AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
De gros personnages libres, dont: Hidan, Kakashi,A Yotsuki, ou encore Jûgo ! Les villages sont attaqués par de dangereux déserteurs, Iwa est le premier village à avoir pu écarter la menace ! Kiri et Iwa sont de nouveau ouverts ! Konoha accepte deux ninjas inventés ! Les Nukenins inventés sont de nouveau autorisés !


LA CÉRÉMONIE DES OSCARS COMMENCERA A 22H CE SOIR !


Partagez | .
 

 Du sang pour le Sang [Combat Event / Yami Vs Akaiko Akane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité





MessageSujet: Du sang pour le Sang [Combat Event / Yami Vs Akaiko Akane    Mar 2 Juil - 22:56

Souffrance. Nom féminin singulier. Fait de souffrir, physiquement ou moralement. Souffrir, verbe du second groupe, éprouver une sensation de douleur, être endommager. Douleur, nom féminin singulier, fait d’être en souffrance.
Un serpent ne se mordrait pas mieux la queue.

Souffrir, c’est une sensation qu’on ne peut apprendre dans les livres. C’est une impression désagréable. Physique ou psychologique, que l’on ressent tous, aux moins une fois dans sa vie.
Les Shinobis sont tous -ou presque- passé maitre dans la maitrise de cet Art. La Souffrance. Bien que beaucoup ne la comprennent pas pleinement, certain pense pouvoir la maitriser en jouant simplement avec quelques senboms et des muscles moues. D’autre pense que celle-ci est contrôlable gérable et il se porte garant de la souffrance des autres, portant sur leurs épaules un poids incommensurable.

Mais la jeune femme rousse qui était là ne portait plus aucun poids sur ses épaules depuis plusieurs semaines et n’était pas du genre à s’attarder sur une pauvre victime sans valeur. Elle avait balayé tout cela d’un revers de manche, d’un sourire réconfortant et d’une sagesse presque inflexible. Sordide. Une sagesse bien à elle qui la poussait parfois à s’enfoncer dans des délices étranges et charnels. Le sang. Le sang qu’elle fait couler lui fait du bien, son propre sang qui coule la console et, cela ne lui fait plus peur depuis qu’elle sait, depuis qu’elle a la certitude que de toute façon, elle ne passera sans doute pas l’année. Alors… Pourquoi continuer à avoir peur de la souffrance?

Prenant cette dernière en allié, la Reine des Rougeoyantes Fées esquissa un sourire. L’inconnu est une donné importante dans un combat. Bien que l’effet de surprise fût un atout considérable pour eux, la fleur rouge préférait ne pas employer de telles manières et au contraire faire tout l’inverse. L’homme à la crinière rouge posé dans les gravas lui avait adressé quelques mots avant de fixer son regard sur l’homme - que Akaiko n’avait pas vu- derrière elle. D’un léger mouvement de tête et d’œil, la belle vu le « célèbre » Jinchuriki de Iwa. La belle sentit qu’elle était de trop entre leurs deux regards et fit quelques pas sur le coté laissant les deux protagonistes s’affronter visuellement. C’est quelques pas la firent s’approcher de l’autre, qui évidement serait son adversaire. Elle l’entendu prononcer des mots pour les hauteurs graveleuses. Il avait donc repéré une autre personne en approche semblait il. Et pourtant, Akane n’avait pas entendu n’y vu qui que se soit. Cet homme était il doué de caractéristique particulièrement développé pour la recherche d’être humain?
Un sourire se profila encore sur son visage blême. Ainsi, il y avait peu de solution. Soit cet homme avait une très bonne vue, soit il entendait vraiment très bien, soit, bien pire, il détectait le chakra en approche.

A peine quelque mots, et la jeune femme avait presque compris un point important de son prochaine adversaire. Mais tout cela était loin d’être suffisant. La jeune femme attrapa la poignée de son katana mais, avant qu’elle n’est eut le temps de totalement sortir l’arme de son fourreau l’homme à la crinière feu lui sauta dessus, l’entrainant avec lui plusieurs bâtiment plus loin.
Il ricanait. Semblant fou de sa propre situation. Semblant fou de joie de se qu’il comptait faire. Et Akaiko l’observait, sans plus dire un mot, écoutant plutôt les siens. Il lui donna son nom. Enfin, plutôt le nom qu’on lui donnait. Yami. Yami. Ténèbres. Elle se souvint alors du Bingo book ou elle pensa y retrouver le nom de cet homme. Mais pour le moment elle ne pouvait nullement aller chercher se petit bout de papier pour y lire le nom de l’énergumène étrange qui lui faisait pourtant bien face.

