AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
De gros personnages libres, dont: Hidan, Kakashi,A Yotsuki, ou encore Jûgo ! Les villages sont attaqués par de dangereux déserteurs, Iwa est le premier village à avoir pu écarter la menace ! Kiri et Iwa sont de nouveau ouverts ! Konoha accepte deux ninjas inventés ! Les Nukenins inventés sont de nouveau autorisés !


LA CÉRÉMONIE DES OSCARS COMMENCERA A 22H CE SOIR !


Partagez | .
 

 Melody of the Night. (PV Neji)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité





MessageSujet: Melody of the Night. (PV Neji)   Mar 23 Juil - 21:50

Black Heart.




Lyra était tranquillement assise sur le banc de l'espèce de chariot qu'elle était supposée prendre pour se rendre dans le village caché de la feuille, Konoha. Elle devait, en effet, faire un tour du village en compagnie d'un des Jônins de la feuille afin de donner une lette à une famille du village qui s'était plaint d'avoir reçue une mauvaise lettre. Lyra avait naturellement été choisie pour cette mission, ce qui l'énervait car de un, ça relevait de la mission pour un Genin, ce qui était décidément le comble pour une Chûnin. Et de deux, elle détestait Konoha de tout son coeur, chose que sa famille et ses proches connaissaient, ainsi que les différents hauts gradés du village, ces derniers ayant épluchés son dossier pour bien être sûrs d'avoir choisi une ninja capable de devenir hôte du Nanabi.

En revanche, elle ne pensait nullement qu'il s'agissait d'une attente de provoquer la colère de la Jinchûuriki et l'émergence du démon à 7 queues qui allait promptement transformer le village en cratère. En effet, le village de Suna et de Konoha étaient en paix et carrément bons amis. Ignorant tout deux que leur paix étaient basés sur le sang, les os, la douleur et la tristesse des ninjas morts au combat. Le simple fait de savoir que sa soeur et son équipe n'allaient pas être vengés suffisait à énerver la Kunoichi qui  regarda une nouvelle fois la photo de son "équipier" pour cette mission qui s'annonçait comme horriblement chiante, surtout qu'elle faisait de nuit.

L'homme était un Hyûga jonin, un bon ninja à ce que l'on dit. Qui avait sans aucun doute tué beaucoup de Sunajins durant l'attaque. Lyra ne fit pas attention à la partie qui décrivait sa personnalité et son physique. Son histoire fut survolée, branche principale, branche secondaire. Que des trucs dont Nasaki n'avait strictement rien à faire. Elle essaya de communiquer avec son Bijû, les blagues de ce dernier étaient foireuses et son humour laissait à désirer, mais au moins. Il pouvait calmer un peu Lyra, cette dernière se concentra et se retrouva devant la cage.

Hé Nanabi. Tu trouve pas que ce mec là à quand même un air vraiment... féminin ? tu sais, les cheveux longs, les...
Ta geule. J'en ai rien à foutre de tes délires avec ce mec. Je suis occupé, si tu veux me faire chier. Reviens plus tard.

La voix du démon était grave, extrêmement grave. La lumière dans son casque avait virée au rouge et il était concentrée sur le centre de sa cage. Lyra fut surprise en voyant ça et s'avança mais le Bijû se tourna vers elle.

T'as mal choisie ton moment pour être énervée. Je suis plus sérieux et pratique la pleine lune. Ton coeur est bourrée de trous là, suffit d'y injecter du chakra et suis sûr de faire mal.

Le démon forma un rictus étrange et s'approcha, son chakra sortait progressivement de la cellule mais pas assez pour envahir Lyra. Il murmura sa phrase avec un ton démoniaque et toujours très grave.

Si tu te fait consumée par la haine à cause de tes frères, sache-le. Je détruirais tout ce que tu aimes, je reviendrais à Suna et je détruirais cette putain de ville, puis le monde shinobi entier. J'espère que ta mission sera courte, pauvre traînée. Car je vais te faire vivre l'enfer... Maintenant, dégage.

Lyra fut brutalement propulsée hors de la salle du Nanabi. Surprise, comment lui, un Bijû ennuyant, vulgaire et bruyant pouvait devenir si... dangereux d'un coup ? Elle se sentait en danger mais elle ne pouvait pas le dire aux autres ninjas chargés de l'escorter jusque au village, ils paniqueraient. Et le ninja chargé de sceller Lyra était en vacances. Lyra paniqua encore plus en voyant le village mais elle fit de son mieux pour dissimuler sa peur. Le ninja s'arrêta devant elle.

Bon mademoiselle Lyra. C'est au tour du ninja de Konoha de vous prendre en charge. Bonne chance, rendez vous ici à 8 Heures. Nous avons informé le Jônin de votre bijû et de son... caractère, d'après votre description.

Le fait de devoir dormir à Konoha ne lui plaisait pas beaucoup mais c'était moins important qu'avoir un démon sérieux et prêt à vous détruire dans le ventre, Lyra s'accouda au mur près des portes, l'air pensif.

Qu'allait t-il se passer... ?


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité





MessageSujet: Re: Melody of the Night. (PV Neji)   Mer 24 Juil - 22:16

× Melody of the Night ×
Head
× When a broken heart meets another one ×
× PV. Lyra Nasaki ×  



Quatre jours. Cela ne faisait que quatre petits jours que l'attaque avait eu lieu. Cette attaque menée par un Nukenin solitaire, qui s'était présenté juste au moment de sa fuite. Masaki no Kuroda. Un puissant ninja doublé d'un meurtrier fou, manipulant le Hyôton à la perfection, d'après ce que j'avais pu voir. Un Nukenin qui avait fait une victime, un Chûnin de garde aux grandes portes de Konoha. Je n'avais appris que le lendemain que ce garde avait une femme et deux enfants, amplifiant davantage ma rage envers son assassin. Ce Masaki était aussi parvenu à faire quatre blessés, dont moi. En effet, il avait dans un premier temps blessé gravement l'autre Chûnin de garde cette nuit là, ainsi qu'un autre Konohajin passant par là. A mon arrivée sur les lieux en compagnie de Lee et de Kakashi-sensei, le Nukenin avait alors déclenché un seul et unique jutsu, libérant un dragon de glace qui s'écrasa à l'endroit même où nous nous situions. L'utilisateur du Sharingan était parvenu à s'en sortir indemne d'extrême justesse. Ce ne fut pas mon cas, ni celui du prétendu Fauve de Jade de Konoha, tous deux supris par la vitesse et la violence de cette première action. Tentant d'esquiver du mieux que je pus, le dragon me percuta le flan droit, et me brisa à différents endroits les os du bras. Après un jour à l'hôpital du village, honteux de cette "défaite" cuisante malgré mon désir de protéger mon village, je fus autorisé à sortir de l'hôpital, le bras dans le plâtre.

Et trois jours après, c'était toujours le cas. Ce jour-là, ou plutôt cette nuit-là, je me réveillai quelques minutes avant les douze coups de minuit, ayant mis mon réveil à minuit moins le quart. Ce fut toutefois dix minutes plus tard que je me levai, fatigué. Pourquoi ça, me demanderez-vous. Un entraînement ? Un rendez-vous à l'hôpital extrêmement tardif pour mon bras ? Absolument pas. Ne pouvant temporairement plus effectuer de mission au-delà du rang D à cause de mon bras douloureux et immobilisé, Tsunade-sama m'imposait un maximum de missions pour Genin afin de m'occuper, d'autant que je les effectuais malgré tout plus rapidement que les équipes débutantes. J'en avais, par exemple, effectuer neuf dans la journée, deux jours auparavant. Et une de plus dans la soirée. Cette fois-ci, la Godaime Hokage m'avait fait part dans la journée de l'arrivée d'une jeune kunoichi du village du sable. Elle était moins âgée que moi, et devait arriver en plein milieu de la nuit, escortée par quelques shinobis de Suna. Elle avait pour simple mission de remettre une lettre envoyée à tort à une famille à Suna car concernait une famille résidant à Konoha. En réalité, cette dernière famille, composée de non shinobis, avait déménagé il y a peu de Suna pour venir à Konoha. Cependant, Suna n'avait pas effectué toutes les démarches administratives concernant ce changement d'adresse, et une lettre officiel du gouvernement du Pays du Vent avait été envoyée à leur ancienne adresse. Cette kunoichi du sable devait leur remettre leur lettre en mains propres, et présenter ses excuses au nom de Suna pour cet oubli et ce contretemps. Ma mission était de surveiller la jeune Sunajin, et la mener à la famille en question. Après une nuit à Konoha, elle devait repartir le lendemain matin. Aussi, si Tsunade-sama n'avait pas jugé bon de me tenir informé du nom et du prénom de cette jeune fille, elle m'avait néanmoins fait part d'une information inquiétante au sujet de celle-ci : elle était ni plus ni moins qu'un Jinchûriki, à savoir une hôte de l'un des neufs démons à queues. J'en connaissais déjà deux personnellement. L'un d'entre eux était Sabaku no Gaara, le célèbre fils du Yondaime Kazekage et actuel Godaime Kazekage, qui était depuis sa naissance le Jinchûriki du démon à une queue Ichibi. Quant à l'autre, il s'agissait ni plus ni moins de Naruto Uzumaki, l'un de mes meilleurs amis, Jinchûriki depuis sa naissance du démon renard à neuf queues, Kyûbi. Cette Chûnin de Suna était le deuxième et dernier Jinchûriki de Suna, et abritait en elle le démon à sept queues Nanabi. La Sannin m'avait alors également fait une description de la personnalité quelque peu loufoque de ce Bijû, et qu'il fallait donc s'en méfier. Il pouvait tenter quelque chose à tout moment. D'où le fait que j'avais pour objectif de bel et bien surveiller la Sunajin, pourtant notre alliée.

M'habillant rapidement, malgré mon unique envie de replonger dans les bras de Morphée, je finis par mettre mes sandales bleues, et me dirigeai rapidement vers la fenêtre de ma chambre afin d'y regarder au dehors. Levant les yeux au ciel, j'y vis sans difficulté la lune, pleine en cette belle nuit. Nostalgique, je quittai ensuite ma chambre, puis ma demeure en elle-même, afin de me diriger d'un pas relativement pressé vers l'entrée du village des feuilles. Cependant, après seulement cinquante petits mètres et un mauvais pas, mon pied droit quitta sa sandale lorsque je le levai pour avancer, suivi par mon gauche. Mes chaussures avaient finalement craqué, ayant cédé à cause de leur grand âge et leur usure. Je soupirai alors, me retrouvant pieds nus en pleine rue de Konoha, prêt à aller accueillir un émissaire de Suna, et sans possibilité ni opportunité de prendre une paire de rechange. Pestant contre mon manque de professionnalisme pour le coup, j'écartai mes sandales inutilisables d'un coup de pied chacune et continuai mon avancée sous la fraîcheur de la nuit. Inutile de dire à quel point j'avais l'air intelligent, surtout pour un accueil plus ou moins diplomatique.

