AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
De gros personnages libres, dont: Hidan, Kakashi,A Yotsuki, ou encore Jûgo ! Les villages sont attaqués par de dangereux déserteurs, Iwa est le premier village à avoir pu écarter la menace ! Kiri et Iwa sont de nouveau ouverts ! Konoha accepte deux ninjas inventés ! Les Nukenins inventés sont de nouveau autorisés !


LA CÉRÉMONIE DES OSCARS COMMENCERA A 22H CE SOIR !


Partagez | .
 

 De l'espoir en eaux troubles ~ FLASH BACK ~ Tomoyo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité





MessageSujet: De l'espoir en eaux troubles ~ FLASH BACK ~ Tomoyo   Lun 12 Aoû - 17:40





« De l'espoir en eaux troubles »



Les jours passaient, les voyages de Seiza se succédaient, et la solitude de la jeune femme augmentait avec le temps. Elle avait eu un long moment de lucidité, ce qui lui arrivait rarement mais de nombreuses fois, et en avait profité pour prendre la décision de se rendre aux bains douches, histoire de se détendre. Au bout de deux jours de voyage, les bourdonnements de sa tête revinrent, créant un mal être chez la jeune femme qui ne supportait plus cette folie. Le seul point positif c’est que quand sa folie revenait prendre possession d’elle, elle ne s’en rendait pas compte. Cela restait tout de même très fatigant… Finalement elle arriva à l’endroit de ses désirs, le pays des sources chaudes. Le paradis sur terre… Seiza, malgré son esprit troublé, erra un long moment afin de trouver LA source qui serait la moins bondée et la moins chère. C’est finalement au bout du pays, face à une montagne d’une hauteur vertigineuse, que la jolie rousse s'arrêta pour entrer dans une petite cabane. Une vieille femme dormait au comptoir, affalée sur son siège, ronflant légèrement. Un sourire amusé se glissa sur les lèvres de Seiza qui s’approcha d’un pas silencieux, la fixant. L’ombre de la jeune femme réveilla la petite vieille qui se redressa en un sursaut, un peu étonnée de voir enfin un client. Elle secoua un peu la tête et s’inclina au moins cinq fois en s’excusant, sous le regard surprit et un peu gêné de la folle. Rapidement, elle attrapa une petite feuille derrière son comptoir, un petit questionnaire afin de connaître les attentes de sa cliente. Seiza attrapa un stylo et cocha quelques services qu’elle voulait, notamment le lavement de son linge, le prêt de serviette et le repas du soir. Elle rendit la feuille à la réceptionniste qui fit rapidement les comptes et donna un prix à Seiza que celle-ci lui paya sans rechigner. Des pièces légèrement couvertes de sang, qu’elle avait volé à des victimes qui avaient eu à faire à elle… La propriétaire de la source alla rapidement chercher deux chaudes serviettes blanches et les tendit à Seiza, qui les prit en souriant un peu. Les mains de la vieille s’étaient mises à trembler en voyant le sang sur les pièces, alors forcément Seiza s’amusait. La jolie rousse se glissa dans les vestiaires pour se déshabiller et enfila une serviette autour d’elle le temps d’aller donner ses guenilles à la femme qui les prit avec dégoûts. Surement devait-elle se demander comment quelqu’un pouvait porter de telles horreurs. Lentement, Seiza sortit des vestiaires.

Elle s’arrêta devant le bassin, profitant du calme environnant pour profiter de la vue. La montagne masquait les possibles regards indiscrets de l’environnement et le soleil caressait l’eau d’une douce étreinte chauffante. Lentement, Seiza s’avança vers le bord du bassin, laissant glisser sa serviette sur le sol puisqu’elle était seule. Elle glissa ses jambes fines dans l’eau, s’arrêtant au niveau du bassin pour profiter de la sensation que l’eau lui procurait et enfin elle se laissa glisser sous l’eau pour être entièrement mouillée. Retenant sa respiration, les yeux clos, l’eau stoppait également le bourdonnement de sa tête. Par contre, le silence renvoyait les images de la cause de sa folie comme la pluie renvoie à la tristesse d’un amour perdu. Tout était encore très net dans la tête de la demoiselle,  sa position sous la table, le sang qui giclait sur les murs et sur le sol, les corps de ses deux parents qui se heurtaient au meuble avec violence alors qu’ils se tapaient dessus. Perdue dans ses souvenirs, la jeune femme en oublia de respirer. Ouvrant soudainement les yeux alors que ses poumons lui hurlaient de remonter, elle exerça une pression rapide de sa jambe contre le sol pour remonter à la surface, prenant une grande inspiration. Retombant doucement sur le plat de ses pieds, la jeune femme glissa ses deux mains sur son visage pour repousser sa chevelure rousse en arrière. Du chakra… Il y avait quelqu’un. Rapidement, elle tourna la tête derrière elle. Une jolie jeune femme aux cheveux d’argent et au regard aussi clair que l’eau de roche se tenait devant le bassin, toujours en serviette, et semblait s’être arrêtée en voyant que quelqu’un était déjà dans l’eau. Seiza pinça lentement ses lèvres entre elles. Elle n’était pas pudique, elle ne connaissait pas la pudeur en faire, ni même la timidité. Mais elle savait que d’autres personnes n’aimaient pas particulièrement montrer leur corps. Ce qui la gênait vraiment, c’est que la jolie jeune femme aux cheveux aussi gris que les vieilles dames ne rentre pas. Lentement, la jeune Uzumaki recula doucement pour aller s’assoir, dans l’eau, le dos contre un rebord de pierre, son corps étant caché par l’eau qui arrivait tout juste à hauteur de ses épaules.


