeure de ton maître alors que celui-ci se promenait joyeusement dans son jardin personnel, arrosant les quelques fleurs qui continuaient de vivre dans ses plates-bandes malgré la saison hivernale. Il ne cessait de gesticuler comme un parfait imbécile en chantonnant jovialement  malgré les temps graves face auxquels Iwa avait été dressé. Cela n'était en rien étonnant à tes yeux, c'était la vie qui suivait son cours normal. Après tout, qu'est-ce que la mort du Sandaime changeait au final dans votre vie ? Bien des choses, il fallait l'admettre. Pourtant, ce vieux Gikan n'était pas le type de personne à se soucier de la stabilité hiérarchique du village. À vrai dire, il n'avait rejoint Iwa que pour profiter de la présence shinobie du village et tous les à-côtés que celle-ci apportait. Autrement, il vivait sa vie à sa manière sans trop se soucier du reste... Il se vantait d'avoir combattu aux côtés des plus forts pendant la dernière grande guerre, mais personne ne sait vraiment de quel camp il était. Le connaissant, tu pouvais même avancer à tâtonnement qu'il avait été sa propre fraction et qu'il avait combattu pour ses intérêts, sans attachement à un village quelconque.

Il ne fallait pas être foncièrement intelligent pour savoir que Gikan n'avait jamais combattu pour aucune des cinq grandes nations ninjas. Iwa était le premier village caché qu'il avait intégré... Et, sans doute, le dernier. Tu laissas un soupir amer franchir tes douces lèvres alors que tu te laissas tomber sur le dos, tâchant ton manteau rouge de la fine couche de poussière qui recouvrait le sol. Le vieillard, alerté par l'expression de tes sentiments, releva la tête en arrêtant d'arroser la plante ternie par l'hiver sur laquelle il avait jeté son dévolu. Il haussa un sourcil en murmurant quelconque insulte à ton sujet dans sa barbe, sûrement pour se plaindre de l'inutilité de la jeunesse d'aujourd'hui ou de l'impolitesse d'avoir l'air tant ennuyé alors que tu avais l'honneur de passer un moment seule à seul avec ton maître. Comme c'était le cas chaque jour depuis le départ de Jack deux ans plus tôt. Tu roulas des yeux avec dédain avant de relever la partie supérieure de ton corps avec ennui, croisant aussitôt le regard réprobateur du vieux.
GIKAN ▬ Plutôt que faire ton enfant gâtée, rends toi utile et va donc me chercher un bento, j’ai la dalle. Espèce de gamine égocentrique…

Dans un élan d'ingratitude, tu lui tiras brusquement la langue ce qui ne manqua pas d'être accueilli par un magnifique lancé de bourse de monnaie qui vint faire une marque entre tes deux yeux. Tu attrapas le petit sac en velours violet et en vérifia le contenu avec intérêt avant de soupirer en constatant qu'il s'agissait-là des mille ryos que les bentos chez M. Tanuki demandaient. Comment le vieux pouvait-il se laisser arnaquer de la sorte à chaque fois? Le vendeur, décidément, ne pouvait voir meilleur client que Gikan ce qui n'était pas à l'avantage de ce dernier. En maugréant quelques protestations faibles, tu te levas en époussetant tes vêtements tâchés de terre séchée puis rangea le contenant dans une poche de ton manteau en retroussant le nez avec orgueil. Ce qu'il pouvait être chiant tout de même. Si seulement Jack était là... Peut-être le vieux serait-il plus porté à faire tomber le jugement dernier sur l'aîné plutôt que la cadette. Tu glissas tes doigts le long des pans de ton manteau en laissant ceux-ci en épouser les formes parfaites.

C'est en bouillonnant que tu quittas le confort de votre demeure. Le temps n'était pas froid, mais tu n'y ressentais pas la chaleur atypique de l'été... Ce qui était tout à fait normal ceci dit. Malheureusement, le chemin qui séparait le centre-ville du village et votre habitation était assez long, Gikan avait souhaité vivre dans un endroit en reclus du monde et du bruit pour ne pas être importuné et c'était toi qui en subissais les conséquences. Notamment les nombreux voyages qu'il t'obligeait à supporter pour aller lui chercher quelque connerie en ville. Tu n'appréciais pas particulièrement, mais quand il disait quelque chose, il valait mieux ne pas l'obstiner... Tu regrettais quand même d'avoir été d'une telle inutilité pendant l'attaque sur le village par ce groupuscule aux sombres desseins, mais il fallait avouer que, sang-chaud ou pas, tu savais parfaitement que tu aurais été davantage un poids lourd pour le village que d'une réelle utilité. Il fallait être foncièrement naïf pour croire le contraire. Tu n'étais que genin après tout... Peut-être que si tu n'eus pas perdue la mémoire, tu serais aujourd'hui la légende que tu rêvais de devenir ou que si tu eus été meilleure à l'académie, tu serais maintenant chunin ou même jônin à cause d'un talent naturel, tu aurais sauté des années et tu serais actuellement en train de récupérer de cette bataille... Malheureusement, on ne forgeait pas une vie sur des « si ».