Enfin, après une dizaine de minutes, j'arrivai non loin des grandes portes déjà fraîchement reconstruites. Je pus alors distinguer un véhicule s'éloigner lentement dans la pénombre, tandis qu'une frêle silhouette était nonchalamment accoudé à un mur. Continuant mon avancée en sa direction, je pus progressivement discerner son visage enfantin. Bien que très joli, aux traits très fins, elle ne devait pas être âgée de plus de quinze ans, voire peut être quatorze. Une longue cascade de cheveux lisses et bruns aux reflets dorés ornait son visage. Aussi, je remarquai alors rapidement sa petite taille, ce qui ne me surprit alors guère. La surpassant de presque deux têtes, cela ne faisait qu'accentuer son très jeune âge, et rendant d'autant plus surprenant son grade actuel. Mais ce qui me troubla le plus fut, lorsque je fus suffisamment près d'elle pour le voir, ses grands yeux jaunes orangés dotés de divers cercles. Une paire d'yeux comme je n'en avais jamais vu. Était-ce un Dojutsu ? Cela était fort peu probable. En effet, les deux seuls Dojutsu connus de par le monde étaient le redouté Sharingan du clan Uchiha de Konoha, et le convoité Byakugan, de mon propre clan également de Konoha. De plus, cette jeune fille n'avait aucune raison d'utiliser un quelconque jutsu en ce lieu. Je me mis donc en tête qu'il ne s'agissait de rien de plus qu'une paire d'yeux uniques, et envoûtant par la même occasion. Tellement envoûtant je pense que, tandis que je souhaitais m'arrêter devant elle et la saluer tout en me présentant, mes pieds s'emmêlèrent et je trébuchai en avant. Etait-ce l'effet de la pleine lune sur moi ce soir-là ? Car décidément, ce n'était pas ma soirée. Une seconde après cela, je me retrouvais penché en avant, mon bras gauche me retenant difficilement grâce au mur sur lequel s'accoudait la Sunajin, et mon visage posé délicatement sur la poitrine, certes peu présente, de cette dernière. Etrangement, ma première pensée à cet instant ne fut pas concernant ma chute, mais l'odeur de la jeune fille, peu appréciable. Cependant, il faisait encore chaud, et elle venait d'effectuer trois jours de voyage, sans capacité de se doucher convenablement. C'est pourquoi je ne pus que lui pardonner sa légère mauvaise odeur. Me redressant au plus vite, en grimaçant imperceptiblement, et reculant de quelques mètres, mes joues virèrent au rouge cramoisi. Gêné et honteux de cette première approche plus que déplacée, je tentai toutefois de rester le plus calme possible afin de m'excuser convenablement, d'une voix plus ou moins posée.


« Pardon ... Veuillez m'excuser. J'ai trébuché sur un caillou et ... Enfin voilà ... Je ne voulais pas, je suis désolé. »



Je ne savais pas quoi dire d'autre, et la Sunajin ne semblait absolument pas rire, ce dont je m'étais douté dès le début. Tentant tout de même, et pour l'une des seules dois de mon existence, de détendre l'atmosphère, je souris légèrement en coin tout en baissant le regard pour fixer mes pieds, à l'air libre.


« Je n'ai pas beaucoup de chance ce soir. Peut être la pleine lune, je ne sais pas. D'abord mes sandales et après ... ça. Sans parler de mon bras. »



Puis je relevai la tête et me plaçai sur le côté. Levant mon bras valide à mi-hauteur, je lui fis comprendre qu'elle pouvait entrer dans le village à présent, le tout en me présentant à elle, en essayant d'oublier le moment gênant de la minute précédente.


« Je suis Neji Hyûga, celui qui vous guidera dans le village de Konoha durant votre tâche, et qui vous amènera à votre chambre pour la nuit. Peut-on y aller ? »



Oubliant de lui demander ses nom et prénom, je remarquai sur le coup que je m'étais mis involontairement à la vouvoyer. Certes, elle m'était parfaitement inconnue, mais restait moins âgée d'environ trois ans par rapport à moi. Je fus alors contraint d'admettre que ce vouvoiement involontaire s'était imposé à moi dès l'instant où j'avais posé mon visage contre son torse, sans le faire exprès. Toujours confus, il me fallait rester courtois envers la jeune fille, surtout en sachant qu'elle portait en elle un démon capable de détruire rapidement le village tout entier. Malgré l'air froid de la Chûnin, j'espérais uniquement qu'elle pardonnerait ma maladresse passagère et qu'elle me suivrait comme convenu. Pour une rencontre avec un ninja d'un autre village, cela commençait plutôt mal ...

Spoiler:
 


©Wayke


Dernière édition par Hyûga Neji le Ven 26 Juil - 19:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité





MessageSujet: Re: Melody of the Night. (PV Neji)   Jeu 25 Juil - 17:23

The Pervert, the Bug and the Young Girl.




Lyra était occupée à observer la pleine lune. Cet astre éloigné de la terre, qui volait dans un endroit que même le plus puissant des shinobis ne pouvait pas atteindre. Volant dans un espace jamais exploré, elle était au dessus des soucis. Elle semblait narguer tout les êtres vivants sur cette planète, elle qui ne pouvait être touchée par les humains. Bien évidemment, Nasaki ne pouvait pas être jalouse d'un astre. Ce serait puéril et franchement stupide. Mais elle devait toutefois avouer que se tenir seule dans un coin, sans être ennuyée par les autres et en restant à jamais hors de leurs griffes était quelque chose qu'elle appréciait.

Quelque part, elle avait entendue dire que les démons à queues se comportaient de façon différent la pleine nuit. Le Ichibi, par exemple, devenait particulièrement assoiffé de sang à la pleine lune et harcelait le Jinchûuriki jusque à ce que ce dernier cède et lui offre son sang. Nanabi, lui, se manifestait par un changement de personnalité, se montrant bien plus déterminé à sortir de la cage. Il est donc bien plus sérieux et profite de toutes les failles que son hôte peut offrir pour sortir. Mauvais signe, Lyra offrait actuellement une faille énorme et Nanabi allait s'y engouffrer dans l'espoir de sortir et décimer le village. Alléchante perspective pour Lyra qui détestait le village caché de Konoha mais le sceau brisé signifiait la destruction totale de son être. Elle devait donc tenir jusque à l'aube. Après ça, elle serait tranquille.

Le ninja de Konoha arriva alors pieds nus et avec un bras cassé. Lyra haussa un sourcil en le regardant s'approcher. C'était un jônin de Konoha ça ? un abruti qui perdait ses sandales et qui se promenait avec un bras cassé ? Lyra s'approcha de ce dernier qui trébucha sans aucun doute sur une pierre et atterrit tête la première sur le torse plat de la jeune fille. Le ton de cette dernière prit une teinte cramoisie alors qu'elle se mit à articuler lentement des mots, les deux bras étaient levés et les mains ouvertes. Un soupir méprisant résonna dans son corps.

Qui est ce clown Lyra ? la personne chargée de s'occuper de moi si jamais je me libère ? pauvre imbécile, il ne verra probablement même pas que je m'étais libéré lorsque que je le couperais en deux... déchet.

Lyra était trop occupée à regarder le Jônin se relever, l'air tout aussi cramoisi que Lyra, il semblait être très gêné. Mais il l'était beaucoup moins que Lyra qui restait immobile, surprise devant l'action de son interlocuteur, ce dernier prit la parole.

« Pardon ... Veuillez m'excuser. J'ai trébuché sur un caillou et ... Enfin voilà ... Je ne voulais pas, je suis désolé. »

Le Jônin l'observa un moment avant de reprendre, Lyra était toujours dans sa position mais ses poings étaient en train de se serrer.

« Je n'ai pas beaucoup de chance ce soir. Peut être la pleine lune, je ne sais pas. D'abord mes sandales et après ... ça. Sans parler de mon bras. »

Il essayait de faire de l'humour. Encore pire, Lyra le regarda droit dans les yeux en préparant un coup de poing des plus dévastateurs.

« Je suis Neji Hyûga, celui qui vous guidera dans le village de Konoha durant votre tâche, et qui vous amènera à votre chambre pour la nuit. Peut-on y aller ? »

Lyra mit un énorme coup de poing sur la face de Neji, lui enfonçant ses yeux, son nez, sa bouche et son bandeau à l'intérieur du visage. Elle saisit cependant un bout du nez de ce dernier et tira pour lui remettre le visage comme il était avant, son bras gauche était croisés sur la poitrine.

NON MAIS ÇA VA PAS SALE PERVERS ! TU VIENS DE METTRE TON VISAGE SUR MA POITRINE ET TU FAIT UNE BLAGUE APRÈS ? TU VEUX VRAIMENT QUE JE TE TUE HEIN ? DÈS QU'ON CROISE UNE DAME, ON LUI DÉCLARE BONSOIR MAIS ON NE LUI MET PAS SA TÊTE DANS LA POITRINE !

Lyra soupira un instant avant de secouer la tête et de regarder droit dans les yeux le Hyûga. Elle se dirigea lentement vers le village, les yeux plissés et l'air méprisant. Elle regarda Neji droit dans les yeux une nouvelle fois avant de lui faire signe de s'éloigner vers une ruelle pas loin.

En dépit de ta perversité. Je vais devoir tout de même te mettre au courant. Déjà, mon prénom est simplement Lyra. Le nom est inutile. Je suis, comme tu le sais, une Jinchûuriki mais quelque chose de spécial m'est arrivée. Le démon est devenu sérieux et veut sortir de sa cage... je pense être en mesure de pouvoir le contenir mais si jamais je perds le contrôle ne serait-ce qu'une fois...

Elle saisit le bras du jeune jônin et le fit monter jusque à sa gorge, l'air parfaitement calme et sûre d'elle. Grognement du démon à 7 queues.

Tue-moi dès que je commence à être envahie par son chakra. Si tu n'hésites qu'un seul instant, ton village sera détruit et le Nanabi sera libre et pourra sans doute aller jusque à détruire le pays du feu. Ton rôle n'est pas de seulement me surveiller, mais également d'être le sauveur de ton pays si jamais j'échoue... mais je ne pense pas perdre le contrôle tant que je reste loin des villageois, en route.

Lyra se tourna vers le centre du village et se dirigea vers l'adressa en faisant signe au Hyûga de la suivre.

Quel choix allait donc t-il faire si le moment décisif arrivait ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité





MessageSujet: Re: Melody of the Night. (PV Neji)   Ven 26 Juil - 19:16

× Melody of the Night ×
Head
× And when a fist meets a face ×
× PV. Lyra Nasaki ×  



Et là, c'est le drame ... Je ne vous raconte pas la douleur fulgurante qui quitta mon bras dans le plâtre pour traverser mon crâne en entier. En effet, sans que je m'y attende et que je puisse le voir, la jeune Sunajin s'était approchée rapidement de moi. Mais ce n'était pas afin de me suivre, comme je venais de lui proposer, mais afin d'enfoncer son petit poing, tout de même puissant, dans mon visage. Sentant ma mâchoire craquer légèrement, mon visage partit naturellement sur ma droite, sans que je puisse le retenir. D'un geste sec et violent, je venais de me faire frapper par cette kunoichi de trois ans ma cadette, tout comme Naruto se faisait frapper par Sakura à tout bout de chemps. En cette belle nuit de pleine lune, j'étais tombé bien bas. Ne cherchant même pas à répliquer, sachant que j'avais tout de même mérité ce coup, bien que j'étais honteux de l'admettre, je laissai alors la Chûnin se défouler. Ses premières paroles à mon encontre n'étaient donc que hurlements stridents. Me faisant dès lors appeler "pervers" par ma nouvelle rencontre, je l'écoutai m'expliquer bruyamment comment accueillir une dame de la manière la plus convenable qu'il soit. Et non en plongeant directement sur ses atouts féminins. Je savais déjà tout cela, évidemment, mais je la laissais faire en silence, gardant mon regard étrange plongé dans le sien qui l'était tout autant. Enfin, la jeune fille s'apaisa, tandis que mon visage affichait à présent une marque bleue sur le côté gauche de la mâchoire. Sans remord après son geste envers un plus haut gradé d'un village qui l'accueillait malgré sa condition dangereuse de jeune Jinchûriki, cette dernière prit un air renfrogné et méprisant, et commença son avancée. Je la suivis donc, sans un mot, et me retrouvai rapidement à ses côtés.