Il y a de la place… Dit-elle simplement comme si elle redoutait que sa présence ne gêne l’inconnue.


Elle s’enfonça ensuite jusqu’à ce que sa bouche soit également sous l’eau mais pas son nez, histoire de respirer, observant Tomo’ avec des yeux curieux. N’importe qui aurait pu être horriblement outré d’être fixé ainsi mais Seiza ne connaissait rien des coutumes et bonnes manières. Stay enjoy !


C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre ✿ Chuunin de Suna (Rang C)


Messages : 505
Date d'inscription : 18/05/2013
Age : 28
Localisation : Quelque part, ou derrière toi qui sait

Carte Shinobi
Ryos: 200
Age: 22
Expérience:
186/1250  (186/1250)


MessageSujet: Re: De l'espoir en eaux troubles ~ FLASH BACK ~ Tomoyo   Mar 13 Aoû - 12:11

De l'espoir en eaux troubles ♫
.Regardant de chaque côté, mes iris violets furetèrent chaque recoin de la ville, poussant un sourire d’aise et de soulagement. Je du admettre qu’en ce moment je tentais d’évité autant mon amie et ses missions de bas étage que Sempai…Bon à vrai dire pour Sempai c’était une autre paire de manches. Il avait appris, par je ne sais quel moyen que j’avais eu des ennuis dans le désert sinistre. Quelqu’un a du me voir rentré a Suna en titubant couverte d’ecchymose, un filet de sang sur les lèvres et autre partie du corps. En même temps quand on a appris a me connaitre, beaucoup ont remarqué que j’optais souvent pour une attitude positive, souriant a tous et a toute, saluant joyeusement ou poliment, constamment en train de rire et de taquiné. Fouinant le marché de Suna pour mettre au point des recettes. Et ne manquant jamais une journée d’entrainement. Hélas depuis l’incident, je n’avais nullement eu envie de pointé mon nez à l’hôpital.

Blessé dans mon amour propre et par ma capacité de réflexion sur le lieu où je m’étais entrainé, j’avais donc cessé de suivre mon propre planning. Pourquoi le pays des sources chaudes ? À vrai dire j’ai osé penser que faire une cure de repos en ces lieux me permettrait de mieux percevoir ce qui clochait chez moi. En effet, j’avais la conviction que ce côté obscur qui est scellé dans mon cœur, s’amuse à me tourmenter ces derniers temps. J’entendais cette voix, une voix comparable à la mienne qui me murmurait d’affronter les hommes, de jouer avec leurs cœurs et de le broyer sans une once de charité. Le problème c’est qu’au fil des années j’avis appris a canalisé cette rancœur. Rancœur qui avait débuté lors de mon abandon. Quand on personne vers qui se tourné….La solitude est pesante. Pourtant on s’y accommode. Bien sûr, je ne suis pas asocial, loin de là. Certaines missions se font à plusieurs, je me mets en cuisine enfin en feux de camp. Je taquine, je positive et je joue mon rôle à la perfection. Rôle de celle qui voit tout en bien alors que dans le fond elle broie du noir.

J’étais donc dans le doux pays des sources depuis une lune environ, après avoir promenée un peu dans la ville en vérifiant que Fuma-Sempai n’avait pas eu l’idée de me chercher içi, heureusement non, il avait d’autres chats a fouetté que de s’occuper de mes bêtises. J’entrai donc d’un pas presque enjoué dans une des maisons qui proposé ses bains chauds tant apprécier.

Aye ! Fis je sur un ton enjoué en me présentant à la réception.

La vieille dame me rendit mon salut avec entrain, malgré quelque tremblement, elle tourna le dos et saisie une paire de serviette d’un blanc plus pur que ma chevelure de nacre, me tendant les deux et chaudes serviettes entre les mains. Je pris le tout avec précaution et la remercia d’un agréable sourire, elle sortie de son comptoir et passa devant pour les vestiaires, ouvrant la porte, je la remerciais une nouvelle fois. Posant les serviettes, j’entreprie de retiré ma tenue rouge et noire pour m’enveloppé dans les dites serviette. La vieille dame, pris en mains mes vêtements, m’adressant un rapide sourire puis elle glissa vers la sortie rapidement.

Quelle fringante petite vieille dame, j’espérait avoir autant d’enthousiasme et d’aplomb à son âge, souriant, je vérifiai si j’avais bien mis ma serviette et fis glisser la porte en bois qui menait vers la source chaude. Pied nu, pas félin, je vins vers la source quand une tête fine doté d’une longue chevelure rousse qui dépassait de sa serviette blanche posa ses yeux d’un bleu étonnant sur mon visage quelque peut surpris.
Les vapeurs qui s’échappais du bain, ne me brouillait pas la vue, en même temps au pays des sources c’est souvent que l’on fait des rencontres dans les bains. Mais là…Je ne sais pas pourquoi, quelque chose me poussait a resté moi-même. A me montré totalement vrai, mettant en avant autant ce côté positif de ma personnalité tout en laissant libre cours à la noirceur de mon âme. La Kunoichi, m’indiquai qu’il y’avait de place. Haussant doucement un sourcil, je ne pu réprimer le sourire doux qui étira mes lèvres rosé. Évidemment qu’il y’avait de la place, un bain pour une seule personne c’est extrêmement rare.