Tu te doutais bien de l’allure désolante du village lorsque tu posas le pied au cœur de celui-ci. Les cadavres qui jonchaient les rues de manière un peu hasardeuse, sans grande logique à priori… Tu n’étais pas insensible face à tout cela, mais tu ne bronchas pas pour autant. Après tout, en temps normal, tu aurais dû être bien à l’abri avec Gikan à la maison… Pourquoi, diable, voulait-il absolument avoir un bentos dans ces temps critiques? Tu retroussas le nez avec dégoût en serrant le poing, ignorant volontairement l’âme en peine des gens et les regards désemparés qu’ils te lançaient sur ton passage, s’attardant sur le bandeau métallique qui brillait à ta cuisse, parfois caché par ton manteau, d’autres pas. Même si le commerce semblait avoir été un peu victime des répercussions du combat, la banderole blanche qui annonçait l’aubaine de un bento pour le prix modique de mille ryos depuis près de vingt ans n’avait bougée alors que le vieillard qui s’occupait de vendre la marchandise gueulait à un groupe de jeune de réparer rapidement les dégâts causés. Quand il te vit arrivé, l’air découragée et offensée, son visage s’alluma soudainement d’un sourire bienfaiteur. Tu lui tiras sans ménagement la petite bourse violette qui contenait les ryos de ton maître alors qu’il s’activait déjà à chercher le bentos demandé. Depuis que tu habitais avec Gikan, vous étiez venus ici un nombre disproportionné de fois pour ce que le commerce valait… C’était à se demander si ton maître ne faisait pas vivre celui-ci à lui seul. Il était irréaliste, par chez toi, de t’imaginer que quelqu’un pouvait réellement payer aussi cher un simple bentos… Avaient-ils des pouvoirs magiques? Cette perspective t’arracha un sourire que tu t’empressas de faire disparaître quand le propriétaire revint, la mine heureuse et te tendis un bentos d’une banalité injurieuse. Bien plus qu’en temps normal. Tu levas ton regard aux iris violets vers lui, ancrant tes yeux dans les siens sans qu’il ne bronche. Les rides sur coin des yeux trahissaient son amusement et son sourire également, malgré tout, il n’avait pas l’air de se moquer de toi.
ALICE ▬ Ce n’est pas ce que mon maître a demandé.

M. TANUKI ▬ Avec l’attaque sur le village, c’est tout ce qu’il me reste. C’est ça ou rien, tu vas devoir  t’en contenté. À moins que tu préfères retourner chez toi sans sa commande?

Son ton était ironique. Il savait que tu ne pouvais te permettre de revenir chez toi sans le bentos que le vieux avait demandé… Au risque d’amèrement le regretter. En soupirant, tu empoignas la boite qu’il te tendait et la rentras dans la poche de ton manteau en quittant les lieux. De toute manière, ce vieil abrutit connaissait parfaitement Gikan et il fallait avouer que ce commerce, c’était toute la vie du vieux. Encore valait-il mieux mourir que de revenir sans ce qu’il t’avait demandé. Il était souvent difficile de savoir sur quel pied danser avec lui. Tant pouvait-il être d’un naturel sympathique un jour, aussitôt pouvait-il devenir une véritable terreur celui d’après. Ce n’était pas toi la plus instable mentalement des deux… Quand Jack était là, les choses étaient moins pires. Ton aîné arrivait souvent à remettre, en toute simplicité, les idées de votre maître à l’ordre et c’était là où tu échouais exécrablement. Tu préférais animer les tentions plutôt que de les calmer et cela rendait souvent l’atmosphère de la demeure assez lourde pour quiconque n’y étant pas habitué. Gikan Akame, ton père adoptif en quelque sorte, aurait pu être ton grand-père que la relation n’eut été différente. Pourtant, il était sans doute l’un, sinon le, des meilleurs shinobis que tu connaissais. Il n’avait jamais été inutile en temps de guerre même s’il ne combattait pas aux côtés des grandes nations… S’il n’avait plus de secrets pour toi aujourd’hui, en revanche, cette part de son histoire, était la seule ombre au tableau. Autant vantait-il régulièrement les gens tel que le Yondaime Hokage ou le Sandaime Raikage, autant était-il, sur lui, très silencieux.