Nous marchions ainsi quelques minutes durant. Toujours pieds nus, ma mâchoire me lançait douloureusement, tout comme mon bras. Un silence de quelques infimes minutes s'imposa, puis fut par la suite brusquement interrompu par la Jinchûriki. Elle semblait s'être calmée, et acceptait de me suivre dans le village, en direction de l'habitation de la famille à laquelle elle avait une lettre à remettre. Cependant, elle restait particulièrement froide dans ses propos, malgré son très jeune âge. Tout comme je l'étais à son âge, avant ma rencontre avec Naruto, qui avait changé ma vision du monde. Tout comme moi, et pour une raison qui m'était encore parfaitement inconnue, la jeune fille avait mûri trop vite, la rendant ainsi. Était-ce le résultat de sa condition d'hôte d'un Bijû ? Je savais que cela changeait la vie d'un enfant. Cela avait, par exemple, énormément fait souffrir mon ami blondinet, mais l'avait également rendu particulièrement optimiste et sûr de lui. Il n'avait jamais abandonner en étant rejeté de tous, et c'était resté gravé en lui jusqu'à aujourd'hui encore. Quant au Kazekage Gaara, la haine et les nombreuses tentatives d'assassinats à son encontre avait dans un premier temps fait de lui un monstre sanguinaire, ne cherchant qu'à tuer quiconque était sur son chemin. Je savais donc que devenir Jinchûriki changeait la personnalité des autres à son égard, et changeait par conséquence sa propre personnalité. Peut-être était-ce cela qui l'avait rendue ainsi. Toutefois, j'écoutais patiemment ses paroles, la Sunajin ayant plongé de nouveau ses yeux orangés dans les miens. Des yeux desquels je n'arrivais pas à me défaire, sans réelle raison. Comme s'ils m'hypnotisaient à chaque contact avec mes pupilles blanches.

Lyra ... Tel était donc son prénom. Étrangement, c'était un prénom qui m'était familier à entendre. Mais je ne pus en savoir plus, la jeune fille déclarant inutile le fait de me donner son nom. Elle me parla alors de son Bijû, m'annonçant que celui-ci se comportait beaucoup plus étrangement qu'à l'ordinaire. En effet, lors du topo que m'avait fait Tsunade-sama, elle m'avait notamment décrit le caractère spécial de Nanabi. Son hôte, capable d'échanger quelques paroles avec lui, le dénonçait comme étant déjanté. Sans cesse en train de critiquer n'importe qui, bourré d'ironie, de sarcasmes et de cynisme, ainsi que de désinvolture, il était habité par cette folie. Une folie pouvant s'avérer meurtrière, évidemment. Cependant, Lyra me fit part de son inquiétude vis à vis de cela. Selon elle, et pour la première fois, son Bijû était particulièrement remonté et sérieux, et paraissait prêt à quitter son foyer dès que possible. Passant sur le fait qu'il fallait que ça n'arrive qu'à moi seul, je fronçai les sourcils, soudain inquiet. La pleine lune, une nuit que je n'allais visiblement pas oublier de si tôt. Puis la Chûnin du sable attrapa sans prévenir mon bras valide, et le monta afin de placer ma main sur sa gorge, comme pour illustrer ses paroles qui vinrent ensuite. Elle souhaitait que je mette fin à ses jours dès l'instant où Nanabi commencerait à libérer trop de Chakra à son goût. Une requête bien étrange qui m'était faite. J'étais censé être le "sauveur" de Konoha, si je parvenais à le faire. Dégageant d'un geste vif mon bras, je la laissai alors avancer légèrement en avant, réfléchissant brièvement à ses derniers propos. Mais il n'y avait pas vraiment à réfléchir. Et je le lui fis savoir, la rattrapant de nouveau tandis que l'on tournait dans une rue presque déserte située à notre droite.


« Ce n'est pas ma mission, Lyra. Hokage-sama m'a chargé de vous surveiller, oui, mais nullement de m'en prendre à vous, quelle qu’en soit la raison. Et ce n'est sûrement pas le vœu de Gaara-sama, tel que je le connais aujourd'hui. Konoha, et Suna aussi j'en suis sûr, ne traite pas ainsi ses alliés, Jinchûriki ou non. Le Jinchûriki de Kyûbi est mon ami, il m'a sorti de l'obscurité dans laquelle je m'étais engouffré depuis mes quatre ans. Et il est lui-même très proche du Kazekage, Jinchûriki de Ichibi, avec lequel nous avons passé notre premier examen Chûnin. Je ne pourrais plus les regarder en face si je venais à faire ce que vous souhaitez. »



J'effectuai une brève pause dans mon discours, pause pendant laquelle j'en profitai pour activer calmement mon Dojutsu. Mes veines autour de mes yeux surgirent brusquement, signes du Byakugan actif. J'avais quitté Lyra du regard à ce moment là, regardant sans rien voir la rue devant nous.


« Grâce à mon Kekkei Genkai, je saurai plus tôt que n'importe qui lorsque votre Bijû, Nanabi, commencera à s'emporter en libérant son Chakra. Aussi, grâce à mon Juuken, je suis capable de stopper temporairement les Chakra en attaquant directement les Tenketsu avec mon propre Chakra. Même si c'est douloureux, je suis donc capable de ralentir le processus, en attendant des renforts plus efficaces concernant les Fûin. »



Reposant mes yeux, alors beaucoup plus étranges que précédemment, sur la Chûnin l'air impassible, je tentai de lui faire comprendre mes pensées.


« C'est ainsi qu'agit Konoha, et pas autrement. Et de plus, il n'y a aucune raison que vous vous emportiez, n'est-ce pas ? Ce n'est qu'une simple remise de courrier que vous venez faire ici. »



Malgré mon envie, je ne parvenais pas à la tutoyer. Je restais toutefois parfaitement calme. Ma brève inquiétude qui était apparue à l'entente des propos de Lyra s'était dissipée, sachant que rien de grave ne pouvait survenir en cette nuit paisible, outre le fait qu'elle me voyait tel un pervers des feuilles, prêt à peloter la première venue. Mis à part le sérieux de son Bijû, je ne comprenais pas ce qui inquiétait tant que ça la Sunajin. Allait-elle m'expliquer ? Me cachait-elle quelque chose ? Y avait-il quelque chose de grave qui j'ignorais en cet instant précis ? Telles étaient les questions que je me posais tout de même en cet instant, fixant Lyra de mon regard sérieux habituel.


©Wayke
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité





MessageSujet: Re: Melody of the Night. (PV Neji)   Sam 27 Juil - 0:30

Those Eyes...




Lyra marchait pas loin de Neji. Ce dernier avait dégagé son bras et était probablement en train de réfléchir à tout ce qui se passait. Peu surprenant, il était avec une jeune Jinchûriki. En dépit de son expérience avec déjà deux autres Jinchûrikis, ils étaient tous deux plus âgés que Lyra et donc plus "matures" (même si le label ne peut pas être appliqué sur Naruto aussi bien que sur Gaara) . Lyra, bien que elle aussi douée d'une certaine maturité, était jeune et donc plus influençable, elle qui n'avait pas trouvée sa place en ce monde. Rejetée de tous, des adultes bien plus expérimentés et moins naïfs qu'elles avaient tous finis par tomber face à la folie du Nanabi, qui les influençaient pour qu'ils servent de sauveur au démon à 7 queues, d'autres s'étaient faits dominés par la rage et n'avaient pas pu revenir en arrière. Le nombre de Jinchûrikis qui avaient accepté de le devenir et qui avaient trouvés la mort au final était décidément nombreux.

Pour rendre le tout encore plus flippant, la plupart avaient pétés les plombs durant la pleine lune. Signe que lorsqu'il devenait sérieux, retenir la créature était bien plus compliqué que lorsqu'il était normal, où en dépit de son caractère lunatique et de ses capacités élevées, le démon pouvait être presque dompté quand on lui accordait de l'attention. Le fait que Lyra se trouvait actuellement dans un village qu'elle détestait, sans la présence d'un expert en sceaux pour l'aider et avec un démon enragé prêt à la dévorer n'importe quand n'était clairement pas avantageux. Prévenir Suna ne ferait rien, ils paniqueraient au mieux où, dans le pire des cas, lui diraient de se débrouiller avant de couper tout les liens de Lyra avec le village pour éviter d'être accusé de la destruction d'un village par un démon sous leur possession. Mais la présence de Gaara, Jinchûriki soucieux du sort de la jeune fille, indiquait clairement que ça n'avait pas de chances d'arriver, dans le pire des cas, chercher un expert local en sceaux n'était pas difficile, même si dans ce cas, le démon à queues allait faire de son mieux pour sortir avant de voir son influence disparaître à nouveau.

Le Jônin rejoignit alors la jeune fille dans une autre rue, s'attendant à une autre agression masculine. Cependant, le Jônin avait l'air tout à fait sérieux et non prêt à faire une agression sur mineure, impressionnée. Lyra n'essaya même pas de protester.

« Ce n'est pas ma mission, Lyra. Hokage-sama m'a chargé de vous surveiller, oui, mais nullement de m'en prendre à vous, quelle qu’en soit la raison. Et ce n'est sûrement pas le vœu de Gaara-sama, tel que je le connais aujourd'hui. Konoha, et Suna aussi j'en suis sûr, ne traite pas ainsi ses alliés, Jinchûriki ou non. Le Jinchûriki de Kyûbi est mon ami, il m'a sorti de l'obscurité dans laquelle je m'étais engouffré depuis mes quatre ans. Et il est lui-même très proche du Kazekage, Jinchûriki de Ichibi, avec lequel nous avons passé notre premier examen Chûnin. Je ne pourrais plus les regarder en face si je venais à faire ce que vous souhaitez. »

Elle comprenait. Il avait déjà côtoyé ces deux là et avait assisté à l'évolution morale et physique des deux hommes. Les deux avaient vaincus leurs problèmes et étaient devenus des héros en dépit de la haine originelle que les villageois et shinobis nourrissaient pour eux. Neji avait aussi une dette envers lui. L'Uzumaki l'avait sorti de "ténèbres". Lyra haussa un sourci, quels étaient ces "ténèbres" dont il parlait ? lui aussi, il était comme Lyra à un moment, froid et asocial ? Le Hyûga éveilla alors le fameux Byakugan, la pupille de son clan. Des veines firent leurs apparitions à côtés de ses yeux alors qu'il se mit à parler.

« Grâce à mon Kekkei Genkai, je saurai plus tôt que n'importe qui lorsque votre Bijû, Nanabi, commencera à s'emporter en libérant son Chakra. Aussi, grâce à mon Juuken, je suis capable de stopper temporairement les Chakra en attaquant directement les Tenketsu avec mon propre Chakra. Même si c'est douloureux, je suis donc capable de ralentir le processus, en attendant des renforts plus efficaces concernant les Fûin. »

Définitivement plus compétent que ce que Nasaki pensait, elle s'imaginait il y a quelques secondes qu'il n'était rien d'autre qu'un pervers pauvre et faible. Mais il venait en un instant de prouver le contraire, une impression de noblesse puissante se dégageait de son corps en même temps qu'un chakra assez puissant. Nasaki était définitivement impressionnée qu'il offre une solution si rapide, là où un ninja normal paniquerait en sachant qu'il accompagnait une jeune fille sur le point de libérer un démon. Force impressionnante, en volonté et en ninjutsu. Finalement, l'Hokage ne s'était pas trompé quand à la personne qu'il fallait pour escorter Nasaki.