Lorsqu’il eut finit de se présenter, il n’attendit pas que l’enfant fasse de même et lança sa première technique. La jeune femme se mit en garde, bras quasiment croisés devant son torse, parant à toute attaque potentiellement mortelle. Pourtant se ne fut nullement une technique « mortel » qui lui tomba dessus. Descendant des cieux une voûte sombre s’effondra sur la terre sanguinolente et jonché de cadavre humain. Avec les derniers brins de soleil et de lumière, Akaiko observa avec attention le moindre détail autours d’elle. Et pour finir : la lumière s’éteignit.

Mais pas l’espoir. Il lui fallu une fraction de seconde pour comprendre une autre chose importante au sujet de son adversaire. En vu de cette technique nébuleuse l’homme ne devait pas être doté d’un sens de la vue développé. Ou il serait littéralement inutile en ce lieu. Il devait donc s’agir de l’ouïe ou d’une détection de chakra. L’un lui aurait été mortel tendis qu’elle pouvait faire de l’autre un atout pour elle-même.
La Reine des Fées ferma les yeux. Visualisant mentalement se qui l’entourait, d’après ses dernières images lumineuses de la scène de combat. Un sourire sur les lèvres. Et croyait le ou non, mais si il avait était possible de braquer une lumière sur ses lèvres on y aurait vu un sourire qui n’aurai nullement dut être un sourire de combat. C’était en une ligne fine et tendre, presque en coin que s’étendait les lèvres rouges de la femme. Un sourire de bien être. Car la dame n’avait nullement peur et le noir qu’elle sentait autours d’elle ne faisait pas partie de ses craintes. Les ténèbres enveloppent la cruauté d’une couverture douce. Lorsqu’on ne voit pas, on ne sait pas les maux qui se cachent.
Mais, depuis quelques temps déjà, le pire voile chaotique et ténébreux de la donzelle avait été déchiré : elle savait avec précision quand elle allait mourir. -du moment qu’il ne lui arrivait pas d’autre broutille entre temps- et cela ne lui faisait donc plus peur de s’approcher à se point des ténèbres et de la mort.

Son cœur battait calmement, disons même qu’elle avait moins de battement encore qu’un cœur normal. La moribonde ne faisait même que respirer à demis.

Une seconde seulement. Une petite seconde c’était écoulé. Et un plan était déjà dessiné sous sa paupière, gravé dans sa rétine et imprégné, presque, d’une sage folie.

De mouvement fluide elle attrapa alors rapidement un Kunai de son sac, envoyant ce derniers non loin de sa cible. Mais elle ne s’arrêta pas la, ses mouvements, son Kenjutsu experts, envoya autours d’elle une pluie de Kunai, de shuriken qu’elle possédait. Le bruit provoquait était frappant, alors qu’à l’accoutumé, Akaiko s’entrainait à envoyer ses kunais le plus discrètement possible, cette fois, elle faisait en sorte que ses armes atteignes des cibles bruyante déchirant la chaire et les vêtement, brisant parfois les os et cognant à d’autre moment sur le sol avec vacarme. Le tout en tentant de faire le moins de mouvement, et donc le elle-même, le moins de bruit possible.

Puis elle se baissa. Tirant un dernier Kunai derrière elle qui, lorsqu’il se figea et, surtout, lorsqu’elle fit un énième mouvement fit se lever dans la zone une petite dizaine de corps.
La « nécromancienne », levant les corps sans vies d’hommes et de femmes qu’elle connaissait peut être ne se soucia nullement de se que pouvait bien penser les propriétaires de ses cadavres : ils étaient morts, et parmi eut, la jeune femme avait repéré des ninjas, équipés, qui n’attendaient qu’a être dépouillés.