Tu n’allais pas tarder ici, voir ces gens en détresse te rendait foncièrement mal à l’aise et tu ne pouvais rien faire pour les aider ce qui rendait ta situation d’autant plus délicate. C’est en voulant tourner les talons pour reprendre le chemin qui menait à l’extérieur du cœur du village que tu remarquas le début du rassemblement sur la grande place. Tu hésitas un moment, mitigée entre la curiosité et tes devoirs… Pourtant, tu finis par t’approcher à pas de loups de la réunification qui s’était faite. Tu ignorais ce qui en était la cause, mais il fallait se douter que pour n’importe quel ninja souhaitant se faire remarquer, c’était l’endroit idéal. Tu fronças légèrement les sourcils en te faisant adroitement un passage jusqu’au-devant la légère foule. Ce n’était pas très compliqué puisque à peine quelques personnes s’étaient réunies, mais il fallait se douter que, d’ici quelques temps à peine, le nombre de personnes aurait doublé, voir triplé. Quelques ninjas sans grands importances c’étaient déjà invités parmi les villageois. Tu voyais que la plupart cherchaient à s’entraider, à surmonter les quelques événements qui venaient de leur tomber sur la tête ensemble… Toi et Gikan n’aviez pas besoin des autres, c’était chose clair. Il n’y avait aucun mort chez vous et votre demeure était bien trop éloignée pour que le combat est eu répercutions. Alors pourquoi perdais-tu ton temps ici si tu n’y voyais aucun intérêt et que tu ne te sentais même pas interpellé par le rassemblement des âmes en peine venues dans le but de chercher du réconfort? Tu entendais les quelques commentaires sur la mort d’Ônoki, mais tu ne relevas aucun d’entre eux. Tous pleuraient la mort désormais bien connue du vieillard et d’autres se demandaient déjà qui allait le remplacer. Toi-même tu étais légèrement intriguée de savoir qui serait le prochain Yondaime Tsuchikage, mais tu n’en pipais mot avec les autres. Après tout, qu’est-ce qu’ils en avaient à faire? Ton avis, comme le leur, était sans importance.

Soudainement, au travers la foule, tu entrevis une silhouette bien distincte que tu affirmas aussitôt n’avoir jamais remarquer en ces terres… Elle différait des gens que tu avais pour habitude de voir en ville, il était difficile d'affirmer si tu étais tout simplement aveugle au point de ne pas remarquer les gens habitués du coin ou bien s'il était vraiment atypique en ces lieux. Aucune des deux réponses ne te semblait plus logique que l’autre. Tu arquas légèrement un sourcil en le détaillant d’avantage… Décidément, se village n’était composé que de vieux… Ses cheveux roux, une barbe fournie de la même couleur, un habit qui différait de ce que portait en temps normal les shinobis d’Iwa et pourtant, il y avait ce bandeau dont la plaque métallique ne mentait pas. Ce ninja était bien un représentant de ton village, même si tu ne l’avais encore jamais remarqué jusqu’ici. Il devait être plutôt puissant d’ailleurs a vue de son âge. Son allure elle-même allait dans ce sens, il ne ressemblait pas aux ratés de l’ancienne génération qui avaient tout échouer dans la vie. Qui n’avaient jamais été capable de devenir un véritable shinobi et qui avaient été confinés toute leur vie durant au grade de Genin. Tout du moins, si genin il était, il avait l’air bien fière de tout cela… Non, c’était impossible. Ce type, de toute évidence, n’était en rien un raté et sa puissance se ressentait jusqu’ici, même pour quelqu’un d’aussi insensible que toi à ce genre de détail d’une futilité quelconque à tes yeux.




©Didi Farl pour Never-Utopia



Dernière édition par Akame Alice le Lun 26 Aoû - 16:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre ✿ Chuunin d'Iwa. (Rang C)


Messages : 80
Date d'inscription : 27/06/2013
Age : 30
Localisation : Iwa No Kuni

Carte Shinobi
Ryos: 200
Age: 26 ans
Expérience:
265/1250  (265/1250)


MessageSujet: Re: Le Retour de la Roche [Pv Iwajins]   Mar 20 Aoû - 20:39











Une nuit hivernal pesait sur Iwa, un chagrin avait été engendré par des ninjas ayant réussi à vaincre le grand "Tsuchikage Oonoki", un vieux bonhomme doté d'une force et d'une volonté d'acier reconnu par tout le village de la roche. Le vieux avait tout donné afin de protéger le village, il avait tenu tête à ces ninjas mais hélas, pour le village et pour lui-même, il n'y était pas parvenu. Une silhouette se tenait fièrement dans un coin du village, elle pouvait voir le village meurtris par ce qui venait de se passer. Qui était donc cette silhouette ?  Ce n'était autre que Kuro S. Kami Chuunin d'Iwa, élève du grand Oonoki qui l'avait pris sous son aile afin d'en faire une kunoichi d'élite. Hélas pour lui, cette occasion de voir sa protéger devenir un pilier du village ne viendrait jamais. La volonté d'Oonoki imprégnait toujours  la belle demoiselle. Elle se tenait fièrement dans le village, sans l'once d'une émotion, malgré la mort de son Sensei. Son corps athlétique posait sur l'un des seuls murs encore en état, de l'une des maisons du village, ses longs cheveux d'ébène virevoltaient au vent glacial de l'hiver laissant percevoir les traits fins de son visage soulignant sa féminité...