« C'est ainsi qu'agit Konoha, et pas autrement. Et de plus, il n'y a aucune raison que vous vous emportiez, n'est-ce pas ? Ce n'est qu'une simple remise de courrier que vous venez faire ici. »

Lyra haussa les épaules, l'air plus sereine. Quand à Nanabi, il frappa furieusement un mur, l'attaque provoqua une onde de choc qui fut ressentie dans toute la pièce où "vivait" le démon, la lumière rouge dans le casque de ce dernier s'était intensifiée.

SALE FILS DE... !!! Pour qui il se prend ? Le PUTAIN DE RIKUDÔ SENNIN ?! Il veut me retenir, ce con ? Ha ha... je vais pas le couper en deux simplement une fois de retour, trop gentil. Je dois en finir de manière plus... radicale... WOUZZAH !

Le démon porta une "main" à sa bouche et constata qu'il faisait assez tard, s'il ne se dépêchait pas, il allait redevenir stupide ! il fallait vaincre l'influence du sceau avant l'aube...

Quand à la Jinchûriki de la jeune fille, elle se dirigeait vers la maison de ses clients avec le jônin. Après avoir toquée, elle vit une grand-mère ouvrir la porte. Cette dernière vit Lyra et, poussant un cri joyeux, tira les joues de cette dernière. Non affectée, Nasaki lui tendit la lettre, continuant à tirer la joue droite. La grand mère regarda la lettre.

Ho une lettre ! c'est le mignon pitit Jônin et la mignonne pitite Chûnin qui viennent me voir ! ho, quand je faisais des missions de mon temps, j'était tout aussi adorable ! mais moins que cette jeune fille ! hhooo...

Elle regarda les yeux de Lyra et perdit son air joyeux, se relevant. Elle prit un air fortement intriguée avant de prendre une expression surprise.

Ces yeux... on dirait ceux des voisins, pas loin... attends, je...

Un cri de vieil homme retentit, la grand mère se retourna et hurla à son mari d'attendre un peu avant de donner une adresse à Lyra. Cette dernière la prit puis salua la vieille femme qui ferma la porte. Lyra se mit à vaciller un moment avant de redevenir droite, elle lança un coup d'oeil discret vers le Hyûga.

Je... je dois me rendre à cette adresse. Excusez moi monsieur, vous avez le choix de venir avec moi bien sûr... après tout, c'est votre droit.

Elle montra l'adresse à Neji, on pouvait y lire "Nasa". Le reste était effacé, Lyra se mit à marcher vers sa destination, l'air hésitante et toute tremblante. Elle s'adossa à un mur et se mit à penser tout haut.

Pas... pas possible. Ils sont morts à Konoha. J'ai tout vu... j'ai même juré de me venger devant leurs corps, comment est-ce...


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité





MessageSujet: Re: Melody of the Night. (PV Neji)   Sam 27 Juil - 10:01

× Melody of the Night ×
Head
× And when a fist meets a face ×
× PV. Lyra Nasaki ×  



Je suivais calmement Lyra. Étrangement, elle semblait savoir où se rendre, sans que je la guide. Peut être avait-elle eu un plan de Konoha, qu'elle avait observé en détails afin de retrouver son chemin sans mon aide. Après tout, elle venait de passer près de trois jours de voyage, elle avait donc eu tout le temps qu'elle voulait. Je notai que, plus je m'adressais à la jeune fille, plus son visage sérieux et frôlant la limite du méprisant se détendait. Crispée depuis notre rencontre, la Chûnin s'apaisait petit à petit. C'était comme si j'avais su trouver les bons mots, et la rassurer vis à vis de son Bijû, et de mes capacités. En effet, vu mon comportement précédemment, elle ne devait pas penser avoir affaire à celui que l'on appelait le génie des Hyûga. Cependant, si Lyra en elle-même décompressait doucement, je me rendis vite compte que ce n'était pas le cas de Nanabi. Grâce à mes yeux, je distinguai une faible quantité de Chakra s'échapper doucement du ventre de la Jinchûriki. Le démon avait l'air de se déchaîner de plus en plus à l'intérieur de la Sunajin. Car ce Chakra n'était pas un Chakra ordinaire. Moins impressionnant que celui de Kyûbi, que j'avais dû brièvement affronter trois années auparavant, il était tout aussi rouge et maléfique. Un Chakra sanguinaire s'échappant lentement mais sûrement du corps frêle de Lyra. Fronçant les sourcils, je restais légèrement en retrait, gardant un œil sur tout cela. Gaï-sensei, m'avait expliqué, lorsque Tsunade-sama nous avait annoncé à tous que Naruto portait le démon renard en lui, que les Bijû scellés dans les corps de leurs hôtes entendaient toutefois tout, et voyaient également tout de la vie de leurs Jinchûriki. M'entendre annoncer à Lyra que je parviendrais, s'il y avait besoin, à contenir le Chakra de son démon le temps d'amener des renforts ne lui avait probablement pas plu. D'autant que cela n'était pas tout à fait exact, et ce en raison de mon bras immobilisé. Cassé à sept endroits différents à cause de la puissance du dragon de glace de Masaki Kuroda, je ne pouvais pas le bouger comme je le souhaitais actuellement. Si j'avais besoin d'agir, je ne pouvais utiliser que mon bras gauche, ce qui devait être bien insuffisant. Mais la jeune fille ne connaissait pas ma blessure, et c'était tant mieux. Mon but avait été avant tout de la rassurer, pas de lui dire la vérité concernant mes capacités à l'heure actuelle.

Enfin, Lyra et moi-même arrivâmes tous deux à la modeste demeure des destinataires de la lettre. Le Chakra de Nanabi ne se dispersait pas plus, il n'y avait donc aucun danger pour le moment. La maison appartenait à un couple de retraités, qui abritaient aussi chez eux leur petit-fils pour une certaine durée. Sachant que le petit garçon en question était déjà en train de dormir à cette heure tardive, je fus tout de même surpris que sa grand-mère, une vieille femme d'une soixantaine d'années, nous ouvre immédiatement la porte dès l'instant où Lyra eut toqué à celle-ci. Aimable et bourrée d'affection, elle traita dans un premier temps la Sunajin comme sa propre petite fille, tirant doucement ses joues. Légèrement amusé, je regardais la froide kunoichi se laisser faire, un petit sourire aux lèvres. J'espérais simplement que la vieille femme n'allait pas subir le même sort que moi, puis passais de nouveau ma main sur ma mâchoire quelques peu fracturée. Elle ne m'avait pas raté. La retraitée prit la lettre des mains de Lyra avec un grand sourire aux lèvres. Sourire qui se dissipa en observant de plus près sa "bienfaitrice". Marmonnant quelque chose à propos des yeux de la Jinchûriki, elle disparut à l'intérieur de sa maison. Je pus alors l'entendre lever la voix avec celui qui devait être son mari, puis elle revint avec, dans les mains, un bout de papier sur lequel était griffonné quelque chose. Lyra le lui prit, et lut ce qu'il y était gribouillé. Alors, elle se tourna d'un air grave dans ma direction et m'annonça qu'elle devait se rendre à cette adresse, ajoutant que je pouvais la suivre si je le souhaitais. Puis elle tourna les talons et prit silencieusement congé de la vieille dame, restée sur le seuil de sa porte en la regardant partir d'un air intrigué. Je m'approchai donc de celle-ci afin de m'excuser du dérangement tardif. Je m'excusai aussi de l'erreur d'adresse et de l'arrivée encore plus tardive de ce courrier, comme aurait dû le faire Lyra, et lui souhaitai une bonne nuit avant de me précipiter de rejoindre Lyra, adossée à un mur une vingtaine de mètres plus loin. Marchant silencieusement, du fait que j'étais toujours les pieds nus, je m'approchai lentement de la jeune Chûnin, qui semblait tout à fait perdue. Je ne comprenais pas ce qu'il se passait, mais n'allait pas tarder à le découvrir.

Et en effet, Lyra se mit soudain à parler, ou plutôt à balbutier. Elle faisait référence à des morts à Konoha, ainsi que de promesse de vengeance. Sur ces mots, je me plaçai à ses côtés sans qu'elle n'y fasse particulièrement attention, et lus à mon tour le petit bout de papier. Il y était inscrit une adresse, ainsi que le mot "Nasa" dont le reste était effacé. N'importe qui d'autre serait resté de marbre en lisant ceci, en totale incompréhension. Mais ce n'était pas mon cas. Car je connaissais tout bonnement cette adresse. Il s'agissait de celle des Nasaki, située quelques dizaines de mètres plus loin encore. Haussant imperceptiblement un sourcil, je me rappelai soudainement du nom de Lyra Nasaki, que j'avais déjà entendu à plusieurs reprises. Je savais que ce prénom m'était familier. Reculant alors tout d'abord, je vins ensuite me placer face à une Lyra perdue dans ses pensées, et anéantie. Mon Byakugan toujours activé, je pris de nouveau la parole, légèrement confus.


« Tu es ... Nasaki ? Lyra Nasaki ? Je savais que ton prénom me disait que quelque chose. Cette adresse est celle des Nasaki, oui. Si tu veux t'y rendre, tu peux, mais tu ne les trouveras pas chez eux ce soir. Mon oncle les a invités la soirée dernière, et ils sont restés chez nous pour la nuit. »



Puis je me tus, et restai ainsi, planté devant elle. Quelle serait donc la réaction de celle dont j'avais peut être découvert l'identité ? A plusieurs reprises, j'avais entendu parler de Lyra Nasaki, mais pas en tant que Jinchûriki. La jeune fille qui me faisait face était-elle la même personne ? Je n'y croyais pas vraiment, du fait que les Nasaki résidant à Konoha ne nous avaient jamais fait part, à mon oncle tout comme à moi, que la petite Lyra abritait Nanabi. Mais quelle était donc la raison de cette réaction alors ? Je n'allais pas tarder à en avoir le cœur net.


©Wayke
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité





MessageSujet: Re: Melody of the Night. (PV Neji)   Sam 27 Juil - 16:23

Hatred.



Les sentiments tournoyaient dans la tête de Lyra, très confuse quand aux paroles de la grand-mère. Il y aurait donc des personnes comme elle dans ce village ? elle regarda à nouveau l'adresse, Nasa. Le mot était écrit rapidement mais Lyra était sûre et certaine qu'il s'agissait de sa famille... ils avaient donc survécus pendant tout ce temps ? impossible. Elle avait vu les corps de ses êtres chers après l'attaque, il était impossible qu'ils aient survécus. Corps non identifiés où non, elle était définitivement sûre qu'ils n'étaient pas en vie. C'était... impossible, pourquoi se cacher dans ce cas, et pas revenir au village ? ils auraient bien évidemment fait leur possible pour aider Lyra à tolérer le démon à 7 queues. Cette absence était injustifiable, en même temps que la confusion, la colère commençait à germer dans l'esprit de la jeune fille. Le démon, source de ses soucis, martelait les barreaux, cherchant à s'extraire. La haine de Lyra ne faisait qu'accentuer sa force et affaiblir celle des barreaux. Il fallait qu'elle se dépêche de les chercher et de leur demander bien exactement ce qui était en train de se passer.