Donc, les cadavres se levaient. Pourquoi me diriez-vous? Parce que la jeune femme -Spécialisé en Kenjutsu ne l’oublions pas- avait mêlé à ses Kunai (certain, pas tous) des fils de fers. Kunai qui était réassemblé, pour prévenir à toute situation d’urgence.
Bref, Les kunais plantaient profondément dans les cadavres firent donc se lever, tel de morbide marionnette, les corps sans vies des habitants et Shinobi d’Iwa mort. Dans un rayon d’une dizaine de mètres autours de la jeune femme les cadavres étaient donc miraculeusement sur leurs pieds.
Akaiko comptait à nouveau sur l’effet de surprise mais aussi sur le son produit. Car, bien qu’elle ne sache pas où était l’autre homme, elle était encore relié à tous ces câbles qu’elle avait dispersés dans sa propre zone. Les corps debout balançaient leurs bras, parfois leurs jambes, froissant leurs vêtements, faisant vibrait leurs anneaux de fer et les cling-cling de leurs armes.
Une véritable fête infernale c’était invité au milieu du combat.

L’homme pouvait il se concentrer, au milieu de se vacarme, sur une seul et même respiration contrôlé, maitrisé et affaiblit par la maladie? - Akaiko ne pouvait admettre que son cœur puisse être entendu, d’autant moins dans se léger brouhaha.-

Camouflés derrière un corps, La jeune femme attendait donc son heure.

Recap:
Spoiler:
 

Technique:
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité





MessageSujet: Re: Du sang pour le Sang [Combat Event / Yami Vs Akaiko Akane    Jeu 4 Juil - 12:50

Spoiler:
 

Du sang… Des éclats de roches… Des vies décimées… Oui, une guerre avait bel et bien éclaté au sein d’Iwagakure no Satô. Kitsuchi, fils du Tsuchikage Ônoki, était aux aguets lorsqu’il entendu tout ce grabuge. Néanmoins, il ne fonça pas tête baissée sur le terrain, voyant bien que le ciel avait une allure bizarre. Ne préférant pas se blesser avant même d’avoir commencé l’assaut, il attendit quelques instants que la lune reprenne son « état d’origine », lorsqu’il aperçut le vieux Roshi se diriger en direction du champ de bataille.

Kitsuchi le suivit alors, se tenant tout de même à l’écart, juste assez loin pour tout de même pouvoir observer la scène. La tension était plus que tendue, le Jinchûriki d’Iwa avait sorti une première queue de son Bijû, faisant un duel mental avec un autre roux. Parmi les membres de la roche se trouvait également la belle rouquine – et son opulente poitrine -, qui avait à faire avec un ennemi d’Iwa. En effet, celui-ci l’avait pris de court et ils valdinguèrent tous les deux dans une ruelle non loin de là, lorsqu’une énorme sphère noire fit son apparition, interloquant le colosse. Passant en dehors du champ de vision des acteurs du spectacle muet qu’il venait d’apercevoir, il fonça en plein sur la maudite sphère, la martelant de ses puissants coups de poings, amplifiant leur force et rapidité avec sa spécialisation plutôt élevée pour le Taijutsu.

Néanmoins, l’espère de barrière ne céda pas… Il dut alors s’en remettre à une de ses techniques favorites, le poing de Terre, une technique Doton augmentant considérablement les dommages infligés par ses coups de… poings. Cette fois-ci, il espérait que cela fonctionnerait, ne sachant pas du tout ce qu’il se passait à l’intérieur de cette foutue barrière sombre, où la lumière ne filtrait pas du tout.

Par contre, il connaissait un minimum l’Akane pour savoir qu’elle ne se laisserait pas faire aussi facilement, et qu’elle pourrait tout de même se défaire de son adversaire, peu importe le niveau qu’il a, que ce soit en Ninjutsu, Taijutsu voire même en Genjutsu.
Revenir en haut Aller en bas
 

Du sang pour le Sang [Combat Event / Yami Vs Akaiko Akane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Seul est digne de la vie celui qui chaque jour part pour elle au combat [Pv: Fiora, Atios]
» Blake - Le sang appelle le sang
» Du sang pour du sang ! La vérité sur Ketsueki Yami [PV]
» Le sang se lave avec des larmes et non avec du sang [PV]
» [Réaumur, Vendée] - On se ressemble sang pour sang [topic unique Emmanuelle vs Papa]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
rpg
 :: Pays de la Terre :: Iwagakure no Sato :: Portes du village
-