Merci. Fis je avec un sourire aux lèvres, tandis que je me glissais dans le bain en y plongeant ma jambe droite puis la gauche. Quand l’eau chaude atteignis le haut de mon coprs, je ne résistais pas au fait d’immergé jusqu’à la bouche. Fermant les yeux quelques secondes avant de reposé mes iris violet sur la jeune femme qui n’avait pas bougé mais qui me regardait avec un semblant de curiosité. Rien de mieux qu’un bain chaud ! Vous n’êtes pas d’accord ? Dis je en sortant mes lèvres de l’eau, m’adossant contre la paroi face à la Shinobi.
(c) fiche par ocean lounge

_________________

Capacité de connection possible le mardi aprem, le mercredi aprèm (sauf baby sitting) ainsi que les vendredi et samedi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité





MessageSujet: Re: De l'espoir en eaux troubles ~ FLASH BACK ~ Tomoyo   Jeu 15 Aoû - 17:46





« De l'espoir en eaux troubles »



L’analyse avait commencé. Le regard posé sur la jeune femme qui venait d’arriver dans les bains, Seiza commençait à déchiffrer ce qu’elle voyait. On dit souvent qu’il ne faut pas se fier à une première impression mais c’est faux. Le langage du corps, de la parole et du regard en dit long sur vous, et même si vous jouez un petit jeu, il y a toujours moyen de voir une personne telle qu’elle est. Le naturelle revient toujours au galop comme on dit… En l’occurrence, l’inconnue qui s’immergeait dans la source chaude de cet endroit paisible semblait des plus douces. Du moins intérieurement. Sa façon de marcher et de parler montrait une personnalité vive et sure d’elle. Elle respirait la gentillesse et la bonne humeur, bien qu’un certain petit fond très fier fût caché en elle. Un léger sourire s’étira sur les lèvres de Seiza qui avait toujours la bouche sous l’eau. Elle n’allait avoir aucun ennui avec cette jeune femme. La jeune Uzumaki n’était même pas sûre qu’elle sache qu’elle était dans le bingo book. Se redressant légèrement, Seiza fit « réapparaitre » entièrement sa tête de l’eau et passa une main sur sa bouche pour l’essuyer alors que la jolie inconnue avait pris la parole. Que pouvait bien être le nom de cette fille ? Seiza s’imaginait quelque chose de doux et de jeune, quelque chose à son image, de joli et de facile. Quelque chose de mignon… N’ayant aucune notion de convenances de bonne figure que les Hommes s’étaient infligés au cours des années pour se faire bien voir des autres, la jeune femme pouvait être attirée autant par les hommes que par les femmes, et ce qu’elle voyait là, c’était une très belle femme. Elle en vint même à la jalouser un peu puisqu’elle-même était un peu trop maigre et que sa poitrine ne cassait pas trois pattes à un canard. Glissant sa main sur son collier, elle l’entortilla doucement autour de son index, jouant avec alors qu’elle continuait d’observer la belle inconnue. C’est finalement quand celle-ci reprit la parole que Seiza se remit à sourire légèrement, calme. Sa tête était reposée, aucun bourdonnement ne lui traversait l’esprit tel un parasite et l’endroit était relaxant. Il ne se passerait strictement rien ici, elle le savait. Et il ne se passerait strictement rien avec cette fille. La folie de Seiza resterait sage et silencieuse, parce que rien ne prêtait à la déclencher. C’est donc avec plaisir que la jolie rousse se décida à parler avec l’inconnue. Pourquoi pas après tout ? Pour une fois qu’elle avait l’opportunité de parler à quelqu’un qui n’avait pas l’envie de la tuer ou de la ramener dans un quelconque village afin de gagner une prime grotesque qui serait dépensée le soir même en frivolité… Elle acquiesça donc légèrement de la tête.

Rien de mieux qu’un bon bain dans le pays le mieux spécialisés en bons bains.

Etait-ce une shinobi ? Si oui, de quel village était-elle ? Passant son regard sur ce qu’elle pouvait à peine voir du corps de Tomoyo, Seiza nota quelques muscles par ci par là mais également pas mal d’ecchymoses et de cicatrices. Donc oui… Ninja, à coup sûr. Un léger frisson grimpa alors le long du dos de Seiza. Il ne fallait pas gâcher ce moment, il ne fallait pas que tout s’effondre, pas quand enfin quelqu’un semblait assez gentil pour lui parler et la supporter. Néanmoins, Seiza voulait en savoir plus. D’où venait-elle ? Quel grade avait-elle ? Pour qui travaillait-elle ? C’était un jeu dangereux auquel allait se livrer la nukenin, et pour une fois elle s’en rendait compte, mais ça ne la dérangeait pas le moins du monde. Que serait la vie sans un peu de piquant ? Plongeant de nouveau son regard bleu dans celui de la jeune femme qui lui faisait face, Seiza pencha légèrement la tête sur le côté, se donnant l’air d’une adolescente fragile et innocente.