Le Jônin du village caché des feuilles arriva alors près de Lyra et la regarda droit dans les yeux, Byakugan toujours activé. Il prit la parole, légèrement confus. Quand à Lyra, elle restait adossée au mur, l'air morne et les yeux dissimulés sous ses cheveux. Son crâne semblait être sur le point d'exploser tant elle était confuse par ce qui se passait autour d'elle. Elle espérait de tout coeur que le "Génie du clan Hyûga" puisse l'aider à voir clair dans cette affaire...

« Tu es ... Nasaki ? Lyra Nasaki ? Je savais que ton prénom me disait que quelque chose. Cette adresse est celle des Nasaki, oui. Si tu veux t'y rendre, tu peux, mais tu ne les trouveras pas chez eux ce soir. Mon oncle les a invités la soirée dernière, et ils sont restés chez nous pour la nuit. »

Celle des Nasaki ? Lyra reste muette un instant avant de s'approcher de Neji, une espèce de chakra vert étrange l'entourait en prenant distinctement la forme d'un insecte, un scarabée rhinocéros pour être plus précise. La rage, la tristesse et la confusion.. tout ces sentiments étaient inscrits en même temps sur le visage de Lyra. Elle leva la main vers Neji, l'air de plus en plus haineux. Elle voulait à tout prix connaître la vérité, savoir ce qui s'était passé...

Qu... qu... QU'EST-CE QUE TU ME BAVES ? ILS SONT EN VIES, TRANQUILLE EN TRAIN DE COURIR DANS KONOHA ? ALORS QUE JE SOUFFRAIS LE MARTYR AVEC MES PARENTS À SUNA ? Ils sont morts ! c'est tout, tu... tu te trompes, ce n'est absolument pas possible, ils ne peuvent pas être en vie. Ils m'auraient envoyés une lettre et j'aurais pu savoir qu'ils étaient en vie. D'une certaine manière, j'aurais pu encaisser toute la haine et la douleur... les moqueries incessantes...

Le Chakra se dissipa alors que le visage de Lyra était enfoui dans ses deux mains, on pouvait clairement voir et entendre qu'elle pleurait toujours, elle releva ses yeux mouillés vers le Jônin et se remit à pleurer...

Ma famille... est partie pour attaquer Konoha. Ils ne voulaient pas se battre mais on les as forcés. J'avais déjà perdu les aînés de la famille... ma soeur et mes deux frères... partis, en me laissant juste un mot pour quand je retournerais de mission. Je n'étais même pas là pour leur souhaiter au revoir...

Elle se reprit un peu et s'essuya avec son écharpe blanche, le démon absorbait sa douleur mais elle n'en avait rien à faire. Rien ne comptait plus pour elle désormais.

Quand je suis revenue. On m'a dit qu'ils étaient morts... les cadavres étaient non identifiés mais ils ont dit qu'ils étaient sûrs que c'étaient eux, donc j'ai accepté et j'ai enfouie ma douleur... j'ai gardé ma douleur, ma peur et ma haine sous un masque. Puis Nanabi est venu en moi... Mais je peux juste pas accepter leurs morts... c'est pas possible... je t'en prie, amène moi dans ta maison pour que je puisse les voir et leur demander juste pourquoi. Tu dois m'aider, par pitié...

Elle regarda Neji, son visage était rouge et elle avait perdue son expression calme. Un enfant seul et perdu, sa vraie personnalité était révélée.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité





MessageSujet: Re: Melody of the Night. (PV Neji)   Sam 27 Juil - 21:58

× Melody of the Night ×
Head
× And when the heartache comes back ×
× PV. Lyra Nasaki ×  



Je la regardais, sans bouger. J'étais à un petit mètre devant la jeune fille, et ne bougeais pas. Cette dernière s'était enfouie le visage dans les mains, ses cheveux tombant en cascade devant elle. Pour ma part, je ne savais pas comment réagir. Si j'étais capable de rassurer plus ou moins une personne par la parole, je ne savais pas comment m'y prendre pour réconforter une inconnue en larmes. Car en effet, Lyra pleurait. Je ne savais pas pourquoi, mais c'était le cas. Et malgré le fait que je ne la connaissais que depuis une dizaine de minutes, si ce n'est moins, la voir ainsi me mettait mal à l'aise. Je ne supportais pas cela. Je ne supportais en effet pas de ne rien pouvoir faire, et ne pas savoir ce à quoi elle pensait. Je devais simplement attendre que la jeune fille reprenne ses esprits afin d'en savoir davantage. Quant à moi, en attente d'une réponse, je ne cessais de me ressasser inlassablement les quelques discussions que j'avais eu par le passé avec les Nasaki, tentant de me rappeler du fait que leur sœur, Lyra, était une Jinchûriki. Mais rien ne me vint à l'esprit. Soudainement, mes sens m'alertèrent, au même titre que mes yeux. Sans prévenir, un Chakra surpuissant avait plus ou moins enveloppé la Jinchûriki. Il avait également pris forme, que ce soit aussi bien extérieurement qu'intérieurement. La forme d'une sorte de scarabée croisé à un rhinocéros. Sans aucun doute la forme du démon à sept queues. Lyra, quant à elle, s'était encore plus approcher de moi. Je pouvais ressentir toute la rage et la haine du Bijû, dans cette énergie folle qui me fouettait le corps. Sous la pression, j'avais du mal à rester droit comme je l'étais. Le Chakra de Nanabi me brûlait le visage, les bras, les vêtements. Son hôte me regardait férocement droit dans les yeux d'un regard effrayant mêlant une grande rage et une grande tristesse. Un profond désarroi. Levant le bras comme pour encore me frapper, elle hurla de nouveau à mon encontre. A chacune de ses paroles, je pouvais moi-même sentir le démon tenter de forcer le sceau qui le retenait. Il profitait des sentiments de sa jeune Jinchûriki pour s'extraire de sa prison humaine, fourbe comme personne. Toutefois, je ne reculai pas, et ne tentai pas de me protéger de visage. Car cette réaction n'était une réaction outrée comme celle qu'elle avait eue aux portes du village. Il s'agissait là de la réaction d'une jeune fille totalement perdue, dominée par ses sentiments et ses questions. Par son incompréhension. Et cela se confirma lorsque ses cris redevinrent des balbutiements de sanglots. Selon elle, je faisais erreur. Les Nasaki que je venais d'évoquer ne pouvaient être en vie.

Pour moi, la situation s'éclaircissait petit à petit. Il était évident, à entendre la Sunajin, qu'elle était bel et bien Lyra Nasaki. Souhaitant simplement l'apaiser, la calmer, tandis qu'elle continuait à sangloter, je posai délicatement ma main gauche sur son épaule, d'un geste rassurant. Je ne la connaissais pas plus que ça, en dehors de ce que m'avais raconté sa famille sur elle, mais j'étais compatissant. Ma main se referma doucement sur l'épaule frêle de la Chûnin. Subitement, le Chakra du démon disparut, mais pas les pleurs de la jeune fille. Elle mentionna ses deux sœurs et son frère. Il n'y avait plus de doute permis, il s'agissait bien de ceux qui dormaient actuellement dans la résidence de la branche principale des Hyûga. Lyra ne s'arrêtait plus de parler. La froide jeune fille qui était présente sous mes yeux il y avait trois minutes avait complètement disparu pour laisser place à la vraie Nasaki, qui n'était rien d'autre qu'une jeune adolescente brisée intérieurement. Elle me confia alors ce que je savais déjà. Les jumelles Nasaki, âgées aujourd'hui de seize ans, ainsi que leur petit frère de quinze, avaient été contraints de combattre aux côtés du village d'Orochimaru, Oto, il y avait trois ans, lors de l'examen de Chûnin. Une sombre époque dont je me rappelais parfaitement bien ... Ce jour-là, c'était la dernière épreuve de l'examen Chûnin, épreuve à laquelle je participais. C'est notamment ce jour précis que ma vie changea, lors de mon combat contre Naruto. J'avais dévoilé l'histoire de mon clan et celle de mon père devant tous les villageois, shinobis et kunoichis présents en tant que spectateurs. Sandaime Hokage était également présent, accompagné de celui que l'on pensait être le Yondaime Kazekage et père de Gaara. J'avais affronté Naruto, et avais finalement perdu face à sa volonté et à la puissance de Kyûbi, bien que j'ignorais que c'était la sienne à cette époque. Il m'avait ouvert les yeux pendant et après ce combat, qui signait ma première défaite. J'avais été amené dans la salle de repos, où mon oncle avait fini par me rejoindre afin de s'excuser officiellement et de s'expliquer. Après l'avoir pardonné, il était retourné auprès de sa seconde fille, Hanabi-sama, afin d'assister à la suite de l'épreuve. De mon côté, je m'étais allongé sur le lit, et avais fini par m'endormir. Lorsque je m'étais réveillé deux heures plus tard, le village était partiellement détruit. Le Yondaime Kazekage avait en réalité été tué par Orochimaru le Sannin, qui avait pris sa place. Suna et Oto avait combiné leurs forces et avaient lancé une attaque de grande ampleur sur Konoha. Une attaque qui avaient engendré de nombreux morts, dans les deux camps. Et notamment celle de notre vénéré Hokage, troisième du nom. Les trois Nasaki, alors âgés de treize et douze ans à cette époque, tandis que j'en avais quatorze, avaient pénétré au cœur du village tout comme n'importe quel autre Sunajin participant à l'attaque.

Cependant, Lyra avait tort dans la suite de son récit. Je ne doutais pas du fait qu'on lui avait montré des corps en prétendant qu'il s'agissait des leurs, mais sa fratrie n'était pas décimée. On lui avait menti, pour des raisons qui m'étaient inconnues. Je n'avais jamais vraiment chercher à m’immiscer dans leurs affaires. Mon oncle, Hisahi-sama, était beaucoup plus au courant de cette histoire que moi. Enfin, Lyra, qui se calmait petit à petit, me demanda entre deux spasmes de la conduire à eux. Elle était un moins d'un mètre de moi, la tête levée, ses grands yeux jaunes plongés dans les miens, dont le Dojutsu était toujours activé. Elle ne ressemblait en rien à celle qui m'avait ordonné, sûre d'elle, de la tuer à l'instant même où son Bijû ferait des siennes. A présent, elle me suppliait, les yeux rouges, la gorge nouée, comme la petite fille sensible qu'elle était en réalité. Une petite fille particulièrement touchante. Sa peine que je ressentais depuis quelques minutes, ainsi que sa condition de Jinchûriki qui n'avait vraisemblablement en rien arrangé sa vie, me touchaient tout particulièrement. Je comprenais ce que c'était de perdre un proche, enlevé par un autre village. Je comprenais le sentiment de haine que l'on pouvait ressentir envers les coupables. Depuis toujours, j'avais haï le village de Kumo, responsable de la disparition de mon père à mes quatre ans. Mais finalement, il y avait plusieurs mois de cela, une jeune femme de ce village, ANBU des nuages, était parvenue à m'apaiser vis à vis de cela, à m'ouvrir les yeux concernant cet événement tragique datant d'il y avait plus d'une douzaine d'années. A présent, je me tenais face à une kunoichi quasiment identique, ayant haï le village des feuilles trois années entières durant, pour des morts qui, toutefois, n'avaient pas eu lieu. Je laissai encore ma main quelques secondes sur l'épaule de Lyra, un geste affectueux en ce qui me concernait, puis reculai ensuite de deux pas. Observant la circulation de Chakra dans le corps de la kunoichi, je me rendis compte que Nanabi semblait s'être calmé, mais libérait néanmoins toujours du Chakra. Il attendait probablement la prochaine opportunité qui s'offrirait à lui. De mon côté, je ne savais pas si c'était là une bonne idée, mais j'acceptai de mener Lyra à sa famille qu'elle croyait perdue. Commençant mon avancée, je lui fis silencieusement signe de me suivre. Lorsqu'elle m'eut rejoint, j'entrepris de lui raconter ce que je savais de cette histoire.