Kuro ne laissait transparaître aucunes émotions envers quiconque. Les gens du village la croyait insensible et sans cœur. Malgré cela Kuro souffrait énormément, la douleur, que son village ait été attaqué de la sorte, que son Kage ait été battu, était insupportable. Ses ninjas devaient être de puissant shinobi pour avoir tué le grand maître du "Jintôn" du village de la roche. A cette pensée, une rage intense coulait dans ses veines. Ses poings se serraient jusqu'à en faire couler le sang soulageant légèrement sa haine. Le regard vide, Kuro interrogeait du regard la foule meurtrie de villageois, afin d'y apercevoir un visage familier. Son tempérament de feu ne lui laissait pas la possibilité de créer de lien même amicale, sa quête de croiser une connaissance était vaine. Kuro anéantie par le spectacle chaotique que laissait la grande place, regardait à l'horizon dans l'espoir d'une vengeance futur. Le feu faisait rage sur la place centrale, soudain, une ombre se démarquait des autres, imposante, massive. Kuro ayant remarqué l'ombre, regardait l'homme arrivant face à elle. Roshi arrivait sur la place...

Le regard de Kuro venait alors de se posé sur le grand homme, portant le nom de Roshi, elle le savait car comme tout le monde à Iwa no Kuni, connaissait le Jinchuriki de Yonbi. Il pouvait utiliser le Yôton qui était la combinaison du Katôn et du dôton, ce bijû était un singe géant possédant quatre queues, Roshi quand à lui était aussi d’une nature de grande taille, c’était surement pour ça que Kuro l’avait remarqué parmi la foule. Les corps gisaient au sol à la vue de tous, pourtant ce qui l’obnubilé à cet instant, c’était cet homme corpulent au loin, c’était la toute première fois qu’elle le voyait, cet homme était remplit de prestance et de charisme, on pouvait croire que cela était écrit sur son front. Une légère brise venait adoucir la peau de la belle Kuro, les cheveux tremblait sous la force de cette brise, tout en fixant l’homme, elle s’avançait jusqu’à lui en se disant dans sa tête…

- * Il a fallu attendre qu’Oonoki-sensei meurt pour pouvoir apercevoir le grand Jinchuriki de Yonbi ! Humpfff c'était avant qu'on avait besoin de lui ! Je vais aller voir ce qui l’amène par ici… *
©Wayke

_________________


Dernière édition par Kuro S. Kami le Lun 2 Sep - 22:02, édité 81 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ✿ Tokubetsu Juunin de Konoha, Chef du Détachement d'Infiltration et de Reconnaissance


Messages : 280
Date d'inscription : 04/07/2013
Age : 26
Localisation : Konoha Gakure no Satô

Carte Shinobi
Ryos: 200
Age: 27 ans
Expérience:
547/2000  (547/2000)


MessageSujet: Re: Le Retour de la Roche [Pv Iwajins]   Sam 24 Aoû - 12:05




Un retour au bercail trop tard

« La mort du commanditaire du génocide, une haine à la fois quasiment disparu laissant place à un soulagement. »

feat Iwajin


Ça faisait plusieurs mois que la Juunin était partie d'Iwa, elle avait eu pour mission d'enquêter sur l'Akatsuki. Évidemment, elle l'avait demandé à Onoki de le lui autoriser, cela pouvait lui permettre de savoir qui avait payé l'organisation pour la destruction de son village natal. Kagura avait voyagé partout dans le monde et elle avait fait de bonnes rencontres comme de mauvaises. C'était la vie, on ne pouvait pas être aimé de tous, les gens avaient tous des amis comme des ennemis. La Mikazuki s'en fichait un peu de se faire des ennemis, car la plupart étaient des idiots qui ne pensaient qu'à eux avant les autres. De plus, la plupart étaient des Nukenins, les pires de tous selon l'Iwajin, Kagu les détestait, car c'était à cause d'eux que certains innocents mourraient ou perdirent des êtres chers. L'argent en étant le facteur, le péché de l'homme, mais dans ce monde, on ne pouvait pas vivre sans argent sauf si on jouait au voleur. L'épéiste avait effectué quelques petites missions au cours de ses voyages, c'était question de gagner de quoi survivre pendant son enquête. C'était vraiment long, mais au final, la femme avait trouvé ce qu'elle recherchait principalement, le nom du commanditaire. La Iwa no Megami avait dû chercher au moins cinq informateurs pour y arriver, de plus, ils étaient tous bien éloignés. Les hommes étaient tous assez âgé comme le Sandaime Tsuchikage, il n'était pas difficile pour la brune de leur faire cracher le morceau ou de les vaincre en cas de résistance.