Qui es-tu ? Demanda-t-elle simplement.

Faisant fi des convenances, elle n’avait pas utilisé le vouvoiement. Totalement inculte des tournures à utiliser face aux gens, qu’ils soient hauts gradés ou non, elle parlait uniquement comme ça lui plaisait et selon le visage des gens. Et quand une tronche ne lui plaisait pas, elle ne disait rien, tout simplement. Elle voyait bien, pourtant, que la kunoichi en face d’elle était plus âgée qu’elle, mais elle ne devait pas dépasser la vingtaine de grand-chose. Seiza ne se sentait donc aucunement gênée par cette présence. Finalement, alors que l’inconnue se présentait, Seiza, toujours en l’écoutant néanmoins, leva les yeux vers le ciel. Des nuages venaient d’assombrir la petite baraque qui servait de réception à la source chaude et promettaient une pluie très proche. Rabaissant les yeux vers la pauvre inconnue qui n’aura décidément pas profité de son bain très longtemps, elle pinça légèrement ses lèvres entre elles.

Je crois qu’on ferait mieux de sortir. Il y a un petit restaurant à l’intérieur… Lança-t-elle comme proposition timide.

Sa propre présentation ? Elle la ferait plus tard, elles avaient bien le temps de faire connaissance.

C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E


Dernière édition par Seiza Uzumaki le Dim 22 Sep - 14:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre ✿ Chuunin de Suna (Rang C)


Messages : 505
Date d'inscription : 18/05/2013
Age : 28
Localisation : Quelque part, ou derrière toi qui sait

Carte Shinobi
Ryos: 200
Age: 22
Expérience:
186/1250  (186/1250)


MessageSujet: Re: De l'espoir en eaux troubles ~ FLASH BACK ~ Tomoyo   Sam 17 Aoû - 12:27

De l'espoir en eaux troubles ♫
Far East Movement♫

Qu’est-ce que la compréhension…c’est un ensemble psychologique lié a un objet abstrait ou physique comme une personne, un objet, un message, une situation par lequel un individu est capable de pensé et d’en utilisé les concepts. Compliquée ? À vrai dire, la compréhension est souvent liée à notre esprit. En cet instant ma capacité de compréhension est infinie. Déjà passant outre le fait que je ne juge jamais les autres, je suis forcément capable de comprendre tout ce qui m’entoure et ça de manière rapide et concrète. Maintenant, face à cette jeune femme, dont le visage est caché par l’eau claire et vaporeuse, je ne peux que déduire et voir une sorte de comportement presque enfantin. Je rechigne souvent sur le fait d’être en compagnie d’enfant ou de devenir la sensei ou sempai de quelqu’un. Je ne fais pas partie de ce genre de personne dont les aptitudes peuvent aider les autres de manière concrète à avancer dans la vie. Non…Mes capacités psychologiques sont trop instables.

La curiosité que développé ma future interlocutrice, me faisait sourire, bien sûr être observé ça m’arriver trop souvent à mon gout, mais par la gent masculine, rarement par les femmes. Un bref mouvement du bras et je fis glisser quelques gouttes d’eau chaudes sur mon bras gauche, celui où les ecchymoses était encore trop visibles à mon gout. Quand elle eu terminé de m’observé elle opta pour répondre a mes propos sur le bain. Hochant doucement la tête, je lui adressai un sourire doux.

C’est comme dégusté un thé parfait au pays du thé. Répondis je en étant tenté de rire un peu.

Après tout si on y songe, ce n’est pas faux, aucun bain chaud n’est meilleur qu’au pays des sources, tout comme pour le thé, les feuilles de thé du pays du thé sont absolument merveilleuses autant pour le breuvage que pour la cuisine. Bon nombre de pays ont leurs spécialités, et c’est si merveilleux de voir qu’on peut en profité de la sorte. Ce bain, simple, chaux, relaxant, me redonnait des forces à un point dont personne ne pouvait le comprendre. Elle semblait m’observé une nouvelle fois, je vis ses iris bleutés qui navigué sur ma peau, elle devait surement se posé plein de questions. Pourquoi tant de bleu, pourquoi une grimace furtive quand je bouge la nuque. Douleur musculaire, douleur psychique, j’avais tous les symptômes de celle qui a failli perdre face a un serpent pervers du désert.

Qui suis-je ? Quelle bonne question, je me le demande parfois…Normalement j’aurais répondu avec naturel, nom prénom, village de naissance et même pseudonymes, mais en cet instant j’hésitais plus que tout. Vu ma réaction dans le désert…Je m’étais mise en danger, ne cherchant pas un terrain d’entrainement commun, m’exilant dans l’endroit le plus mal famé du pays du vent. M’échappant a de simples bandits, me battant contre un perfide homme du désert, surement un maraudeur, un charognard qui tue et prend les biens des autres quand la nuit est tombée. J’aurais pu le tué…J’aurais pu utilisé mon Kinton pour que la lame transperce son cœur de part en part, j’aurais pu lui ouvrir le corps tel un mouton malade, ma colère était tel ce jour-là…Je ne m’étais pas reconnue, non…Jusqu’à ce que le peu de lumière qui je pensais c’était éteint fut contrainte de remonté, allumant l’espoir en mon cœur et abandonnant l’homme contre le sol, se vidant de son sang et dont la vie aller surement être enlacée par l’esprit de la mort. La femme de métal avait laissé son cœur devenir aussi dur que son élément.