« Lyra, je comprends ce que tu as pu ressentir par rapport à Konoha. Et malgré la peine que cela t'inflige aujourd'hui, dis-toi que malgré tout, tu dois être heureuse de ressentir ce que tu ressens maintenant. Car ça veut dire que tes proches sont encore vivants. Ça n'a pas été mon cas ... »



Je la quittai alors des yeux et pris une profonde inspiration avant de lui raconter la suite, telle que je la connaissais. Me dirigeant à pas modérés dans les rues et ruelles sombres du village endormi, je connaissais parfaitement le chemin. Et de toute façon, mon clan vivait légèrement en retrait, dans une partie particulièrement noble du village. Le tout se remarquait d'assez loin. Le regard perdu dans le vague, je cherchais dans ma mémoire.

« Comme tu l'as dit, tes sœurs et ton frère ont été obligés de combattre pour Suna, contre Konoha. Je ne me rappelle pas de l'attaque, tout simplement car j'étais inconscient. Kabuto Yakushi, le bras droit de Orochimaru, avait fait usage d'un puissant Genjutsu pour endormir lâchement ceux qui assistaient au tournoi. J'étais à l'infirmerie, après ma défaite contre Naruto, le Jinchûriki de Kyûbi. J'étais trop faible pour réagir, et j'ai plongé dans un profond sommeil, comme beaucoup d'autres, pendant que ton village, manipulé par Orochimaru, attaquait accompagné d'Oto. Mais mon oncle, le chef actuel des Hyûga, était présent, avec ma cousine de huit ans. Dès le début de l'attaque, il quitta l'arène avec elle, pour la mettre à l'abri chez lui. Mais Suna et Oto avait déjà infiltré Konoha, et s'attaquaient aux villageois ... C'était avant l'arrivée de Jiraiya-sama, et la contre-attaque. Sur la route, en se déplaçant sur les toits de Konoha avec sa fille et un autre membre du clan, il fut arrêté par une unité composée de Sunajin et d'Otojin. Ton frère et ta soeurs en faisaient partie ... L'unité à attaquer, et Hiashi-sama a répliqué, pour défendre sa famille. Tous les attaquants ont été tués, mais ta famille n'en faisait pas partie. Ils avaient refusé de bouger. »



Je m'adressais à Lyra, mais continuait de ne pas la fixer. Ses réactions ne concernaient qu'elle, et si elle voulait les cacher, je n'avais pas à l'en empêcher. Reprenant de l'air, je continuai, de la même voir grave.


« Grâce à leur âge, mon oncle ne les a pas attaqués immédiatement, et ils ont alors déclaré refuser de se battre contre des innocents, pour une telle cause. Hiashi-sama les a pris sous son aile et les a emmené avec lui dans la demeure de la Soke, avec sa fille. Considérés comme des traîtres, comme tu l'imagines, par les autres ninjas de Suna arrivant sur place et ayant assisté à ça, mon oncle les a alors protégés du début à la fin, au même titre que ma cousine. Après ça, je pense que, honteux, ils n'ont pas voulu revenir chez eux. Et je ne serai pas étonné que les Sunajin soutenant Orochimaru aient inventé leurs morts, pour faire de la peine à la famille des traîtres, et pour rayer ces derniers du village du sable. Mais après, ce n'est que pures spéculations de ma part, je n'en sais pas plus. Je les ai, en revanche, déjà rencontrés à plusieurs reprises. De temps en temps, comme ce soir, ils viennent manger chez mon oncle. Je leur ai donc déjà parlés. Et ils parlent souvent de toi, Lyra, tout comme de vos parents. Mais il ne m'ont jamais parlé de ton statut de Jinchûriki ... »



Je terminai le tout par un léger soupire, qui lança de nouveau ma mâchoire douloureuse. Je commençais à être fatigué. J'avais besoin de repos, je le sentais, et la fatigue accentuait la douleur de mon bras. Toutefois, je tentai de ne rien faire transparaître, et tournai de nouveau le visage vers Lyra.


« Quand nous arriverons, ils devraient t'expliquer tout ça bien mieux que moi. Hiashi-sama aussi. Je garderai un oeil sur toi si tu le veux bien. Et rassure-toi, la branche principale des Hyûga est aussi spécialisée dans les ... Fûin. »



Puis je me tus. Le plus dur était à venir, je le savais. C'était à la fratrie Nasaki de faire le reste ... Comment cela allait-il se passer, après trois ans de mensonges et de fausse réalité ?


©Wayke
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité





MessageSujet: Re: Melody of the Night. (PV Neji)   Lun 29 Juil - 0:04

Remember...



Une main chaleureuse posée sur son épaule. C'était ce que Lyra ressentait, depuis la disparition de la fratrie Nasaki. Quelqu'un qui la comprendrait, qui la verrait pour autre chose que comme la Jinchûriki du démon à 7 queues qui avait presque décimé le village caché du sable. Tomoyo Kawachiru... Deamon Shiina... ces deux avaient pu devenir amies avec Lyra en dépit de son démon et de sa personnalité, mais aucune des deux n'avaient fouillées plus loin. Elles n'avaient pas trouvée une raison à la personnalité de Lyra autre que le Nanabi. Elle n'avait pas essayée de demander à la froide adolescente si un événement antérieur à l'arrivée du démon dans son corps ... mais Lyra ne leur en voulait pas, soit par peur d'énerver de manière sévère la Jinchûriki, soit car ça concernait Lyra et non elles.

Oui. De toutes les personnes que Lyra avait rencontrées dans sa vie, aucune ne s'était autant impliquée à essayer de résoudre son malheur comme Neji Hyûga. Ce dernier, pris pour un pervers aux méthodes ambigües, était désormais une sorte de héros aux yeux de Lyra. Celui qui s'était vraiment penché sur son cas et qui l'avait sortie de son malheur. Bien évidemment c'était les Nasaki qui devaient s'en charger, mais tout de même. Il aura désormais toujours une place dans le coeur de Lyra... platonique, hein. Lyra à déjà un copain et il est beaucoup trop vieux pour elle. Et puis bon... il a les cheveux beaucoup trop longs à son goût.

« Lyra, je comprends ce que tu as pu ressentir par rapport à Konoha. Et malgré la peine que cela t'inflige aujourd'hui, dis-toi que malgré tout, tu dois être heureuse de ressentir ce que tu ressens maintenant. Car ça veut dire que tes proches sont encore vivants. Ça n'a pas été mon cas ... »

Lyra fit un mouvement de tête compréhensif. Lui aussi, il avait perdu des êtres chers... qui sait, peut-être qu'a une époque, il était comme Lyra. Sûr de lui, fier et extrêmement froid, mais quelque part dans sa vie, quelqu'un l'avait aidé à s'en sortir... ironique, lui qui était exactement comme Lyra avant était en train de l'aidée à sortir de ses propres ennuis. Qui sait, c'était sans doute une chaîne ? un jour peut-être. Lyra allait devoir aider quelqu'un à sortir de sa propre haine... En attendant, le Hyûga était en train de continuer son histoire.

« Comme tu l'as dit, tes sœurs et ton frère ont été obligés de combattre pour Suna, contre Konoha. Je ne me rappelle pas de l'attaque, tout simplement car j'étais inconscient. Kabuto Yakushi, le bras droit de Orochimaru, avait fait usage d'un puissant Genjutsu pour endormir lâchement ceux qui assistaient au tournoi. J'étais à l'infirmerie, après ma défaite contre Naruto, le Jinchûriki de Kyûbi. J'étais trop faible pour réagir, et j'ai plongé dans un profond sommeil, comme beaucoup d'autres, pendant que ton village, manipulé par Orochimaru, attaquait accompagné d'Oto. Mais mon oncle, le chef actuel des Hyûga, était présent, avec ma cousine de huit ans. Dès le début de l'attaque, il quitta l'arène avec elle, pour la mettre à l'abri chez lui. Mais Suna et Oto avait déjà infiltré Konoha, et s'attaquaient aux villageois ... C'était avant l'arrivée de Jiraiya-sama, et la contre-attaque. Sur la route, en se déplaçant sur les toits de Konoha avec sa fille et un autre membre du clan, il fut arrêté par une unité composée de Sunajin et d'Otojin. Ton frère et ta soeurs en faisaient partie ... L'unité à attaquer, et Hiashi-sama a répliqué, pour défendre sa famille. Tous les attaquants ont été tués, mais ta famille n'en faisait pas partie. Ils avaient refusé de bouger. »


Lyra était en train de jouer avec son écharpe, autre signe de tête. Ils avaient donc refusés d'écouter les ordres... Elle se souvenait des protestations de ses frères, la réticence qu'ils avaient en détaillant le plan à leurs parents (Lyra avait écoutée dans un coin) et l'ambiance morne qui avait suivie. Le fait de savoir qu'ils avaient eu l'honneur et la dignité de ne pas attaquer car les ordres leurs déplaisaient énormément faisait plaisir à Lyra mais elle dissimula son émotion.

Grâce à leur âge, mon oncle ne les a pas attaqués immédiatement, et ils ont alors déclaré refuser de se battre contre des innocents, pour une telle cause. Hiashi-sama les a pris sous son aile et les a emmené avec lui dans la demeure de la Soke, avec sa fille. Considérés comme des traîtres, comme tu l'imagines, par les autres ninjas de Suna arrivant sur place et ayant assisté à ça, mon oncle les a alors protégés du début à la fin, au même titre que ma cousine. Après ça, je pense que, honteux, ils n'ont pas voulu revenir chez eux. Et je ne serai pas étonné que les Sunajin soutenant Orochimaru aient inventé leurs morts, pour faire de la peine à la famille des traîtres, et pour rayer ces derniers du village du sable. Mais après, ce n'est que pures spéculations de ma part, je n'en sais pas plus. Je les ai, en revanche, déjà rencontrés à plusieurs reprises. De temps en temps, comme ce soir, ils viennent manger chez mon oncle. Je leur ai donc déjà parlés. Et ils parlent souvent de toi, Lyra, tout comme de vos parents. Mais il ne m'ont jamais parlé de ton statut de Jinchûriki ... »


Lyra sourit un moment. Ils parlaient d'elle ? ils ne l'ont donc pas oubliée, en fait. Un bref soupir de la part de la jeune fille alors qu'elle regarde Neji avec un sourire. Grâce à lui, elle ne se faisait plus trop de soucis. Sa fratrie ne l'avait pas oubliée... mais en revanche, elle devait savoir pourquoi ils n'avaient pas pris la peine de donner un signe de vie. Pendant trois ans, Lyra avait vécue dans la tristesse et l'angoisse. À cause d'un mensonge. Ricanement moqueur, Nanabi avait détecté la colère de Lyra et comptait s'en servir. Si elle voulait que tout se passe bien, elle devait stopper le démon. La jeune fille se mit à fermer les yeux un bref moment.