Malheureusement, cette nouvelle était plutôt mauvaise, oui, le commanditaire n'était d'autre qu'Ônoki no Ryûtenbin, le Tsuchikage de son village. Kagura ne savait pas alors comment elle allait s'y prendre pour s'occuper de lui sans faire trop de remue ménage. Après tout, c'était le Kage d'Iwa, il allait être bien entouré, en plus de ça, Ogawa était son élève donc difficile de le tuer. Kagu n'avait rien de personnel contre un homme qu'elle respecte beaucoup, elle en était amoureuse étant jeune quand elle faisait équipe avec lui. Enfin bref, la Juunin était jeune à cette époque-là et ce n'était qu'une simple Chuunin n'ayant pas pris compte des avertissements de ses proches par rapport au Nukenin. Oui, c'était bien avant la mort d'Ichigo et de Kodaka, mais depuis, elle avait changé et encore heureux. Si l'épéiste était resté la même, elle ne serait pas si forte comme Kunoichi, la femme serait déjà morte au combat à cause de son impulsivité contre les déserteurs. Assez parler du passé, Kagura n'aimait pas se rappeler de ses erreurs passées alors qu'elle avait déjà corrigé cela avec les années. Dans son voyage, elle avait rencontré une Chuunin de Suna, Saphir Suzuki avec qui, elle a passé un moment des plus intimes. Était-ce un véritable amour ou un simple amour de passage avec son coup d'un soir ? La Mikazuki n'en savait rien puis, elle n'allait surement pas le revoir donc autant pas se faire des idées sur une future relation amoureuse. Une promesse faite à la va vite, elle en avait un peu de ne pas pouvoir la tenir.

En tout cas, elle avait aimé les instants passés avec la belle Sunajin et Kagura aimerait bien la revoir de temps en temps. Avant de penser à cela, la Mikazuki avait autre chose à faire de plus important, c'était de s'occuper du vieux croulant et venger sa famille, ses amies ainsi que son village tout entier. C'était l'unique survivante de Yamamoto dans le pays, elle avait la responsabilité de punir Onoki pour son crime. La Juunin était donc revenue dans son village ninja, mais c'était bien trop calme. Kagu avait pu remarquer qu'un des murs principal d'Iwa avait été détruit, mais en regardant bien autour d'elle, il n'y avait pas que cela. Apparemment, le village avait reçu une attaque pendant la nuit, mais les dégâts n'étaient que mineurs sauf pour la tour du Tsuchikage. C'était plutôt bizarre, Kagura alla donc partir retrouver sa mère adoptive pour avoir des explications sur ce qu'il avait bien pu se passer. Par contre, l'enquêteuse était tout de même inquiète pour Sayuri étant la seule famille qui lui restait, elle ne voulait pas apprendre une mauvaise nouvelle. L'Iwajin n'allait pas s'occuper du vieux tout de suite, Sayu passait en priorité comme toujours. En arrivant chez elle, l'épéiste vit sa mère avec un visage triste et les yeux rouges comme si elle avait pleuré. Pleurait-elle encore pour la mort des deux hommes de la famille ? Ou était-ce pour autre chose ? Du coup, elle alla le lui demander sans plus attendre.  

Kagura : Okasan ! Qu'est-ce qu'il t'arrive ?

Sayuri : Ah désolé, j'ai craqué...C'est fou, non ?

Kagura : Non, pas du tout, mais c'est le fait que je sois partis trop longtemps ? Si c'est le cas, j'en suis désolée. Je ferai en sorte de rester longtemps à Iwa maintenant.

Sayuri : Arigatô, il est vrai que j'étais morte d'inquiétude pour toi et....J'ai une mauvaise nouvelle à t'apprendre, ma chérie.

Kagura : Ah ? Laquelle maman ?

Sayuri : Le Sandaime Tsuchikage est mort cette nuit. Un groupe de Nukenin a attaqué le village pendant la nuit et ils ont tué Onoki. Heureusement, il n'y a pas eu d'autre mort à déplorer.

Kagura était choquée d'apprendre cette nouvelle, l'homme qui avait payé l'Akatsuki pour détruire son village, il avait été tué par des Nukenin pendant la nuit. C'était plutôt paradoxal, lui qui utilisait des Nukenin pour faire son sale boulot, il est mort à cause d'eux. Normalement, la Mikazuki aurait critiqué les déserteurs sur leur action, mais là non, pour elle, Onoki méritait la mort, c'était une mort digne de lui. Au lieu d'être une mauvaise nouvelle, s'en était une bonne pour la Juunin épéiste, mais en y repensant, qu'allait-elle faire ? La brune n'avait pas pu venger la mort de sa famille et de ses amis, c'était également un peu frustrant, même si elle était contente de la mort de l'utilisateur du Jinton. La jeune femme ne ressentait pas de la tristesse comparée à sa mère, mais elle devait tout de même lui dire la vérité. Avant ça, Kagura alla la prendre dans ses bras et lui fait un bisou sur le front. Une fille attentionnée envers sa maman adoptive, elle fera tout pour la protéger même si cela lui coûtera la vie. C'est grâce à l'albinos qu'elle était encore en vie et en bonne santé aujourd'hui. C'était le moment, Kagu ne savait pas comment elle allait réagir, mais la brune n'avait aucun secret pour la Shirosaki.