Appelle-moi Tomoyo…Je me demande souvent qui je suis réellement, seul mon prénom suffira Dis je dans un murmure, ne voulant pas trop en dire pour le moment.

Alors que je détournais un peu le regard, je pinçais les lèvres, la recherche du moi intérieur comme on dit, était je toujours Tomoyo l’optimiste ou est ce que Metalicana avait pris une trop grande ampleur au fil du temps ?
La voix de la jeune femme me remis sur terre…Enfin dans le bain…Enfin vous m’avez compris hein, levant les yeux vers le ciel, je vis qu’en effet les nuages grisâtres prenaient une place considérable, cachant l’astre du jour et ses rayons d’or. Posant mes iris violet sur la jeune femme, je la gratifiais d’un sourire.

Alors allons nous posé à l’intérieur ! Répondis je en tournant le dos doucement pour remonté sur le sol situé près du bain.

Mes pieds nue et humides, touchèrent le sol frais, soupirant d’aise, j’ajustais ma serviette, et tourna mon regard vers la jeune rousse encore dans l’eau, mon sourire l’incitais a venir, je l’attendais paisiblement, comme si j’avais besoin de sa compagnie pour franchir la porte et trouvé le restaurant. A vrai dire, quand on décide d’aller quelque part avec une personne c’est toujours mieux de s’y rendre en sa compagnie que de passé devant et de l’attendre confortablement installée sur une chaise.

(c) fiche par ocean lounge

_________________

Capacité de connection possible le mardi aprem, le mercredi aprèm (sauf baby sitting) ainsi que les vendredi et samedi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité





MessageSujet: Re: De l'espoir en eaux troubles ~ FLASH BACK ~ Tomoyo   Sam 24 Aoû - 13:11





« De l'espoir en eaux troubles »




Il y a des gens, comme ça, qui ont l’air tout à fait normaux à première vue mais qui se démarquent, qui se trahissent par des petits rictus involontaires, quelques reflexes humains mais incontrôlables. La jeune inconnue qui était avec Seiza faisait partie de ces personnes, à la fois facilement décryptable, mais qui gardaient également une part de mystère qui restait voilée jusqu’à ce que la personne en décide autrement. La proposition de l’Uzumaki fût appréciée et acceptée, si bien que les deux jeunes femmes sortirent de l’eau sans plus attendre pour se rendre dans les vestiaires. Les vêtements de Seiza étaient posés sur un banc, propres et chauds du repassage. Enfin, vêtements… La jolie rousse enfila ses guenilles et ses bas troués et s’étire doucement, laissant le soin à ses cheveux de se mettre seuls. Elle n’avait jamais pris la peine de les démêler de toute façon. Tant qu’ils étaient propres…

Rendant la pareille à sa nouvelle amie inconnue, Seiza attendit tranquillement que celle-ci finisse de se préparer. Elle n’avait pas oublié ou même manqué de voir que la femme aux cheveux d’argent l’avait attendue et elle comptait bien terminer la journée avec. C’est tellement rare de tomber sur des gens simples et gentils en ces temps qui courent… Surtout que la nukenin n’était plus vraiment inconnue aux tableaux de recherche des différentes régions, à force de foutre le bordel un peu partout. Toujours aussi curieuse, et sa compagne visiblement pas pudique pour un sou, elle observa Tomo’ se rhabiller et prendre soin de sa peau et de ses cheveux. Inutile de se presser, elles avaient tout le temps d’aller manger et de se reposer ensemble. Gardant les yeux sur tous les mouvements que cette femme faisaient, devenant un peu comme un modèle pour l’adolescente autarcique, Seiza finit par approcher pour prendre doucement la brosse qui trainait maintenant près des serviettes mouillées. Elle observa l’objet un moment puis le tendit doucement à Tomoyo. Elle voulait qu’on prenne soin d’elle, elle aussi. Elle voulait qu’on fasse attention à ses cheveux, à sa peau. Elle lui offrit un léger sourire, penchant légèrement la tête sur le côté. Pas du genre à beaucoup parler, le visage de la rousse était néanmoins facilement compréhensible. Elle voulait qu’on lui peigne les cheveux. Et Dieu sait que ce n’était pas une tâche facile ! Ses cheveux, d’une couleur étrangement sublime vue les soins que la jeune femme y portait, glissait dans son dos en une cascade de mèches raides et parfois emmêlé de telle façon qu’on pouvait se demander si elle ne l’avait pas fait exprès. Seiza se tourna lentement pour faire dos à Tomo’, attendant sagement que celle-ci s’occupe de ses cheveux.