Extérieurement, Lyra marchait toujours mais intérieurement. La Jinchûriki était avec le démon, le Hyûga avait cependant dû détecter ça. Le Nanabi volait lentement dans sa cage, lançant un "regard" amusé vers la jeune fille. Un regard qui ne présageait rien de bon.

Lyra, Lyra, Lyra... ha là là. Quelle naïveté, tu penses quoi là ? *Voix fluette* "Ha là là, Nanabi, je t'en prie. Cesse tout ça ! je vais revoir ma famille ! ouin, ouin, ouin !*
Non. Je suis venue ici pour te dire purement et simplement de te taire. Si tu veux m'ennuyer, fais-le demain.
Ah ah... comme si j'allais le faire. Ta famille ne t'apporteras rien. Elle t'affaiblit, elle te retient. Je peux te donner le pouvoir ultime, Lyra. Les êtres chers, c'est bien... mais ça ne t'apportes rien. Ces trois ans de dépression te l'ont montrés. Si tu t'attaches à trop de gens, tu ne seras plus qu'une coquille vide quand ces derniers disparaîtront.

Lyra se contenta de tourner les talons et de se diriger vers la fond de la salle. elle lança cependant un dernier regard vers le démon à 7 queues.

Tu n'as jamais pu avoir des amis. Nanabi. Tu entraînes les gens dans ta folie mais jamais tu ne pourras avoir des "êtres chers". Je t'interdis de parler comme si tu le savais. Toi qui à fauché tant de vies pour le "fun". Si toi aussi, tu voyais la personne que tu aimais le plus au monde disparaître d'un coup, sans savoir quoi faire. Tu serais confus... maintenant, reste dans ton coin.

Le démon ne répondit pas et se contenta de réfléchir. Ne réagissant même pas au départ de la jeune fille. Il se souvenait, maintenant...

À écouter

*Flash-Back*

Nanabi, encore une larve, se tenait entre Saiken et Gyûki. Les 9 démons à queues, petits, étaient réunis en cercle autour du Rikudô Sennin. Le "petit" démon écoutait déjà depuis plusieurs heures son créateur. Ce dernier était en train de parler aux démons à queues depuis déjà un moment, la larve, en revanche, ne se lassait pas. Lorsque le Rikudô se tourna vers lui, il sursauta un instant avant de regarder le Rikudô. La différence de taille entre les deux individus était énorme mais c'était bien le Rikudô qui imposait le respect à la grande larve, le ninja, en revanche, fit un sourire et parla à sa création comme si c'était un enfant. Et non une larve monstrueuse capable de terrifier le plus brave des hommes.

Chômei... Toi aussi, un jour. Tu seras placé dans une situation de haine. Comme je l'ai déjà dit. Vous serez convoités pour votre pouvoir. On vous pourchassera, on enverra des millions de shinobis pour vous trouver. Des jutsus seront développés pour vous capturer... tu détesteras sans doute le monde Shinobi. Tu feras ton possible pour infliger de la peine aux habitants du monde. Mais, sache-le Chômei. Tu es mon fils. Comme Shukaku, Matatabi, Isobu, Son Goku, Kokuo, Saiken, Gyûki et Kurama. Et je serais toujours là avec toi...

Le démon versa ce qui était l'équivalent des larmes pour une larve. Toutes les bêtes à queues le savaient, leur "père" allait mourir bientôt. Il disparaîtrait un jour et ils allaient devoir se débrouiller. Le fait de savoir que chaque parole prononcée par son "père" était sans doute parmi les dernières qu'il entendrait de la bouche de son créateur était une pensée qui dégoûtait Nanabi. Il ne savait pas ce qui allait lui arriver si le sage disparaissait, allait t-il sombrer dans la folie ? où allait t-il devenir un "bon démon" ? ça, il ne le savait pas. Il voulait juste avoir au moins quelques secondes de plus avec le Sage, son père, la seule personne que le démon à 7 queues aura jamais aimée...

* Fin du FB*

Lyra arriva finalement devant la demeure des Blazes, on pouvait entendre du bruit. Des bruits de pas, Lyra s'arrêta un moment et regarda la porte. Elle était en train de suée et paniquait un peu. La panique, sans doute. Elle réussit cependant à s'arrêter pile au bon moment.

Ouvrant la porte, les Nasaki sortirent et se heurtèrent pile devant leur petite soeur, leur petit frère intervint et se figea sur place en apercevant Lyra. Tout comme les deux soeurs.

Les deux jumelles ressemblaient à une version plus âgée de Lyra. Des grands yeux jaunes, des cheveux bleus et blancs à certains endroits mais en majorité noirs. Un long Kimono bleu avec des manches longues pour la première, un kimono rouge avec des manches courtes pour la seconde. Elles avaient des formes plus développées que Lyra et le même visage, si ce n'était qu'elles étaient plus vieilles.

Le Garçon, lui, avait le même visage que ses soeurs mais plus "masculin" ainsi que les fameux yeux dorés, des cheveux entièrement bleus et un large bandana. Il portait une espèce de blouson noir avec le symbole des Nasaki, un as de pique, inscrit dans le dos. Il portait aussi un T-shirt violet avec quelques poches. En dessous du T-shirt se trouvait un pantalon bleu. Les 4 Nasaki se regardèrent un moment avant de pleurer presque tous en même temps.

L... Lyra ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité





MessageSujet: Re: Melody of the Night. (PV Neji)   Lun 29 Juil - 16:46

× Melody of the Night ×
Head
× And when the heartache comes back ×
× PV. Lyra Nasaki ×  



Lyra était d'un calme absolu, on peut le dire. Durant les longues minutes qui passèrent alors que nous marchions côte à côte en direction de la résidence de mon oncle et de mes cousines, je lui racontai ce que je savais à propos de ses aînés, détaillant du mieux que je le pouvais. Je n'étais pas un si bon orateur que cela, et parler aussi longuement n'était clairement pas dans mon habitude. Mais je me forçai. Et, je ne vous le cache pas, j'appréciais ce moment. Non pas que je rigolais de la situation, ni me moquais des sentiments de Lyra. Mais même si je ne pouvais lire dans les pensées d'autrui, j'imaginais parfaitement ce que pouvais ressentir la jeune Sunajin en entendant mes propos. Entendre de la part d'un inconnu bien placé pour le savoir que ses proches, ces êtres qu'on aimait et avec qui on vivait, ne sont pas morts mais bel et bien en vie, non loin de soi, et que l'on va bientôt les revoir après tant de temps ... Cela devait réchauffer le cœur d'une personne comme rien d'autre. Le sentiment d'euphorie mêlée à l'appréhension, celui de joie mêlée à la tristesse. Je ne peux vous dire combien j'aurais souhaité que cela m'arrive à moi. Que, lorsque je m'étais rendu à Kumo des mois auparavant et que j'avais fait la rencontre de Hitori Law, kunoichi des nuages, celle-ci m'annonce que mon père était bel et bien encore en vie, et que j'allais le revoir. Mais ces cas-là étaient rares, et mon cas n'était pas l'un des leurs. Mon père était bel et bien mort, tué pour des raisons absurdes par un village prétendument allié. J'avais fini par m'y faire, m'y habituer, évidemment. Cela faisait maintenant treize ans que c'était arrivé. Toutefois, transmettre cet espoir et ce sourire à Lyra, tout comme j'aurais aimé que Law me le transmette, était également un plaisir en soi. Car oui, Lyra, silencieuse, me souriait. Elle affichait, en me regardant, un sourire chaleureux et aimable, le premier que je voyais sur son visage enfantin.

Ce sourire survenait après que j'eus terminé mon récit. Tout le long, elle n'avait dit mot, acquiesçant brièvement d'un signe de tête de temps à autres. Nerveusement, elle agitait ses mains et triturait son écharpe autour de son cou. Et soudain, son sourire disparut, tandis que la Jinchûriki regardait de nouveau devant elle. Ses yeux se clôturèrent alors, et je compris immédiatement la raison de ce silence et de ce changement brutal de comportement. Je détectai en effet le Chakra du Bijû à sept queues revenir à la charge. Comme précédemment, il profitait de l'inattention de Lyra, ainsi que de ses sentiments confus, afin de prendre le dessus, à l'instar de Kyûbi avec Naruto. Tous les démons étaient-ils donc si fourbes ? Je me tus, observant dans un premier une Lyra concentrée, puis dans un second temps son flux de Chakra. Malgré l'ambiance qui avait considérablement changer au cours des dernières minutes, je devais me tenir prêt à agir du mieux que je le pouvais afin de retarder les agissements de Nanabi si cela devenait dangereux. Mais je me rendis vite compte que ce n'était pas utile. Son Chakra continua de s'affoler durant une courte minute, afin de disparaître presque en totalité. Qu'avait fait Lyra ? Qu'avait-il dit ? Avait-elle réussi à raisonner le monstre de Chakra ? Je ne pouvais le savoir, et ne le saurai jamais. Quoiqu'il en soit, je me détendis. Et ce car si le démon souhaitait tenter une nouvelle fois de faire connaître sa présence, il devait le faire vite, car nous arrivions au quartier des Hyûga, que j'arpentais plusieurs fois par jour.

Le quartier de mon clan était le plus noble du village. Tout comme les Uchiha de leur temps, les Hyûga vivaient tous groupés dans un même coin, car étaient tous de la même famille. Quelles que soient les générations, Soke et Bunke avaient toujours vécu collées, malgré les différences de statut. Mais n'était-il pas plus aisé pour la branche secondaire de protéger la branche principale en était au plus près de cette dernière ? C'était sûrement ce que s'étaient dit mes ancêtres. Cependant, Soke ou Bunke, la noblesse du clan se faisait ressentir partout dans le quartier. Les rues étaient parfaitement propres, et les habitations resplendissaient par leur hauteur et leur longueur. Lyra, quant à elle, ne lâcha pas la moindre exclamation. Et je m'y attendais, elle n'était pas ainsi, à s'esclaffer pour un rien. Et c'était tant mieux, si vous voulez mon avis. Arpentant ardemment ces quelques rues désertes et sombres, nous nous approchions de la plus grande demeure : celle des héritiers du clan, Hisahi-sama et Hinata-sama. La mienne, plus modeste et petite bien que restant "tape à l’œil" comme toutes les autres, était placée sur la droite de celle de mon oncle, séparée de celle-ci par une vingtaine de mètres. Alors que l'on s'approchait inlassablement, je ne pouvais m'empêcher d'imaginer le cœur battant de la Chûnin à mes côtés. Elle restait toujours aussi silencieuse. Enfin, alors que nous étions toujours en train de marcher en sa direction, presque arrivés, la porte d'entrée de la demeure du chef du clan s'ouvrit subitement, et un groupe de trois adolescents en franchir le seuil, quelques peu bruyamment. M'étonnant de ceci, je ralentis considérablement l'allure, tandis que lyra faisait finalement face à son frère et à ses deux sœurs. Ces derniers, qui étaient sortis en désordre de l'habitation, s'immobilisèrent brusquement à la vue de leur cadette, tandis que Hisahi-sama franchissait à son tour la porte d'entrée. Il était, comme à son habitude, vêtu d'un large kimono blanc lui dissimulant la moindre parcelle de peau. Ses mains, que l'on ne pouvait voir, étaient jointes devant lui, au niveau de sa taille. Décidant de laisser Lyra faire le reste seule, je contournai rapidement la fratrie pour rejoindre mon oncle, en retrait. Après l'avoir brièvement saluer, je me retournai, afin de garder un œil sur les Nasaki, et déactivai mon Byakugan. Maintenant que Lyra était avec sa fratrie, il n'y avait, selon moi, plus rien à craindre. Alors, sans le regarder, je m'adressai à vois basse au jumeau de mon père.