Kagura : Je dois te dire quelque chose à propos d'Onoki, Okasan. C'est lui qui a commandité la destruction de mon village, il y a 12 ans. J'étais revenu dans l'intention de me venger, le tuer pour son crime. Je sais que tu m'avais dit de ne plus y penser, mais je voulais continuer en étant plus mature et en évitant de foncer tête baisser.

Sayuri est choquée : Comment ?!!! Mais....comment c'est possible ? Et pourquoi aurait-il fait ça ?

Kagura : Disons que...mon village était une sorte d'équipe permettant d'aller dans les pays pour recueillir des informations ou autres sans qu'on sache qu'ils viennent de notre pays. Il a dû les tuer pour éviter les fuites même si je doute qu'il y en ait eu. Maintenant, il est mort et cette affaire est close définitivement. Je me sens un peu en paix avec moi-même, mais je ne sais pas ce que je vais faire de ma vie.

Sayuri : Kagura...[Elle l'enlace et lui caresse les cheveux] C'est simple ma pupuce, tu vas rester à Iwa et continuer ta vie. Déjà, tu pourrais te trouver une équipe ninja à former, te trouver un homme ou une femme, je m'en fiche. Tu es une kunoichi très puissante, le futur Tsuchikage aura surement besoin de toi. Reste ici, je me sens triste quand tu pars trop loin et surtout, trop longtemps sans donner de nouvelles.

Kagura : Bien, Okasan. Je te promet de faire de mon mieux pour vivre normalement, je t'aime !

Sayuri : Je t'aime aussi, grande folle !

La Junin discuta alors avec sa mère de tous et de rien même de sa relation d'un soir avec une Sunajin avec qui elle avait fait l'amour. Sayuri était un peu surpris d'entendre ça surtout de la part de sa fille qui était du genre coincé pour ce genre de choses. En tout cas, elle était contente de voir Kagura profiter de la vie en essayant un peu de tout. Après sa discussion avec sa maman, l'épéiste de la terre alla voir un conseil d'Iwa pour signaler son retour même si elle aurait aimé être revenue plus tôt. Mais bon, au moins, le futur Tsuchikage allait être au courant de son retour au village et qu'elle était prête à reprendre du service. La Juunin allait se demander comment le Yondaime allait diriger le village et qui allait le devenir ? Par contre, la Mikazuki ne voulait pas être kage, elle était trop jeune pour ce genre de rôle. Après tout, elle aimerait bien fonder une famille avant d'avoir de trop grosse responsabilité comme ceux d'un Kage. Enfin, de toute façon, vu la situation autant faire son maximum pour son village même si elle avait des responsabilités à prendre. Pour le moment, la Juunin allait se reposer pour être en forme en cas de convocation de la part de son nouveau kage. Une nouvelle allait naître à Iwa Gakure no Satô et la brune voulait y participer.

© code by Lou' sur Epicode


_________________

The couple !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité





MessageSujet: Re: Le Retour de la Roche [Pv Iwajins]   Dim 25 Aoû - 15:18



Yû eu l'alerte de rentré au village, au moment où des signes de combats résonnèrent dans la vallée. De la fumée, des explosions, du feu, des chocs d'armes. Tout pouvait laisser paraitre qu'Iwagakure No Satô était assiégé, par un ennemi encore inconnu pour le jeune chuunin. D'un pas décidé, il entra dans Iwa. Ca n'avait pas vraiment changé, les structures était toujours aussi imposante, mais quelque chose avait changée. La bonne humeur d'habitude présente n'était plus là, et ont pouvait voir dans les rue certaines personnes qui pleurait. Il avança un peut plus dans le villlage, et vit les dégâts causé par un assaut ennemis. La certitude, était que le meilleur moyen de savoir ce qui c'était passé était surement d’aller vers la place d'Iwa. Il monta rapidement sur une des grandes batices d'Iwa,  comme pour observer le lieux. Il était déçu de ne pas avoir été la avant, de ne pas être venu pour protéger son village. Peut être est ce la fin d'Iwa ? Ou bien peut être le début d'une nouvelle air, dans tout les cas le but principal de tout le monde doit de trouver Ônoki. Le vieux Tsuchikage.

Continuant son voyage sur le haut des chaumières, sa recherche aboutissa a un bon travail. Plusieurs personnes était réunis autour de la place, c'était surement ici que la suite de la roche allait se produire. L'ennemi était peut être encore dans les murs du village, Yû d'un regard impassible observa les alentours. Personne ne paraissait suspect, mais c'est plutôt lui qui passait suspect...vêtu d'une longue cape noire, et d'une capuche ne laissant sortir que deux mèches de cheveux argentés. La dernière fois qu'il était venu dans ce village, il était un simple nouveau chuunin. Au capacité vraiment médiocre, qui ne servait a rien. Il descendit d'un bond gracieux dans la foule, et s'arrêta net en voyant une personne. Cette chevelure rousse, ce bandeau, ces marques...c'était Rôshi ! Le vieux singe, ou plutôt le sen'tetsu*. Le jinchuriki de Yonbi, ainsi que l'oncle de Yû et frère d'Ônoki. Sa présence ici ne valait rien de bon, il semblait même avoir combattu. Une question vint alors a l'esprit de Yû ; Kitsuchi, Kurotsuchi, Ônoki. Ces 3 là était-ils encore en vie ? Rien n'était certains, il pouvait aussi bien être en vie que mort dans une ruelles de la ville. Il s'avança discrètement vers Rôshi, posant ces mains sur ca capuche. Commençant ainsi a l'ôter.