C’est surement ce qui manquait le plus à Seiza. Une amie pour parler, pour rire, pour partager des trucs de fille quoi. Apprendre à marcher comme une femme, à parler comme une femme, à s’habiller, se maquiller et se coiffer comme une femme. A se battre comme une femme. Euh… Non, ça, vaut mieux pas. Poupée au teint joliment blafard, Seiza se laissait dorloter, un sourire doux sur les lèvres. C’était comme un jeu. Comme une pause dans sa folie. Les bourdonnements de sa tête étaient toujours présents mais ils étaient calmes, moins forts que d’habitude. Apparemment, Tomoyo n’était pas LA personne qui calmerait ses angoisses mais elle réussissait tout de même à les calmer, les rendant moins désagréables. Un pincement au cœur pris Seiza quand elle s’imagina devoir lui dire au revoir… Elle ne la connaissait même pas cette inconnue, elle n’avait que son nom en tête, et son visage doux pour la rassurer. Mais qu’à cela ne tienne… C’était un moment parfait, un moment rare, voir même inexistant, dans la vie de la tarée. D’ailleurs, c’était peut-être le moment de se présenter également. Mais qui était-elle donc, cette inconnue ? Et si elle faisait partie de Konoha ? Non, sa peau était trop bronzée. Kiri alors ? Après tout, elle squattait leurs îles à longueur de temps, sait-on jamais qu’ils n’aient pas apprécié et qu’ils aient envoyé quelqu’un faire le ménage. Et bien tant pis. Au moins elle serait morte heureuse. Alors… Vrai ou fausse identité ? Qui sait ce qu’était devenu son nom avec le temps ?


Je m’appelle Seiza… Juste Seiza. Pas Uzumaki, pas « je suis nukenin », pas « je viens de Konoha ». Rien de tout cela. Juste Seiza.

Seiza posa les yeux sur le vernis qui décoraient les ongles de sa compagne et se mit à sourire légèrement, un peu comme une gosse face à sa mère.

Je peux avoir de la couleur sur les ongles, moi aussi ? Demanda-t-elle d’une petite voix innocente.

C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E


Dernière édition par Seiza Uzumaki le Dim 22 Sep - 14:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre ✿ Chuunin de Suna (Rang C)


Messages : 505
Date d'inscription : 18/05/2013
Age : 28
Localisation : Quelque part, ou derrière toi qui sait

Carte Shinobi
Ryos: 200
Age: 22
Expérience:
186/1250  (186/1250)


MessageSujet: Re: De l'espoir en eaux troubles ~ FLASH BACK ~ Tomoyo   Ven 20 Sep - 8:43

De l'espoir en eaux troubles ♫
Far East Movement♫

Quand la rouquine sortit de l’eau chaude, d’un pas léger, je me rendis en sa compagnie vers les vestiaires, faisant une fois de plus glisser le panneau en bois. Quand nous furent au sein du vestiaire, je pris d’une main mes vêtements. Fraichement posé sur un banc. Portant l’un des tissus vers mon nez, j’eus un sourire, il sentait bon le propre. Non pas que je sois sale, hein, mais je savais qu’ici les vêtements étaient nettoyer. Je pris donc tout mon temps pour enfiler ma tunique rouge et noire. Le décolletée de celle-ci s’étendait vers mon ventre musclé. Bien évidemment on deviné la poitrine sans la voir réellement. Oui tenue de séductrice en tout genre. Qu’importe je me sentais à l’aise dans celle-ci. Les manches se moulèrent sur mes bras tandis qu’un amas de tissus rouge pendait tranquillement vers le sol. Quand ma tenue fut enfilée, je pris dans les mains une brosse et je put retirer la serviette qui enroulé mes cheveux.

La cascade nacrée descendit doucement dans mon dos, tandis que les brossaient avec douceur, alors que mes iris rencontrèrent ceux de la jeune femme ; je me mordis l’intérieur de la joue. Je la faisais attendre. Mauvaise pioche ma grande, je devais encore mettre un peu de baume sur ma peau basanée. Posant la brosse près du tas de serviettes, je dévissai le capuchon de ma crème et je frottai doucement ma peau avec celle-ci, une odeur de vanille pénétra mes narines et un doux sourire joua sur mes lèvres. Quand j’eu terminé mon petit soin. Je vis la jeune femme prendre à son tour la brosse. Alors qu’elle était vêtue, elle me la tendit et me tourna le dos. Je compris la manœuvre et repris en main l’objet.

Passant doucement la brosse sur ses cheveux emmêlés, je pris patiente a défaire les nœuds qui subsistait dans la tignasse rousse de la Shinobi. Prenant un temps infini, je devais admettre que j’avais l’impression de m’occuper d’une petite sœur. D’une amie…Comme si nous nous connaissons depuis longtemps. Sans trop m’en soucier, je passai mes doigts dans ses cheveux vérifiant si d’autres nœuds s’étaient dissimulés dans l’infinie chevelure de la Nunekin. Alors que je posai une main sur son épaule tandis que la seconde déposa la brosse sur un banc. La rouquine concéda a donné son nom.

Ravie de pouvoir octroyé un prénom a une aussi douce chevelure. répondit je avec douceur.

Alors que le regard de Seiza parcourait mes doigts, elle demanda si elle pouvait avoir un peu de couleur ses ongles. L’innocence de sa voix aurait pu en perturber plus d’un. Bizarrement je la trouvé si attachante, si douce, comme une enfant qui aurait grandis trop vite. Du moins physiquement. Quand mes iris violets la regardaient dans toute sa splendeur, je voyais bel et bien une jeune femme, alors que si l’on se focalise sur l’esprit tourmenté on perçoit une enfant. Penchant la tête sur le côté gauche, je lui adressai un sourire.