« Pourquoi sont-ils dehors ? Comment avez-vous su ? »



Mon oncle, aussi raide que moi, et sans un regard vers moi lui non plus, me répondit d'une voix calme.


« Tu sais que je garde un oeil sur toi, Neji. Quand j'ai appris que tu avais une mission cette nuit, je me suis renseigné, comme presque toujours. Et il se trouve que j'ai eu vent du nom de ton invitée, Lyra Nasaki. Je savais que tu la mènerais jusqu'ici. Alors quand je vous ai vus arriver, de loin, j'ai réveillé les trois autres, et les ai emmenés dehors, sans leur dire pourquoi. Ils ont beaucoup souffert de leur action et de leur décision, il y a trois ans. Ils méritent bien une surprise. Et il vaut mieux que cela se fasse au dehors. »



Il n'avait pas tort. C'est pourquoi je ne répondis rien en retour. Me contentant d'observer les trois sœurs et leur frère, je les vis, petit à petit, tomber tout après tour en larmes, tandis que le garçon prenait péniblement la parole. Les voir ainsi, après trois ans, me fit légèrement sourire. Je partageais leur joie, et repensais alors à mon père. Très bientôt, les trois Nasaki de Konoha allaient apprendre que leur sœur était une Chûnin du sable, Jinchûriki de Nanabi. Leur sœur allait leur raconter la suite de l'attaque sur Konoha, ce qu'elle est devenue, ce qu'elle a ressenti ... Et si ça avait été moi à sa place, avec mon père face à moi ? Aurait-il été fier de son fils, considéré aujourd'hui comme un génie ? Serait-il fier de mon grade de Jônin, obtenu si rapidement ? Serait-il heureux de savoir que je m'étais fait de nombreux amis sur lesquels je pouvais désormais compter quoiqu'il arrive ? Probablement que oui. Mais pour Lyra, contrairement à moi, les réponses à ces questions qu'elle se posait peut être intérieurement n'allaient pas être de simples suppositions. Et quelque part, Jinchûriki ou pas, je l'enviais, cette nuit-là.

Spoiler:
 

©Wayke
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité





MessageSujet: Re: Melody of the Night. (PV Neji)   Ven 2 Aoû - 0:30

New Sun.



Écouter pour plus d'effets

Pendant un bref moment. Il n'y eut plus rien autour de Lyra. Plus de Hyûgas, plus de Konoha, plus de pays shinobis. Rien. Son monde entier venait d'être détruit, toutes les techniques apprises avaient été oubliées. Toutes les rencontres n'avaient jamais eu lieu. Nasaki essayait de réfléchir, de se dire que tout ceci n'était pas possible. Qu'elle rêvait et qu'elle allait se réveiller dans son lit à Suna... mais non, ce n'était pas un rêve où un Genjutsu. C'était bien la réalité, les Nasakis étaient tout les trois en vie et s'étaient cachés pendant des années sans rien lui dire, la laissant seule pour porter sur ses épaules le poids d'être une Jinchûriki et le poids d'être la dernière survivante de la fratrie Nasaki.

Elle sentait la colère exploser en elle. Elle sentait des petites griffes dans son estomac, des souvenirs de ce qu'elle avait endurée. La colère envahissait rapidement l'âme de Lyra mais il restait une parcelle de bonté. Une petite parcelle, qui avait pu rester intacte en dépit de tout les coups moraux infligés à Lyra cette nuit. Ce fut cette parcelle qui réussit à l'empêcher de se laisser dominer par sa rage. Ce fut cette petite parcelle qui se mit à grandir en repoussant la haine. Ce fut cette parcelle qui réussit finalement à faire retrouver ses sens à Lyra. Pour la deuxième fois dans la soirée, ce qui était un cas très rare. Lyra venait de pleurer, articulant avec difficulté les noms de ses frères et soeurs, elle manqua de tomber quand ils se précipitèrent sur elle pour lui faire un gros câlin. Elle se contenta d'observer sa famille. Après 3 ans, les Nasaki étaient enfin réunis. Difficile de s'imaginer qu'en une seule nuit, elle puisse découvrir tant de vérités cachées.

Lyra... HO LYRA ! Désolée pour tout le mal que je t'ai causée ! On voulait pas faire ça... on voulait rentrer à Suna au début mais il y avait encore de nombreux partisans de Orochimaru, donc on s'est contentés d'attendre tranquillement... que le pouvoir de ces criminels finissent par se craqueler. On à voulu retourner à Suna en apprenant qu'un nouveau Kazekage, plus bon et juste que le dernier, avait été élu mais on avait peur que tu nous en veuilles. Donc on est restés ici, comme des lâches... par peur... Tu n'as pas soufferte ?

Lyra soupira un instant et s'éloigna avant d'enlever son écharpe, révélant ainsi qu'un sceau, celui du Nanabi, était tatoué sur son cou. Le frère serra les dents alors que les soeurs se mirent à avancer, l'air horrifiée et triste. Nasaki soupira, sourit et remit en place son écharpe avant de s'approcher.

Pendant votre absence... le démon à 7 queues, Nanabi. À été scellé en moi, j'ai vécue deux ans, avec des parents qui n'étaient plus que les ombres d'eux-mêmes et la méfiance qu'imposait mon titre. La haine à fortement diminuée depuis l'élection de Monsieur Gaara mais je sens toujours la méfiance... même si c'est compréhensible, le démon avait mené un "raid" contre le pays du vent pour s'amuser un peu après avoir réduit en pièces quelques villages de Taki. Mais j'ai réalisée que ce n'est finalement pas une mauvaise chose. Quelque chose me dit... qu'avec ce pouvoir, je peux sans doute faire des choses. Bonnes où mauvaises. Et pour éviter que des personnes braves et courageuses comme vous soient forcées de partir de leur village, de leurs proches, de leurs amis... je vais définitivement faire de bonnes actions.

Elle avança vers ses amis, l'air tout à fait normale. Un instant, son visage retrouva l'air joyeux et serein d'avant, et non celui froid et détaché de maintenant. Elle posa la question avec un petit sourire...

Vous voulez revenir avec moi ?

Les frères et soeurs se lancèrent un regard gêné avant de s'avancer. L'espèce d'inquiétude de Lyra disparut quand sa soeur lui posa la main sur la tête avec un grand sourire sur le visage.

Pas maintenant, Lyra... mais tu peux être sûre de nous voir venir dans genre 5 jours où 6. On doit faire nos affaires, dire au revoir à nos amis, nous préparer à revivre dans le désert...

La Jinchûriki bondit sur sa grande soeur, l'air encore plus heureuse que tout à l'heure. Cette dernière sourit et lui tapota l'arrière de la tête avec sa main.

Ha. Lyrâne... tu te souviens de ce surnom, d'ailleurs ? tu détestais ça quand je t'appelais comme ça...

(Arrêtez la musique... et mettez plutôt ceci )

Lyra ne répondit pas. Trop heureuse. Elle finit par prendre congé de ses frères et soeurs, préférant aller à l'hôtel pour se reposer, épuisée après tant de retournements de situations. Elle pensa à remercier intensément le chef des Hyûgas et Neji, qui l'avait sortie de ses ténèbres. Exactement comme Naruto Uzumaki avait dû faire avec lui. Peut-être était-ce là le remboursement de la dette que Neji avait pour le jeune homme blond... d'ailleurs, en parlant de Jinchûrikis...

NNNNOOOONNN ! Je ne veux pas redevenir cococococon ! naon ! c'est un bon jour pour être une crêpe ! mais qu'est-ce que je dis ? je dis n'importe QQQQUUUOOOOÂÂÂ ! Holy shit ! i'm Batshit insane ! quick ! to the insectcar, Robin. Rokubi wants to take over the world, again !

Lyra observait Nanabi alors que ce dernier redevenait idiot, du moins jusqu'à la prochaine pleine lune. Elle ne savait pas si elle devait être contente de savoir que son bijû allait redevenir idiot et donc moins dangereux. Où fou et donc bien plus erratique. Ce qui comptait, c'était bien qu'elle ne le fasse pas chier en rêvant ce soir. Elle sortit donc de sa poche un petit objet : un canard en plastique. Nanabi se figea et observa le canard. Lyra envoya le canard en plastique dans le visage du démon à queue qui se mit immédiatement à jouer avec, appuyant dessus pour provoquer un petit sifflement qui amusait bien la créature. Nasaki observa un peu l'énorme insecte jouer avec le petit canard avant de revenir dans le monde humain. Elle se glissa dans son lit, éteignit la lumière et regarda la lune avant de fermer les yeux.

Qui aurait pu penser qu'une seule nuit soit si importante dans sa vie ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité





MessageSujet: Re: Melody of the Night. (PV Neji)   Ven 2 Aoû - 6:19

Rp terminé, je n'ai rien à ajouter. On pourra parler du moment où tu me remercies et tout dans un prochain rp ensemble, s'il y en a.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre ✿ Non-Validé.


Messages : 188
Date d'inscription : 19/05/2013
Age : 24

Carte Shinobi
Ryos: 210
Age: 54
Expérience:
363/2000  (363/2000)


MessageSujet: Re: Melody of the Night. (PV Neji)   Ven 2 Aoû - 23:01


Correction RP


> Neji Hyuga <

    Positif


    - Une qualité et une quantité réellement satisfaisante, digne d'un rang S.
    - Peu de fautes, celles-ci n'entrave en aucun cas la lecture. Tu maîtrises réellement bien la langue.
    - Le personnage de Neji me semble assez bien respecté.
    - L'histoire bien que longue est intéressante et bien menée.

    > + 5 Xp


    Négatif


    - Le seul petit point négatif c'est qu'en faisant long, le risque est de créer des longueurs dans le rp en lui même. Les moments à vide étant rares cela ne te pénalises pas.



    Récompense


      Nombre de mots : 1762+ 1379+ 1207+ 2207+ 1443= 7998
      Gain de mission : ///
      Calcul : 7998/40 + 5= 205

      Expérience gagnée : 210 points d'XP
      Ryos gagnés : //




Correction RP





Correction RP


> Lyra Nasaki <

    Positif

    - Je me suis laissé embarqué dans tes rps avec beaucoup de plaisir. Chacun de tes posts était un bonheur à lire. Tu interprètes vraiment bien le démon, tu lui donnes une personnalité profonde et pas seulement superficielle et j'adhère.
    - Le rapport quantité/ qualité est assez satisfaisant.

    > +5 Xp


    Négatif


    - Il y a des fautes bêtes d'étourderie que tu aurais pu éviter. Mais celles-ci ne sont pas non plus énormes.
    - Évite à tout prix le rose qui est illisible.

    > -5 Xp


    Récompense


      Nombre de mots : 756+ 873+ 1077+ 707+ 1458+ 1077= 5948
      Gain de mission :
      Calcul :5948/40= 149

      Expérience gagnée : 149 d'XP
      Ryos gagnés : //




Correction RP

_________________


Oscar:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Melody of the Night. (PV Neji)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Melody of the Night. (PV Neji)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Wednesday Night Raw # 60
» Neji Yukiro
» Un rendez-vous au clair de Lune [PV Melody]
» Neji Hyûga
» Perfect night ♪

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
rpg
 :: Pays du Feu :: Konohagakure no Sato
-