Une femme était présente a côté de Rôshi, ces vêtements était assez beau. Du moins c'est ce que pensait Yû, et son immortel envie de charisme. Il s'arrêta, croisant ses bras sur son torse. Il avait un regard assez froid, comme il avait appris a faire. A ne jamais dévoiler ces sentiments, c'est ce qui cause a la perte. Mais quel était les sentiments de Yû ? La tristesse, de la défaite de son village, la colère, envers les assaillants. Il leva rapidement son regard vers le vieux, en lançant un minuscule peut intéressé à la jeune femme, a qui il s'intéresserait plus tard.

♦ Bonjour, Rôshi. Que c'est il passé ici ? Il semble qu'il ce soit passer beaucoup de chose pendant mon absence...qui a duré assez longtemps. Ha mais j'en oublie les politesses, peut être ne te souviens tu plus de moi. Je ne sais pas si tu a eu des informations sur moi, mais nous ne nous sommes jamais rencontrés. Enchanté, je suis Yû. Neveu d'Ônoki, et donc le tient. Et aussi...Kitsuchi-san, Kurotsuchi et Ônoki-toshiyori*, sont ils en vie ? Je peut paraitre un peut direct, mais tout comme moi tu doit comprendre pourquoi non ? ♦ 

D'une voix passif, il gloussa en essayant de prendre un ton un peut plus amical. Il serait dommage de faire une mauvaise impression dès le retour. Il se retourna vers la jeune femme, un léger sourire en coin de lèvre, mais avec toujours la même expression. Il retira la totalité de sa capuche d'un coup sec, dévoilant son visage.

♦ Enchanté Madame, je suis Yû. Neveu d'Ônoki ainsi que son élève. Ou peut être un de ces élèves. Et vous madame ? ♦

Ce qui l'avait attiré a regarder cette dame en premier lieux, était qu'elle ne passait pas vraiment inaperçu.

*sen'tetsu = Vieux sage

*toshiyori = Vieux


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité





MessageSujet: Re: Le Retour de la Roche [Pv Iwajins]   Mar 3 Sep - 22:14

Accomplis chaque acte de ta vie comme s'il devait être le dernier.

Résumé pour la clôture du RP
Au final, qu’importe qui il était. Cet homme d’apparence d’âge mûre ne ressemblait qu’à l’un de ces vieux séniles qui clamaient être forts et laissaient sous-entendre la même chose de par leur apparence marginale alors qu’ils ne faisaient pas le poids longtemps contre de réels shinobis. Oh, tu ne prétendais pas être en mesure de le battre si affrontement il devait y avoir, mais il ne semblait, au final, que n’être moyennement fort. De toute manière, tu ne l’avais jamais vue dans le village ce qui laissait sous-entendre parfaitement que ce n’était qu’un vieux déchet associable qui devait passer claire partie de son temps seul à se faire croire qu’il valait mieux que le reste du peuple. Tu allais faire demi-tour pour quitter cet endroit un peu trop envahie par ce pseudo désespoir qui régnait avec l’attaque du village, ignorant l’arrivée en masse d’autres shinobis qui sortaient un peu du lot, notamment un garçon et une fille qui auraient pu être d’un âge semblable au tient, lorsque le vieillard s’installa en hauteur, attirant l’attention sur lui après qu’il eut échangé quelques mots avec un autre shinobi à l’apparence assez inquiétante, même s’il ne semblait pas foncièrement puissant. Enfin, peut être jugeais-tu un peu trop vite ce dernier, au contraire de l’autre vieux. Te retournant vers celui-ci, croisant les bras, la mine légèrement renfrognée à l’idée que le bentos de Gikan, qui se tenait dans ta poche dans l’attente d’être mangé, puisse réchauffer et perdre de son goût.  Tu savais que le vieux ne serais pas content si cela devait se produire, tu en avais déjà payé les prix par le passé, tu connaissais chacun des réactions de ton maître, quelle qu’en soit la situation.