Bien sûr, le soucie c’est que je n’ai pas ma peinture pour ongles sur moi, elle est dans ma chambre. Répondis je avec un sourire embêté sur le minois. , Mais si tu veux après le repas on ira le chercher et tu choisiras même la couleur que tu veux d’accord ? Ajoutais je après quelques secondes de réflexion.

Je dois dire que ça peut être mal interprété. Dans le sens où je convie une inconnue dans une chambre que je loue afin de prendre un vernis à ongles et de lui faire une manucure. Quelqu’un de méfiant n’accepterait jamais une telle proposition. Après tout je suis à ses yeux une inconnue dont elle ne connait que le prénom. Heureusement pour elle que je ne fait pas partie de ses personnes mauvaise…quoique…j’en viens a douté en ce moment. Il ne manque qu’une seule chose pour que l’obscurité se mette à ronger mon âme. Perdre un être cher, j’ai toujours était seule, les rares personnes qui supportent ma présence, sont pour moi très importante, des piliers vitaux qui m’empêche de laissé le métal prendre mon cœur. Pourtant le travail a déjà commencé…
(c) fiche par ocean lounge


HRP: Désolé c'est court

_________________

Capacité de connection possible le mardi aprem, le mercredi aprèm (sauf baby sitting) ainsi que les vendredi et samedi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité





MessageSujet: Re: De l'espoir en eaux troubles ~ FLASH BACK ~ Tomoyo   Dim 22 Sep - 15:14





« De l'espoir en eaux troubles »




Pas de couleur sur les ongles tout de suite... Une petite moue s'était dessinée sur les lèvres de Seiza qui fut un peu déçue sur le coup. Mais bon, ce petit air triste passa rapidement puisqu'au final elle en aurait quand même. La jolie femme aux cheveux gris voulait d'abord aller manger et le ventre de la nukenin, grognant légèrement sous la faim, rappela à cette dernière que ce n'était pas une mauvaise idée. Se laissant démêler les cheveux par Tomoyo qui se battait avec les nœuds de la chevelure rousse, elle laissait son regard vagabonder sur le décors de la pièce. C'était juste une sorte de gros vestiaire, donc il n'y avait rien de beau à voir, mais elle plaisait à Seiza. Un petit "aie" s'échappait de temps en temps de la jeune Uzumaki qui souffrait un peu du manque d'entretien qu'elle apportait à ses cheveux mais elle restait relativement sage face aux soins que lui apportait sa nouvelle amie. Quand elle eut enfin terminé de se battre avec la cascade orangée de Seiza, Tomoyo lui proposa de passer dans sa chambre, après le repas, pour le vernis donc. Innocente et inconsciente, la nukenin accepta sur le champ. Elle avait remis sa petite robe blanche, sur laquelle il restait quelques tâches de sang qu'il était impossible d'enlever à cause du temps passé sur le tissu, mais sinon elle était propre et sentait bon le savon. Sa mitaine et ses bas troués avaient également été lavés, bien que la petite vieille qui s'occupait de la source avait trouvé cela inutile vu l'état des tissus. Peu importe. Seiza ne s'était jamais sentie obligée de se justifier auprès de qui que ce soit sur sa tenue et ce n'était pas aujourd'hui qu'elle allait commencer.

Pieds nus, puisqu'elle ne portait jamais aucune chaussure et que la seule protection que ses pieds avaient contre le sol étaient ses bouts de nylon qui remontait jusqu'à mi-cuisses, elle sortit des vestiaires pour suivre sa nouvelle amie jusqu'au restaurant. L'odeur fut d'abord frappante. Une douce odeur de riz, de viandes et des poissons fris planait dans l'air, mettant l'eau à la bouche de la jeune femme qui se passa alors lentement la langue sur les lèvres. La petite vieille était revenue et trottinait un peu à travers la salle pour rejoindre les deux jeunes femmes et s'incliner devant elle, ce qui fit hausser un sourcil à la nukenin qui n'avait aucune notion des usages coutumiers. Se redressant, la vieille femme sourit aux deux demoiselles et les invita à une table qu'elle avait spécialement décorée, voulant faire bien pour ses rares clients. Consciente néanmoins que tout ce que faisait la petite dame était d'une gentillesse et d'une attention toute particulière, Seiza lui offrit un doux sourire avant d'aller s'installer, laissant l'autre place à Tomoyo. Elle se frotta alors les yeux, un peu fatiguée, enroula une mèche de cheveux autour de son index, avant de se décider à parler un peu. Un petit effort, ça peut pas être si compliqué de s'adresser à quelqu'un... Surtout que Tomoyo était tout sauf intimidante. Cette femme respirait purement et simplement la confiance.


Tu voyages beaucoup ? Pour arriver jusqu'ici... J'ai dû marcher longtemps.