Soupirant, tu écoutas alors qu’une oreille distraite le discours assez ennuyant de l’Iwajin à l’intention de tous les habitants du village caché de la roche. Durant son discours, il était question de trucs relatifs à l’attaque de l’organisation sur le village. Ce n’était, à tes yeux, pas vraiment intéressant et tu espérais surtout voir quelque chose d’utile ressortir de ce monologue autre que l’encouragement à se serrer les coudes dans un moment pareil, les détails relatifs à la reconstruction de la partie du village qui avait été endommagée… Bref, plein de trucs qui ne te concernaient pas. De toute manière, tu n’avais pas l’intention de serrer les coudes à qui que ce soit. Tu étais très attachée à Iwa, mais ce vieillard ne t’inspirait pas confiance et tu n’avais pas envie de te plier à ses demandes ou propositions. Rebelle? Orgueilleuse? Non. C’était simplement que tu ne l’aimais pas, même si tu ne le connaissais pas. Il y a des gens dans la vie comme ça. Lorsqu’il eut terminé de parler, tout le monde fut invité à se disperser, mettant fin à cette exposition sur la place publique. Alors que chacun retournait chez lui, tu haussas les épaules en regrettant de t’être attardée trop longtemps ici… Ton maître allait encore te tenir tête pour avoir perdue ton temps de la sorte : Tu le savais. C’est ainsi que tu retournas chez toi, alors que tous et chacun en faisait autant. Les prochains jours à venir se promettaient intéressants. Pour vrai.


THE END


©Didi Farl pour Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité





MessageSujet: Re: Le Retour de la Roche [Pv Iwajins]   Ven 6 Sep - 21:57


Correction RP


> Akame Alice <

    Positif

    - Une longueur très convenable pour ton premier post, surtout vu ton rang. Il est naturel que le second le soit moins.
    - Rps aérés et codage agréable.
    - Très peu de fautes d'orthographe.
    - Un style à la seconde personne combiné à un vocabulaire riche et à des phrases bien menées. J'ai pris plaisir à lire tes posts, aussi peu nombreux soient-ils !

    Bonus échelon 2


    Négatif


    - Rp abrégé et, au final, sans grand intérêt. C'est dommage, l'idée partait bien de réunir quelques Iwajin pour se retrouver et parler des événements futurs suite à la mort de Ônoki.
    - J'ai un problème avec la personnalité de ton personnage. Trouvant bizarre cette froideur dans ton premier post, je suis allé lire son caractère et y ai trouvé "Optimiste, mettant une ambiance chaleureuse partout où elle passe" suivi de "Froide, ignorant ses congénères et ne vivant que pour elle". Ces deux traits de caractères ne se marient pas, et ici, malgré la mort et la désolation s'abattant sur Iwa, je n'ai vu que le deuxième. Je considère malheureusement ça comme une incohérence ainsi qu'un non respect du personnage.

    Malus échelon 1 (pour non respect du personnage uniquement)


    Récompense


      Nombre de mots : 2267 + 580 = 2847
      Gain de mission : ////
      Calcul : (2847/40)*1,1 = 71,175*1,1 = 78,3

      Expérience gagnée : 78 XP
      Ryos gagnés : ////



> Kuro S. Kami <

    Positif

    - Rp aéré.
    - Un français correct

    Bonus échelon 1


    Négatif


    - Attention tout de même, relis-toi bien. J'ai pas mal hésité pour ce qui est du bonus, mais ça ne sera pas toujours le cas.
    - Gaffe aux virgules, parfois trop présentes et tout autant de fois sans intérêt.
    - Répétitions de Kuro trop présentes. Fais des efforts pour trouver autre chose Wink "La jeune femme", "La Kumojin", "La brune", "L'élève du défunt Tsuchikage", "La Chûnin", et j'en passe.
    - Rp abrégé et, au final, sans grand intérêt. C'est dommage, l'idée partait bien de réunir quelques Iwajin pour se retrouver et parler des événements futurs suite à la mort de Ônoki.


    Récompense


      Nombre de mots : 618
      Gain de mission : ////
      Calcul : (618/40)*1,1 = 15,45*1,1 = 16,99

      Expérience gagnée : 17 xp
      Ryos gagnés : ////



> Kagura Mikazuki <

    Positif

    - Une longueur très convenable là aussi.
    - Un vocabulaire assez riche.
    - Un rp aéré avec un codage appréciable.
    - Peu de fautes.

    Bonus échelon 1


    Négatif


    - Relis-toi davantage, il y a des fautes bêtes que tu pourrais éviter Wink
    - Je trouve dommage l'absence de narration entre tes dialogues.
    - Rp abrégé et, au final, sans grand intérêt. C'est dommage, l'idée partait bien de réunir quelques Iwajin pour se retrouver et parler des événements futurs suite à la mort de Ônoki.


    Récompense


      Nombre de mots : 1684
      Gain de mission : ////
      Calcul : (1684/40)*1,1 = 42,1*1,1 = 46,3

      Expérience gagnée : 46 xp
      Ryos gagnés : ////




Correction RP
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Le Retour de la Roche [Pv Iwajins]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Retour de la Roche [Pv Iwajins]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» RETOUR EN FORCE DE L'INSÉCURITÉ:2 POLICIERS LÂCHEMENT ABATTUS À CROIX BOSSALES
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
rpg
 :: Pays de la Terre :: Iwagakure no Sato :: Grande Place
-