Ce n'était pas grand chose mais ça suffit à Seiza pour qu'elle sente son cœur battre dans sa poitrine. Depuis quand n'avait-elle pas parlé à quelqu'un dans un autre but que celui de tuer ou de faire peur ? Depuis combien de temps n'avait-elle pu avoir une conversation normale, voir une conversation tout court, avec quelqu'un ? Avec une femme en plus ? Alors qu'elle se posait ces questions et que Tomoyo répondait, un sourire simple, de bonheur, s'affichait sur le visage de Seiza. Elle semblait rayonner de joie, n'était pas consciente que dans quelques heures tout au plus ça serait terminé et qu'elle n'allait peut-être jamais revoir sa nouvelle amie. Elle vivait simplement le moment présent, comme si rien ne pouvait arrêter ça. Les plats arrivant, Seiza posa les yeux sur la vaisselle un peu démodée, mais qu'elle trouva très jolie, de la propriétaire de la source. Une petite jeune était arrivée, surement la fille de son hôte puisqu'elles avaient les mêmes yeux, un shamisen dans la main. Elle s'installa tranquillement dans un coin et commença à jouer une petite mélodie douce et apaisante, en silence. Tous les sens de la jeune femme étaient en éveil... C'était un pur moment de plaisir qu'elle était en train de vivre et, pour une des rares fois ou ça arrivait, les bourdonnements dans sa tête s'étaient tus. Complètement.

Elle posa alors les yeux sur son assiette, qui débordait de riz, de légumes, de petits morceaux de viande et de poisson, le tout assaisonné d'une sauce foncée au goût sucré. Si elle avait pu mourir de plaisir à cet instant, sans nul doute qu'elle y serait passé. Mais à la place, ce fut un regard brillant de bonheur qui se posait sur Tomo'. Le problème... Parce que oui, il y a toujours quelque chose qui ne va pas, c'est que quand son amie prit ses baguettes pour manger, Seiza se retrouva toute bête. Elle mangeait avec les mains d'ordinaire... Calquant les gestes de Tomoyo, elle attrapa ses propres baguettes pour essayer d'imiter ses geste. Une vrai catastrophe... Le riz tombait, les bouts de viande s'échappaient de l'assiette, impossible d'attraper les légumes qui glissaient... C'était le bonheur à portée de main, sans pouvoir l'atteindre. Les larmes auraient pu lui monter aux yeux si la petite dame, ayant bien vu que sa cliente galérait, n'avait pas apporté une cuillère à cette dernière. Une vrai gosse... Mais une gosse heureuse, qui mangeait maintenant son plat avec faim et gourmandise, sous les yeux amusés, voir attendris, du peu de personnes présentes dans la salle.



C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Modératrice ✿ Jinchuuriki de Kyubi & Genin de Konoha. (Rang S)


Messages : 314
Date d'inscription : 25/04/2013
Localisation : A Konoha !

Carte Shinobi
Ryos: 260
Age: 16 ans
Expérience:
510/2000  (510/2000)


MessageSujet: Re: De l'espoir en eaux troubles ~ FLASH BACK ~ Tomoyo   Sam 26 Oct - 12:26

Correction RP


> Seiza Uzumaki <
    Positif

    - Bonne mise en page
    - Très peu de fautes
    - Personnage intéressant dans sa manière d'agir
    - Les musiques nous accompagne bien dans la lecture
    - Les dialogues sont bien aérés

    Bonus échelon 1

    Négatif


    Rien à signaler.

    Récompense


      Nombre de mots :3667
      Gain de mission ://
      Calcul :3667 (919 + 905 + 819 + 1024)/40 = 91,675*1,1 = 100,8425 = 101

      Expérience gagnée :101 XP
      Ryos gagnés ://



> Tomoyo Kawachiru <
    Positif

    - Mise en page correcte
    - Dialogues bien espacés
    - Musiques accompagnant bien le thème du rp
    - Personnage intéressant dans sa manière différente d'agir avec un personnage comme Seiza

    Négatif


    - Tu confonds beaucoup les "é" à la place de "er", les "a" au lieu de "à", les "tel" à la place de "telle" comme dans cette phrase par exemple : "Ma colère était tel ce jour-là" au lieu de "Ma colère était telle ce jour là"
    - Fautes de conjugaisons assez graves, qui auraient pu être évitées avec une relecture. Ex : "Les vapeurs s'échappais du bain" au lieu de "les vapeurs s'échappaient du bain"
    - Ponctuation parfois mal placée, notamment avec les virgules. Ex : "La vieille dame, prit en main mes vêtements, m'adressant un rapide sourire [...]"
    - Quelques phrases mal tournées, fais attention


    Malus échelon 1

    Récompense


      Nombre de mots :2511
      Gain de mission ://
      Calcul :2511 (890 + 888 + 733)/40 = 62,775*0,9 = 56,4975 = 56

      Expérience gagnée :56 XP
      Ryos gagnés ://



Correction RP

_________________


Oscar du membre le plus mignon *o*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: De l'espoir en eaux troubles ~ FLASH BACK ~ Tomoyo   

Revenir en haut Aller en bas
 

De l'espoir en eaux troubles ~ FLASH BACK ~ Tomoyo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Made in Flash Back
» Un professeur un peu spécial... [Flash Back]
» Perdu en eaux troubles
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Touché Coulé. [Flash-Back][Pv Ben]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
rpg
 :: Autres Lieux :: Pays des Sources Chaudes
-